Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

  

L’ouverture sur le monde et l’exil : ne pas mélanger les torchons et les serviettes

5000 cas sur 1 600 000 français à l'étranger.

Sans vouloir négliger le débat nécessaire sur la fiscalité, on peut trouver curieux qu'une telle focalisation se fasse sur les exilés fiscaux, à droite comme à gauche. Surtout quand on sait que la France est l'un des pays les plus attractifs en matière d'investissements en Europe...

Mais ainsi en est-il de la focalisation médiatique dès que la gauche (et seulement la gauche alors que la problématique est posée à tous), même la gauche la plus modérée, arrive au pouvoir...
Il faut dire aussi que le gouvernement aurait sans doute gagné à éviter de perdre son temps en commentaires oiseux sur le sujet.
Depuis toujours hommes et les femmes se déplacent au sein de l'Europe, pour de nombreuses raisons: opportunités, envie d'ailleurs, possibilités, impôts, études, amour etc...
La chose ne date pas d'hier : qu'on songe à tous les marchands italiens venus à Lyon à la Renaissance , à ces compositeurs et musiciens des périodes baroques et classique à l'image de Johann Christian Bach faisant la route de Leipzig à Londres ou de Chopin passant de Varsovie à Paris. Les souverains, au gré des mariages, devenaient espagnols, suédois, autrichiens...

De nos jours, il y aurait par exemple 400 000 Britanniques en France pour 350 000 Français en UK ou entre 120 000 et 200 000 Français en Belgique et 240 000 sujets belges en France. Les raisons de bouger sont nombreuses, hier comme aujourd'hui, et le nombre de nos compatriotes partis à l'étranger comme le nombre d'Européens résidant chez nous n'a jamais été si élevé que aujourd'hui. En témoignent aussi le fait que notre pays est l'une des deux nations d'Europe attirant le plus les capitaux étrangers.

Pourtant à chaque victoire de la gauche, depuis au moins les années 1930 et l'arrivée du Front Populaire, on nous bassine avec l'hémorragie (il faut absolument utiliser le mot hémorragie on voit dit !) qu'il y aurait dès que les gouvernements bougeraient le petit doigt pour un peu de justice sociale. Oh on pourrait même y regarder avant avec un Robert Pinot qui prenait position contre les retraites ouvrières en 1910 en agitant faillites et risques de concurrence étrangère face au gouvernement des républicains-socialistes d'Artistide Briand. Oh toujours, il y a et en cherchant bien certains arguments des contre-révolutionnaires en 1792 qui...mais bref.
S'ennuyant un peu, on fait part, la chose est lassante, d'échanges de missives directes ou indirectes entre acteurs de cinéma, pour combler une actualité des environs de Noël qui gagnerait à vivre en intelligence. Même si on peut légitimement débattre de fiscalité, cela doit-il se faire dans les pages des sociétaires de Voici ou de Public ?

Cela me rappelle quand telle ou telle grande fortune lyonnaise, aujourd'hui toujours dans notre cité et toujours prospère menaçait de partir en cas de victoire de Gérard Collomb en 2001 en parlant de communisme empêchant de travailler... Aujourd'hui la ville n'a jamais autant compté d'entreprises.
Les forums bruissent, depuis, il y a internet et on peut, sans vérification, annoncer que des centaines de milliers de millions de personnes quittent le pays, traiter son contradicteur d'aveugle et exiger qu'il ouvre les yeux et fasse un chèque aux plus aisés pour se faire pardonner.
Et d'ailleurs tout ces gens en train de fuir (utiliser à un moment le mot hémorragie pour marquer votre auditoire) partent uniquement pour raisons fiscales,notre pays serait devenu un enfer subitement détestable etc... A se demander pourquoi il y a plus de Belges, de Britanniques, d'Italiens etc. chez nous que l'inverse. Des masochistes sans doute.

