Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Romain Blachier - LyonMag

Et si Buren nous lâchait un peu avec les Terreaux ?

Romain Blachier - LyonMag

Preuve du rayonnement international de notre ville, Daniel Buren s'est exprimé sur Lyon. Sans doute entre un voyage à New-York et un déplacement à Tokyo.

L'artiste était mécontent de la place des Terreaux dont il s'estime à lui tout seul propriétaire. Et voulait critiquer tant son entretien que les travaux de rénovation qui s'y déroulent actuellement.

Travaux lancés par la Ville de Lyon et dont a pourtant bien besoin le lieu. Travaux modestes en ces temps de crise, mais qui respectent pourtant le travail de l'artiste.

Daniel Buren est celui, pour ceux qui ne connaitraient pas sa vie et son oeuvre, entre autres choses, qui a dessiné la place des Terreaux telle que nous la connaissons actuellement avec ses traits, ses colonnes etc.. Un artiste connu mondialement.

Ce n'est pas qu'il ne faille pas se réjouir de la reconnaissance internationale d'un Français. Il n'y en pas tant que cela en 2015. Et puis cette notoriété et ces sollicitations ont un avantage : on a moins le risque de croiser Daniel Buren s'intéresser à nos places et nos rues tant il est occupé ailleurs.

Ce n'est pas non plus que l'artiste n'aie pas de mérite : ses colonnes à Paris ont tellement donné de boutons au lecteurs de Valeurs Actuelles et de Minute en leur temps que l'homme ne peut avoir qu'un bon fond. Et je lui souhaite de continuer à connaitre gloire et succès. De préférence loin de Lyon.

Et enfin n'oublions pas non plus que la place des Terreaux était loin d'être sublime avant que Buren et l'architecte Drevet ne s'en occupent, dessinant ses fameuses lignes, érigeant de petites fontaines d'eau, installant des colonnes. Changeant ce lieu tristounet en place moderne. Sur le papier...


Mais hélas  les 69 fontaines installées n'ont, dès le départ, jamais fonctionné comme promis. L'eau rebondissant éclaboussait la place. Quand aux chaussées autour, il était bien évident qu'elles n'étaient pas de poids pour supporter des véhicules. Véhicules, qui malgré, les propos de l'époque, allaient inévitablement circuler sur ces mêmes chaussées. Sans compter l'aspect quelque peu anxiogène du lieu nouvellement dessiné.
A se demander si la surconsommation de cannabis qu'on y observait à l'époque le samedi après-midi peu après cette rénovation ne visait pas à donner un peu de planant à ce cauchemar minéral (que désapprouvent, enquête après enquête 3 Lyonnais sur 4). Une place dont on a appris que Buren voulait dans son idée de départ en faire un lieu à l'esprit parisien. Sans doute parce qu'il trouvait que Lyon c'était trop provincial ?

Bref Buren a fait un peu comme dans les bazars d'Istanbul, de Tunis ou de Nicosie : on vous vend du Lacoste et du Gucci. Et on se retrouve avec un produit troué et usé dès le premier usage. Et hélas avec aucune garantie de reprise.

Plus ennuyeux encore, Buren s'estime propriétaire de cette place qui appartient à tous les Lyonnais. Au point de poursuivre des photographes ayant créé des cartes postales des Terreaux. Il est vrai qu'un contrat passé entre Michel Noir, Maire de Lyon (droite) à l'époque, et l'artiste donnait à ce dernier la propriété de "l'image de la place". Un contrat parfaitement illégal puisque personne ne peut s'accaparer la propriété publique. Celle-ci est en droit inaliénable.

Si Daniel Buren attaquait la Ville de Lyon devant les tribunaux, comme il menace de le faire pour imposer sa vision de la place, il risquerait fort de perdre. Et, bonne nouvelle, d'oublier enfin les Terreaux ?

