Au Progrès, les journalistes se demandent à quelle sauce ils risquent d’être mangés

Au Progrès, les journalistes se demandent à quelle sauce ils risquent d’être mangés
La rédaction du Progrès à Lyon - LyonMag

L’arrivée d’un nouveau boss à la tête du groupe Ebra pourrait déboucher sur un plan social et le départ d’une cinquantaine de journalistes du quotidien lyonnais.

À la rédaction du Progrès, c’est un peu la soupe à la grimace. Les journalistes sont lucides ; ils savent bien que le Crédit Mutuel ne continuera pas éternellement à éponger les pertes du quotidien lyonnais. Tant que Michel Lucas restait le patron incontesté de la banque, ils n’avaient pas trop de soucis à se faire. Qu’importe que les sociétaires aient souvent traîné les pieds quand il s’agissait de renflouer les finances du journal chaque année. Nul ne pouvait s’opposer au tout puissant patron dès qu’il s’agissait de financer sa danseuse.

Depuis l’année dernière, la situation a quelque peu évolué. Lucas a laissé son fauteuil de président ; son successeur n’est visiblement pas du genre à continuer à financer le tonneau des Danaïdes qu’est le groupe Ebra comptant neuf quotidiens à travers la France.

Désormais, c’est Philippe Carli qui est en charge de ce secteur pour la Banque. Les patrons des différents quotidiens, notamment Pierre Fanneau pour Le Progrès, sont directement sous ses ordres. Leur seul choix est de se soumettre ou de se démettre. Carli, qui a bossé au groupe Amaury et mené à bien la vente du Parisien, se donne quelques mois pour décider quelle doit être la stratégie de la banque vis-à-vis de son pôle media.

Toutes les options sont possibles, de la restructuration en interne à la vente de l’ensemble en passant par des cessions au cas par cas. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est pas question de continuer à voir tous ces journaux (à l’exception du Dauphiné Libéré) perdre chaque année des petites fortunes. En ce domaine, Le Progrès est loin d’être le plus vertueux. L’année dernière, son résultat d’exploitation a encore accusé un déficit de 8,6 millions d’euros. On devrait savoir d’ici quelques mois à quelle sauce va être mangé le quotidien lyonnais. Va-t-il être l’objet d’un plan social ? Va-t-il au contraire être vendu ? On murmure que le groupe La Montagne serait sur les rangs pour le reprendre. En fait, les deux hypothèses ne sont pas contradictoires. On peut tout à fait imaginer que le Crédit Mutuel lance son plan social avant de céder le titre.

Dans les couloirs du Progrès à la Confluence, on ne semble pas se faire beaucoup d’illusions. Une cinquantaine de journalistes pourraient être concernés par ce dégraissage à la sauce Carli. Reste que même si la vente était organisée en l’absence d’un plan social, de nombreux départs ne manqueraient pas d’intervenir au sein de la rédaction. Il existe en effet ce que l’on appelle dans la presse la clause de cession (souvent confondue avec la clause de conscience).

Quand un journal change de propriétaire, les journalistes ont la possibilité de partir en touchant l’indemnité de licenciement prévue par leur convention collective (un mois de salaire brut par année de présence jusqu’à 15 ans d’ancienneté). Or, ils sont aujourd’hui pas loin d’une cinquantaine de professionnels (sur un total de 260) qui approchent (ou ont dépassé) la soixantaine.

Au moment de partir à la retraite, rares sont ceux (hier et aujourd’hui) qui pourraient résister à toucher un tel chèque. D’autant que les sommes ainsi perçues constituent une indemnité et ne sont donc pas imposables.

Tags :

le Progrès

24 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
mediocres le 21/07/2017 à 15:21

Les journalistes du Progres sont des lambdas de gauche pour la plupart ét ceux la sont à virer d'urgence et ensuite ça ira mieux !!

