Quatre policiers de la BAC de Lyon visés par une enquête pour faux (Màj)

Quatre policiers de la BAC de Lyon visés par une enquête pour faux (Màj)
LyonMag

Ce mercredi matin, quatre policiers de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) de Lyon sont convoqués pour être auditionnés dans les locaux de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN), la police des polices.

Des mesures de garde-à-vue pourraient être ordonnées. Selon nos informations, les fonctionnaires de la BAC sont suspectés de faux et usage de faux dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Lyon.

Tout est parti d’une interpellation d’individus sur les berges du Rhône "avant l’été", sans autre précision de date. Ivres, les personnes auraient pris d’assaut la nacelle d’un engin de travaux en stationnement sur la voie publique. Mais l’interpellation tourne mal et les hommes de la BAC ont eu, semble-t-il, recours à la violence.

PV falsifiés et vidéosurveillance
Mais les procès-verbaux dressés par l’équipage de la BAC ne coïncident pas avec les déclarations des individus interpellés. Problème, les images de la vidéosurveillance de la ville infirmeraient même la version policière couchée sur PV et rendraient, du coup, illégitime l’usage de violence. Les fonctionnaires de la BAC ont-ils falsifiés des PV et menti à leur hiérarchie pour couvrir une affaire de violences en réunion ?

Les quatre fonctionnaires lyonnais visés par l’enquête seraient impliqués à des degrés divers selon une source proche du dossier. "Il faudra déterminer dans quelle mesure ils sont solidaires ou bien si l’un d’eux a pu entraîner ses collègues dans sa bêtise", commente cette même source. "Il est déjà difficile de juger des affaires où tout ce qu’on a, c’est la parole des policiers contre celle de suspects. C’est toujours la parole policière qui l’emporte. Donc, on ne peut avoir le moindre doute, il faut qu’on aille au bout de ce dossier et qu’on investigue pour éliminer tout doute", s’agace une source judiciaire.

Prudence
Problème, le faux et l’usage de faux commis par une personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions sont passibles de la cour d’assises et punis, en théorie, de 15 ans de réclusion et de 225 000 euros d’amende selon les dispositions de l’article 441-4 du Code pénal.

Pour l’heure, il convient de rester prudent quant à l’issue de la procédure. D’autant plus que l’on a déjà vu, dans l’affaire de violence policière présumée sur le pont de la Guillotière à Lyon après le match de Coupe du monde 2014 entre la Corée du Sud et l’Algérie, une vidéo postée sur Youtube qui semblait accabler un policier avant que l’enquête ne mette définitivement hors de cause le fonctionnaire incriminé. Mais dans ce dossier, on ne parlait pas de faux.

Sans aller jusqu’à évoquer un nouveau coup dur pour la police lyonnaise, difficile de nier que cette affaire intervient à une époque où celle-ci vit au rythme des scandales. Depuis l’explosion de l’affaire Neyret, plusieurs dossiers se sont accumulés sur le bureau de la police des polices.

Par ailleurs, cette nouvelle affaire intervient dans un contexte où des détenus crient régulièrement à la manipulation de la procédure lors de leur passage devant la justice lyonnaise et accusent la police d’avoir fait des faux dans leur dossier. Cette procédure de faux qui vise les fonctionnaires de la BAC ne sera sans doute pas de nature à rendre l’ambiance des prétoires plus sereine.

130 fonctionnaires de police sont affectés à la BAC de Lyon. Aujourd’hui, quatre d’entre eux sont suspectés dans une procédure de faux et usage de faux. Et à cette heure, ils restent présumés innocents.

Slim Mazni

Mise à jour à 19h55 : Rebondissement avec trois gardes à vue finalement levées : un seul policier devrait passer la nuit en garde-à-vue.

Mise à jour à 9h55 : Selon une source judiciaire, les quatre policiers de la BAC ont été placés en garde à vue au commissariat de Villeurbanne ce mercredi matin après leur convocation.

18 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
L'arroseur arrosé le 08/10/2015 à 15:45
lingenu a écrit le 08/10/2015 à 13h35

je doute que cette situation date de 2015, a moins que vous ne soyez tombé de la dernière pluie ?

Qui a écrit que cela datait de 2015 ?
Mis à part votre doute ?

Signaler Répondre

avatar
lingenu le 08/10/2015 à 13:35
Dégoûté a écrit le 08/10/2015 à 13h04

Pas mieux !
On a Lyon des élus qui se vautrent dans les conflits et/ou prises illégales d'intérêts, pourquoi ne sont-ils jamais poursuivis eux ?
On m'a dit que nous étions tous égaux devant la justice, on m'aurait menti ? Il y en a qui serait plus égaux que d'autres ?

je doute que cette situation date de 2015, a moins que vous ne soyez tombé de la dernière pluie ?

Signaler Répondre

avatar
Dégoûté le 08/10/2015 à 13:04
Fopaldire a écrit le 07/10/2015 à 11h38

Durs avec les petits délinquants (on ne s'en plaint pas) mais prévenants avec les gros délinquants en col blanc avec du pouvoir.
Voilà en 2015 ce qu'est devenue la police française, une milice privée du pouvoir.