Retrouvez tous les billets de Romain Blachier sur son site

Romain Blachier



Tags : blachier | buren |

Commentaires 36

Déposé le 10/10/2016 à 05h28  
Par Lyonnais. Citer

Article à vomir. Justifier un manque s’entretient flagrant avec des lever de sourcils hautains et une ironie mauvaise et pourrie.
Pour réparer une fontaine défectueuse, tu appelles un artisan, allez, un plombier si c'est moins cher, et nettoyer du marbre, on le fait bien partout ailleurs.
Ce n'est pas tant le fait de ne pas s'occuper d'une œuvre qui est dramatique ici, mais le laisser aller impeccable, le manque d'investissement quand on a des idées ailleurs (OL Land à Décines ?), et les justifications glaireuses comme celles ci où l'on reporte la faute sur un artiste dont le projet à été validé, payé et exécuté.
La plupart des très grandes places publiques de Lyon sont laides et c'est dommage de les laisser s'user ainsi. Dommage. Bellecour, la place de la Comédie, les Terreaux... dommage.
Vous auriez voulu du "Lacoste et du Gucci" ? Quel malheur, Buren est un artiste français, voyez, vous auriez du appeler Tom Ford pour dessiner les Terreaux. Oh mon cher riche journaliste, des boutiques de luxe vous en trouverez à deux pas, tout le long de la rue de la République et dans les innombrables centre commerciaux de la ville et il y en aura encore dans les boutiques que Lyon va ouvrir dans ce pauvre Hotel Dieu, bientôt changé nouveau temple du lucre; laissez nous les Terreaux, ne crachez plus sur Buren, mais sur l'abandon flagrant de nos places publiques, et faites donc en sorte de faire bouger les choses pour que nous soyons fiers de nos places.

Déposé le 02/09/2015 à 08h39  
Par Peur sur la ville Citer

Un poste de police place des Terreaux me semple plus indiqué, vu la faune qui traine là bas !!!

Déposé le 23/08/2015 à 20h53  
Par Jeansais Citer

C'était mieux avant ...
Quand la fontaine Bartholdi était au centre de la place des Terreaux au lieu d'être reléguée vers les bistrots ...peut être pour mettre de l'eau dans le pastis ou dans le beaujolais
( qui en compte déjà beaucoup !!) ??

Déposé le 23/08/2015 à 16h33  
Par polly Citer

Tu parles d'un "artiste" ! Actuellement tout le monde a du talent, pour ne pas dire du génie. Quelle époque !

Déposé le 23/08/2015 à 15h24  
Par Pierre Œil de Dragon Citer

Bonjour
étant l'un des assigné en tant q'éditeur de cartes postales,je confirme que Mr BUREN a perdu son procès devant la cour de cassation.

Post monétaire Déposé le 23/08/2015 à 11h33  
Par Post monétaire Citer

"...... Preuve du rayonnement international de notre ville,......"
.
http://www.dailymotion.com/video/x30l033_le-proces-de-gerard-collomb-par-guignol_fun

Déposé le 21/08/2015 à 15h47  
Par NAPO Citer

Là où BUREN passe, l'Art trépasse
C'est l'escroquerie de l'Art Contemporain.

Déposé le 21/08/2015 à 15h08  
Par burenfosse Citer

Laulau a écrit le 21/08/2015 à 13h12

Buren go home !
un peu de verdure ferait du bien à cet endroit,

Daniel Buren développe une architecture de plus en plus radicale qui joue à la fois sur l’économie des moyens mis en œuvre et sur les rapports entre le fond et la forme.

Si vous ne le comprenez pas c'est peut être à vous de vous "mettre au vert"

Déposé le 21/08/2015 à 13h12  
Par Laulau Citer

Buren go home !
un peu de verdure ferait du bien à cet endroit,

Déposé le 21/08/2015 à 12h56  
Par guy Citer

tu nous casses les buren !!!

Déposé le 21/08/2015 à 10h32  
Par ben non Citer

mémoire a écrit le 20/08/2015 à 21h58

Bon, je vais donc résumer,

Sur le premier article de Lyonmag à ce sujet, j'ai été le premier à rappeler l'histoire des cartes postales (d'où mon pseudo).
Sur le 2ème article, j'ai bien signalé que l'erreur initiale avait été de ne pas exiger que Buren cède ses droits de propriété intellectuelle aux payeurs : nous, par nos impôts.

Monsieur Blachier a par la suite produit un article avec lequel je suis essentiellement d'accord en ce qu'il critique Buren.
Mais, politique politicienne oblige, il a cru devoir dénoncer un prétendu contrat qui aurait été signé par un maire d'un parti politique de droite "parfaitement illégal" selon lui et qui aurait donné à Buren, toujours selon lui, la "propriété de l'image" de la place.

Ce contrat n'existe pas, comme le démontre l'arrêt de la Cour de Cassation produit par l'auteur, à ma demande, un jour après son post initial.
Voilà ! Les éléments mentionnés dans l'article sont tout simplement faux. C'est juste ce que je voulais signaler.

