Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Romain Meltz - DR

“Assises citoyennes” des Verts à Lyon ce samedi : l’acte II d’une pièce qui débute à peine

Romain Meltz - DR

Les "assises citoyennes" d’Europe Écologie Les Verts qui se tiennent ce samedi doivent dire quel sera le tandem paritaire pour conduire la liste écologiste pour les municipales de mars 2014 à Lyon. Émeline Baume, sûre d’être élue car seule candidate sur la place réservée aux femmes, aura donc comme co-leader Étienne Tête, Bruno Charles ou Pierre Hémon.

Le choix du 29 juin

Si le choix parait relativement simple pour ceux qui voteront ce samedi - les adhérents lyonnais d’EELV, les coopérateurs, et les signataires lyonnais de la plateforme "Un nouveau souffle" (qui devront s’acquitter de la modeste somme de 2€ pour valider leur inscription par internet), ce qui va se jouer quai Augagneur est une étape de plus dans un itinéraire collectif tortueux.

Listes indépendantes ou pas ?

Le bateau EELV / PS ne vogue certes pas sur une mer d’huile. Il y a un an, le 8 juin 2012, en pleine campagne législative, Raymonde Poncet, élue écologiste, rejoint la réunion de soutien à la candidature de Philippe Meirieu qui accueille Cécile Duflot et Benoit Hamon, ministres. Croisant des jeunes élus PS du 4e arrondissement, Raymonde Poncet les embrasse chaleureusement en les remerciant d’être là. Elle est arrêtée dans son geste par l’un des deux, un peu gêné, lui expliquant qu’il n’est pas là pour soutenir Meirieu mais au contraire pour empêcher sa réunion avec Duflot et Hamon.
La suite de l’affaire est connue et finit en course poursuite : l’officier de sécurité de Cécile Duflot est obligé de jouer de son brassard "police" pour permettre à la voiture des ministres d’échapper à la manifestation hostile. Un très mauvais souvenir pour les membres d’EELV, qui a de beaucoup dépassé les frontières lyonnaises et qui ressurgit à Paris dès que l’on évoque le cas lyonnais.

Mais on ne peut pas se brouiller pour autant. EELV a besoin du PS pour des postes d’élus. Le PS a besoin des voix EELV pour l’emporter face à la droite. La difficulté commence parce qu’EELV a aussi besoin d’exister autrement que comme simple supplétif d’un PS dominant. Partout en France se pose la question de l’autonomie (des listes EELV indépendantes) ou du ralliement (une liste commune avec le PS et/ou le Front de gauche avant le premier tour).
Majoritairement en France des listes EELV indépendantes se constituent, et ceux, au sein du parti écologiste, qui préfèrent se rallier aux listes PS avant le premier tour sont tout justes tolérés par les instances nationales, au nom du pragmatisme lié à une situation locale. Dans le cas de Lyon, Gérard Collomb veut des listes communes avant le premier tour. Mais le choix d’une liste EELV indépendante correspond au désir des militants et élus lyonnais qui, en décembre dernier, avaient voté à près de 80% pour ce principe.

Si la pré-campagne pour les municipales qui se joue actuellement n’est pas totalement le deuxième acte de l’affrontement Meirieu / Collomb (le premier s'étant joué lors des législatives de mai 2012), c’est que Meirieu n’est plus candidat pour EELV. Un peu las sans doute, et surtout déçu par l’appareil régional de son parti  (le comité éthique issu du conseil politique régional) qui a refusé de sanctionner clairement la sortie dans la presse d’une lettre du même  Bruno Charles, lettre très violente à l’égard de Philippe Meirieu.
Ne pas avoir face à lui Philippe Meirieu est sans doute une première victoire pour le maire de Lyon. Mais ça ne suffit pas. Car, question non résolue chez les Verts : des listes indépendantes jusqu’à quand ? Fusionner avec les listes Collomb : avant le premier tour, après le premier tour ou peut être jamais ?

