Meurtre d’un Stéphanois à Lyon : cinq personnes interpellées près de Grenoble

Meurtre d’un Stéphanois à Lyon : cinq personnes interpellées près de Grenoble
Photo d'illustration - LyonMag

C’est le fruit du travail de la direction interrégionale de la police de Lyon.

Début novembre 2017, un Stéphanois âgé de 29 ans avait été tué par balle juste après le pont Pasteur, côté Gerland, au terme d’une course poursuite entre deux véhicules. Les assaillants avaient tiré sur la voiture où quatre personnes étaient à bord. L’affaire avait débuté lors d’une altercation à la sortie d'une boite de nuit à Dardilly.

Quatre mois après les faits, ce mardi, trois hommes âgés de 22 à 25 ans ont été interpellés dans la région grenobloise dans le cadre de l’enquête. Le lendemain, soit ce mercredi, deux jeunes femmes âgées de 19 et 21 ans ont également été arrêtées dans cette affaire, en région voironnaise et en Savoie. Tous les gardés à vue ont été transférés dans les locaux de la DIPJ, à Lyon.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
marjolaine le 17/03/2018 à 12:02

redonner des bases de moralite mais puisqu'il a ete interdit d'interdir (voir en 68) et des presidents et autres hommes d'etat non integres c'est la recuperation normale des choses !
moi lorsque j'allais a l'ecole on respectait l'enseignant et autres

Signaler Répondre

avatar
DTCMDM le 17/03/2018 à 07:22

Non pas tous les gamins armés pour s amuser , seulement la racaille , ces fameuses chances .... ces logeurs .....ces dealers .....ces caillasseurs ......ces profiteurs........tout fini en eurs ou heurts..NA pour nos courageuses forces de l ordre non suivies par nos fieleux juges.....

Signaler Répondre

avatar
moi le 15/03/2018 à 23:09

Bravo à tou ces policier et enquêteur qui sont loins d être bête

Signaler Répondre

avatar
verts le 15/03/2018 à 16:29

Allez les Verts !

Signaler Répondre

avatar
OHKINKS le 15/03/2018 à 15:07

Aujourd'hui les gamins vont en boîte armés.
Que sommes nous devenus ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.