Une idée : pour détruire le Covid-19, laissez-nous aller en festival en plein air !

Une idée : pour détruire le Covid-19, laissez-nous aller en festival en plein air !
Romain Blachier - DR Nicolas Nova

Seulement 5% des contaminations au virus se font à l’extérieur.

Un an, 1 an que les festivals sont fermés. Un an qu’il n’est plus possible, dans la Métropole de Lyon comme ailleurs d’aller danser ou écouter de la musique en live ou d’aller voir une pièce de théâtre.

Un an qu’on peut aller au supermarché mais pas écouter en live Pat Kalla ou Théo Charaf défendre leurs nouveaux albums. Un an qu’on ne peut voir les nouvelles créations de flamenco de la compagnie Julianna Ymira ou que nous devons voir le Reperkusound derrière un écran. Un an, à part une brève parenthèse d’été à octobre, qu’on ne peut plus écouter les Djs mixer.

Etre dehors est l’endroit le plus sûr contre le COVID

Pourtant 5% des contaminations se déroulent quand nous sommes dehors dans les parcs. On est bien plus en sécurité à headbanger au Sylak festival devant une bande de métalleux, d’aller voir jouer la compagnie La Rouquine et Thespis ou à kiffer de la bonne drum and bass inspiré par les UK sous les platines de Flore Morfin qu’à aller acheter un paquet de papier toilette dans la foule de 17H30 du supermarché du coin.

Les pouvoirs publics un peu à la ramasse

Certes des solutions sont recherchées par les pouvoirs publics locaux comme nationaux. Mais Boulevard de l’électro filmé ce n’est pas vraiment boulevard de l’electro même si cela aura au moins le mérite de faire bosser des artistes. D’ailleurs beaucoup d’expériences le prouvent comme le dit Sébastien Broquet dans son excellent papier consacré aux festivals d’été : le public ne suit en général que fort peu ces sets devant un public vide, qui ressemblent un peu à de la télé à papa.

Et une partie de ces mêmes pouvoirs publics pour l’instant, qu’ils soient locaux ou nationaux semblent ne pas toujours avoir compris comment fonctionne un événement.

Oui Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture de Grégory Doucet, est en dialogue attentif avec les principaux lieux et événements.

Mais que penser de la déclaration de Victoire Goust, élue au Tourisme, qui s’est réjouie sur Twitter que le festival du Woodstower  soit contraint à être quasiment uniquement sous programmation locale à cause de la pandémie ?

Qu’il faille laisser une part plus grande aux artistes locaux dans certains événements comme les Nuits de Fourvière c’est une évidence et je suis sûr que le vice-Président à la Culture de la Métropole de Lyon Cédric Van Styvendael auprès de Bruno Bernard en est conscient. Mais Madame Goust ignore-t-elle que l’économie et l’attractivité d’un festival comme Woodstower cela repose aussi sur la venue d’artistes venus d’ailleurs? Que le développement d’une scène locale ce n’est pas le repli sur soi ?

Beaucoup d’effets d’annonce

D’autres collectivités ne sont pas en reste. La mairie de Paris exhibe une carte des événements que seuls quelques naïfs peuvent prendre pour autre chose qu’un effet d’annonce.

Alors vous me direz : mais le Ministère, lui, veut autoriser les festivals en plein air à certaines conditions.

 Sauf que tout cela est très imprécis. Un festival assis cela peut marcher un peu pour Jazz à Vienne mais comment organiser un festival d’electro comme le Reperkusound de Mediatone (qui s’est “tenu” en streaming cette année) ou les Nuits Sonores assis ?

Ensuite même quand c’est possible d’être assis, comment vont gérer les organisateurs ? Sans bar (indispensable pour l’économie des festivals) de 14h à 20h, avec de la musique en sourdine, avec un labo de tests PCR ? Avec quelle économie pour les organisateurs ? Avec quels artistes ?

Détruisez le COVID : laissez-nous danser dehors !

Laissez-nous sortir du dedans on l’on attrappe la grande majorité de ce foutu covid. Et laissez nous écouter du son. Ca sera plus sûr pour notre santé que de prendre le bus, le métro ou d’aller acheter des fringues made in Bangladesh chez Zara. On aura moins de soucis d’humeur (il parait que 20% des français sont déprimés en ce moment). Et on prendra moins de risques qu’enfermés.

Retrouvez tous les billets de Romain Blachier sur son site
Romain Blachier

Tags :

blachier

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mayday le 15/03/2021 à 19:43
Jolie Môme a écrit le 15/03/2021 à 14h58

il attend que cela , il en rêve !
il n'y a pas mieux comme opportuniste !
totalement à la ramasse, toujours à contre courant de la réalité !
Sont problème comment faire du bruit pour se faire remarquer . J.M

Il y a un poste de conseiller en communication à la Métropole :)))

Signaler Répondre

avatar
Liberta le 15/03/2021 à 18:04

Libertaire où Libertin masqué ? Choisit ton camps camarade.... mdr.