Pas mieux !
On a Lyon des élus qui se vautrent dans les conflits et/ou prises illégales d'intérêts, pourquoi ne sont-ils jamais poursuivis eux ?
On m'a dit que nous étions tous égaux devant la justice, on m'aurait menti ? Il y en a qui serait plus égaux que d'autres ?

Signaler Répondre

avatar
Oups! le 07/10/2015 à 19:36

petite évolution dans vos articles ou il semble que les policiers ne sont peut être pas si coupable que ca...
de toute façon le mal est fait!

soyez prudent dans vos affirmations!

Signaler Répondre

avatar
soutient ! le 07/10/2015 à 19:18

toute mes pensées a la famille de ces policier de la Bac dont leur maris ou père etc. vont être trainé dans la boue...

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 07/10/2015 à 18:31

@Mazni
Merci pour cette précision...

Signaler Répondre

avatar
de l'info SVP le 07/10/2015 à 18:00

Monsieur Mazni,

..." l’interpellation tourne mal "...

Peut-on nous éclairer de façon plus précise sur ce qui s’est passé cette nuit cela nous permettra d’avoir une vision plus claire de cette affaire !

Signaler Répondre

avatar
san souci le 07/10/2015 à 17:50

plus facile et moins risqué pour les "boeuf carottes" de s'en prendre à leurs collègues policiers plutôt qu'aux voyous......

Signaler Répondre

avatar
soutien a nos policiers le 07/10/2015 à 17:30

Il serait intéressant de savoir s’il y a eu des falsifications concernant les PV ce que cela a entrainé chez nos jeunes amis alcooliques ???
Quel préjudice ???Surement aucun !
Si les policiers ont pris des largesses avec la procédure (ce qui est condamnable) il peut avoir des explications liés à l’arrestation de jeunes alcoolisés et pas toujours respectieux de l’ordre établie…
Cela explique le comportement de nos policiers qui en prennent pour leur grade de façon quotidienne et qui en peuvent plus
Pour eux la sanction va être disproportionnée par rapport à leur délit.
Surtout lorsque des medias en font un point d’actualité.
Dans tous les cas respect a la BAC qui sont souvent notre ultime protection lorsque l’on se fait harcelé quotidiennement par des voyous !
Une jeune femme qui a peur de sortir en ville

Signaler Répondre

avatar
Mazni le 07/10/2015 à 12:51
Jansais a écrit le 07/10/2015 à 12h39

"faux (Màj)"...???
majeur, major,majorette,magie, majuscule ??,
ou faux mages ou encore fro-mage ??,
Qui peut m'expliquer ce (Màj) ?

Mis à jour... cela signifie que l'article a été complété et mis à jour (Màj) en fonction des derniers éléments obtenus. Cordialement

Signaler Répondre

avatar
Jansais le 07/10/2015 à 12:39

"faux (Màj)"...???
majeur, major,majorette,magie, majuscule ??,
ou faux mages ou encore fro-mage ??,
Qui peut m'expliquer ce (Màj) ?

Signaler Répondre

avatar
NAPO le 07/10/2015 à 12:01

"" Ivres, les personnes auraient pris d’assaut la nacelle d’un engin de travaux en stationnement sur la voie publique. Mais l’interpellation tourne mal et les hommes de la BAC ont eu, semble-t-il, recours à la violence.""

Il a bien fallu maîtriser ces individus ivres et on ne fait pas
d'omelette sans casser d' oeufs.
Devant caque situation qui nécessite l'usage de la force,,les
policiers devraient exercer un droit de retrait dans la mesure
où ils ne sont pas protégés par la Justice.

Signaler Répondre

avatar
Fopaldire le 07/10/2015 à 11:38

Durs avec les petits délinquants (on ne s'en plaint pas) mais prévenants avec les gros délinquants en col blanc avec du pouvoir.
Voilà en 2015 ce qu'est devenue la police française, une milice privée du pouvoir.

Signaler Répondre

avatar
riverain le 07/10/2015 à 11:29

Je parierai que l'interpellation s'est passée la nuit... Et quand on connait à quoi ressemble les berges la nuit...c'est la loi de la jungle...il faudra m'expliquer comment on interpelle des gens surexcités & ultra-violents sans usage de la force...
Peut être ont-ils dérapé surement ont-ils des circonstances atténuantes...

Signaler Répondre

avatar
Jean Charles. le 07/10/2015 à 10:31

Ben oui ! Tapons donc plutôt sur les policiers qui tentent tant bien que mal de faire leur boulot.
Et pendant ce temps là, laissons courir les voyous....laissons se multiplier les excès d'une jeunesse dynamique et joyeuse..

Signaler Répondre

avatar
yann_le_briz le 07/10/2015 à 10:11

la parole dun homme vaux moin que celle d un policier
conbien d assermenter y a t il en prison

Signaler Répondre

avatar
Cop21 le 07/10/2015 à 09:30

Il serait temps que la police fasse le ménage à Lyon ! Les rumeurs sont de plus en plus nombreuses

Signaler Répondre

avatar
Dur le 07/10/2015 à 08:35

Les peines sont lourdes quand même !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.