Signaler Répondre

avatar
El gringo le 30/06/2017 à 19:28

Que d'erreurs et d' informations erronnées dans cet "article"
Vos journalistes valent bien ceux du Progrès !
Philippe Carli a annoncé un plan de restructuration interne sur 3 ans pour tenter d'équilibrer les comptes.
Pour cela, passage au tout numérique et plus aucun investissement côté Print.
Il va donc de soit que les vieux journaleux pour qui la soupe est bonne vont devoir dégager rapidement puisqu'il ne sera aucunement question de clause de conscience avant 5 ans ni de plan de départ volontaire puisque' aucun plan social ne sera mis en place.
Le précédent ayant coûté beaucoup trop cher.
Au lieu d'écouter les rats qui hantent les couloirs de Confluence, investiguez les journaleux de Lyon Mag !

Signaler Répondre

avatar
lol le 29/06/2017 à 13:32
pragmatique a écrit le 29/06/2017 à 13h17

Il s'agit déjà de virer tous ceux qui sont à gauche !

tiens un intello

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 29/06/2017 à 13:23
pragmatique a écrit le 29/06/2017 à 13h17

Il s'agit déjà de virer tous ceux qui sont à gauche !

Vous en êtes encore au débat "droite / gauche" ?

Vous n'avez pas compris comme la majeur partie des citoyens que tout ce qui compte, c'est la guerre économique ?
:o)

Droite ou gauche, vive le fric, mais... dans ma poche, pas dans celle du voisin !
(Pensée pour FAN CLUB qui croit que le CA se fabrique dans la cave de chaque acteur économique).

Signaler Répondre

avatar
pragmatique le 29/06/2017 à 13:17

Il s'agit déjà de virer tous ceux qui sont à gauche !

Signaler Répondre

avatar
FAN CLUB le 28/06/2017 à 08:29
Post monétaire a écrit le 26/06/2017 à 16h27

"Le progrès",

le journal qui interdit à la majeur partie des "candidats aux élections législatives" de participer aux débats qu'il organise ?

Ben... a force de faire "carpette", on voit ce que ça donne ! :o)
Tant pis pour vous les gars !
Et puis... vous servez un système économique, donc, la loi de la concurrence dont vous êtes les gardiens, doit s'appliquer. :o)

Génial Post !

j'espère que le msg sera bien entendu par ces "gardiens de la loi de la concurrence" ! o:)

Signaler Répondre

avatar
dubonsens le 27/06/2017 à 12:53

Bon débarras, ce journal ne sert à rien ainsi que ses journalistes. Aucune opinion, aucune enquête de fond, pas d investigation, de révélation. Ce "journal" est juste bon à servir la bonne soupe de notre magma d'élus depuis 30 ans sans les fâcher de peur de voir supprimer leurs quelques pages de pub payées par les collectivités locales c est à dire nos impôts. Seul Pierre Faneau a essayé de faire un peu bougé ce paquebot ivre avec le peu de pouvoir qu on lui concède. Stupefiant que les gentils sociétaire du crédit mutuel finance encore cette gabgie. Le Progrès devrait se reconvertir en musée car c est en revanche une très belle source d images.

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 27/06/2017 à 12:16
diff entre Monétaire et PM a écrit le 27/06/2017 à 11h36

la logique monétaire c'est de garder les meilleurs pour plus de qualité et de productivité sinon le journal ne se vend plus!!! se débarrasser des bons ne dure qu'un temps avec des conséquences à moyen terme :l 'esprit de compét qui vous dérange a pour but de répondre aux besoins des lecteurs sous peine de désaffection et donc d'inutilité d'un journal:votre monde garderait tout le monde y compris les nuls ,on s'en doute (la gabegie assurée)..

la logique monétaire fait que pour protéger des intérêts monétaires, les articles de fond un peu critique, mettent en péril des recettes publicitaires,
donc, la "qualité" s'arrête rapidement.
(les rédac chefs préfèrent les articles sur les chiens écrasés et les accidents de la route bien larmoyants qui jouent sur les émotions plutôt que sur la réflexion).

D'autre part, les articles de fond, pour un même "remplissage", prennent plus de temps aux journalistes, donc, on fait du copier coller de l'AFP parce que c'est plus "rentable".

