Lyon : un étudiant s’immole en pleine rue devant le Crous

Lyon : un étudiant s’immole en pleine rue devant le Crous
Photo d'illustration - LyonMag

Terrible geste commis ce vendredi après-midi par un étudiant de l’université Lyon 2. Le jeune homme âgé de 22 ans s’est immolé en pleine rue, devant le Crous, dans le 7e arrondissement.

Un geste expliqué dans un message laissé au préalable sur Facebook et dans lequel il détaille la précarité actuelle de sa condition d’étudiant et le peu de perspectives que lui laissera la vie active dans le futur.


"Luttons contre la montée du fascisme, qui ne fait que nous diviser et créer, et du libéralisme qui crée des inégalités. J’accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l’UE de m’avoir tué, en créant des incertitudes sur l’avenir de tous-tes, j’accuse aussi le Pen et les éditorialistes d’avoir créé des peurs plus que secondaires", écrivait notamment l’étudiant originaire de Saint-Etienne.

Malgré l’intervention rapide des secours, l’étudiant qui s’était aspergé d’essence rue Garibaldi a été très grièvement brûlé. Les pompiers du Rhône ont indiqué qu’il avait été pris en charge à l’hôpital Edouard-Herriot où il a été constaté que son corps était brûlé à 90%.

0-50 sur 65 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
:( le 22/11/2019 à 22:51
nocturnes a écrit le 09/11/2019 à 23h34

quelle ''élégance''
vous manquez d'éducation vous, c'est certain

Faites un effort...

Signaler Répondre

avatar
NiBourdieuNiMaître le 22/11/2019 à 22:50
accord a écrit le 09/11/2019 à 14h40

tout à fait d'accord, on a besoin d'esclaves pas cher et sans éducation.
C'est tout.

Votre réponse illustre le paradoxe des sciences sociales, où le gauchisme crasse peine à masquer un immense mépris de classe. Vos diplômes, en dehors de satisfaire votre orgueil, ne forment à rien. Ils sont la matrice de votre précarité, et la société ne peut en être tenue pour responsable. Les voies de garage, fussent-elles dans l'enseignement supérieur, restent des voies de garage.

Signaler Répondre

avatar
nocturnes le 09/11/2019 à 23:35
Calahann a écrit le 08/11/2019 à 21h46

Hommage à lui malgré sa faiblesse qu'est le suicide par le feu , ce qui en sois est vraiment terrible comme fin de vie. Mourir à petit feu, au sens propre , donne une certaine idée du désespoir de ce petit bonhomme.
Il avait de bonnes idées et des raisons que j'admire.
J'espère qu'il s'accrochera à la vie malgré les dégâts et dommages qu'il c'est impliqué et affligé
à lui même.

faiblesse suicide par le feu ???
il faut un sacré courage plutôt

Signaler Répondre

avatar
nocturnes le 09/11/2019 à 23:34
anti a écrit le 09/11/2019 à 09h09

Ce geste est effectivement d une grande violence et je pense que ce jeune avait des gros problème autre que ses études .. malgré tout il aurait du réfléchir et aller visiter les enfants malades à Berard et il aurait sûrement changer d avis .. ces bout de chou se battent pour vivre eux ....

quelle ''élégance''
vous manquez d'éducation vous, c'est certain

Signaler Répondre

avatar
nocturnes le 09/11/2019 à 23:31
Dandyx a écrit le 09/11/2019 à 09h26

Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. En effet, ne voit-on pas aujourd’hui dans toutes les classes et dans toutes les fonctions des personnes qui désirent, je ne dirai pas la mort, parce que cela sonne mal à l’oreille, mais le malheur de leurs semblables, si cela peut leur procurer des avantages. Exemple : un patron ne fait-il pas des vœux pour voir un concurrent disparaître ; tous les commerçants en général ne voudraient-ils pas, et cela réciproquement, être seuls à jouir des avantages que peut rapporter ce genre d’occupations ? L’ouvrier sans emploi ne souhaite-t-il pas, pour obtenir du travail, que pour un motif quelconque celui qui est occupé soit rejeté de l’atelier ? Eh bien, dans une société où de pareils faits se produisent on n’a pas à être surpris des actes dans le genre de ceux qu’on me reproche, qui ne sont que la conséquence logique de la lutte pour l’existence que se font les hommes qui, pour vivre, sont obligés d’employer toute espèce de moyen. Et, puisque chacun est pour soi, celui qui est dans la nécessité n’en est-il pas réduit a penser :

Eh bien, puisqu’il en est ainsi, je n’ai pas à hésiter, lorsque j’ai faim, à employer les moyens qui sont à ma disposition, au risque de faire des victimes ! Les patrons, lorsqu’ils renvoient des ouvriers, s’inquiètent-ils s’ils vont mourir de faim ? Tous ceux qui ont du superflu s’occupent-ils s’il y a des gens qui manquent des choses nécessaires ?

Il y en a bien quelques-uns qui donnent des secours, mais ils sont impuissants à soulager tous ceux qui sont dans la nécessité et qui mourront prématurément par suite des privations de toutes sortes, ou volontairement par les suicides de tous genres pour mettre fin à une existence misérable et ne pas avoir à supporter les rigueurs de la faim, les hontes et les humiliations sans nombre, et sans espoir de les voir finir. Ainsi ils ont la famille Hayem et le femme Souhain qui a donné la mort à ses enfants pour ne pas les voir plus longtemps souffrir, et toutes les femmes qui, dans la crainte de ne pas pouvoir nourrir un enfant, n’hésitent pas à compromettre leur santé et leur vie en détruisant dans leur sein le fruit de leurs amours. Et toutes ces choses se passent au milieu de l’abondance de toutes espèces de produits ! On comprendrait que cela ait lieu dans un pays où les produits sont rares, où il y a la famine.

Mais en France, où règne l’abondance, où les boucheries sont bondées de viande, les boulangeries de pain, où les vêtements, la chaussure sont entassés dans les magasins, où il y a des logements inoccupés !

Comment admettre que tout est bien dans la société, quand le contraire se voit d’une façon aussi claire ?

Il y a bien des gens qui plaindront toutes ces victimes, mais qui vous diront qu’ils n’y peuvent rien.

Que chacun se débrouille comme il peut !

Que peut-il faire celui qui manque du nécessaire en travaillant, s’il vient a chômer ? Il n’a qu’à se laisser mourir de faim. Alors on jettera quelques paroles de pitié sur son cadavre. C’est ce que j’ai voulu laisser à d’autres. J’ai préféré me faire contrebandier, faux monnayeur, voleur, meurtrier et assassin. J’aurais pu mendier : c’est dégradant et lâche et c’est même puni par vos lois qui font un délit de la misère. Si tous les nécessiteux, au lieu d’attendre, prenaient où il y a et par n’importe quel moyen, les satisfaits comprendraient peut-être plus vite qu’il y a danger à vouloir consacrer l’état social actuel, où l’inquiétude est permanente et la vie menacée à chaque instant.

