Magistrate administrative et responsable LREM dans le Rhône : la double casquette de Caroline Collomb tolérée par le Conseil d'Etat

Magistrate administrative et responsable LREM dans le Rhône : la double casquette de Caroline Collomb tolérée par le Conseil d'Etat
Caroline Collomb - Lyonmag.com

Le Conseil d'Etat a tranché.

Caroline Collomb peut cumuler ses fonctions de magistrate au tribunal administratif de Paris et de responsable de La République en Marche dans le Rhône.

Mais dans l'avis rendu mercredi dernier, la femme de Gérard Collomb est appelée à "un surcroît de vigilance (…) dans l’observation des principes relatifs à l’obligation de réserve et à la discrétion professionnelle".

Pour rappel, le Conseil d'Etat avait été saisi en novembre dernier par le Lyonnais Éric Forquin. Dans une lettre adressée au vice-président du Conseil d’État Jean-Marc Sauvé, ce dernier rappelait l’obligation de réserve qui s’impose aux magistrats des tribunaux administratifs : "Même lorsqu’ils s’expriment sous leur seul nom sans faire état de leur qualité, la plus grande prudence s’impose aux membres de la juridiction administrative dans l’expression publique de toutes leurs opinions, qu’elles soient d’ordre politique, juridique, religieux ou associatif, en particulier lorsque leur notoriété nationale ou locale rend publique leur qualité de membre de la juridiction administrative. Ils doivent en outre s’abstenir de toute expression publique en faveur d’opinions ou d’activités incompatibles par elles-mêmes avec la nature ou la dignité des fonctions exercées. » La charte de déontologie précise encore que « certaines responsabilités de premier plan au sein d’un parti politique peuvent, du fait notamment de leur exposition médiatique et de la charge de travail qu’elles comportent, se révéler en pratique inconciliables avec l’exercice normal des fonctions au sein de l’institution".

La lettre précisait aussi que "même si Madame Collomb exerce son métier en toute indépendance, force est de constater qu’elle contribue par son imprudence à jeter le soupçon sur le tribunal administratif, (qu’elle) suscite une polémique dommageable pour la sérénité et la réputation de la justice, (qu’elle) porte atteinte à l’exigence de séparation des pouvoirs, manque à ses obligations de réserve et se place dans une situation de conflit d’intérêts".

Ce n'est pas la première fois que le Conseil d'Etat était appelé à statuer sur le cas Caroline Collomb. Le 18 septembre dernier, le Conseil de déontologie lui accordait la possibilité de continuer à exercer ses fonctions au tribunal administratif de Paris, en même temps que Gérard Collomb exerçait ses fonctions de ministre de l'Intérieur, sous réserve que l’intéressée soit « tout particulièrement vigilante dans l’observation des principes relatifs à l’obligation de réserve et à la discrétion professionnelle », précisait l'avis.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
don quichotte le 10/03/2018 à 09:59

ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, rien ne ressemble plus à l'ancien monde stigmatisé par Macron que le soi-disant "nouveau monde "dudit Macron.
Népotisme, renvois d'ascenseur, partage des prébendes locales ,etc,....étonnez-vous que les citoyens n'aillent plus voter !

Signaler Répondre

avatar
Abus de biens publics le 14/02/2018 à 12:54

Là où il y a de la gêne, il n'y a pas de revenus à portée de main.

Signaler Répondre

avatar
RAS le 14/02/2018 à 11:54

Sinon il reste 4 ans et 2 pour les municipales ... réfléchir avant de voter !!

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 14/02/2018 à 09:43

Petits arrangements entre amis.

Signaler Répondre

avatar
boubouphile le 14/02/2018 à 08:57

Rien de nouveau sous le soleil de la LREM... pas assistante parlementaire, donc c’est légal et permis ? Madame est efficace et vive le TGV entre Paris et Lyon

Signaler Répondre

avatar
nonmaiscepaspourdire le 14/02/2018 à 07:08

Miam miam, slurp, slurp... elle est bonne la soupe sur le dos des con... tribuables. Allez je remets encore un petit bulletin de vote.

Signaler Répondre

avatar
???? le 13/02/2018 à 19:52

Le conseil d'état...juste au service de l'état, pas de la France et ses lois !!

Signaler Répondre

avatar
Ins le 13/02/2018 à 17:04

On va donc la surveiller de près !

Signaler Répondre

avatar
Non à LaRem le 13/02/2018 à 16:43

De l'autocontrôle pour Madame !!!
Lorsque cette dame dépasse la ligne blanche, on doit dénoncer le forfait.
A LCP, bientôt un affidé du Président à la tête de la chaîne ; donc il ne restera qu'à aller voir ailleurs pour s'exprimer.

Signaler Répondre

avatar
champigogo le 13/02/2018 à 16:43

travailler a Paris et avoir des responsabilité dans le rhone...
en même temps, son mari l a bien fait pendant des décennies en cumulant les fonctions parisiennes et lyonnaises

sans gêne y a pas de plaisir!

LREM est vraiment un truc de gogo!!

NB: qui a réussi a digérer les hallucinantes déclarations de Bonelle sur le pouvoir d achat???? et d ajouter qu il ne peut pas être a Paris tous les jours du fait de son mandat local.. mais qui l a déjà vue a Villeurbanne? pour aller faire le pitre a Perpignan, y a du monde par contre!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.