Quant à la gauche, vous m'excuserez, mais je ne considère pas que la politique de Gérard Collomb soit de gauche.

Je n'interviendrai plus et pour info, mon post sur le sujet était mon premier post sur lyon mag.

Mais monsieur Buren considère lui aussi qu'il a la propriété de l'image sur la place qui lui aurait été donné par Michel Noir. Pourquoi le nier ?

Déposé le 21/08/2015 à 04h36   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par basse1 Citer

Pour rappel, monsieur Blachier est élu socialiste, proche de Collomb... Il ne fait que son travail de propagande et de protection de son mentor... Il ne faut pas lui en vouloir, sa fidélité l'aveugle au point de monter au front dès qu'une affaire touche son maître. Au fait, vous qui êtes si caler juridiquement et qui connaissait bien la Saône et ses berges, que dites vous du jugement frappant une nouvelle fois Giorgi... Sûrement rien puisqu'il est un grand ami de Collomb

Déposé le 20/08/2015 à 21h58  
Par mémoire Citer

romainblachier a écrit le 20/08/2015 à 20h59

Monsieur,

je sais bien que vous êtes là davantage dans l'envie du trolling que celui du débat , comme souvent, mais plaisir d'écrire je prends une dernière fois la plume pour vous répondre

-vous m'avez demandé la décision sur la carte postale, je vous la fourni, je n'ai pas dit que la décision avait été motivée par l'inaliénabilité du domaine public

-Vous m'avez demandez en quoi le contrat est illégal: je vous ai montré les textes. Je suis assez surpris qu'une personne se prétendant à la gauche de la gauche remette en cause ce principe. Mais sans doute le trolling est-il parfois plus fort que la conviction :) A moins que vous ne soyez pas celui que vous prétendez être.

-En effet il n'y a pas encore de jugement sur le sujet. C'est même dit dans mon billet que vous avez, je vous l'assure, comme souvent de votre part lu trop vite. Du coup une attaque de Buren permettrait de faire valoir le Droit. Qu'une chose illégale soit pas encore jugée ne la rend pas moins illégale.

Je vous laisse le dernier mot et vous souhaite une bonne semaine.

Bon, je vais donc résumer,

Sur le premier article de Lyonmag à ce sujet, j'ai été le premier à rappeler l'histoire des cartes postales (d'où mon pseudo).
Sur le 2ème article, j'ai bien signalé que l'erreur initiale avait été de ne pas exiger que Buren cède ses droits de propriété intellectuelle aux payeurs : nous, par nos impôts.

Monsieur Blachier a par la suite produit un article avec lequel je suis essentiellement d'accord en ce qu'il critique Buren.
Mais, politique politicienne oblige, il a cru devoir dénoncer un prétendu contrat qui aurait été signé par un maire d'un parti politique de droite "parfaitement illégal" selon lui et qui aurait donné à Buren, toujours selon lui, la "propriété de l'image" de la place.

Ce contrat n'existe pas, comme le démontre l'arrêt de la Cour de Cassation produit par l'auteur, à ma demande, un jour après son post initial.
Voilà ! Les éléments mentionnés dans l'article sont tout simplement faux. C'est juste ce que je voulais signaler.

Quant à la gauche, vous m'excuserez, mais je ne considère pas que la politique de Gérard Collomb soit de gauche.

Je n'interviendrai plus et pour info, mon post sur le sujet était mon premier post sur lyon mag.

Déposé le 20/08/2015 à 20h59  
Par romainblachier Citer

mémoire a écrit le 20/08/2015 à 10h35

Les choses sont désormais claires suite à vos recherches.
L'affaire n'a strictement rien n'a voir avec l'inaliénabilité du domaine public, invoquée dans votre article, puis vos premiers commentaires.
Elle a simplement à voir avec le code de la propriété intellectuelle, la cour de cass disant que l'oeuvre de Buren n'est qu'une partie de la place des terreaux.

Quant au fameux contrat signé par Michel Noir et "parfaitement illégal" selon vous, je n'en ai toujours aucune trace, en tout cas ce n'est pas sur la base de ce contrat que Buren a attaqué les éditeurs de cartes postales.

