Amiante : des ex-salariés de RVI Vénissieux devant le tribunal

Amiante : des ex-salariés de RVI Vénissieux devant le tribunal
LyonMag.com

Le combat des ex-salariés de Renault Véhicules Industriels (RVI) se poursuit.

Ce mardi, le tribunal administratif de Lyon a étudié trois affaires sur le classement de certains sites lyonnais comme établissements où les salariés sont en contact avec l'amiante. Le jugement a été mis en délibéré.

Plus d'un an après une audience à ce même tribunal, où le rapporteur public avait demandé que soit cassé le refus du ministre du Travail, avec injonction de classer les sites concernés, le rapporteur a finalement considéré que la demande de deux des demandeurs était fondée. Le rapporteur a donc demandé l'annulation du refus du ministère du Travail de classer le site RVI Vénissieux. Du côté du site de Saint-Priest, le rapporteur n'a pas jugé la demande recevable.

"Environ 70 personnes ont été victimes de problèmes de santé liés à l'amiante et une quinzaine en sont mortes. Et encore, à l'époque, on ne savait pas que c'était à cause de l'amiante", explique Jean-Paul Carret secrétaire de l'APER. Pour les salariés, l'enjeu de l'audience est de taille puisqu'elle pourrait déboucher sur l'ouverture au droit à une "préretraite amiante" avec perception d'une allocation spécifique non soumise à l'impôt sur le revenu.

"Cela fait 10 ans que les choses n'avancent pas. Ce mardi, le rapporteur public est avec nous, il nous suit sur l'inscription de Vénissieux en site ACAATA (allocation de cessation anticipée d'activité des travailleurs de l'amiante). On va encore se battre pour Saint-Priest", confie Maître Jean-Louis Macouillard, avocat des requérants. Une soixantaine de salariés des sites de Saint-Priest et Vénissieux étaient présents ce mardi matin à l'audience.

Tags :

RVI

amiante

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Nostromo le 02/04/2015 à 16:39
KIKO a écrit le 01/04/2015 à 22h09

Mon père a travaillé toute sa vie sur les sites de Renault à Vénissieux ainsi qu'à saint Priest, il est décédé en 2008 d'une tumeur au cerveau. Cette histoire d'amiante m'arrive en pleine figure ce matin car cela me laisse à penser qu'il pourrait y avoir un rapport avec l''amiante.

Quelles histoires terribles
Mon grand père a aussi été tué mais par les poussières de ciments --> Silicose
Pour ton père je pense toutefois que ce n'est pas l'amiante qui attaque plutôt les poumons, le diaphragme...
Mais les polluants ne manquaient pas dans l'industrie de l'époque, comme les COV (solvants...) qui pourraient mieux expliquer une atteinte du cerveau
Maintenant, le problème est réglé. Ces industries sont mortes et ce sont les travailleurs chinois qui respirent tout ça sans protection
C'est triste de constater que la protection des travailleurs (et le coût qui va avec) ait tout simplement tué notre industrie

Signaler Répondre

avatar
Commissaire a rien le 02/04/2015 à 16:20

NOUS NE SOMMES QUE DES ESCLAVES DES TEMPS MODERNES. !!!!!!!

Signaler Répondre

avatar
KIKO le 01/04/2015 à 22:09

Mon père a travaillé toute sa vie sur les sites de Renault à Vénissieux ainsi qu'à saint Priest, il est décédé en 2008 d'une tumeur au cerveau. Cette histoire d'amiante m'arrive en pleine figure ce matin car cela me laisse à penser qu'il pourrait y avoir un rapport avec l''amiante.

Signaler Répondre

avatar
birgitte le 31/03/2015 à 20:25

jamais pu faire aboutir mon dossier et pourtant suis malade comme un chien.

Signaler Répondre

avatar
Commissaire a rien le 31/03/2015 à 18:36

VENISSIEUX C'EST. LA CATA. NON SEULEMENT ILS ONT EMPOISONNÉS LEURS OUVRIERS MAIS EN PLUS ILS DISENT QUE C'EST PAS VRAI. !!!!!!! Mais ne vous en faites pas ils n'habitent pas la- bas. .......

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.