Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Des élèves de l'ECF se formant sur le jeu vidéo The Good Drive - LyonMag

L’ECF de Lyon se dote d’un jeu vidéo pour apprendre les bons réflexes au volant

Des élèves de l'ECF se formant sur le jeu vidéo The Good Drive - LyonMag

L’École de conduite française va proposer un outil inédit pour ses élèves. Ces derniers pourront en effet se former via un jeu vidéo.

Depuis sa création en 1978, l’ECF Lyon a formé près de 270 000 personnes. Pour parfaire et accélérer les formations qu’elle propose, l’école de conduite va proposer un nouvel outil à ses apprenants : un serious game. The Good Drive (TGD), c’est son nom, est une simulation de conduite qui aura coûté la bagatelle d’1,7 million d’euros à l’ECF. Après près de trois années de développement, le jeu sera officiellement mis en service dans l’agglomération d’ici la fin du mois d’avril.

 

Au total, le jeu comporte 44 trajets, répartis en dix séquences et quatre niveaux (débutant, apprenti, expert et maître). Ce sont près de 200 km de parcours inédit qui sont ainsi proposés. Et tous les élèves de l’auto-école y auront le droit, comme le rappelle Cyril Chomette, directeur de l’ECF de Vaulx-en-Velin : "on a décidé d’intégrer le jeu à toutes nos formations pratiques."

 

Mais l’objectif de ce jeu n’est pas à proprement parler d’apprendre la conduite. Cyril Chomette est catégorique là-dessus, "c’est un complément de formation et une première approche. Et d’ajouter que le jeu permet aux élèves d’acquérir des automatismes, […] de mettre en place des processus automatiques." Résultats, des apprentis mieux préparés et plus à-mêmes d’appréhender les risques de la route. Un sentiment que partage Margot, 18 ans, qui se forme à l’ECF de Vaulx : "c’est pas mal. […] Quand on fait une erreur, on la voit directement s’afficher."

 

Un outil bien réfléchi

 

Et la machine est bien rodée. Tout a été pensé pour créer l’adhésion auprès des élèves. "On a un système de scoring et de récompenses pour pousser à la performance" avoue M. Chomette. Par conséquent, "les élèves accrochent parce que c’est ludique, c’est du jeu, c’est sympa. Et tout en étant sympa, les élèves apprennent."

 

D’un point de vue technique, deux possibilités pour se former. L’option optimale est de profiter du matériel de l’école. Au programme, des graphismes au top, un pédalier et un volant. Mais les apprenants pourront aussi profiter de cette innovation chez eux, comme l’explique Cyril Chomette : "on a essayé de faire en sorte que le jeu puisse s’adapter à différents types de machines." Sans volant ni pédalier, c’est alors le smartphone de l’apprenti qui concentrera les commandes. Une option moins commode.

 

Questionné sur le sujet, Cyril Chomette a assuré que l’intégration du jeu à la formation n’entrainera pas de surcoût pour les clients. Pour être rentable, l’ECF mise sur un bouche-à-oreille important et une économie dans les heures de formation.



Tags : Lyon | Vaulx-en-Velin | auto-école | jeu vidéo | ECF |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.