Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Le blog éco

Skype se lance sur le fax avec Esker, bons résultats pour Seb, Patrick Partouche va proposer des jeux en ligne payants...

Esker se faxe avec Skype

L’entreprise lyonnaise spécialisée dans la dématérialisation de documents vient de passer un service fax avec Skype. Les explications de Jean-Michel Bérard, le Pdg d’Esker.

Comment marche ce service fax de Skype ?
Jean-Michel Bérard : Pour envoyer un fax, l’utilisateur de Skype télécharge son document sur une plate-forme informatique. Puis il compose le numéro de fax du destinataire et le fax est envoyé. On peut ainsi faxer des documents en format word, pdf, excel... pour seulement 15 à 20 centimes, sans avoir de fax et sans avoir besoin d’imprimer.
Comment vous intervenez ?
Lorsque l’utilisateur envoie son document sur la plate-forme de Skype, notre logiciel le convertit pour qu’il soit accepté par le fax du destinataire. Et Skype nous reverse 5 centimes par page envoyée.
Il y a beaucoup d’utilisateurs ?
Oui puisqu’entre juin et octobre, 85 000 personnes ont utilisé ce service au moins une fois. Tous les mois, 50 000 pages sont faxées et je suis optimiste car le volume augmente de 50% chaque mois. Car ce système permet à des particuliers ou à des petites entreprises de faire des économies. Jusqu’à présent, Esker proposait surtout ses services à des grandes entreprises. Mais avec ce système, on espère rapidement fidéliser une nouvelle clientèle.
Le ralentissement économique va avoir un impact sur votre activité ?
En Europe, où on réalise 50% de notre chiffre d’affaires, on a constaté que les entreprises avaient stoppé leurs investissements au troisième trimestre. D’ailleurs, nos ventes n’ont  augmenté que de 3%. Heureusement, notre activité a repris aux Etats-Unis où nous réalisons le moitié de notre chiffre d’affaires. Alors qu’en 2007, les investissements étaient bloqués outre-Atlantique, ça commence à repartir depuis le début du 2e trimestre. Et on réalise une croissance de 10 à 20% par trimestre.
Vos prévisions pour 2008 ?
On devrait réaliser entre 26 et 27 millions d’euros de chiffre d’affaires en hausse de 4% avec 250 salariés. En revanche, on n’avait pas anticipé le ralentissement économique en Europe, ce qui va nous faire perdre 1 million d’euros environ. Mais on espère un retour à la rentabilité en 2009.

L'actu

Patrick Partouche se lance dans le jeu en ligne payant. Le patron du groupe Partouche, qui possède deux casinos dans la région lyonnaise, va proposer des paris sportifs, des jeux de casinos et des jeux de poker sur ses sites internet. Et pour contourner la loi, qui interdit le jeu payant en ligne, Patrick Partouche va enregistrer son activité à Gibraltar. Il faut dire que les casinos français n’ont plus le choix : avec l’interdiction de fumer dans les casinos, la fréquentation est en baisse. Du coup, pour compenser, les entreprises du secteur veulent se lancer dans le jeu en ligne alors qu’en France, cette activité est sous le monopole de la Française des jeux.

En pleine crise financière, la nouvelle a de quoi surprendre. Smoby, le fabricant jurassien de jouet a son carnet de commandes plein jusqu’à Noël. Une bonne nouvelle pour cette entreprise qui avait été placée en redressement judiciaire il y a un an à cause d’une dette de 277 millions d’euros. Repris par son concurrent allemand Simba le 3 mars, Smoby doit facturer 50 millions d’euros de commandes d’ici Noël et table sur 120 millions d’euros de chiffre d’affaires pour l’exercice en cours. En plus, Simba, qui avait licencié 396 salariés quand elle avait repris l’entreprise, a décidé d’embaucher. Depuis le 15 avril, elle a recruté 85 salariés et les recrutements vont se poursuivre. Smoby, qui est implanté à Lons-le-Saulnier, emploie 410 salariés. Quant à Jean-Christophe Breuil, l’ancien Pdg de Smob, il a été mis en examen pour abus de biens sociaux, présentation de bilan inexact et blanchiment fin septembre et remis en liberté par la juge d’instruction, Catherine Reyter-Levis.

Seb, le leader de l’électro-ménager résiste bien à la crise si l’on en croit ses résultats sur 9 mois. Le 23 octobre, Thierry de la Tour d’Artaise, le Pdg, a publié un chiffre d’affaires sur 9 mois en hausse de 14,2% à 2,1 milliards d’euros. Une croissance tirée par la hausse des ventes en Asie, particulièrement au Japon, en Corée et en Chine où les ventes de Supor, la filiale de Seb, a augmenté ses ventes de 37%. L’année dernière, Seb a réalisé un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros pour 142,8 millions d’euros de résultat net avec 13048 salariés.


La semaine boursière

Les hausses

U10 : le titre a rebondi de 50% la semaine dernière à 1,44 euros, même s’il perd encore 84% depuis le début de l’année.
Jacquet Metals : l’action gagne 27,36% à 27 euros.
Biomérieux : le titre reprend 19,75% à 63,47 euros.

Les baisses

Osiastis : l’action abandonne 21,88% à 1,75 euros.
Piscine Desjoyaux : l’action a perdu 20,14% à 4,44%. Et groupe a publié des résultats annuels décevants avec un chiffre d’affaires de 93,2 millions d’euros en baisse de 6% et un résultat net de 6,3 millions d’euros en recul de 42%.
Go Sport : le titre a baissé de 13,2% et descend à 23 euros.

L’agenda
OL groupe publie son chiffre d'affaires du 1er trimestre le 6 novembre. Le 7, Soitec dévoilera ses résultats sur le 1er semestre. Enfin, mercredi prochain, LDLC.com dévoilera ses ventes du 3e trimestre.Patr  



Tags : smoby | Seb | Esker | Partouche | Jean-Michel Bérard |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.