On finira sans doute plus vite par comprendre que les anarchistes ont raison lorsqu’ils disent que pour avoir la tranquillité morale et physique, il faut détruire les causes qui engendrent les crimes et les criminels : ce n’est pas en supprimant celui qui, plutôt que de mourir d’une mort lente par suite des privations qu’il a eues et aurait à supporter, sans espoir de les voir finir, préfère, s’il a un peu d’énergie, prendre violemment ce qui peut lui assurer le bien-être, même au risque de sa mort qui ne peut être qu’un terme à ses souffrances. Voilà pourquoi j’ai commis les actes que l’on me reproche et qui ne sont que la conséquence logique de l’état barbare d’une société qui ne fait qu’augmenter le nombre de ses victimes par la rigueur de ses lois qui sévissent contre les effets sans jamais toucher aux causes ; on dit qu’il faut être cruel pour donner la mort à son semblable, mais ceux qui parlent ainsi ne voient pas qu’on ne s’y résout que pour l’éviter soi-même.

De même, vous, messieurs les jurés, qui, sans doute, allez me condamner à la peine de mort, parce que vous croirez que c’est une nécessité et que ma disparition sera une satisfaction pour vous qui avez horreur de voir couler le sang humain, mais qui, lorsque vous croirez qu’il sera utile de le verser pour assurer la sécurité de votre existence, n’hésiterez pas plus que moi à le faire, avec cette différence que vous le ferez sans courir aucun danger, tandis que, au contraire, moi j’agissais aux risque et péril de ma liberté et de ma vie.

Eh bien, messieurs, il n’y a plus de criminels à juger, mais les causes du crime a détruire. En créant les articles du Code, les législateurs ont oublié qu’ils n’attaquaient pas les causes mais simplement les effets, et qu’alors ils ne détruisaient aucunement le crime ; en vérité, les causes existant, toujours les effets en découleront. Toujours il y aura des criminels, car aujourd’hui vous en détruisez un, demain il y en aura dix qui naîtront. Que faut-il alors ? Détruire la misère, ce germe de crime, en assurant à chacun la satisfaction de tous les besoins ! Et combien cela est facile à réaliser ! Il suffirait d’établir la société sur de nouvelles bases où tout serait en commun, et où chacun, produisant selon ses aptitudes et ses forces, pourrait consommer selon ses besoins.

Alors on ne verra plus des gens comme l’ermite de Notre-Dame-de-Grâce et autres mendier un métal dont ils deviennent les esclaves et les victimes ! On ne verra plus les femmes céder leurs appas, comme une vulgaire marchandise, en échange de ce même métal qui nous empêche bien souvent de reconnaître si l’affection est vraiment sincère. On ne verra plus des hommes comme Pranzini, Prado, Berland, Anastay et autres qui, toujours pour avoir de ce métal, en arrivent à donner la mort ! Cela démontre clairement que la cause de tous les crimes est toujours la même et qu’il faut vraiment être insensé pour ne pas la voir.

Oui, je le répète : c’est la société qui fait les criminels, et vous jurés, au lieu de les frapper, vous devriez employer votre intelligence et vos forces à transformer la société. Du coup, vous supprimeriez tous les crimes ; et votre œuvre, en s’attaquant aux causes, serait plus grande et plus féconde que n’est votre justice qui s’amoindrit à punir les effets.

Je ne suis qu’un ouvrier sans instruction ; mais parce que j’ai vécu l’existence des miséreux, je sens mieux qu’un riche bourgeois l’iniquité de vos lois répressives. Où prenez-vous le droit de tuer ou d’enfermer un homme qui, mis sur terre avec la nécessité de vivre, s’est vu dans la nécessité de prendre ce dont il manquait pour se nourrir ? J’ai travaillé pour vivre et faire vivre les miens ; tant que ni moi ni les miens n’avons pas trop souffert, je suis resté ce que vous appelez honnête. Puis le travail a manqué, et avec le chômage est venue la faim. C’est alors que cette grande loi de la nature, cette voix impérieuse qui n’admet pas de réplique, l’instinct de la conservation, me poussa à commettre certains des crimes et délits que vous me reprochez et dont je reconnais être l’auteur.

Jugez-moi, messieurs les jurés, mais si vous m’avez compris, en me jugeant jugez tous les malheureux dont la misère, alliée à la fierté naturelle, a fait des criminels, et dont la richesse, dont l’aisance même aurait fait des honnêtes gens ! Une société intelligente en aurait fait des gens comme tout le monde !

Ravachol - 1892

????????

Signaler Répondre

avatar
nocturnes le 09/11/2019 à 22:57
sakura a écrit le 09/11/2019 à 17h48

@accord, juste une petite précision, on peut ne pas avoir fait d'études et étre éduqué et à l inverse on peut avoir fait des études et ne pas être éduqué.

Car comme bon nombre de personnes qui se croient supérieures aux autres car elles font ou ont fait des études supérieures, vous confondez éducation avec instruction..

en tout cas vos propos démontrent une chose , que les études ne rendent pas les gens plus intelligents,

en effet il suffit de voir nos énarques

Signaler Répondre

avatar
sakura le 09/11/2019 à 17:48

@accord, juste une petite précision, on peut ne pas avoir fait d'études et étre éduqué et à l inverse on peut avoir fait des études et ne pas être éduqué.

Car comme bon nombre de personnes qui se croient supérieures aux autres car elles font ou ont fait des études supérieures, vous confondez éducation avec instruction..

en tout cas vos propos démontrent une chose , que les études ne rendent pas les gens plus intelligents,

Signaler Répondre

avatar
Cookie 22 le 09/11/2019 à 16:11
Lyonnaise69 a écrit le 09/11/2019 à 12h28

Mais malheureusement j ai la même vision pessimiste.
A ceux qui oseraient critiquer ce garçon qui a triplé sa L2: qd la priorité est de bouffer et de se loger, les études ça devient compliqué surtout le ventre vide. Être jeune, vivre la précarité et de surcroît être en échec sans possibilité d avenir, est particulièrement violent. Sans parler de l abandon de notre système envers ces étudiants. Pas de passerelles, pas d aides pour rebondir. Victime de notre société. Mille courage à lui.

Errare humanum est perseverare diabolicum...

Signaler Répondre

avatar
Cookie 22 le 09/11/2019 à 14:50
accord a écrit le 09/11/2019 à 14h40

tout à fait d'accord, on a besoin d'esclaves pas cher et sans éducation.
C'est tout.

Quel mépris de classe ! Pour vous un ouvrier, travailleur manuel serait forcément inculte ?? C'est ce genre de raisonnement qui font croire à des gamins que la faculté est mieux que l'apprentissage... Mais le réveil est brutal

Signaler Répondre

avatar
accord le 09/11/2019 à 14:40
axel a écrit le 09/11/2019 à 14h27

80 % de classe d'âge au bac , c'est absurde ! Alors que l'on manque d'apprentis de partout ! Le bac et la fac sont une voie de garage sans horizon pour beaucoup. Il est clair qu'il est plus confortable d'être sur banc d'amphi plutot que de planter des clous, scier des planches ou peindre des placos. Mais il est de bon ton d'être à la fac et de rever d'illusions qui n'aboutiront qu'à des déceptions voire plus ...Sincères condoléances à la famille de ce jeune poussé a la fac par la dogma !

tout à fait d'accord, on a besoin d'esclaves pas cher et sans éducation.
C'est tout.

