Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Lyon : “Les finances de la ville sont préoccupantes”

Maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier est opposé la hausse des impôts à Lyon. Et il affirme que l’opposition va mettre le maire de Lyon “sous surveillance”.

Comment vous jugez les finances de la Ville de Lyon ?
Denis Broliquier : Préoccupantes. Dans les semaines à venir, Gérard Collomb va devoir faire des choix budgétaires importants. D’ailleurs, il a demandé une liste de priorités à ses adjoints, mais aussi aux maires d’arrondissement de gauche. Et comme d’habitude, les maires du 2e et du 6e n’ont pas été consultés...
En quoi la situation est inquiétante ?
Parce que Collomb hérite de la politique qu’il a menée au cours du mandat précédent, où il a beaucoup investi sans anticiper les conséquences de la progression des frais de fonctionnement. Exemple : il n’a pas imaginé que les Berges du Rhône allaient exiger des frais d’entretien et de sécurisation extrêmement importants. Mais il a aussi fait le choix idéologique des crèches municipales, alors qu’on sait que ce mode de garde d’enfants est plus coûteux.
Lyon risque la faillite ?
Non, il ne faut pas exagérer, les grands équilibres budgétaires sont respectés pour le moment. Mais ils vont forcément s’aggraver à cause de l’explosion de ces frais de fonctionnement. Car les deux derniers budgets n’avaient qu’un seul objectif : favoriser la réélection de Gérard Collomb. Du coup, tout le monde sait depuis longtemps que les budgets 2009 et 2010 vont être extrêmement difficiles.
Pourquoi l’opposition parle de “budget maquillé” ?
Parce qu’au lendemain de l’élection municipale, on se rend justement compte qu’il y a besoin d’une rallonge budgétaire de 7 millions d’euros pour payer le personnel. On ne nous fera pas croire que Gérard Collomb ne le savait pas avant l’élection !
Mais cette rallonge représente moins de 1% du budget de la Ville !
7 millions, c’est quand même pas négligeable ! Et puis c’est surtout significatif d’un mode de gestion assez opaque. Les grands équilibres sont respectés, mais Collomb travaille beaucoup à l’esbrouffe.
Mais la marge de manœuvre du maire est très étroite avec une masse salariale qui représente 60% du budget de fonctionnement !
C’est faux, les dépenses de personnel ont également été très mal contrôlées au cours du dernier mandat. Le nombre de fonctionnaires a augmenté, avec plus de 1 000 créations de poste depuis 2001. Et face aux pressions syndicales, il a refusé de mettre en place une gestion au mérite. Bref, aujourd’hui, Collomb paie la facture de la paix sociale qu’il a achetée.
Mais c’est difficile de réformer face aux syndicats !
Collomb a su faire des réformes efficaces dans la politique des achats, qui est exemplaire. Pourquoi ne met-il pas autant de rigueur et d’imagination pour la gestion du personnel ? Une réforme d’autant plus indispensable que la crise va avoir des conséquences fortes sur les recettes de la municipalité.
Quelle est l’impact de la crise sur les finances de Lyon ?
Depuis quelques mois, il y a nettement moins de permis de construire, de chantiers... Donc moins de recettes pour la ville.  Sans parler du renchérissement des crédits qui va peser sur les frais financiers, donc sur le budget. Bref, Collomb est obligé de revoir ses ambitions à la baisse.
Certains projets vont être reportés, voire annulés ?
Dans mon arrondissement, j’ai peur qu’on choisisse un projet pour l’Hotel Dieu avec un objectif uniquement financier. Et pour la rue Victor Hugo, j’ai peur qu’on la refasse a minima, avec trois pots de fleur comme cache misère. J’ai peur aussi que le projet de transparence des voûtes de Perrache ne soit pas réalisé au cours ce mandat.
Comment Collomb va financer son budget ?
C’est tout le problème, puisque la situation budgétaire est préoccupante, que les promesses électorales seront difficiles tenir alors qu’il faudra assurer une gestion quotidienne dans un contexte de crise. L’endettement de la ville reste à un niveau acceptable, mais il augmente d’année en année. Reste à savoir jusqu’où on peut faire monter l’endettement et jusqu’où on peut augmenter les impôts. Sachant que Collomb devrait annoncer une hausse de 4% des taux en 2009. Ce qui veut dire que la facture pour les Lyonnais va augmenter de 7 à 8%.
A sa place vous feriez la même chose !
Non, augmenter les impôts serait catastrophique surtout en période de crise. Il vaut mieux faire des économies sur le train de vie de la ville ou donner la priorité à certains investissements. D’ailleurs, on soutiendra Collomb s’il décide de mener une politique de rigueur. Même si le temps d’adaptation peut être douloureux pour les Lyonnais.
Mais en France, toutes les communes, de droite comme de gauche, sont à bout de souffle aujourd’hui parce que l’Etat leur donne de moins en moins d’argent !
L’Etat s’applique à lui-même une politique de rigueur. Et il demande à l’ensemble de ses partenaires, dont les collectivités locales, d’en faire autant. Ce qui, c’est vrai, restreint les marges de manoeuvres des collectivités. Mais ce n’est pas nouveau. L’Etat dépense plus qu’il ne gagne depuis des décennies et  ce système atteint ses limites aujourd'hui. Quand on gère une collectivité locale, il faut tenir compte de cette réalité. Sachant que demain, l’Etat donnera encore moins. Il faut donc anticiper, au lieu de passer son temps à se plaindre.
Collomb est vraiment responsable de la dégradation des finances de la ville ?
Quand on gère une collectivité locale, il faut se projeter dans l’avenir. Or je n’ai pas l’impression que le maire de Lyon a une vision stratégique. Voilà pourquoi on a décidé de mettre Collomb sous surveillance pendant ce mandat, pour toutes les dépenses. Mais on sera aussi très vigilant sur le fonctionnement des organismes paramunicipaux, comme la Sacvl, Lyon Parc Auto... Une quarantaine de satellites qui gèrent 2 milliards d’euros et qui ont été complètement verrouillés par Collomb. De plus, on se battra contre la hausse des impôts pour éviter qu’ils étouffent les Lyonnais et les entreprises lyonnaises.

