Meurtre de Valentin : le suspect confondu par son ADN

Les tests ADN ont prouvé que Stéphane Moitoiret, le marginal arrêté dimanche en Ardèche avec sa compagne, était bien sur les lieux du meurtre du jeune Valentin à Lagnieu dans l’Ain le soir du 28 juillet.
Mais pour l’instant, Stéphane Moitoiret, 39 ans, et sa compagne, Noëlla Hego, 48 ans, refusent de reconnaître les faits. C’est pourtant bien l’ADN de Moitoiret qu’on a retrouvé sur le corps et les vêtements de Valentin, 11 ans, tué d’une quarantaine de coups de couteau.
Jean-Paul Gandolière, procureur de Bourg-en-Bresse, a expliqué que les deux suspects tenaient “des propos très incohérents sur une mission divine qu’ils seraient venus effectuer depuis l’Australie.”
Rachida Dati, ministre de la Justice, et Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, se sont rendues lundi à Porcieu-Amblagnieu en Isère où elles ont notamment rencontré la famille de Valentin.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.