Déchéance de nationalité : la position des parlementaires de gauche dans le Rhône

Déchéance de nationalité : la position des parlementaires de gauche dans le Rhône
Manuel Valls et Gérard Collomb - LyonMag

Alors que le débat sur la déchéance de nationalité déchire la gauche et singulièrement le Parti Socialiste, LyonMag passe en revue les positions et les argumentaires des parlementaires de gauche dans le Rhône et à Lyon.

Hélène Geoffroy - LyonMag
Hélène Geoffroy - LyonMag
LyonMag a cherché à connaître la position de chacun des parlementaires de gauche du département sur la question de la déchéance de la nationalité. Réuni lundi 4 janvier en bureau national, le PS a renvoyé l'énoncé de sa position officielle au 18 janvier.

L'examen du texte est attendu pour le 3 février devant l'Assemblée nationale. Pour être adopté, le projet de loi de révision constitutionnelle devra réunir le vote de trois cinquièmes des députés et sénateurs réunis en congrès.

Dans le Rhône, le débat sur la question de la déchéance de nationalité a eu une conséquence politique notable. Sheila Mccarron, la seule conseillèer départementale socialiste du Rhône a décidé de rendre sa carte au PS.

Dans une note sur son blog, elle juge que la déchéance de la nationalité est la goutte d'eau du mandat de François Hollande: "Après l’abandon total du projet de 2012. Après tant de renoncements, notamment sur l’ISF et le droit de vote des étrangers aux élections locales (soit dit en passant, je reste persuadée que confier le droit de vote, le droit de cité à quelqu’un, l’accueillir dans notre démocratie, est un meilleur moyen de combattre l’extrémisme que ce que l’on propose aujourd’hui).

Après le débâcle des municipales, des départementales et plus récemment des régionales dont Solférino et l’Elysée n’ont tiré et ne tireront aucune leçon si ce n’est à chaque fois qu’on a évité le pire (pour l’instant). Et surtout étant donné le silence du Parti Socialiste face à l’abandon de tant de valeurs d’humanisme, de fraternité, de solidarité envers les plus démunis, et à l’abandon des travailleurs au profit de l’argent qui était soi disant l’ennemi du candidat devenu Président en 2012".

D'autres ont choisi l'humour, non sans amertume. Sur sa page facebook, le conseiller municipal PS de Vénissieux, Lotfi Ben Khelifa a choisi de présenter ses voeux ainsi:"Chers Français de souche, chers binationaux (comme il faut dorénavant faire la distinction), et chers immigrés qui attendez toujours que François Hollande vous donne le droit de vote..."

David Kimeldfeld, le Premier secrétaire fédéral, a indiqué que la déchéance de nationalité ne "pouvait être une réponse aux menaces terroristes". Il y voit une mesure inutile et symbolique qui "stigmatise 5 millions de nos compatriotes bi-nationaux".

LyonMag a donc choisi de sonder ceux qui à gauche devront voter (ou pas) la révision constitutionnelle.

Ceux qui sont contre :

Pierre-Alain Muet (Député PS) : « Je ne sais pas ce que sera mon vote, entre abstention et vote contre. Quand j’ai entendu que le gouvernement [par la voix de Christiane Taubira, ndlr.] abandonnait cette idée de la déchéance de la nationalité, j’étais heureux. Je risque en effet de ne pas voter cette réforme constitutionnelle pour deux raisons, au moins : cela remettrait profondément en cause la question du droit du sol et engendrerait une inégalité devant la loi entre deux personnes nées en France »

Hélène Geoffroy (Députée PS et maire de Vaulx-en-Velin) : « Je ne suis pas favorable à une sanction différenciée. De deux choses, soit l’on déchoit tout le monde, soit personne avec cette réserve sur la question des apatrides. Je ne suis pas une frondeuse caractérisée. J’ai soutenu et assumée l’état d’urgence. Je ferai sans doute des propositions d’amendement sur ce texte ».

Pascale Crozon (Députée PS de Villeurbanne) :  "J'ai voté l'Etat d'urgence et considère que la République doit prendre toutes les mesures utiles pour combattre le terrorisme et assurer la sécurité de nos concitoyens. Mais la déchéance de nationalité n'est pas utile, c'est une mesure dont le symbolisme est au moins ambigu, et à mes yeux, dangereux.

Un Français qui prend les armes contre son propre pays en commettant un acte terroriste doit être jugé et lourdement condamné. Indépendamment du fait qu'il ait ou non une autre nationalité. Commettre de telles atrocités fait de vous un terroriste, un ennemi de la Nation et de ses valeurs. Mais cela ne fait pas de vous un Algérien, un Marocain, ou un Belge. Je refuse l'idée confortable et simplificatrice selon laquelle notre ennemi ne pourrait être qu'étranger.