La compétition lorsqu'elle est à "armes égales", pourquoi pas. Et encore, je préfère l'émulation à la compétition qui fait un classement bien souvent masturbatoire qui n'entraîne également souvent, que tricheries (voir dans le sport et dans l'économie).




Et dire que vous dites tout ça pour masquer entre autre, le fait que les débats organisés par le PROGRES lors des législatives, sont "truqués" en invitant que les candidats qui leur plaisent...
:o)

Signaler Répondre

avatar
diff entre Monétaire et PM le 27/06/2017 à 11:36
Post monétaire a écrit le 27/06/2017 à 11h25

Vous avez demandé cela au pseudo "médiocre" auquel je répondais lorsqu'il écrit : Ils ont raison de virer les mauvais et de garder les mediocres !


?
:o)

la logique monétaire c'est de garder les meilleurs pour plus de qualité et de productivité sinon le journal ne se vend plus!!! se débarrasser des bons ne dure qu'un temps avec des conséquences à moyen terme :l 'esprit de compét qui vous dérange a pour but de répondre aux besoins des lecteurs sous peine de désaffection et donc d'inutilité d'un journal:votre monde garderait tout le monde y compris les nuls ,on s'en doute (la gabegie assurée)..

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 27/06/2017 à 11:25
mérite a écrit le 27/06/2017 à 11h16

des preuves?

Vous avez demandé cela au pseudo "médiocre" auquel je répondais lorsqu'il écrit : Ils ont raison de virer les mauvais et de garder les mediocres !


?
:o)

Signaler Répondre

avatar
mérite le 27/06/2017 à 11:16
Post monétaire a écrit le 27/06/2017 à 10h45

Ils virent peut-être au contraire ceux qui ne sont pas assez "carpette" ?

des preuves?

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 27/06/2017 à 10:45
mediocres a écrit le 26/06/2017 à 23h10

Ils ont raison de virer les mauvais et de garder les mediocres !

Ils virent peut-être au contraire ceux qui ne sont pas assez "carpette" ?

Signaler Répondre

avatar
mediocres le 26/06/2017 à 23:10

Ils ont raison de virer les mauvais et de garder les mediocres !

Signaler Répondre

avatar
papier le 26/06/2017 à 23:02

de moins en moins de lecteur papier et ce n'est que le debut . le joirnal papier sera bientot au musee tout comme les bains douche et la cabine telephonique (si si cela a bien existé....)

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 26/06/2017 à 18:30
Deg a écrit le 26/06/2017 à 17h05

Toute cette aigreur :|

ne confondez pas "aigreur" et réalité cynique :)

Signaler Répondre

avatar
Melenchon 2022 le 26/06/2017 à 18:14
et de cela voyez vous, ils ne vous en parlent a écrit le 26/06/2017 à 17h16

s'ils sont virés, ces journaleux (et le mot est bien modéré quand on connait les loulous !) ce sera tout cela de moins en avantages fiscaux à faire supporter par leurs concitoynes

parce que, vous savez, ces gens là sont des privilégiés, non seulement leurs torchons de journaux touchent des subventions de l'Etat comme c'est pas possible pour ne dire que des âneries de propagande, mais en plus, ils soustraient un montant forfaitaire de 7100 euros par an sur leur revenu fiscal, en plus de se faire rembourser leurs frais professionnels
http://democratieliberale.over-blog.org/article-niches-fiscales-des-journalistes-109351953.html

attention on va vous traiter de Melenchon si vous osez critiquer les medias.

On lui a assez reproché, il s’avère finalement que tout le monde est d'accord avec lui. Oh l'hypocrisie !

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais. le 26/06/2017 à 17:55
et de cela voyez vous, ils ne vous en parlent a écrit le 26/06/2017 à 17h16

s'ils sont virés, ces journaleux (et le mot est bien modéré quand on connait les loulous !) ce sera tout cela de moins en avantages fiscaux à faire supporter par leurs concitoynes

parce que, vous savez, ces gens là sont des privilégiés, non seulement leurs torchons de journaux touchent des subventions de l'Etat comme c'est pas possible pour ne dire que des âneries de propagande, mais en plus, ils soustraient un montant forfaitaire de 7100 euros par an sur leur revenu fiscal, en plus de se faire rembourser leurs frais professionnels
http://democratieliberale.over-blog.org/article-niches-fiscales-des-journalistes-109351953.html

Bravo !!
Aujourd'hui, ces pratiques ont à vomir.
On demande toujours aux mêmes de payer la facture, et on comprends mieux leur neutralité, pour vivre heureux, vivons cachés, tel est leur adage.