Signaler Répondre

avatar
axel le 09/11/2019 à 14:27

80 % de classe d'âge au bac , c'est absurde ! Alors que l'on manque d'apprentis de partout ! Le bac et la fac sont une voie de garage sans horizon pour beaucoup. Il est clair qu'il est plus confortable d'être sur banc d'amphi plutot que de planter des clous, scier des planches ou peindre des placos. Mais il est de bon ton d'être à la fac et de rever d'illusions qui n'aboutiront qu'à des déceptions voire plus ...Sincères condoléances à la famille de ce jeune poussé a la fac par la dogma !

Signaler Répondre

avatar
Regrets... le 09/11/2019 à 13:29

...de voir le désespoir ainsi traduit, pauvre et honnête jeune homme, cela me rappelle le geste de l'étudiant tchèque Jan Palach en 1968, du désespoir aussi..réagissons contre l'origine de cela, nos racailles de gouvernants..

Signaler Répondre

avatar
oursins dans les poches le 09/11/2019 à 12:58
Ravachol a écrit le 09/11/2019 à 12h29

C'est deja fait, il y a longtemps:
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ravachol

Mexico n'est pas allé à la fac !

Signaler Répondre

avatar
Ravachol le 09/11/2019 à 12:29
Mexico a écrit le 09/11/2019 à 10h50

RAVACHOL / ECRIT UN LIVRE CE SERA PLUS FACILE A LIRE !

C'est deja fait, il y a longtemps:
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ravachol

Signaler Répondre

avatar
Lyonnaise69 le 09/11/2019 à 12:28
Lima a écrit le 09/11/2019 à 11h06

Ce n'est qu'une partie du le film à venir. Désolé !

Mais malheureusement j ai la même vision pessimiste.
A ceux qui oseraient critiquer ce garçon qui a triplé sa L2: qd la priorité est de bouffer et de se loger, les études ça devient compliqué surtout le ventre vide. Être jeune, vivre la précarité et de surcroît être en échec sans possibilité d avenir, est particulièrement violent. Sans parler de l abandon de notre système envers ces étudiants. Pas de passerelles, pas d aides pour rebondir. Victime de notre société. Mille courage à lui.

Signaler Répondre

avatar
arthuro le 09/11/2019 à 12:26
Démocratie où es tu ? a écrit le 09/11/2019 à 11h16

Ce qui est surprenant c'est que seule, la presse non affidée ose révéler ce "fait d'hiver", même les chiens écraésés ont plus d'audience auprès des médias financés par les contribuables sur décision des députés -

C'est bien pour cela qu'en matière d'objectivité de l'information, comment peut on imaginer que les unes qui ne seraient pas dans le sens de propagande gouvernementale du roi, passent naturellement à la poubelle, même si elles présentent un intérêt général social évident

La haut, ils ont tellement la trouille des grèves à venir qu'ils font les morts, transis, et il ne faut surtout pas sensibiliser le bon peuple par une information (pourtant si importante) sur ce genre de fait qui les dessert parce que leurs fesses ne sont pas très propres

Ce qui compte, c'est "ne pas faire de bruit" pour être reconduits aux prochaines élections (municipales et nationales)

+1

Signaler Répondre

avatar
Zig le 09/11/2019 à 12:13
Sakura a écrit le 09/11/2019 à 09h23

@statut quo, si les choses peuvent changer, mais à condition qu on.y .mette tous du sien et qu on.arrête de tout attendre des politiques.

En quoi,la politique rendra les gens moins agressifs,moins violent,en quoi la politique rendra les gens moins indifférent à leur voisin ,en quoi la politique changera le fait qu on dit a nos enfants qu ils,seront plus heureux avec un.bac plus 5 qu qu avec un bac pro ou bts etc etc.

On est tous responsable,,chacun à son petit niveau de ce qu est la société actuelle et tant que tous ensemble on ne changera pas de mentalité si je puis dire ,,oui rien ne bougera.

Je suis piétonne,,quand je vois des papiers sur les,trottoirs,,les ramasse et les met dans une poubelle, quand je pense qu un.bac poubelle ou un trottinette peut gêner une personne à mobilité réduite, je les déplace alors que je peux passer à côté sans problème. . Les gens me disent que cela ne sert a rien , puisque le lendemain.ce sera pareil. Sauf que je leurs réponds que ce n.est pas parce que certains agissent comme des c...que je dois faire pareil.
Ceci.pour vous dire que tant que les gens agiront sans tenir compte des conséquences de leur actions sur l autre, et bien désolée,,vous aurez beau changer de gouvernement, la société n en.sera pas meilleure.

C'est gentillet ce que vous nous dites là !

Moi aussi j'ai abandonné la voiture, moi aussi j'ai cessé de manger de la viande, moi aussi j'ai jeté ma TV pour ne plus voir la "jeunesse marseillaise vs le monde" faire la une avec de la m... e dans le crane.

Mais tout cela, c'est gentillet, ça ne fait pas bouger le monde, ni même la politique française et le français moyen près à s'etripper dès qu'on parle de réduire la vitesse sur ses routes, ou fournir des repas équilibrés avec moins de bidoches pour nos enfants.

Vous, vous nous parlez de ramasser les papiers qui traînent par terre alors que à peine on a mis en place des trotinettes Elec, les gens les jettent par 100 énes dans le Rhône, ça fait du lithium pour nos poissons.

Vous nous parlez de la réussite scolaire de nos chères têtes blondes qui hésitent entre BTS ou Fac alors que l'on ne sait même pas comment faire avec les "SDF mineurs" qui envahissent nos villes ?

Il y a un tel décalage entre la réalité et ce que chacun perçoit de celle-ci à travers son filtre mentale, c'est juste le jour et la nuit.

Mais continuez à ramasser les papiers qui traînent par terre, c'est tout à votre honneur.

Signaler Répondre

avatar
zied3 le 09/11/2019 à 12:10

La situation française est une poudrière à retardement , car les politicards se refusent à regarder la réalité , en face !
Ils ne veulent pas toucher , laissent faire , tant que ça tient :
leur seul but est de conserver le pouvoir et les financements bien gras qui vont avec !
Car , beaucoup d'entre eux n 'ont jamais travaillé de leur vie , et pourtant , vivent très bien de par la politique !
Ce jeune homme galérait financièrement , et n 'était sûrement pas un fils de nantis !
Alors , il n'a pas supporté qu'on ne lui donne qu'une Aumône d'aide ; comment Survivre , et non pas , vivre , avec 450 euros par mois , en France ?
C'est mission impossible !
Déjà , avec 1400 , vous serrez à mort au niveau dépenses !!!
Des macron , mélenchon , le pen , hollande , sarko , larcher , ferrand , etc ..., n'ont pas ces gros problèmes de pauvres !!!!
HONTE à tous ces nantis aux manettes , ou ceux qui ont déjà officié !!!!!!

Signaler Répondre

avatar
anonymous le 09/11/2019 à 11:56
Cookie 22 a écrit le 09/11/2019 à 03h36

Vous le décrivez comme étudiant... Tripler sa L2 c'est pas ce que j'appelle un étudiant mais un touriste scolaire qui jouait à la révolution avec ses copains de Lyon 2.

il y a d'autres voies que les facs pour réussir ! mais on a tellement bourré le mou aux bacheliers qu'ils se précipitent tous en fac alors que peu ont les capacités de travail et de réflexion pour y réussir !