Dès lors que cette mesure ne serait pas applicable à l'ensemble des terroristes Français mais uniquement à ceux disposant d'une autre nationalité, elle déplace le débat du champ de la sécurité vers celui de l'identité nationale. Vers la binationalité considérée par l'extrême-droite comme une menace pour notre identité.Ne leur faisons pas cadeau de ce débat-là".

Ceux qui sont pour :

Gérard Collomb (Sénateur-maire PS de Lyon et Président de la Métropole de Lyon) : le maire de Lyon s'est simplement dit favorable à la mesure.

Yves Blein (député PS et maire de Feyzin) : "Je pense qu’il y a une portée très symbolique dans cette mesure qui n’’est pas à sous-estimer. Je n’ai pas une position définitivement arrêtée, j’attends de voir le débat parlementaire mais je crois en la valeur des symboles. On ne peut rester indifférent et n’avoir aucune position (au moins symbolique) contre des gens qui retournent des armes contre leur propre pays".

Jean-Louis Touraine (député PS) : "Ce n’est pas une situation facile pour Christiane Taubira. Je sais que c’est inconfortable de devoir défendre des choses qui choquent sa propre pensée. Elle essaie loyalement d’articuler tout ces débats sur l’état d’urgence et la question de la déchéance de la nationalité. Pour ma part, je suis surpris par ceux qui ont d’ores et déjà une attitude tranchée. J’ai une attitude plus modeste, plus humble. Je comprends que l’on ait besoin de prendre des mesures symboliques. D’une certaine façon, j’y suis favorable parce que, devant la situation qui se présente à nous, nous devons trouver des moyens et dès formulation nouvelles car nous n’avons jamais eu à affronter ce type de guerre".

Aux abonnées absents : Gilda Hobert (députée PRG) qui n’a pas jugé utile de faire part de sa position et Annie Guillemot (Sénatrice PS) qui n’a pas jugé utile de répondre à nos diverses sollicitations.

21 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
horrible le 09/01/2016 à 22:46

Taubira ? C'est l'horreur ABSOLUE !! Qu'elle retourne en Guyane !!

Signaler Répondre

avatar
Plume le 09/01/2016 à 15:16

Fazer, il existe des communautés chrétiennes non persécutées en Afrique du Nord.

Signaler Répondre

avatar
taubira démission le 09/01/2016 à 12:30

quand on veut appliquer une politique d’extrême gauche rejetée en majorité par les français (au vu des dernières élections..),il est plus que moral pour Taubira de démissionner enfin pour ses idées contraires à l'intéret général du pays

Signaler Répondre

avatar
fazer1k le 09/01/2016 à 11:25

la gauche bien pensante qui vit en banlieue Ouest ou dans le 6e est pour la decheance de nationalite , est ce le cas de ceux qui survivent dans des quartiers envahis d'antennes paraboliques aux fenetres?

Signaler Répondre

avatar
fazer1k le 09/01/2016 à 11:21

est ce que je peux obtenir la nationalite marocaine, algerienne ou tunisienne, en restant chretien, et avec les mmes droits que les autres?

Signaler Répondre

avatar
fazer1k le 09/01/2016 à 11:20

est ce que je peux obtenir la nationalit marocaine, algrienne ou tunisienne, en restant chrtien, et avec les mmes droits que les autres?

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 09/01/2016 à 09:31

Nous sommes tous frères en humanité ;
la nationalité n'est qu'un partage aléatoire entre les hommes mais elle s'enracine dans une histoire, des valeurs, des solidarités.
C'est un cordon artificiel qui nous permet de vivre en communauté
Si celles ci sont insultées, menacées gravement par des barbares je n'ai aucun scrupules à couper les liens avec ceux
pour lesquelles elles n'ont aucun sens.

Signaler Répondre

avatar
ViDAL le 09/01/2016 à 08:44

Colomb-Blein-Touraine -Barbarin-Aulas la gauche à Lyon ?

Signaler Répondre

avatar
républicain le 09/01/2016 à 04:20
Jeansais a écrit le 08/01/2016 à 17h26

Si j'invite un proche chez moi et qu'il m'insulte ,me menace mes enfants,ma femme, ma famille...je le mettrai à la porte
Pas vous ?
Si c'est mon frère il le restera par le lien du sang mais si c'est un ami il ne le sera plus...
Tout organisme vivant a des mécanismes de défenses.

Vous comparez les citoyens de la république à une famille recevant des amis (ceux qui auraient une autre nationalité) - or ce n'est pas le cas : ici pas de cousins ou d'amis, QUE DES FRERES EGAUX EN DROIT (cf EGALITE - FRATERNITE ).
Si un binational a toujours été français aux yeux de la loi française, c'est donc un "frère" comme un autre, pas un "ami" qu'on aurait invité. Il ne devrait donc pas être traité différemment.

