Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le blog éco

Medicrea réduit ses pertes au premier semestre, mauvais résultats pour Avenir Finance, Else lance une chaîne de magasins en France, bénéfice net en hausse pour l'Olympique lyonnais...

En hausse
Denys Sournac

Le Pdg de Medicrea, dont l’entreprise est spécialisée dans la conception d’implants chirurgicaux pour la colonne vertébrale, a réduit ses pertes au 1er semestre de 34% à 1,5 million d’euros. Une amélioration qui s’explique notamment par le développement d’une filiale aux Etats-Unis depuis un an. Du coup, pour le 4e trimestre, Denys Sournac pense revenir à l’équilibre financier voire dégager un bénéfice d’exploitation. Medicrea, dont le siège est à Neyron dans l’Ain, a réalisé un chiffre d’affaires de 7 millions d’euros et une perte de 4 millions avec 74 salariés.

En baisse
Danyel Blain

Le Pdg d’Avenir Finance a annoncé une perte de 3 millions d’euros au premier semestre. Alors que son chiffre d’affaires recule de 35%, à 11,4 millions d’euros. Spécialisée dans la vente de produits financiers et dans la gestion de portefeuilles, Avenir Finance est touchée de plein fouet par la crise financière. Pour réduire ses coût, Danyel Blain a dû licencier une dizaine de salariés, sur les 110 que compte son entreprise. Basée à Lyon, Avenir Finance a réalisé 39 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 270 000 euros de bénéfices en 2007.

Initiative
Les patrons lyonnais coiffent des jeunes


Else, une entreprise lyonnaise de distribution de produits cosmétiques, veut ouvrir 40 salons de coiffure, notamment dans les banlieues. Interview de son pdg.

L’activité de Else ?
Christophe Bombana : On distribue des produits cosmétiques pour le compte de petites marques, notamment des crèmes et des shampooings conçus pour les peaux mates et les cheveux frisés vendus sous la marque Farida B. Et on a eu tellement de succès qu’on a décidé de lancer des boutiques qui commercialisent nos produits tout en étant des salons de coiffure spécialisés dans les cheveux frisés. Aujourd’hui, on a 7 magasins en France mais notre objectif c’est de monter un réseau de 40 enseignes. En France bien sûr, mais aussi en Belgique. Mais on va également tester le concept à Chicago et à Montréal.
Comment vous allez financer ce développement ?
Un tiers des magasins seront financés sur nos fonds propres et un tiers en développant des boutiques en franchise. Le dernier tiers sera financé par un fonds d’investissement, “Beauté dans la ville”, que j’ai créé et pour lequel je compte lever 100 000 euros dans les trois mois. La particularité de ce fonds, c’est qu’il va aider des jeunes de quartiers populaires à monter leur propre boutique. Et ils nous rembourseront en nous rachetant les parts qu’on détient dans leur capital. L’objectif c’est qu’ils puissent devenir actionnaires de leur entreprise à 100% en six ans.
Vous allez aussi conseiller ces jeunes issus des quartiers difficiles ?
Oui, chaque jeune sera épaulé par un grand patron. Exemple, pour notre magasin à Montreuil, c’est Bruno Bonnell, l’ancien pdg d’Infogrames et patron de Robopolis, qui conseillera le responsable. Mais d’autres patrons vont participer à cette opération : Jérôme Carillon, le pdg du Comptoir de l’emballage, Michel Garcia de Archiv’Alpha, Arnaud Trauchessec, du groupe Afer...


Genoway, l’entreprise lyonnaise de biotechnologie a perdu 730 000 euros au premier semestre pour un chiffre d’affaires de 4,2 millions d’euros en hausse de 20%. A noter aussi que cette start-up dirigée par Alexandre Fraichard a signé un contrat de 2 millions de dollars avec un groupe pharmaceutique américain pour la fourniture d’animaux de laboratoires modifiés génétiquement.

Malgré une légère baisse de son chiffre d’affaires de 1,2% à 211,6 millions d’euros, l’Olympique lyonnais a publié un résultat net en hausse de 8% sur son exercice 2007-2008, à 20,1 millions d’euros. Le résultat d’exploitation augmente de 6,8% à 59,8 millions d’euros. Et pour le prochain exercice, Jean-Michel Aulas a prévenu que les charges allaient augmenter car il veut investir pour recruter des joueurs de haut niveau et  faire progresser l’équipe dans les compétitions européennes.

AdThink Média a réalisé un chiffre d’affaires en forte hausse au premier semestre : + 148% à 7,3 millions d’euros. Une croissance qui s’explique notamment par le rachat d’IDG France. Et même si les pertes ont augmenté de 40% à 316 000 euros, le groupe explique qu’il a beaucoup investi en publicité et pour développer le contenu de ses sites internet. L’entreprise, qui est spécialisée dans la publicité en ligne, l'édition de contenu sur le web et le développement de trafic pour les sites internet, a par exemple refait son site masculin, www.unhomme.fr. Et pour cette année, les dirigeants du groupe, Sylvain Morel et Bertrand Gros, tablent sur un retour à la rentabilité. En 2007, AdThink Media a réalisé un chiffre d’affaires de 8,65 millions d’euros et 620 000 euros de résultat net. L’entreprise emploie 85 salariés.

La semaine boursière

Les hausses
Henri Maire : le titre bondit de 13,33% à 9,10 euros.
Setforge : l’action gagne 11,11% à 14,90 euros.
Signaux Girod : +7,74% pour cette valeur qui atteint 61 euros.

Les baisses
Rhodia : le titre abandonne 11,44% à 11,15 euros.
Haulotte Group : le fabricant de nacelles élévatrices a perdu 10,49% à 8,87 euros.
Soitec : l’action perd encore 10,35% à 4,07%. Depuis le début de l’année, elle a perdu 51% de sa valeur.

L’agenda
Le 7 septembre, Piscine Desjoyaux publiera son chiffre d’affaires du 4e trimestre.



Tags : avenir finance | Medicrea | Danyel Blain | AdThink Media | Denys Sournac | Genoway | Else | Christophe Bombana |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.