Signaler Répondre

avatar
monp le 09/11/2019 à 11:36

Mon entier soutien à ce jeune homme.
Je comprends parfaitement son malaise, ses revendications,
Une victime supplémentaire de notre monde inhumain, capitaliste, désastreux.

Signaler Répondre

avatar
Clotic le 09/11/2019 à 11:31
Cookie 22 a écrit le 09/11/2019 à 03h36

Vous le décrivez comme étudiant... Tripler sa L2 c'est pas ce que j'appelle un étudiant mais un touriste scolaire qui jouait à la révolution avec ses copains de Lyon 2.

Commentaire monstrueux, ignoble, indécent, pourri jusqu'à l'os.

Signaler Répondre

avatar
Clotic le 09/11/2019 à 11:28
Mon Dieu pas ca. a écrit le 08/11/2019 à 21h41

Je suis horrifié !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon Dieu, pas ça ! Pas pour ça !!!!!!!!!!!!!
C'est pas possible !

Mon Dieu, protégez ce gône.

Sur le fond cette société et ce monde, ultra-libérale sont monstrueux !!
L'autre soir, j'ai vu une dame très âgée faire les poubelles d'un mini-centre commercial du 6ème.

Il y a aussi ce couple, sans toit qui dorment sur le cours lafayette ou cette famille avec des bouts de choux en bas âge, qui "vivent" sur le côté du bâtiment de la caf !

Comment les électeurs de macron ont-ils pu voter pour subir l'ultra-libéralisme, arrogant, méprisant et autoritaire ???????????

Je partage entièrement votre commentaire, votre analyse.

Signaler Répondre

avatar
Démocratie où es tu ? le 09/11/2019 à 11:16

Ce qui est surprenant c'est que seule, la presse non affidée ose révéler ce "fait d'hiver", même les chiens écraésés ont plus d'audience auprès des médias financés par les contribuables sur décision des députés -

C'est bien pour cela qu'en matière d'objectivité de l'information, comment peut on imaginer que les unes qui ne seraient pas dans le sens de propagande gouvernementale du roi, passent naturellement à la poubelle, même si elles présentent un intérêt général social évident

La haut, ils ont tellement la trouille des grèves à venir qu'ils font les morts, transis, et il ne faut surtout pas sensibiliser le bon peuple par une information (pourtant si importante) sur ce genre de fait qui les dessert parce que leurs fesses ne sont pas très propres

Ce qui compte, c'est "ne pas faire de bruit" pour être reconduits aux prochaines élections (municipales et nationales)

Signaler Répondre

avatar
Lima le 09/11/2019 à 11:06
Lyonnaise69 a écrit le 08/11/2019 à 21h27

Quelle tragédie..Si même la jeunesse perd espoir.. Mes pensées à lui et à tous ceux, filles ou garçons qui perdraient espoir: courage, courage, vous trouverez encore des gens qui vous tendront la main.

Ce n'est qu'une partie du le film à venir. Désolé !

Signaler Répondre

avatar
Rio le 09/11/2019 à 10:51
On en est arrivé là à LYO, réfléchissez avant de voter pour ces guignols qui nous gouvernent a écrit le 08/11/2019 à 21h59

Horrrrrible !

M E R C I M A C R O N


M E R C I l a b a r o n n i e C O L L O M B qu n'a d'autres préoccupations que de conserver ses excès de pouvoirs

Macron n'était-il pas le ministre de l'économie dans le gouvernement socialiste de Hollande ?

Signaler Répondre

avatar
Mexico le 09/11/2019 à 10:50
Dandyx a écrit le 09/11/2019 à 09h26

Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. En effet, ne voit-on pas aujourd’hui dans toutes les classes et dans toutes les fonctions des personnes qui désirent, je ne dirai pas la mort, parce que cela sonne mal à l’oreille, mais le malheur de leurs semblables, si cela peut leur procurer des avantages. Exemple : un patron ne fait-il pas des vœux pour voir un concurrent disparaître ; tous les commerçants en général ne voudraient-ils pas, et cela réciproquement, être seuls à jouir des avantages que peut rapporter ce genre d’occupations ? L’ouvrier sans emploi ne souhaite-t-il pas, pour obtenir du travail, que pour un motif quelconque celui qui est occupé soit rejeté de l’atelier ? Eh bien, dans une société où de pareils faits se produisent on n’a pas à être surpris des actes dans le genre de ceux qu’on me reproche, qui ne sont que la conséquence logique de la lutte pour l’existence que se font les hommes qui, pour vivre, sont obligés d’employer toute espèce de moyen. Et, puisque chacun est pour soi, celui qui est dans la nécessité n’en est-il pas réduit a penser :

Eh bien, puisqu’il en est ainsi, je n’ai pas à hésiter, lorsque j’ai faim, à employer les moyens qui sont à ma disposition, au risque de faire des victimes ! Les patrons, lorsqu’ils renvoient des ouvriers, s’inquiètent-ils s’ils vont mourir de faim ? Tous ceux qui ont du superflu s’occupent-ils s’il y a des gens qui manquent des choses nécessaires ?

Il y en a bien quelques-uns qui donnent des secours, mais ils sont impuissants à soulager tous ceux qui sont dans la nécessité et qui mourront prématurément par suite des privations de toutes sortes, ou volontairement par les suicides de tous genres pour mettre fin à une existence misérable et ne pas avoir à supporter les rigueurs de la faim, les hontes et les humiliations sans nombre, et sans espoir de les voir finir. Ainsi ils ont la famille Hayem et le femme Souhain qui a donné la mort à ses enfants pour ne pas les voir plus longtemps souffrir, et toutes les femmes qui, dans la crainte de ne pas pouvoir nourrir un enfant, n’hésitent pas à compromettre leur santé et leur vie en détruisant dans leur sein le fruit de leurs amours. Et toutes ces choses se passent au milieu de l’abondance de toutes espèces de produits ! On comprendrait que cela ait lieu dans un pays où les produits sont rares, où il y a la famine.

Mais en France, où règne l’abondance, où les boucheries sont bondées de viande, les boulangeries de pain, où les vêtements, la chaussure sont entassés dans les magasins, où il y a des logements inoccupés !

Comment admettre que tout est bien dans la société, quand le contraire se voit d’une façon aussi claire ?

Il y a bien des gens qui plaindront toutes ces victimes, mais qui vous diront qu’ils n’y peuvent rien.

Que chacun se débrouille comme il peut !

Que peut-il faire celui qui manque du nécessaire en travaillant, s’il vient a chômer ? Il n’a qu’à se laisser mourir de faim. Alors on jettera quelques paroles de pitié sur son cadavre. C’est ce que j’ai voulu laisser à d’autres. J’ai préféré me faire contrebandier, faux monnayeur, voleur, meurtrier et assassin. J’aurais pu mendier : c’est dégradant et lâche et c’est même puni par vos lois qui font un délit de la misère. Si tous les nécessiteux, au lieu d’attendre, prenaient où il y a et par n’importe quel moyen, les satisfaits comprendraient peut-être plus vite qu’il y a danger à vouloir consacrer l’état social actuel, où l’inquiétude est permanente et la vie menacée à chaque instant.

