Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Romain Meltz - DR

Les idées et les candidats qui vont avec

Romain Meltz - DR

Pourquoi Christophe Colomb a cru débarquer en Inde quand il a découvert l’Amérique ? Car il n’avait pas d’instrument pour connaître sa longitude (la latitude est facile à calculer en mesurant l’angle de l’étoile polaire à l’horizon). Du coup les Indiens s’appellent les Indiens.

Pourquoi Michel Havard ne dévoile pas son programme pour les municipales de 2014 ? Parce qu’il a peur que Gérard Collomb lui pique ses idées.

Quel rapport ?

Un nom barbare d’économistes : L’appropriabilité des idées.

Il est très difficile à un inventeur de s’approprier les bénéfices éventuels liés à son idée. Donc n’importe qui peut voler une idée à quelqu’un d’autre et en tirer profit. Dans ces conditions, personne n’a intérêt à se fatiguer à trouver des idées dont les profits iront à d’autres. C’est pour cette raison que personne n’avait inventé "l’horloge à longitude" qui aurait été si utile à Christophe Colomb.
Ce réflexe, en général, explique la stagnation de l’économie pendant des centaines et des centaines d’année. En fait la croissance mondiale n’a pu commencer que lorsque les Etats ont mis en place un système de droit de la propriété intellectuelle (pour faire vite : les brevets).
C’est à partir de ce moment-là, qu’il est devenu rentable d’avoir des idées grâce aux brevets. A défaut de ce système  – pour le cas de la longitude cité plus haut -  il fallait compter sur la générosité de sponsors qui promettaient des récompenses. En 1736, enfin, un horloger du nom de John Harrisson a proposé un système fonctionnant avec des chronomètres permettant à un marin de connaître la longitude.

On ne brevète pas les idées politiques.

Un programme politique ce sont plein d’idées, que chacun espère bonnes, mais qu’aucun candidat ne peut breveter.  Or – comme on l’a vu - voler une idée est beaucoup plus facile que de voler un Hôtel de Ville.  Donc révéler ses idées et son programme, c’est dangereux pour les candidats aux municipales.
Exemple. Michel Havard dans LyonMag du 31 janvier 2013 : "On ne va pas faire le cadeau à Gérard Collomb de dévoiler notre programme 14 mois avant les élections". Déclaration qu’il ratifie encore, le 23 mai dernier sur le même site :  "Michel Havard ayant apparemment gardé des propositions en réserve pour éviter "de se faire piquer [ses] idées"." 

Exemple n°2 : La candidate Nathalie Perrin-Gilbert  à qui on fit remarquer que son mouvement (le Gram) n’annonce pas de mesures concrètes, répond elle aussi qu'elle attendra que Gérard Collomb dévoile son jeu avant de donner ses propres propositions.

A défaut de ne pouvoir faire breveter leur programme électoral, la solution des challengers de Gérard Collomb est la suivante : attendre suffisamment longtemps pour que les électeurs soient suffisamment attentifs à la campagne des municipales pour être capables de différencier les idées selon les candidats, et surtout capables de les attribuer à son vrai auteur et pas au seul candidat qu’ils connaissent : le Maire en place.

Il y a peut-être une autre explication : parfois les programmes ne sont pas encore bien prêts.

Etienne Tête (candidat EELV) à qui on reprochait mi-septembre de ne pas avoir encore révélé son programme répondait  "Aujourd’hui on est à la version 0 d’un programme  qui n’est pas rendu public car - construit dans les idées -  il n’est pas encore lisible du point de vue de la qualité littéraire". Le problème a dû être réglé depuis, car le programme des Verts pour Lyon 2014 doit être voté par les militants samedi 23 novembre.
Dans un autre genre, le site de campagne de Christophe Boudot indique tout simplement que : "le programme est en cours d’élaboration par nos équipes et sera mis en ligne prochainement". Et ça n’a pas l’air d’être le problème principal.

Donner quand même ses idées : l’autre stratégie.

Mais si vous êtes un petit candidat, auquel la presse politique ne s’intéresse pas trop, il est possible que vous preniez quand même le risque de vous faire piquer vos idées, ne serait-ce que parce que c’est un moyen – un peu par défaut – de commencer à occuper de l’espace politique.