Monsieur,

je sais bien que vous êtes là davantage dans l'envie du trolling que celui du débat , comme souvent, mais plaisir d'écrire je prends une dernière fois la plume pour vous répondre

-vous m'avez demandé la décision sur la carte postale, je vous la fourni, je n'ai pas dit que la décision avait été motivée par l'inaliénabilité du domaine public

-Vous m'avez demandez en quoi le contrat est illégal: je vous ai montré les textes. Je suis assez surpris qu'une personne se prétendant à la gauche de la gauche remette en cause ce principe. Mais sans doute le trolling est-il parfois plus fort que la conviction :) A moins que vous ne soyez pas celui que vous prétendez être.

-En effet il n'y a pas encore de jugement sur le sujet. C'est même dit dans mon billet que vous avez, je vous l'assure, comme souvent de votre part lu trop vite. Du coup une attaque de Buren permettrait de faire valoir le Droit. Qu'une chose illégale soit pas encore jugée ne la rend pas moins illégale.

Je vous laisse le dernier mot et vous souhaite une bonne semaine.

Déposé le 20/08/2015 à 20h49  
Par un lecteur Citer

Doumé a écrit le 20/08/2015 à 18h04

Vos propos éloquents et votre politesse ne peuvent cacher une profonde méconnaissance de ce dossier, tant au niveau du droit des marchés que du droit a l'image d'un architecte. Autant je n'apprécie pas particulièrement Mr. BUREN, mais la ville de Lyon a manqué a ses devoirs par une faute évidente d'entretien, de dévoiement de l'utilisation de cette place. Enfin il faut, pour l'avoir vécu, savoir comment et avec quel dédain la ville de Lyon traite ses entreprises en cas de contentieux sur les marchés jusqu’à laisser pourrir la situation. Le résultat est sous nos yeux parce que c'est la place des Terreaux, mais d'autres dossiers sont pires encore car non visibles. C'est du laxisme et un manque de considération pour le contribuable, l'usager, la notoriété de la ville. Il vaut mieux se faire plaindre et s'étaler médiatiquement grâce a des gens comme vous......

Dès le 1er jour les fontaines n'ont pas marché. Ne cherchez pas d'excuses à Buren...

Déposé le 20/08/2015 à 20h48  
Par un lecteur Citer

mémoire a écrit le 20/08/2015 à 10h35

Les choses sont désormais claires suite à vos recherches.
L'affaire n'a strictement rien n'a voir avec l'inaliénabilité du domaine public, invoquée dans votre article, puis vos premiers commentaires.
Elle a simplement à voir avec le code de la propriété intellectuelle, la cour de cass disant que l'oeuvre de Buren n'est qu'une partie de la place des terreaux.

Quant au fameux contrat signé par Michel Noir et "parfaitement illégal" selon vous, je n'en ai toujours aucune trace, en tout cas ce n'est pas sur la base de ce contrat que Buren a attaqué les éditeurs de cartes postales.

Pardon de me mêler de la conversation. Pour qu'il y ai jugement sur ce point là, il faudrait qu'il y ai procès. Enfin il me semble. C'est d'ailleurs ce que dit l'auteur. Et le côté inaliénable de la propriété publique ne fait guère de doute. Curieux que vous ne soyez pas d'accord avec ça pour quelqu'un qui se dit très à gauche.

Déposé le 20/08/2015 à 18h04  
Par Doumé Citer

Vos propos éloquents et votre politesse ne peuvent cacher une profonde méconnaissance de ce dossier, tant au niveau du droit des marchés que du droit a l'image d'un architecte. Autant je n'apprécie pas particulièrement Mr. BUREN, mais la ville de Lyon a manqué a ses devoirs par une faute évidente d'entretien, de dévoiement de l'utilisation de cette place. Enfin il faut, pour l'avoir vécu, savoir comment et avec quel dédain la ville de Lyon traite ses entreprises en cas de contentieux sur les marchés jusqu’à laisser pourrir la situation. Le résultat est sous nos yeux parce que c'est la place des Terreaux, mais d'autres dossiers sont pires encore car non visibles. C'est du laxisme et un manque de considération pour le contribuable, l'usager, la notoriété de la ville. Il vaut mieux se faire plaindre et s'étaler médiatiquement grâce a des gens comme vous......

Déposé le 20/08/2015 à 16h39  
Par jiabitpamaijipasse Citer

moi c le tunnel que j'aime

Déposé le 20/08/2015 à 10h35  
Par mémoire Citer

romainblachier a écrit le 20/08/2015 à 01h15

Vous devriez pourtant lire, c'est là dessus sur ce concept de doit que le contrat passé ne peut être valable. Un jugement se base généralement sur du droit. On est pas aux USA où seul la jurisprudence joue.