On finira sans doute plus vite par comprendre que les anarchistes ont raison lorsqu’ils disent que pour avoir la tranquillité morale et physique, il faut détruire les causes qui engendrent les crimes et les criminels : ce n’est pas en supprimant celui qui, plutôt que de mourir d’une mort lente par suite des privations qu’il a eues et aurait à supporter, sans espoir de les voir finir, préfère, s’il a un peu d’énergie, prendre violemment ce qui peut lui assurer le bien-être, même au risque de sa mort qui ne peut être qu’un terme à ses souffrances. Voilà pourquoi j’ai commis les actes que l’on me reproche et qui ne sont que la conséquence logique de l’état barbare d’une société qui ne fait qu’augmenter le nombre de ses victimes par la rigueur de ses lois qui sévissent contre les effets sans jamais toucher aux causes ; on dit qu’il faut être cruel pour donner la mort à son semblable, mais ceux qui parlent ainsi ne voient pas qu’on ne s’y résout que pour l’éviter soi-même.

De même, vous, messieurs les jurés, qui, sans doute, allez me condamner à la peine de mort, parce que vous croirez que c’est une nécessité et que ma disparition sera une satisfaction pour vous qui avez horreur de voir couler le sang humain, mais qui, lorsque vous croirez qu’il sera utile de le verser pour assurer la sécurité de votre existence, n’hésiterez pas plus que moi à le faire, avec cette différence que vous le ferez sans courir aucun danger, tandis que, au contraire, moi j’agissais aux risque et péril de ma liberté et de ma vie.

Eh bien, messieurs, il n’y a plus de criminels à juger, mais les causes du crime a détruire. En créant les articles du Code, les législateurs ont oublié qu’ils n’attaquaient pas les causes mais simplement les effets, et qu’alors ils ne détruisaient aucunement le crime ; en vérité, les causes existant, toujours les effets en découleront. Toujours il y aura des criminels, car aujourd’hui vous en détruisez un, demain il y en aura dix qui naîtront. Que faut-il alors ? Détruire la misère, ce germe de crime, en assurant à chacun la satisfaction de tous les besoins ! Et combien cela est facile à réaliser ! Il suffirait d’établir la société sur de nouvelles bases où tout serait en commun, et où chacun, produisant selon ses aptitudes et ses forces, pourrait consommer selon ses besoins.

Alors on ne verra plus des gens comme l’ermite de Notre-Dame-de-Grâce et autres mendier un métal dont ils deviennent les esclaves et les victimes ! On ne verra plus les femmes céder leurs appas, comme une vulgaire marchandise, en échange de ce même métal qui nous empêche bien souvent de reconnaître si l’affection est vraiment sincère. On ne verra plus des hommes comme Pranzini, Prado, Berland, Anastay et autres qui, toujours pour avoir de ce métal, en arrivent à donner la mort ! Cela démontre clairement que la cause de tous les crimes est toujours la même et qu’il faut vraiment être insensé pour ne pas la voir.

Oui, je le répète : c’est la société qui fait les criminels, et vous jurés, au lieu de les frapper, vous devriez employer votre intelligence et vos forces à transformer la société. Du coup, vous supprimeriez tous les crimes ; et votre œuvre, en s’attaquant aux causes, serait plus grande et plus féconde que n’est votre justice qui s’amoindrit à punir les effets.

Je ne suis qu’un ouvrier sans instruction ; mais parce que j’ai vécu l’existence des miséreux, je sens mieux qu’un riche bourgeois l’iniquité de vos lois répressives. Où prenez-vous le droit de tuer ou d’enfermer un homme qui, mis sur terre avec la nécessité de vivre, s’est vu dans la nécessité de prendre ce dont il manquait pour se nourrir ? J’ai travaillé pour vivre et faire vivre les miens ; tant que ni moi ni les miens n’avons pas trop souffert, je suis resté ce que vous appelez honnête. Puis le travail a manqué, et avec le chômage est venue la faim. C’est alors que cette grande loi de la nature, cette voix impérieuse qui n’admet pas de réplique, l’instinct de la conservation, me poussa à commettre certains des crimes et délits que vous me reprochez et dont je reconnais être l’auteur.

Jugez-moi, messieurs les jurés, mais si vous m’avez compris, en me jugeant jugez tous les malheureux dont la misère, alliée à la fierté naturelle, a fait des criminels, et dont la richesse, dont l’aisance même aurait fait des honnêtes gens ! Une société intelligente en aurait fait des gens comme tout le monde !

Ravachol - 1892

RAVACHOL / ECRIT UN LIVRE CE SERA PLUS FACILE A LIRE !

Signaler Répondre

avatar
Gadj le 09/11/2019 à 10:41

Quand je lis certains commentaires je suis choqué et j'ai presque envie de baisser les bras ....... mais je vous le dis c'est la misère qui l'a mener à faire ça et non la faiblesse il ne voyais plus la sortie ....... certains choisissent de se battre et d'autres lâchent prise . Il faut se battrent et foutrent ce gouvernement dehors changer ce système ultra libéral qui amène la misère pour enrichir une minorité ! Alors bougez vous,ne perdez pas espoir, pour que ce drame n'arrive pas à un de vos proches! et arrêtez de ne pensez qu'à vous en croyant que cela ne vous arrivera pas où ne vous concerne pas car on ne sait pas de quoi est fait l'avenir et ce qui est sûr c'est que si on ne se bat pas bin l'avenir est sombre.....

Signaler Répondre

avatar
Isabelle le 09/11/2019 à 10:30

Quel geste. C est horrible pour lui, pour ses parents, amis et pour nous tous. Je condamne ces gens de pouvoirs qui ne pensent qu a eux. A ne pas agir, cela fait monter la peur, la haine et nous divise.Je suis plus qu attristée de cet act. Une pensée à toi jeune homme et à ta famille.

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 09/11/2019 à 10:17
Tangoalpha a écrit le 09/11/2019 à 09h50

Pour répondre à sakura ; je suis d accord avec ton texte sauf sur le politique, c est bien eux qui vote les loi sur le fonctionnement de l état et l enseignement....allez voir les modèles nordiques....nous avons beaucoup à apprendre d eux

Connais les modèles nordique, mais juste une chose,ces modèles seraient ils applicables en.France au vu de la mentalité française.

Pour ma part j emets quelques doutes,, mais pourquoi ne pas les tester.

