Lyon : le tribunal administratif se penche sur la question de l'amiante chez Renault

Lyon : le tribunal administratif se penche sur la question de l'amiante chez Renault
Photo d'illustration - LyonMag

Le combat des ex-salariés de Renault Véhicules Industriels (RVI) se poursuit.

Ce mardi, le tribunal administratif de Lyon devra se prononcer sur le refus du Ministre du travail Michel Sapin de classer certains sites lyonnais comme établissements où les salariés sont en contact avec l'amiante.

Depuis plusieurs années, l'Association Prévenir et Réparer (APER) mène un combat en ce sens auprès des ex-salariés de Berliet devenu RVI et de certains employés d'Irisbus. APER dénonce "un acharnement du Ministère du travail à ne pas reconnaitre la réalité" et rappelle que "des dizaines de salariés on été reconnus en maladie professionnelle due à l'amiante" et que "beaucoup en sont décédées".
L'enjeu est important puisqu'une reconnaissance ouvre le droit à une "préretraite amiante" avec perception d'une allocation spécifique non soumise à l'impôt sur le revenu.

En 2003 déjà, un refus de la Commission nationale des accidents du travail et maladies professionnelles concernant les deux établissements de Vénissieux et Pont-Saint-Priest avait provoqué l'indignation des syndicats. De son côté, la direction avait indiqué que le classement aurait été une "aberration" dénonçant un amalgame entre fabrication et utilisation de l'amiante.
Autre revers en juin 2007 puisque le tribunal administratif de Lyon, déjà saisi, avait également débouté les salariés des deux sites. La requête avait été jugée irrecevable pour des questions de forme relative aux statuts de l'association.
En revanche, l'usine de construction de bus Iveco, filiale de RVI à Annonay, avait bénéficié du classement "amiante".

Un espoir pour l'APER qui poursuit donc ce long combat et appelle au rassemblement devant le tribunal administratif rue Duguesclin dans le 3e ce mardi à 10h45, juste avant le début de l'audience.

Tags :

amiante

RVI

APER

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.