Puisque vous posez la question concernant le procès des cartes postales je vais vous mâcher le boulot encore une fois : Buren a perdu: c'est à lire là: https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/arret_no_632.html

Comme quoi vous voyez que contrairement à votre propos agressif du début, je ne racontais pas des choses en l'air :)

Bonne semaine à vous et merci de vous intéresser à mon avis et mes écrits.

Les choses sont désormais claires suite à vos recherches.
L'affaire n'a strictement rien n'a voir avec l'inaliénabilité du domaine public, invoquée dans votre article, puis vos premiers commentaires.
Elle a simplement à voir avec le code de la propriété intellectuelle, la cour de cass disant que l'oeuvre de Buren n'est qu'une partie de la place des terreaux.

Quant au fameux contrat signé par Michel Noir et "parfaitement illégal" selon vous, je n'en ai toujours aucune trace, en tout cas ce n'est pas sur la base de ce contrat que Buren a attaqué les éditeurs de cartes postales.

Déposé le 20/08/2015 à 10h02  
Par bula Citer

Quand j'etais gamin elles fonctionnaient les fontaines et le lieu n'était pas si anxiogène. A l'époque il n'y avait pas tant de bus et de C3 double bus très lourds ceci explique sans doute cela

Déposé le 20/08/2015 à 07h55  
Par Totoblabla Citer

Une question/remarques toute bete...
Si l eau s ecoule ou il ne fait pas, si la place se degrade petit a petit... N y a t il pas la un probleme de conception?
Ne peut on pas se retourner contre les constructeurs pour les reparztions, l indemnisation et le droit d entendre... Leur silence?

Cette place est jolie... Sur le papier!
Dans la realité, je l evite quand elle est en fonctionnement pour le bié etre de mes chaussures
A t on aussi une idee de la quantité d eau therorique et reelle que la place utilise? S agit il d eau recyclée? Dans un systeme cyclique?

Déposé le 20/08/2015 à 07h22  
Par gillesbb Citer

il faut que cette place mette plus en valeur la fontaine de Bartoldi(autrement on la revend aux bordelais qui n'avaient pas pu se l'acheter à l'époque alors qu'ils l'avaient commandée, j'en suis persuadé qu'ils seraient heureux de posséder ce joyau)

Et puis bye Buren , rendons cette place aux lyonnais

Déposé le 20/08/2015 à 01h15  
Par romainblachier Citer

mémoire a écrit le 19/08/2015 à 20h35

Il se trouve que je suis du même bord, mais bien plus à gauche (litote).
Le lien cité ne contient aucun jugement.
M. Buren a-t-il perdu son procès aux éditeurs de cartes postales ?
L'opposition de 1994 a-t-elle engagé quelque action que ce soit contre le contrat passé par Michel Noir, lequel est selon vous "parfaitement illégal" ?
En matière de justice et de légalité, ou vous citez un jugement, ou vous n'êtes pas crédible...

Vous devriez pourtant lire, c'est là dessus sur ce concept de doit que le contrat passé ne peut être valable. Un jugement se base généralement sur du droit. On est pas aux USA où seul la jurisprudence joue.

Puisque vous posez la question concernant le procès des cartes postales je vais vous mâcher le boulot encore une fois : Buren a perdu: c'est à lire là: https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/arret_no_632.html

Comme quoi vous voyez que contrairement à votre propos agressif du début, je ne racontais pas des choses en l'air :)

Bonne semaine à vous et merci de vous intéresser à mon avis et mes écrits.

Déposé le 19/08/2015 à 20h35  
Par mémoire Citer

romainblachier a écrit le 19/08/2015 à 20h09

Comme d'habitude relisez mon édito au lieu de partir sabre au clair car j'ai le tort de ne pas être du même bord que vous : la propriété publique est inaliénable.

Je ne l'invente pas, vous pourrez le lire dans tous les textes de loi. Je suis désolé que votre ami, M.Noir n'en aie pas tenu compte. Tenez voici un texte http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/collectivites-territoriales/moyens-action-collectivites-territoriales/quel-est-regime-juridique-applicable-aux-biens-collectivites-territoriales.html . Si M.Buren porte plainte vous aurez ce jugement désavouant le contrat que vos amis politiques ont passé...

bonne soirée et bonne lecture.
.