Signaler Répondre

avatar
Tangoalpha le 09/11/2019 à 09:50

Pour répondre à sakura ; je suis d accord avec ton texte sauf sur le politique, c est bien eux qui vote les loi sur le fonctionnement de l état et l enseignement....allez voir les modèles nordiques....nous avons beaucoup à apprendre d eux

Signaler Répondre

avatar
Ange Martinez le 09/11/2019 à 09:47

Quelle tragédie, une famille en deuil , et des amis désemparés. Tous les espoirs de parents pour l'avenir de leur enfant , s'effondrent comme un château de cartes. Il y a comme ça, des jours où une étrange rage monte du plus profond de nos tripes,; même si comme moi , on est un être pacifique. Ce n'est pas un suicide , mais une lente exécution, mise au point par des gens qui n'arriveront Jamais à voir la fin de leur fortune et ne pensent qu'à l'accoitre .Juste pour avoir plus et encore plus , même si ça ne sert à rien , ils asservissent et ruinent les autres. Ils n'ont d'autre Dieu qu'eux même et un seul prêche : l'argent. Et nos dirigeants au lieu d'essayer de négocier et prendre en charge avec courage l'intérêt de la nation dont ils ont pris la charge; se laissent acheter et deviennent leur jouet. Ils sont responsables de cette mort , comme de tant d'autres .Et si l'on compte aussi les ventes d'armes à des pays en guerre , ils ont la mort de milliers d'êtres sur la conscience. Mais ont ils vraiment conscience. Il y a longtemps qu'ils ont vendu leur âme au diable et leur peuple aux milliardaires.J'ai honte de ceux qui les soutiennent.Repose en paix , j'espère que ton geste ne sera pas vain , mais vu la lâcheté ambiante , le peu de dignité et d'honneur ambiants , j'ai des doutes . J'ai de la peine pour ses proches et de la rage contre notre classe dirigeante.

Signaler Répondre

avatar
Parti de Loi et d'Ordre le 09/11/2019 à 09:38
Maman 65 a écrit le 09/11/2019 à 06h18

Je ne sais pas qui est cookie 22 mais je ne voudrais pas avoir son visage ds le reflet du miroir le matin pour oser écrire de telles horreurs, de telles ignominies... Moi je suis juste une maman qui pense à celle de ce jeune et du monde dans lequel d'autres gens aussi ignobles ont prévu de vous faire vivre.. Demain peut être tu te trouveras ds une situation dite "précaire" sans miroir je l'espère pour toi

Et vos enfants, sont-ils des touristes scolaires aussi ? Une vérification de leur assiduité en cours serait souhaitable s'il y a le moindre signe de doute ....

Signaler Répondre

avatar
Dandyx le 09/11/2019 à 09:26

Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. En effet, ne voit-on pas aujourd’hui dans toutes les classes et dans toutes les fonctions des personnes qui désirent, je ne dirai pas la mort, parce que cela sonne mal à l’oreille, mais le malheur de leurs semblables, si cela peut leur procurer des avantages. Exemple : un patron ne fait-il pas des vœux pour voir un concurrent disparaître ; tous les commerçants en général ne voudraient-ils pas, et cela réciproquement, être seuls à jouir des avantages que peut rapporter ce genre d’occupations ? L’ouvrier sans emploi ne souhaite-t-il pas, pour obtenir du travail, que pour un motif quelconque celui qui est occupé soit rejeté de l’atelier ? Eh bien, dans une société où de pareils faits se produisent on n’a pas à être surpris des actes dans le genre de ceux qu’on me reproche, qui ne sont que la conséquence logique de la lutte pour l’existence que se font les hommes qui, pour vivre, sont obligés d’employer toute espèce de moyen. Et, puisque chacun est pour soi, celui qui est dans la nécessité n’en est-il pas réduit a penser :

Eh bien, puisqu’il en est ainsi, je n’ai pas à hésiter, lorsque j’ai faim, à employer les moyens qui sont à ma disposition, au risque de faire des victimes ! Les patrons, lorsqu’ils renvoient des ouvriers, s’inquiètent-ils s’ils vont mourir de faim ? Tous ceux qui ont du superflu s’occupent-ils s’il y a des gens qui manquent des choses nécessaires ?

Il y en a bien quelques-uns qui donnent des secours, mais ils sont impuissants à soulager tous ceux qui sont dans la nécessité et qui mourront prématurément par suite des privations de toutes sortes, ou volontairement par les suicides de tous genres pour mettre fin à une existence misérable et ne pas avoir à supporter les rigueurs de la faim, les hontes et les humiliations sans nombre, et sans espoir de les voir finir. Ainsi ils ont la famille Hayem et le femme Souhain qui a donné la mort à ses enfants pour ne pas les voir plus longtemps souffrir, et toutes les femmes qui, dans la crainte de ne pas pouvoir nourrir un enfant, n’hésitent pas à compromettre leur santé et leur vie en détruisant dans leur sein le fruit de leurs amours. Et toutes ces choses se passent au milieu de l’abondance de toutes espèces de produits ! On comprendrait que cela ait lieu dans un pays où les produits sont rares, où il y a la famine.

Mais en France, où règne l’abondance, où les boucheries sont bondées de viande, les boulangeries de pain, où les vêtements, la chaussure sont entassés dans les magasins, où il y a des logements inoccupés !

Comment admettre que tout est bien dans la société, quand le contraire se voit d’une façon aussi claire ?

Il y a bien des gens qui plaindront toutes ces victimes, mais qui vous diront qu’ils n’y peuvent rien.

Que chacun se débrouille comme il peut !

Que peut-il faire celui qui manque du nécessaire en travaillant, s’il vient a chômer ? Il n’a qu’à se laisser mourir de faim. Alors on jettera quelques paroles de pitié sur son cadavre. C’est ce que j’ai voulu laisser à d’autres. J’ai préféré me faire contrebandier, faux monnayeur, voleur, meurtrier et assassin. J’aurais pu mendier : c’est dégradant et lâche et c’est même puni par vos lois qui font un délit de la misère. Si tous les nécessiteux, au lieu d’attendre, prenaient où il y a et par n’importe quel moyen, les satisfaits comprendraient peut-être plus vite qu’il y a danger à vouloir consacrer l’état social actuel, où l’inquiétude est permanente et la vie menacée à chaque instant.

On finira sans doute plus vite par comprendre que les anarchistes ont raison lorsqu’ils disent que pour avoir la tranquillité morale et physique, il faut détruire les causes qui engendrent les crimes et les criminels : ce n’est pas en supprimant celui qui, plutôt que de mourir d’une mort lente par suite des privations qu’il a eues et aurait à supporter, sans espoir de les voir finir, préfère, s’il a un peu d’énergie, prendre violemment ce qui peut lui assurer le bien-être, même au risque de sa mort qui ne peut être qu’un terme à ses souffrances. Voilà pourquoi j’ai commis les actes que l’on me reproche et qui ne sont que la conséquence logique de l’état barbare d’une société qui ne fait qu’augmenter le nombre de ses victimes par la rigueur de ses lois qui sévissent contre les effets sans jamais toucher aux causes ; on dit qu’il faut être cruel pour donner la mort à son semblable, mais ceux qui parlent ainsi ne voient pas qu’on ne s’y résout que pour l’éviter soi-même.

De même, vous, messieurs les jurés, qui, sans doute, allez me condamner à la peine de mort, parce que vous croirez que c’est une nécessité et que ma disparition sera une satisfaction pour vous qui avez horreur de voir couler le sang humain, mais qui, lorsque vous croirez qu’il sera utile de le verser pour assurer la sécurité de votre existence, n’hésiterez pas plus que moi à le faire, avec cette différence que vous le ferez sans courir aucun danger, tandis que, au contraire, moi j’agissais aux risque et péril de ma liberté et de ma vie.

