Lyon - Turin : une visite de chantier pour soigner la com'

Lyon - Turin : une visite de chantier pour soigner la com'
Le tracé prévisionnel du futur TGV Lyon-Turin - DR

Alors que les critiques pleuvent sur le projet de LGV (trop cher et inutile, selon ses opposants), la société Lyon Turin Ferroviaire organisait une visite de chantier côté italien, mardi.

Il s'agissait de rendre compte de l'avancée des travaux de percement d'une galerie de reconnaissance, située grosso modo sous la commune de Chiomonte, dans le val de Suse, à quelques kilomètres seulement de la frontière française. Une fois ce chantier terminé, la galerie de la Maddalena, c'est son nom, doit permettre aux géologues de s'assurer que le futur tunnel ferroviaire (dans lequel circulera le train entre Saint-Jean-de-Maurienne et la ville italienne de Susa) pourra être construit, à proximité, et sans encombres. A terme, le trou dans la montagne sera conservé, pour des raisons de sécurité.

Le directeur général de Lyon Turin Ferroviaire, Marco Rettighieri, n'a pas manqué l'occasion de se féliciter de l'avancée des travaux : "un chantier complètement normal", somme toute, affirme-t-il dans le Progrès ce mercredi.  Reste que 120 policiers et militaires se relaient nuit et jour pour surveiller le site, qui a été la cible d'une attaque au cocktail Molotov le mois dernier, de la part d'opposants radicaux au projet. Le chantier, qui a débuté en novembre 2012 avec cinq ans de retard, serait désormais "en avance". 120 mètres ont été creusés ; à terme, la galerie mesurera... un peu plus de 7 km de long.

Le dossier enfin étudié à l'Assemblée?

Le ministre italien des Transports s'est rendu sur place le 23 mai dernier ; selon le Dauphiné Libéré, le gouvernement transalpin doit examiner "dans les jours qui viennent" l'accord franco-italien signé le 30 janvier 2012 à Rome. Le projet de loi qui en découlera sera ensuite examiné par les parlementaires. Leurs homologues français devraient eux aussi se pencher sur cet accord, "presque en même temps". Sans ce vote des deux côtés de la frontière, le promoteur de l'ouvrage ne peut toujours pas être désigné. Le chantier du tunnel proprement dit doit commencer en 2014 ou en 2015 ; il devrait durer, si tout va bien, jusqu'en 2023.

Tags :

lyon turin

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
elephantBlanc le 07/06/2013 à 08:28

plus de militaires que d'ouvriers ... et M. BESSON considère que c'est un chantier 'normal'.
Le coût (non encore définitif) du chantier est passé de 12 à 26 milliards d'euros. A combien il faut l'estimer si on ajoute le coût des militaires?

Signaler Répondre

avatar
mcstn le 06/06/2013 à 01:16

un court métrage qui en dit long
http://lyonturin.eu/

La motorisation répartie reconnue comme projet d'avenir par les services stratégiques du premier ministre
http://lyonturin.eu/documents/docs/fret ferroviaire service du premier ministre.pdf

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.