Exemple n°1 : Christophe Geourjon (scientifique par profession, il est en plus payé par l’Etat pour produire des idées qui appartiendront à tout le monde). Christophe Geourjon est candidat officiel du tout jeune (et totalement inconnu) UDI, et  tout le monde reconnait qu’il fourmille d’idées (il a par exemple rendu public ses "propositions pour une alternance à Lyon en 2014" en mars dernier).

Exemple n°2 : Prenez  Eric Lafond qui en octobre dernier dans l’émission Droit de Cité (Lyon 1ere) s’auto-analysait  ainsi : "Dans le paysage actuel on a le maire sortant qui ne veut pas faire campagne avant 2014 , on a un candidat UMP qui a dit ‘je ne dis rien parce que je ne veux pas qu’on me pique mes idées’, une liste écologique dont on n’a pas encore vu la queue d’une idée. Je crois qu’on est les seuls à animer aujourd’hui la campagne autour de contenu : l’école, l’aérotram. Il nous manque juste l’espace."

Les "petits" candidats étant d’accord pour révéler leurs idées, l’alternative est simple : soit on s’y intéresse dès maintenant, soit on attend que Gérard Collomb descende de la Santa Maria, révèle les siennes, et tout viendra avec.

Romain Meltz
@lemediapol



Tags : Romain Meltz | Meltz | municipales lyon |

Commentaires 8

Déposé le 15/11/2013 à 17h52  
Par @lemediapol Citer

Mal à la tête a écrit le 14/11/2013 à 09h55

Toujours aussi alambiqué.

J'ai une légère préférence pour le commentaire de Grr

Déposé le 14/11/2013 à 09h55  
Par Mal à la tête Citer

Toujours aussi alambiqué.

Déposé le 13/11/2013 à 21h05  
Par Grrr Citer

Excellente analyse

Déposé le 13/11/2013 à 18h54  
Par Satcho Citer

http://www.dessinons-lyon.fr

Pour les idées de Christophe Geourjon...

Déposé le 13/11/2013 à 18h10  
Par sylvain Citer

Sur le site http://www.lyon-2014estunechance.fr on trouve les idées de la liste que mènera Eric Lafond

Déposé le 13/11/2013 à 17h33  
Par vgl Citer

@ Vincent Ou sont les idées? "Les "petits" candidats étant d’accord pour révéler leurs idées"... qu'ils le fassent. Comme on dit à Lyon c'est pas le tout d'y dire encore faut-il y faire? C'est pas joli mais ça a le mérite de la clarté.

Déposé le 13/11/2013 à 16h55  
Par Vincent Poursan Citer

vgl a écrit le 13/11/2013 à 16h35

heppppp, heppp, hepppp les "petits" candidats ont peur que Gérard Collomb leur pique leurs propositions? On rêve. Non il faut faire le job ou alors accepter d'être des "petits" suiveurs, point barre. Quelle faible idée de la politique que de ne pas assumer, porter ses idées, de ne pas se croire libre devant les citoyens et trouver prétexte encore et encore que ce serait de la faute de Gérard Collomb. Un est responsable, les autres ont besoin de lui pour exister c'est bien la différence et confirme la pauvreté de leur réflexion pour notre ville et métropole. Constructivité/dynamique vs immobilisme/suivisme

Arriver à comprendre l'inverse de ce que l'auteur exprime, ce n'est pas donné à tout le monde…

Déposé le 13/11/2013 à 16h35  
Par vgl Citer

heppppp, heppp, hepppp les "petits" candidats ont peur que Gérard Collomb leur pique leurs propositions? On rêve. Non il faut faire le job ou alors accepter d'être des "petits" suiveurs, point barre. Quelle faible idée de la politique que de ne pas assumer, porter ses idées, de ne pas se croire libre devant les citoyens et trouver prétexte encore et encore que ce serait de la faute de Gérard Collomb. Un est responsable, les autres ont besoin de lui pour exister c'est bien la différence et confirme la pauvreté de leur réflexion pour notre ville et métropole. Constructivité/dynamique vs immobilisme/suivisme

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.