Propos recueillis par Thomas Nardone

Retrouvez un dossier complet sur les finances de la Ville de Lyon dans le numéro de Lyon Mag actuellement en kiosque



Tags : broliquier | Denis Broliquier | finances |

Commentaires 2

Déposé le 09/11/2012 à 10h32  
Par Une dûcheroise Citer

Il faut surveiller la SACVL car malgré le commentaire "ÉLOGIEUX' qui est apparu sur LYON CITOYEN en page 29, la société SACVL a peut être fait des économies mais au détriment de la maintenance de certains immeubles.
On loue a n'importe qui ; aucun contrôle derrière, les immeubles sont tagués, l'éclairage ne fonctionne pas, l'entretien des communs sont "nuls" le devant des immeubles sont "sordides" ; les poubelles sont souvent oubliées d'êtres sorties (donc débordement du local) ETC.ETC....
LA SAVCL A INVESTI BEAUCOUP TROP D'ARGENT DANS L'ACHAT DE BUREAUX OU AUTRES ET AUJOURD'HUI ILS SE TROUVENT OBLIGES DE VENDRE LES BIENS IMMOBILIERS...
LES HAUSSES DE LOYERS SONT "EXORBITANTES" POUR LES LOCATAIRES DE LA SACVL (enfin certains locataires)... SURTOUT DANS LES QUARTIERS DITS SENSIBLES COMME LA DUCHERE...;
Plusieurs retraités ne peuvent plus assumer leur loyer, mais par contre ils n'ont droit à RIEN.... (il faut être au chômage, ou alors au RSA ou alors famille nombreuses) pour percevoir l'allocation logement... Donc les retraités ne sont ni l'un ni l'autre ; donc le droit à RIEN...

MONSIEUR LE MAIRE DONNEZ NOUS LE DROIT DE CONTRÔLE DES DÉPENSES PUBLIQUES

Déposé le 09/11/2012 à 09h54  
Par l'hopital et la clinqiue Citer

vous avez dèja vu un ps sympa avec les anciens riches qui leur ont permis de s'élever par l'Education en payant les institutions telles la fac ou l'etablissement.

M. Broliquier n'enfle pas plus que le boeuf et ne se prend pas pour une tour médiévale non plus.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.