Allez, qu'ils aillent "sentir" l'odeur de la vrai vie.

Signaler Répondre

avatar
et de cela voyez vous, ils ne vous en parlent le 26/06/2017 à 17:16

s'ils sont virés, ces journaleux (et le mot est bien modéré quand on connait les loulous !) ce sera tout cela de moins en avantages fiscaux à faire supporter par leurs concitoynes

parce que, vous savez, ces gens là sont des privilégiés, non seulement leurs torchons de journaux touchent des subventions de l'Etat comme c'est pas possible pour ne dire que des âneries de propagande, mais en plus, ils soustraient un montant forfaitaire de 7100 euros par an sur leur revenu fiscal, en plus de se faire rembourser leurs frais professionnels
http://democratieliberale.over-blog.org/article-niches-fiscales-des-journalistes-109351953.html

Signaler Répondre

avatar
Deg le 26/06/2017 à 17:05
Post monétaire a écrit le 26/06/2017 à 16h27

"Le progrès",

le journal qui interdit à la majeur partie des "candidats aux élections législatives" de participer aux débats qu'il organise ?

Ben... a force de faire "carpette", on voit ce que ça donne ! :o)
Tant pis pour vous les gars !
Et puis... vous servez un système économique, donc, la loi de la concurrence dont vous êtes les gardiens, doit s'appliquer. :o)

Toute cette aigreur :|

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 26/06/2017 à 16:27

"Le progrès",

le journal qui interdit à la majeur partie des "candidats aux élections législatives" de participer aux débats qu'il organise ?

Ben... a force de faire "carpette", on voit ce que ça donne ! :o)
Tant pis pour vous les gars !
Et puis... vous servez un système économique, donc, la loi de la concurrence dont vous êtes les gardiens, doit s'appliquer. :o)

Signaler Répondre

avatar
corsica69 le 26/06/2017 à 16:04

bon debarras quand on voit le nombre de journalistes et le resultat sur le papier c'est pas 50 mais beaucoup plus qu'il faut virer(pour emettre des communiques de l'AFP sans les verifier n'importe qui peu le faire) depuis des annees ils se payent sur nos impots pour en plus manipuler l'info c'est pas trop tot, nous dans l'industrie on peut pas etre en perte des annees...
en plus nantis jusqu'au bout 1 mois brut pour 1 an d'anciennete pas imposable c'est honteux et el plus ils se permettent de dire ce que l'on doit penser ou voter...
apres le nettoyage des politiques c'est autour des journalistes tous de connivence

Signaler Répondre

avatar
Satan le 26/06/2017 à 15:58
stop a écrit le 26/06/2017 à 13h19

Un article de 3 lignes quand les faits concernent des gens non journalistes même s'ils sont en grave danger.

Un article d'une page avec moult détails quand quelques journalistes risquent de perdre leur emploi.

2 poids 2 mesures

vous devriez vous réjouir pour une fois que les journalistes parlent de ce qu'ils connaissent.

Signaler Répondre

avatar
stop le 26/06/2017 à 13:19

Un article de 3 lignes quand les faits concernent des gens non journalistes même s'ils sont en grave danger.

Un article d'une page avec moult détails quand quelques journalistes risquent de perdre leur emploi.

2 poids 2 mesures

Signaler Répondre

avatar
bof..... le 26/06/2017 à 11:57

...bof.....depuis le temps qu'on dit que le progrès est à la botte des nantis.....
et en plus, ironiquement, tout le monde dit "si c'est vrai, c'est dans le progrès ".
allez, à leur tour de connaitre les joies de l'inquiétude des lendemains, après les avoir maintes fois écrits, ils vont les subir.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.