Il se trouve que je suis du même bord, mais bien plus à gauche (litote).
Le lien cité ne contient aucun jugement.
M. Buren a-t-il perdu son procès aux éditeurs de cartes postales ?
L'opposition de 1994 a-t-elle engagé quelque action que ce soit contre le contrat passé par Michel Noir, lequel est selon vous "parfaitement illégal" ?
En matière de justice et de légalité, ou vous citez un jugement, ou vous n'êtes pas crédible...

Déposé le 19/08/2015 à 20h12  
Par romainblachier Citer

Bravo! a écrit le 19/08/2015 à 19h06

excellent édito!

et pourquoi pas une place toute simple un joli revêtement ,des espaces verts ,des arbres et des bancs pour nos amoureux...

Pourquoi pas.

Déposé le 19/08/2015 à 20h12  
Par romainblachier Citer

Bravo! a écrit le 19/08/2015 à 19h04

Blachier me donne des boutons en général dans ses éditos, écriture approximative, formulation qui laisse à désirer…
La seul chose que Romain (l’individu a l’air sympathique) maitrise c’est le politiquement correct.
Il est vrai que je lis Valeur Actuelle, vade retro satanas… !
Mais là, j’applaudis des deux mains …Buren est un mystificateur qui a su, connaissant les faiblesses egocentrique de nos hommes politique en générale et de Michel Noir en particulier leur faire prendre des vessies pour des lanternes tout cela permettant à certains intermédiaires lyonnais de s’enrichir ! (dont un pseudo galeriste)
Romain j’attends vos prochains éditos pour voir votre capacité de rédemption…
Par exemple que pensez-vous de la tour Incity ?

Il me semble que dans le climat actuel le nouveau politiquement correct c'est Valeurs Actuelles. Mais bon je ne vous convaincrait pas. Tout comme que de mon style, qui sans doute vous trouveriez baudelairien si il était issu d'un éditorialiste partageant vos idées.

Mais content qu'on se retrouve pour une fois. Trinquons !

Déposé le 19/08/2015 à 20h09  
Par romainblachier Citer

j butte a écrit le 19/08/2015 à 18h06

Et oui ou est notre jolie place des TERREAUX une honte de voir ça notre cher maire devrez sen occuper qu il se bouge un peu

Ben c'est ce qui se passe...et ce qui provoque la fureur de Buren.

Déposé le 19/08/2015 à 20h09  
Par romainblachier Citer

mémoire a écrit le 19/08/2015 à 18h02

Comme d'habitude les affirmations de M. Blachier sont inexactes, ce qui serait pardonnable s'il n'était par ailleurs élu de Lyon.
Pourrait-on avoir une preuve (un jugement par exemple ?) de l'illégalité parfaite d'un prétendu contrat passé entre Michel Noir (du bord opposé à M. Blachier) et l'artiste ? D'ailleurs pourrait-on avoir connaissance de ce contrat ?

Comme d'habitude relisez mon édito au lieu de partir sabre au clair car j'ai le tort de ne pas être du même bord que vous : la propriété publique est inaliénable.

Je ne l'invente pas, vous pourrez le lire dans tous les textes de loi. Je suis désolé que votre ami, M.Noir n'en aie pas tenu compte. Tenez voici un texte http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/collectivites-territoriales/moyens-action-collectivites-territoriales/quel-est-regime-juridique-applicable-aux-biens-collectivites-territoriales.html . Si M.Buren porte plainte vous aurez ce jugement désavouant le contrat que vos amis politiques ont passé...

bonne soirée et bonne lecture.
.

Déposé le 19/08/2015 à 20h02  
Par romainblachier Citer

Damiendu74 a écrit le 19/08/2015 à 17h50

Merci pour cet article.
Heureusement que la magnifique fontaine de Bartholdi est là pour nous faire oublier cet échec total de Buren. Le sketch des inconnus résume très bien l'imposture qu'il représente !

merci

Déposé le 19/08/2015 à 20h02  
Par romainblachier Citer

mon pseudo a écrit le 19/08/2015 à 16h52

pfff... cette inutile polémique réveille ce triste et étroit d'esprit lyonnais.

On s'en fout de Buren, le mouvement support surface a un demi siècle est fait partie de l'histoire (de l'art?)

"la place des Terreaux était sublime avant que Buren et l'architecte Drevet s'en occupent" - mais bien sûr, on était bien chez nous du temps de Herriot.

La seule question est budgétaire. le grand lyon (espace public) a t il les moyen de correctement réparer.

le reste n'est que bavardage. Mais il y en a qui aime...

C'est justement pour cela que quelques travaux sont engagés. Mais modestes, budget oblige.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.