Curieusement, le spectre est beaucoup moins agité quand la droite est au pouvoir. Pourtant, ces dix dernières années, les départ de Français pour ailleurs ont augmenté, Londres n'a jamais compté autant de Français que sous Sarkozy. Les exilés fiscaux se sont d'ailleurs multipliés par 2,5 sous les gouvernements Raffarin, Villepin et Fillon...
Au-delà de cette minorité, les déplacements des uns et des autres ne font que traduire une internationalisation des échanges. Si les Français sont si nombreux à Londres, ce n'est la quasi totalité du temps non pas pour des raisons fiscales. Le système d'imposition britannique et le coût de la vie londonienne, cité où vivent la grande majorité des Français du Royaume-Uni, sont en effet extrêmement défavorables à la plupart des salariés... mais par contre comment ne pas fondre devant la vie qu'on peut y mener et l'énergie qui s'en dégage ?

Ce serait d'ailleurs plus cela un sujet : comment faire pour amener de l'énergie, du dynamisme et moins d'esprit rentier dans un pays qui se replie sur ses égoïsmes, où le chacun pour soi et ses sous est de mise ? C'est cela qui me semble important, plus qu'un sempiternel débat sur la fiscalité. D'ailleurs être imposé à plus de 80% sous la droite de Giscard (ou de Fillon, si l'on en croit Depardieu)  ou un peu moins sous la gauche actuelle n'a jamais fait fuir tous les Français les plus aisés. Par contre penser à l’énergie, au possible sur nos vies, cela nous concerne tous. Dès le plus jeune âge.

D'ailleurs nos universités lyonnaises le savent, elles qui font tout pour faciliter les échanges avec l'étranger - nous encourageons de plus en plus nos jeunes à étudier et travailler ailleurs - ce qui ne peut être que positif.
Thierry Vitoz, qui anime avec talent certains de ces programmes au sein de l'université Lyon III sait la richesse de faire venir des jeunes futurs professionnels dans notre ville et de faire vivre à nos jeunes Lyonnais une expérience à l'extérieur pour acquérir des savoir-faire et des savoir-être. Les autres en Europe font de même. Pourquoi s'en plaindre ?

Retrouvez tous les billets de Romain Blachier sur son blog Lyonnitude(s).



Tags : romain blachier |

Commentaires 38

Déposé le 27/12/2012 à 18h53  
Par Siçimple Citer

romain blachier a écrit le 27/12/2012 à 18h17

Houla vous n'avez pas peur des clichés.Merci de vos lectures en tous cas

Egalement, merci de nous lire...

Déposé le 27/12/2012 à 18h17  
Par romain blachier Citer

Siçimple a écrit le 26/12/2012 à 09h20

S'il est une catégorie de personnes qui n'est pas prête à quitter la France, ce sont les élus, rentiers de l'argent public.
Les élus de droite pensent tenir avec l’affaire Depardieu un cas qui démontrerait la fiscalité absurde des socialistes sur les plus nantis.
Est-ce vraiment nécessaire que ces élus démontrent leur goût de l’individualisme jusqu’à comprendre un citoyen français à déserter son pays et choisir une autre nationalité comme on choisit une énième Rolex ?
Les élus de gauche « sociaux démocrate » qui défendent la liberté de circulation, le concept de citoyens du monde se sont émus qu’un citoyen français appliquent leur doctrine appelant même avec des trémolos dans la voix à un esprit de patriotisme. Esprit de patriotisme pourtant qu’ils s’appliquent habilement à dissoudre dans la diversité sur tous les sujets sociétaux.
Il semblerait donc que pour un gauchiste, l’esprit patriotique se limiterait à ne payer ses impôts qu’en France ! Fermer le ban !

Ces mêmes gauchistes qui s’émeuvent que le Quatar, l’Arabie Saoudite et autres nouveaux riches investissent en France.
Ces pays islamiques radical de surcroit où la libre circulation des biens comme des personnes est sous contrôle de l’état.
Nous ne nous étendrons pas sur les Droits de l’Homme que ces pays interprètent à la lettre ou plutôt à leur guise islamique.
Vous suivez toujours.
Ces mêmes gauchistes qui défendent donc pour nous français la libre circulation des biens comme des personnes et qui interprètent les investissements de ces pays où tous les droits fondamentaux de l’humanité sont bafoués.
Oui, cela n’a pas l’air très cohérent me direz-vous.
Mais détrompez-vous ça l’est.