Signaler Répondre

avatar
Jolie Môme le 15/03/2021 à 14:58
Mayday a écrit le 15/03/2021 à 14h10

Oui mais votre raisonnement ne permet pas de faire de la démagogie à moindre frais. Contrairement à R. Blachier qui y va franco en titrant carrément que les festivals en plein air pourraient non pas réduire les frustrations, mais carrément... « détruire le Covid-19 » !
Moi je dis qu’il mériterait de rejoindre l’équipe municipale.

il attend que cela , il en rêve !
il n'y a pas mieux comme opportuniste !
totalement à la ramasse, toujours à contre courant de la réalité !
Sont problème comment faire du bruit pour se faire remarquer . J.M

Signaler Répondre

avatar
Un dogue niché a mal le 15/03/2021 à 14:49

Romain B. ou la quintessence du bon sens... politique!
A l'image de tous les incompétents qui gangrènent notre système politique

Signaler Répondre

avatar
Mayday le 15/03/2021 à 14:10
Yatilunpilotedanslavion a écrit le 15/03/2021 à 13h37

"Un an qu’on peut aller au supermarché mais pas écouter en live Pat Kalla ou Théo Charaf ..."
Autant pouvoir faire ses courses est utile pour vivre...autant écouter un concert en live peut attendre des jours meilleurs ! !!!
Ça tient juste du bon sens !

Oui mais votre raisonnement ne permet pas de faire de la démagogie à moindre frais. Contrairement à R. Blachier qui y va franco en titrant carrément que les festivals en plein air pourraient non pas réduire les frustrations, mais carrément... « détruire le Covid-19 » !
Moi je dis qu’il mériterait de rejoindre l’équipe municipale.

Signaler Répondre

avatar
Yatilunpilotedanslavion le 15/03/2021 à 13:37

"Un an qu’on peut aller au supermarché mais pas écouter en live Pat Kalla ou Théo Charaf ..."
Autant pouvoir faire ses courses est utile pour vivre...autant écouter un concert en live peut attendre des jours meilleurs ! !!!
Ça tient juste du bon sens !

Signaler Répondre

avatar
beeeee n le 15/03/2021 à 13:31
Cédric Kalfon a écrit le 15/03/2021 à 12h44

Woodstower vs Les Nuits de Fourvière
"Qu’il faille laisser une part plus grande aux artistes locaux dans certains événements comme les Nuits de Fourvière c’est une évidence"
... C'est quoi l'évidence ?

pour vous il ne faut pas laisser de place aux artistes locaux cher anonyme ?

Signaler Répondre

avatar
Cédric Kalfon le 15/03/2021 à 12:44

Woodstower vs Les Nuits de Fourvière
"Qu’il faille laisser une part plus grande aux artistes locaux dans certains événements comme les Nuits de Fourvière c’est une évidence"
... C'est quoi l'évidence ?

Signaler Répondre

avatar
question ? le 15/03/2021 à 12:04
Surpris a écrit le 15/03/2021 à 11h36

Est-ce vraiment Romain Blachier qui a rédigé ce texte, ou bien en a-t-il sous-traité la rédaction sans le relire ?...

ppourquoi?

Signaler Répondre

avatar
Surpris le 15/03/2021 à 11:36

Est-ce vraiment Romain Blachier qui a rédigé ce texte, ou bien en a-t-il sous-traité la rédaction sans le relire ?...

Signaler Répondre

avatar
De Lyon le 15/03/2021 à 11:36

Dans le fond je suis d'accord avec cet édito, aimant beaucoup les concerts. Mais même en plein air, dans une configuration autre que assise, comment garantir que les gens ne se colleront pas, ne danseront pas ensemble, (surtout avec de la musique dansante ou excitante), et ne viendront pas vous tousser dessus?
Quand on voit déjà l'absence de respect des gestes barrières de pas mal de monde, au supermarché ou à la Poste?
Et le réflexe du public debout dans la fosse, étant de s'agglutiner devant la scène?
Pour le coup je serais plus serein avec des places assises obligatoires et numérotées, suffisamment séparées les unes des autres, et avec éjection du concert de ceux qui ne respectent pas les règles.
C'est sûr que ce serait bien moins "fun" qu'un concert d'avant le covid, mais mieux que rien. Si financièrement ça reste viable avec un public forcément restreint.

Signaler Répondre

avatar
Greg a deja commencé le 15/03/2021 à 11:28

je crois bien que Doucet a étendu et applique deja les conseils de M. Blachier!!

en effet, pour éradiquer définitivement le marché clandestin de recel et la violence qui l accompagne, à la Guillotiere, il va le legaliser

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.