Eh bien, messieurs, il n’y a plus de criminels à juger, mais les causes du crime a détruire. En créant les articles du Code, les législateurs ont oublié qu’ils n’attaquaient pas les causes mais simplement les effets, et qu’alors ils ne détruisaient aucunement le crime ; en vérité, les causes existant, toujours les effets en découleront. Toujours il y aura des criminels, car aujourd’hui vous en détruisez un, demain il y en aura dix qui naîtront. Que faut-il alors ? Détruire la misère, ce germe de crime, en assurant à chacun la satisfaction de tous les besoins ! Et combien cela est facile à réaliser ! Il suffirait d’établir la société sur de nouvelles bases où tout serait en commun, et où chacun, produisant selon ses aptitudes et ses forces, pourrait consommer selon ses besoins.

Alors on ne verra plus des gens comme l’ermite de Notre-Dame-de-Grâce et autres mendier un métal dont ils deviennent les esclaves et les victimes ! On ne verra plus les femmes céder leurs appas, comme une vulgaire marchandise, en échange de ce même métal qui nous empêche bien souvent de reconnaître si l’affection est vraiment sincère. On ne verra plus des hommes comme Pranzini, Prado, Berland, Anastay et autres qui, toujours pour avoir de ce métal, en arrivent à donner la mort ! Cela démontre clairement que la cause de tous les crimes est toujours la même et qu’il faut vraiment être insensé pour ne pas la voir.

Oui, je le répète : c’est la société qui fait les criminels, et vous jurés, au lieu de les frapper, vous devriez employer votre intelligence et vos forces à transformer la société. Du coup, vous supprimeriez tous les crimes ; et votre œuvre, en s’attaquant aux causes, serait plus grande et plus féconde que n’est votre justice qui s’amoindrit à punir les effets.

Je ne suis qu’un ouvrier sans instruction ; mais parce que j’ai vécu l’existence des miséreux, je sens mieux qu’un riche bourgeois l’iniquité de vos lois répressives. Où prenez-vous le droit de tuer ou d’enfermer un homme qui, mis sur terre avec la nécessité de vivre, s’est vu dans la nécessité de prendre ce dont il manquait pour se nourrir ? J’ai travaillé pour vivre et faire vivre les miens ; tant que ni moi ni les miens n’avons pas trop souffert, je suis resté ce que vous appelez honnête. Puis le travail a manqué, et avec le chômage est venue la faim. C’est alors que cette grande loi de la nature, cette voix impérieuse qui n’admet pas de réplique, l’instinct de la conservation, me poussa à commettre certains des crimes et délits que vous me reprochez et dont je reconnais être l’auteur.

Jugez-moi, messieurs les jurés, mais si vous m’avez compris, en me jugeant jugez tous les malheureux dont la misère, alliée à la fierté naturelle, a fait des criminels, et dont la richesse, dont l’aisance même aurait fait des honnêtes gens ! Une société intelligente en aurait fait des gens comme tout le monde !

Ravachol - 1892

Signaler Répondre

avatar
Dandyx le 09/11/2019 à 09:25

compréhensible ...
le CROUS traque la moindre augmentation de revenus des parents pour baisser les bourses , même si dans les faits les revenus réels n'ont pas augmentés et que c'est juste du à quelques glissements de Manu et phiphi
les dossiers de bourses rejetés d'ailleurs de plus en plus facilement
quand t'es étudiant et que tu fais une demande d'aide d'urgence ou de soutien au CROUS on te crache la plus grande haine sociale du monde au visage et on te dit juste "faut trouver un job ! " (tellement facile à dire )
les facs tombent en lambeaux
les logements CROUS sont insalubres pour la plupart , certains sont assez délabrés pour être détruits plus que restaurés si l'Etat y fourrait correctement son nez

Quelques infos :
travailler pendant les études diminue de 2/3 les chances de réussites
20% des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté
23% considèrent avoir des difficultés financières
50,8?% d’entre eux ont déclaré avoir dû se restreindre financièrement au moins une fois au cours de l’année. Ce chiffre monte à 54,2% concernant les étudiants issus des classes populaires.
65 % des étudiants sautent régulièrement un repas
2/3 des bénéficiaires des AGORAé (espaces de solidarité et épiceries sociales gérées par la FAGE) déclarent sauter au moins un repas par semaine, dont 72 % pour des raisons financières
1 étudiant sur 3 estime ne pas manger équilibré
Seuls 6,4 % des étudiants ont consommé 5 fruits et légumes la veille d’être interrogés pour une enquête publiée par la Croix Rouge en mai 2017

les jobs étudiants sont sous-payés et on profite de la condition étudiant pour en faire de la chaire à canon sans la moindre considération
personnellement j'ai voulu prendre un job étudiant , j'ai du abandonné car l'organisation de la boite était assez désastreuse pour niquer mon morale totalement , les conditions de travail anxiogène et l'exposition trop élevée aux produits d'entretien ont provoqué une explosions de mon psoriasis avec des lésions , et le job m'empêchait de trouver du temps pour entretenir mon logement , moi même , réviser

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 09/11/2019 à 09:23

@statut quo, si les choses peuvent changer, mais à condition qu on.y .mette tous du sien et qu on.arrête de tout attendre des politiques.

En quoi,la politique rendra les gens moins agressifs,moins violent,en quoi la politique rendra les gens moins indifférent à leur voisin ,en quoi la politique changera le fait qu on dit a nos enfants qu ils,seront plus heureux avec un.bac plus 5 qu qu avec un bac pro ou bts etc etc.

On est tous responsable,,chacun à son petit niveau de ce qu est la société actuelle et tant que tous ensemble on ne changera pas de mentalité si je puis dire ,,oui rien ne bougera.

Je suis piétonne,,quand je vois des papiers sur les,trottoirs,,les ramasse et les met dans une poubelle, quand je pense qu un.bac poubelle ou un trottinette peut gêner une personne à mobilité réduite, je les déplace alors que je peux passer à côté sans problème. . Les gens me disent que cela ne sert a rien , puisque le lendemain.ce sera pareil. Sauf que je leurs réponds que ce n.est pas parce que certains agissent comme des c...que je dois faire pareil.
Ceci.pour vous dire que tant que les gens agiront sans tenir compte des conséquences de leur actions sur l autre, et bien désolée,,vous aurez beau changer de gouvernement, la société n en.sera pas meilleure.

Signaler Répondre

avatar
On t'a reconnue le 09/11/2019 à 09:19
ridicule a écrit le 08/11/2019 à 23h26

pourquoi vous n'indiquez pas qu'il a retapé sa L2 trois fois, qu'il est syndiqué, ultra gaucho, se revendique de l'ultra gauche et dit que tous ses problèmes = la faute du RN, de le pen et compagnie ?

eh bien si tu connaissais ses motivations profondes, on pourrait t'accuser de non assistance à personne en danger .... toi dans ton bon fauteuil bien douillet, sans doute nourri et logé et blanchi
et tu voudrais que ça dure bien sûr !

Signaler Répondre

avatar
Un père le 09/11/2019 à 09:19

Trop politisé le gamin .... les ravages de LFI et de feu le PCF .
La fac ne mène pas à grand chose pour une majorité, qui a aussi du mal à se retrousser les manches. J accuse Les syndicats de gauche ....