Avant le premier tour…

Fusionner des listes EELV / PS le plus vite possible : Bruno Charles ne doit pas y voir d’inconvénient. Ancien directeur de cabinet de Gilles Buna, responsable du plan climat du Grand Lyon, sa proximité politique avec Gérard Collomb est plus qu’évidente. Officiellement soutien numéro un d'Émeline Baume, sa capacité à résister aux demandes du maire de Lyon parait proche de zéro. Si Bruno Charles arrive en tête, Gérard Collomb pourra s’occuper à plein temps de Michel Havard à sa droite et de Nathalie Perrin-Gilbert à sa gauche.

Peut-être jamais…

Tout en face : la candidature d'Étienne Tête. Cette candidature bénéficie, comme par hasard, du soutien de responsables locaux d’EELV, qui ont pour point commun d’avoir une histoire politique difficile avec Gérard Collomb (Étienne Tête lui-même bien sûr, Pascale Bonniel-Chalier, l'adjointe aux grands événements rapidement marginalisée dès le premier mandat, et Philippe Meirieu, encore et toujours).
La candidature d'Étienne Tête, c’est la certitude de l’absence de ralliement à Collomb avant le premier tour, et la certitude aussi de négociations âpres (et menées probablement par d’autres que Tête lui-même) pour des listes communes en vue du second. L’opposition de l’avocat Tête au Grand Stade, au périphérique nord, à Euronews, à l’Anneau des sciences, sont des assurances pour tous ceux qui, chez les Verts, craindraient de voter pour Collomb en votant pour un autre que Tête. Mais, cette assurance dessert également ceux qui veulent éviter de se brouiller avec Collomb.

Entre le premier et le deuxième tour ?

Pierre Hémon s’est jeté avec enthousiasme dans l’idée d’un appel au rassemblement lancé aux Lyonnais, pour venir dynamiser les élus Verts. C’est le sens du projet "Un nouveau souffle pour Lyon" lancé il y a quelques mois sur internet mais dont l’écho (autour de 300 signataires) est resté faible, et surtout cantonné aux milieux traditionnellement proches des Verts  (au premier rang desquels enseignants et étudiants, qui ne représentent pas moins de 40% des signataires). De même, les douze groupes thématiques qui devaient permettre à EELV d’enrichir ses idées par le recours à des experts, auditionnés par des militants eux-mêmes "encadrés" par des élus, n’ont pas connu d’élan très net. Même si certains d’entre eux, celui sur l’urbanisme emmené par Emmanuel Bucki par exemple, sont pensés pour alimenter en proposition le futur programme EELV Lyon 2014 (sortie prévue : novembre 2013).
Parallèlement à la volonté d’ouverture de Pierre Hémon, celle en direction de Nathalie Perrin-Gilbert (un projet aussi caressé un temps par Philippe Meirieu mais sans doute desservi par sa mise en retrait(e) progressive) n’a finalement pas abouti et c’est "hors compétition" que la maire du premier arrondissement, si elle est là samedi, discutera du projet écologiste pour Lyon sans préjuger de rapprochements possibles ultérieurement. Hyper présent dans les médias pour refaire son déficit de notoriété, Pierre Hémon voudrait se défaire de la responsabilité qu’il porte d’avoir mené les négociations de la liste commune avant le premierer tour en 2008, ce que tout le monde déplore aujourd’hui. Pour lui aussi un acte II.

Qui des trois l’emportera ? Gerard Collomb peut promettre à Emeline Baume de couvrir la ville de bacs à compost entre 2014 et 2020 ; il peut s’intéresser au plan climat de Bruno Charles et peut entamer des négociations serrées mais respectueuses avec Pierre Hémon sur les places réservées sur ses listes au second tour en mars 2014. Mais il ne peut renoncer au projet du Grand Stade, et donc ne peut rien offrir à Etienne Tête. Tout cela, les électeurs de ces Assises citoyennes le savent parfaitement. Et peut-être savent-ils aussi que l’acte II qui va se jouer quai Augagneur ce samedi 29 juin n’est pas le dernier acte de la pièce.

Romain Meltz

Twitter @lemediapol



Tags : Romain Meltz | Meltz |

Commentaires 13

Déposé le 01/07/2013 à 17h41  
Par Haricot blanc Citer

Les Verts n'ont pas de vision crédible pour être maire. Au mieux, ils peuvent être adjoints, mais pas premier magistrat, soyons sérieux

Déposé le 30/06/2013 à 11h59  
Par Phil Citer

Très belle narration, claire et drôle, de cette tragi-comédie tout de même un peu verdâtre! merci à R. Meltz qui pourrait nous raconter aussi les tractations des autres listes!

