Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag.com

Lyon 8e : histoire farfelue entre enlèvement, violence et dénonciation calomnieuse

Photo d'illustration - LyonMag.com

Ce jeudi, trois hommes étaient jugés au tribunal correctionnel de Lyon pour enlèvement, séquestration et violence sur un homme qui aurait, selon l'enquête, servi d'otage pour récupérer une dette. Seul problème : cet homme est actuellement en prison et il est connu pour dénonciation calomnieuse, extorsion et séquestration.

 

Le scénario, qui remonte à l'été 2015, semble des plus sordides. Un homme raconte à cette époque avoir été enlevé. Puis, une fois arrivé dans une forêt, sa tête aurait été enveloppé dans du ruban, avant que l'homme soit dénudé et tabassé. Il raconte également que, deux mois plus tard, ces mêmes détracteurs l'auraient tabassé dans une voiture sur le parking d'un fast-food, avant de le séquestrer dans le coffre de la voiture et le menacer de lui couper un doigt. La raison de ces prétendus actes barbares ? Selon le casier des individus jugés jeudi et de l'enquête réalisée, l'oncle de la victime devrait de l'argent aux ravisseurs, probablement dû à un trafic de stupéfiants.

 

Mais problème : la victime, qui n'est pas présente lors du procès car elle purge une peine, est notamment connue pour dénonciation calomnieuse, extorsion et séquestration. C'est d'ailleurs sur ces faits que les avocats des accusés s'appuient pour défendre la thèse de la dénonciation calomnieuse : "La victime n’a eu aucun jour d’ITT ! On ne trouve pas son ADN dans le coffre !" relate le Progrès. Un autre avocat affirme que la victime "raconte des fariboles".

 

Les accusés, eux, ont nié les faits d'enlèvement et séquestration. Ils reconnaissent simplement la virée sur le parking du fast-food. Lors du verdict, les trois hommes ont été relaxés pour les faits d’enlèvement et séquestration. Deux d'entre eux sont toutefois condamnés à 18 mois de prison, dont six avec sursis, avec mise à l’épreuve pendant deux ans ainsi que 1 000 € d’amende pour les violences et menaces.



Tags : lyon 8e | tribunal correctionnel | drogue | violence | dénonciation calomnieuse |

Commentaires 1

Déposé le 03/06/2018 à 14h34  
Par VIIITE Citer

Et sinon on tire quand avec l armée sur ces bandes ?

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.