Signaler Répondre

avatar
nidor le 08/01/2016 à 23:23
dodudu a écrit le 08/01/2016 à 16h13

la gauche existe t'elle encore ?????

Et oui, ne vous déplaise.
Et ce qui est sûr c'est que votre bêtise elle, elle existe toujours !

Signaler Répondre

avatar
@jeansais le 08/01/2016 à 20:38

Avec des arguments de ce type, vous êtes prêt à retirer la nationalité française à tous les binationaux, dès lors qu'ils commettent la moindre infraction. Voici un point de vue qui manque un peu de pondération...

Signaler Répondre

avatar
monpays le 08/01/2016 à 20:37

on marche sur la tête !
il n'est pas question d'inégalité
au départ égalité et il c'est la moindre des choses de retirer la nationalité à quelqu'un qui s'en prend à son Pays !
ce qui serait dramatique c'est de ne pas le faire !
pauvre FRANCE

Signaler Répondre

avatar
Abcd le 08/01/2016 à 20:36

Bibiloulou, Valls n'est certes que Franco-espagnol, mais lui au moins est capable d'écrire une phrase en français sans faire 10 fautes... Et ça veut dire quoi d'ailleurs "plus français" ou "moins français" que quelqu'un ?

Signaler Répondre

avatar
@moonwalker le 08/01/2016 à 20:32

Mauvais argument: dans beaucoup de pays, il n'est pas possible d'abandonner sa nationalité. Une fois qu'on l'a, c'est pour toute la vie!

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 08/01/2016 à 20:22
noeud a écrit le 08/01/2016 à 17h51

ben oui vous voyez c'est le noeud du problème. parce que voyez vous, vous n'avez pas à inviter ceux qui sont nés français. Ils sont déjà chez eux chez vous, voyez vous. et le simple fait que vous pensiez que vous les avez invités démontre que vous ne les considérez pas comme français. du coup, avec ce genre de raisonnement, nul besoin de penser à un vivre ensemble.... et vous n'avez pas non plus à les mettre à la porte: ils sont justement chez eux. quelle porte?

Votre raisonnement est judicieux : toute comparaison n'est pas raison certes je vous le concède.
Mais la barbarie a t elle un chez elle ?
En tout cas pas chez moi autant que faire se peut...je m'en défends !

Signaler Répondre

avatar
noeud le 08/01/2016 à 17:51
Jeansais a écrit le 08/01/2016 à 17h26

Si j'invite un proche chez moi et qu'il m'insulte ,me menace mes enfants,ma femme, ma famille...je le mettrai à la porte
Pas vous ?
Si c'est mon frère il le restera par le lien du sang mais si c'est un ami il ne le sera plus...
Tout organisme vivant a des mécanismes de défenses.

ben oui vous voyez c'est le noeud du problème. parce que voyez vous, vous n'avez pas à inviter ceux qui sont nés français. Ils sont déjà chez eux chez vous, voyez vous. et le simple fait que vous pensiez que vous les avez invités démontre que vous ne les considérez pas comme français. du coup, avec ce genre de raisonnement, nul besoin de penser à un vivre ensemble.... et vous n'avez pas non plus à les mettre à la porte: ils sont justement chez eux. quelle porte?

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 08/01/2016 à 17:26

Si j'invite un proche chez moi et qu'il m'insulte ,me menace mes enfants,ma femme, ma famille...je le mettrai à la porte
Pas vous ?
Si c'est mon frère il le restera par le lien du sang mais si c'est un ami il ne le sera plus...
Tout organisme vivant a des mécanismes de défenses.

Signaler Répondre

avatar
Moonwalker69 le 08/01/2016 à 16:25

Ou est le pb ? Si les binationnaux ont peur (de quoi au juste) de perdre la nationalite francaise ils peuvent toujour renoncer a leur nationalite etrangere et la ils ne seront plus sous le coup de cette loi.

Signaler Répondre

avatar
Sophie de Lyon 3e le 08/01/2016 à 16:19

Qu'attendent Gérard Collomb, Yves Blein et Jean-Louis Touraine pour prendre leur carte chez les Républicains.
Mme Taubira au moins, elle, elle est cohérente.
Dehors ces gens dits de gauche qui ne sont de gauche que pour être élu et profiter des avantages et trahissent leurs électeurs.

Signaler Répondre

avatar
dodudu le 08/01/2016 à 16:13

la gauche existe t'elle encore ?????

Signaler Répondre

avatar
bibiloulou le 08/01/2016 à 15:49

valls a la double nationalit il ai venu a l'ge de 8 ans d ,Espagne et il veut faire la moral il y a des tranger plus franais que lui ne en France

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.