Déposé le 29/06/2013 à 13h45  
Par Moyen-Age Citer

"L’opposition de l’avocat Tête au Grand Stade, au périphérique nord, à Euronews, à l’Anneau des sciences"... bien résumé...

Déposé le 28/06/2013 à 23h02  
Par Primevere Citer

Ouf ! et bravo enfin mis sur la place public les tortueuses négociations pas très transparentes de mes camarades qui sur notre dos commence à mettre en place des stratégies afin in fine de s’attacher les bonne grâce du tout puisant Collomb copain de nos milliardaire lyonnais tout cela pour quelques indemnités !
Il nous faut une vraie liste à côté de celle de l’opportuniste Collomb afin de battre cette droite réactionnaire qui imposera une fois de plus ses idées avec Havard ou Collomb !

Déposé le 28/06/2013 à 18h33  
Par @lemediapol Citer

Bruno Charles...
je pourrais répondre ...
a) qu au rubiks cube quand on a fait 5 faces on a fait la 6 eme
b) qu il suffit d avoir vu I comme Icare pour savoir que s approcher de la vérité a un coût :-)
c) quelque chose sur notre présence commune au Grand Lyon à 16h lundi dernier à 3 m d'écart et que pourtant je n ai pu vous parler
... mais je reconnais que ça n est pas terrible comme justification

Déposé le 28/06/2013 à 18h23  
Par @lemediapol Citer

Epsilonalphateau je suis parti pour cet édito du point de vue parisien sur les Verts lyonnais (à cause de la phrase de Placé (Le Progrès 2 juin) disant qu il allait boire un cafe avec GC et des rumeurs qui ont suivi. Et pour tous les EELV parisiens que j ai eu l épisode Duflot est traumatique . C est tout.

Déposé le 28/06/2013 à 18h04  
Par JULIENNE Citer

Le leader naturel de cette élection serait bien plutôt Hémon.
Sobre, équilibré, il offre la certitude de transactions apaisées avec Collomb, tout en ne lâchant rien....

Déposé le 28/06/2013 à 18h01  
Par JULIENNE Citer

Mettre Etienne TËTE tête de liste n'es pas possible... ce serait même une erreur..sa réputation de procédurier en fait fuir plus d'un.... En plus pas d'alliance possible avec Collomb au 2eme tour!. ou alors es-ce un stratagème d'EELV qui veut imposer Tête au 2eme tour..... pas gagné!

Déposé le 28/06/2013 à 16h51  
Par Bruno Charles Citer

Un journaliste qui ne prend pas le temps d'appeler les gens dont il parle peut être à côté de la plaque !
En tout cas, c'est bien loin de la réalité, cher Romain Meltz ! Vous pourriez faire des articles en venant interroger les personnes, en tout cas avec autre chose que des ragots, vous vous approcheriez plus de la vérité !
Cordialement
Bruno Charles

Déposé le 28/06/2013 à 16h42  
Par Rouge Citer

Fine analyse. D'ailleurs, je n'étais même pas au courant que les Verts faisaient leur primaire demain. C'est dire leur aptitude à utiliser les médias !

Déposé le 28/06/2013 à 14h54  
Par Epsilonalphatau Citer

Oui, cela apparaît bien. Justement, je comprends pas ce passage :
""Un très mauvais souvenir pour les membres d’EELV, qui a de beaucoup dépassé les frontières lyonnaises et qui ressurgit à Paris dès que l’on évoque le cas lyonnais.

Mais on ne peut pas se brouiller pour autant.""

Je ne vois pas pourquoi EELV se brouillerait avec le PS à cause de personnes qui se désolidarisent, ponctuellement, du PS.

Déposé le 28/06/2013 à 10h50  
Par @lemediapol Citer

J 'ai sans doute simplifié. Mais nathalie perrin-gilbert est au PS et il me semble qu'il apparait dans l'article qu'elle n'est pas sur la ligne de G. Collomb non ?

Déposé le 28/06/2013 à 10h42  
Par Epsilonalphatau Citer

A vous lire, on dirait qu'il n'y a qu'un PS...

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.