Ce qui importe pour les élus, ce sont leur train de vie.
Des riches français qui partent payer leurs impôts ailleurs, c’est surtout une fuite de leurs sources de revenus.
Des riches islamiques radicaux qui viennent investir en France, c’est une nouvelle source de leurs revenus.

Il semblerait donc que les élus préfèrent les torchons aux serviettes.

Houla vous n'avez pas peur des clichés.Merci de vos lectures en tous cas

Déposé le 27/12/2012 à 18h17  
Par romain blachier Citer

Pams a écrit le 26/12/2012 à 10h37

Je ne suis pas millionnaire loin delà, mais j'ai choisi de vendre mon appartement à LYON, pour m'installer a Barcelone (Espagne). car la vie, le climat, et l’état d'esprit des catalans me convient d’avantage, de plus les compagnies aériennes a faible coût, permettent de me rendre de LYON à Barcelone pour un prix plus que convenable.
Je travail a LYON et je suis désormais locataire de mon appartement dans cette ville, mais c'est toujours un plaisir de quitter la ville de LYON et me retrouver au bord de la Méditerranée dans une grande cité, loin de la vie Lyonnaise, de son état d'esprit trop conservateur parfois, de son brouillard, de son climat froid et humide l'hiver et caniculaire l'été.
La mondialisation c'est être citoyen du monde, de pouvoir vivre d'autres expériences, de vivre ailleurs tout en travaillant à un autre endroit.
Ce n'est pas parce que l'on est né sur les pentes de la Croix Rousse, qu'il faut finir dans son cimetière.

et l'inverse.Merci de votre lecture

Déposé le 27/12/2012 à 18h16  
Par romain blachier Citer

Philippe Gibert a écrit le 26/12/2012 à 12h48

Les erreurs de romain Blachiet

Les erreurs de Mr Blachiet sont " lassantes"!
2 exemples:
100 000 exilés fiscaux selon le directeur de l'expansion et non 5000 ( ces départs ont commencé bien avant la gauche au pouvoir)
6000 personnes à la manifestation lyonnaise pour le mariage des personnes homosexuelles, l'adoption et la PMA selon les journeaux: 12000 selon Mr Blachiet
Concernant l'exil fiscal: pourquoi ces départs? Pas de réponse de Mr Blachiet.
L'important est de citer le nom de gérard Collomb et toutes les entreprises qui sont à Lyon grâce à gérard Collomb ( comme tous ces centres commerciaux qui fleurissent un peu partout?)
Bien cordialement

Non 5000
http://www.europe1.fr/Economie/Les-exiles-fiscaux-seraient-5-000-1355461/
Pour l'exil fiscal il me semble que la raison est dans le terme non? réfléchissez donc.

Pour les chiffres de la manif, vous faites le coup habituel de la contestation de chiffres pour diminuer ou méliorer une manfi...rien de nouveau sous le soleil.Merci en tous cas de me lire avec autant d'attention sur twitter comme ici.

Déposé le 26/12/2012 à 12h48  
Par Philippe Gibert Citer

Les erreurs de romain Blachiet

Les erreurs de Mr Blachiet sont " lassantes"!
2 exemples:
100 000 exilés fiscaux selon le directeur de l'expansion et non 5000 ( ces départs ont commencé bien avant la gauche au pouvoir)
6000 personnes à la manifestation lyonnaise pour le mariage des personnes homosexuelles, l'adoption et la PMA selon les journeaux: 12000 selon Mr Blachiet
Concernant l'exil fiscal: pourquoi ces départs? Pas de réponse de Mr Blachiet.
L'important est de citer le nom de gérard Collomb et toutes les entreprises qui sont à Lyon grâce à gérard Collomb ( comme tous ces centres commerciaux qui fleurissent un peu partout?)
Bien cordialement

Déposé le 26/12/2012 à 10h37  
Par Pams Citer

Je ne suis pas millionnaire loin delà, mais j'ai choisi de vendre mon appartement à LYON, pour m'installer a Barcelone (Espagne). car la vie, le climat, et l’état d'esprit des catalans me convient d’avantage, de plus les compagnies aériennes a faible coût, permettent de me rendre de LYON à Barcelone pour un prix plus que convenable.
Je travail a LYON et je suis désormais locataire de mon appartement dans cette ville, mais c'est toujours un plaisir de quitter la ville de LYON et me retrouver au bord de la Méditerranée dans une grande cité, loin de la vie Lyonnaise, de son état d'esprit trop conservateur parfois, de son brouillard, de son climat froid et humide l'hiver et caniculaire l'été.
La mondialisation c'est être citoyen du monde, de pouvoir vivre d'autres expériences, de vivre ailleurs tout en travaillant à un autre endroit.
Ce n'est pas parce que l'on est né sur les pentes de la Croix Rousse, qu'il faut finir dans son cimetière.

Déposé le 26/12/2012 à 09h20  
Par Siçimple Citer

S'il est une catégorie de personnes qui n'est pas prête à quitter la France, ce sont les élus, rentiers de l'argent public.
Les élus de droite pensent tenir avec l’affaire Depardieu un cas qui démontrerait la fiscalité absurde des socialistes sur les plus nantis.
Est-ce vraiment nécessaire que ces élus démontrent leur goût de l’individualisme jusqu’à comprendre un citoyen français à déserter son pays et choisir une autre nationalité comme on choisit une énième Rolex ?
Les élus de gauche « sociaux démocrate » qui défendent la liberté de circulation, le concept de citoyens du monde se sont émus qu’un citoyen français appliquent leur doctrine appelant même avec des trémolos dans la voix à un esprit de patriotisme. Esprit de patriotisme pourtant qu’ils s’appliquent habilement à dissoudre dans la diversité sur tous les sujets sociétaux.
Il semblerait donc que pour un gauchiste, l’esprit patriotique se limiterait à ne payer ses impôts qu’en France ! Fermer le ban !

Ces mêmes gauchistes qui s’émeuvent que le Quatar, l’Arabie Saoudite et autres nouveaux riches investissent en France.
Ces pays islamiques radical de surcroit où la libre circulation des biens comme des personnes est sous contrôle de l’état.
Nous ne nous étendrons pas sur les Droits de l’Homme que ces pays interprètent à la lettre ou plutôt à leur guise islamique.
Vous suivez toujours.
Ces mêmes gauchistes qui défendent donc pour nous français la libre circulation des biens comme des personnes et qui interprètent les investissements de ces pays où tous les droits fondamentaux de l’humanité sont bafoués.
Oui, cela n’a pas l’air très cohérent me direz-vous.
Mais détrompez-vous ça l’est.

Ce qui importe pour les élus, ce sont leur train de vie.
Des riches français qui partent payer leurs impôts ailleurs, c’est surtout une fuite de leurs sources de revenus.
Des riches islamiques radicaux qui viennent investir en France, c’est une nouvelle source de leurs revenus.

Il semblerait donc que les élus préfèrent les torchons aux serviettes.

Déposé le 25/12/2012 à 11h33  
Par nonmaiscepaspourdire Citer

Enfin si certains viennent en France pour ramasser du fric et les autres s'en vont pour ne pas payer, ça change un peu la donne aussi. Finalement il est vrai que, ce soit la droite ou la "gauche" au pouvoir rien ne change. Toujours les classes moyennes qui trinquent, les conditions de travail qui se détériorent. Mais c'est vrai qu'est-ce qu'on parle, mais alors on parle et peut-être aussi pour nous faire croire qu'il existe une différence entre les uns et les autres alors qu'ils ne font que se partager le gâteau, euh le pouvoir...

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.