Signaler Répondre

avatar
Herreros José handicapé le 09/11/2019 à 09:18

Ce jeune, ne se sentait pas bien et je peux le comprendre, faire des études , pour galérer une fois diplômé, son message est fort, il faut vraiment faire quelque chose, pour notre jeunesse, que le monde du travail réagisse, que le gouvernement entende ,cette détresse de nos étudiants, ne jamais oublier que les jeunes adultes , sont le poumon de notre pays, il faut ne plus promettre mais leurs apporter un avenir quelque soit la filière, études supérieures, mais également, reconnaître nos apprentis, leurs prouver que tous leurs efforts scolaires peuvent payer, que notre pays leur est reconnaissant et cela très rapidement, remotiver nos banlieues, ne pas les abandonner, leurs donner aussi l'espoir de réussir et non les laisser de côté ,les ignorer,les laisser faire le mal car derrière toute cette pauvre France, se cache, une souffrance, agissons tous ensemble pour améliorer le quotidien de nos jeunes pour que demain devienne meilleur.

Signaler Répondre

avatar
Nairobi le 09/11/2019 à 09:11
On en est arrivé là à LYO, réfléchissez avant de voter pour ces guignols qui nous gouvernent a écrit le 08/11/2019 à 21h59

Horrrrrible !

M E R C I M A C R O N


M E R C I l a b a r o n n i e C O L L O M B qu n'a d'autres préoccupations que de conserver ses excès de pouvoirs

RAPPEL / MACRON, MINISTRE DE L ECONOMIE DANS LE GOUVERNEMENT HOLLANDE.
LE PIRE GOUVERNEMENT DE LA 5°

Signaler Répondre

avatar
anti le 09/11/2019 à 09:09

Ce geste est effectivement d une grande violence et je pense que ce jeune avait des gros problème autre que ses études .. malgré tout il aurait du réfléchir et aller visiter les enfants malades à Berard et il aurait sûrement changer d avis .. ces bout de chou se battent pour vivre eux ....

Signaler Répondre

avatar
Pace le 09/11/2019 à 09:07
c. a écrit le 08/11/2019 à 23h37

Facile d’accuser...encore faut-il se battre, construire sa propre voie avec ses compétences et ses rêves. Le problème de se jeune etait assurément ailleurs...

Je sais tout , avant de juger...respectez

Signaler Répondre

avatar
Nagasaki le 09/11/2019 à 09:06
Mon Dieu pas ca. a écrit le 08/11/2019 à 21h41

Je suis horrifié !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon Dieu, pas ça ! Pas pour ça !!!!!!!!!!!!!
C'est pas possible !

Mon Dieu, protégez ce gône.

Sur le fond cette société et ce monde, ultra-libérale sont monstrueux !!
L'autre soir, j'ai vu une dame très âgée faire les poubelles d'un mini-centre commercial du 6ème.

Il y a aussi ce couple, sans toit qui dorment sur le cours lafayette ou cette famille avec des bouts de choux en bas âge, qui "vivent" sur le côté du bâtiment de la caf !

Comment les électeurs de macron ont-ils pu voter pour subir l'ultra-libéralisme, arrogant, méprisant et autoritaire ???????????

Comment les électeurs de Macron etc..…..Votre mémoire est courte ! Il était ministre au gouvernement socialiste d'Hollande….le pire mandat de la 5° république.

Signaler Répondre

avatar
Tokyo le 09/11/2019 à 09:03
Mon Dieu pas ca. a écrit le 08/11/2019 à 21h41

Je suis horrifié !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon Dieu, pas ça ! Pas pour ça !!!!!!!!!!!!!
C'est pas possible !

Mon Dieu, protégez ce gône.

Sur le fond cette société et ce monde, ultra-libérale sont monstrueux !!
L'autre soir, j'ai vu une dame très âgée faire les poubelles d'un mini-centre commercial du 6ème.

Il y a aussi ce couple, sans toit qui dorment sur le cours lafayette ou cette famille avec des bouts de choux en bas âge, qui "vivent" sur le côté du bâtiment de la caf !

Comment les électeurs de macron ont-ils pu voter pour subir l'ultra-libéralisme, arrogant, méprisant et autoritaire ???????????

Curieux ce monde ultra libérale alors que l'on fête la chute du mur de Berlin et sa période bolchevique

Signaler Répondre

avatar
très triste le 09/11/2019 à 08:56

Et les souffrances qu’il s’impose... pour rien... Encore un jeune utopique qui ne croit qu’en sa vérité ... 32 h/ semaine mais oui... pourquoi pas 30? Ou 25?... Il n’y a pas une vérité mais des vérités... Ce n’est pas le libéralisme qui nous tue c’est ce qui a donné la richesse à notre pays (par rapport à d’autres) et nous permet de bénéficier de tous les services public aujourd’hui, de se vêtir, se loger et manger à notre faim. Ça doit s’encadrer et c’est le cas. Allez voir ailleurs si c’est mieux... Ce qui tue c’est l’absence de justice. Ça causera notre perte car c’est ça qui fait monter le racisme et rien d’autre. Il faut mettre fin à l’impunité. La majorité des gens ne sont pas raciste par contre ils ne peuvent plus supporter de tout payer pour les autres... ils ne peuvent plus supporter de vivre dans la terreur avec des délinquants multirécidivistes passer 70 fois devant un juge et toujours libre de recommencer et d’aller toujours plus loin... Les extrémistes droite ou gauche ne veulent que notre perte et n’ont rien à apporter à notre pays ni à aucun autre d’ailleurs... J’espère que les médecins vont pouvoir pallier à ses douleurs physiques et mentales... mais surtout que personne ne s’immole à nouveau...

Signaler Répondre

avatar
Cathy ioan agard le 09/11/2019 à 08:52

Notre gouvernement va t il enfin comprendre dans quelle détresse est notre jeunesse....????

Signaler Répondre

avatar
Statu quo le 09/11/2019 à 08:18
Sakura a écrit le 09/11/2019 à 07h27

Vous voyez mais qu avez vous fait concrètement pour cette mamie,pour cette famille. Etes vous aller les voir pour leur parler, leur proposer votre aide, ou faites vous comme bon.nombtr de personnes qui.dénoncent, mais qui rentrent bien au chaud chez eux .. . On.ne connais pas ce jeune homme,,on ne sait pas dans,quel contexte familiale il.a,été élevé, on ne connait pas non.plus le contexte de sa vie étudiante. Le problème de nos jours c est qu on rabâche à nos jeunes qu il.faut faire des études pour réussir, alors que bon nombre n ont pas le niveau pour les faire et qu on.sait qu on.les envoie au casse pipe. Et après on.s étonne du taux de suicide chez les jeunes ou le taux d échec. . Faut arrêter de tout mettre sur le dos des,politiques, car pour info des,étudiants qui se suicident , il.y en.a plus qu on ne le pense, mais vu.que ce n est pas aussi.spectaculaire, on en.parle.pas.

Au fait ,,des mômes de moins,de 13 ans se sont suicidés, et personne ne s en.emeut.

Notre societe est violente,,et c est pas le fric qui changera quoique ce soit ou les politiques

Vous faites comme beaucoup, sans doute pour vous déculpabiliser d'être impuissante face à l'inexorable (ce que personne ne peut vous reprocher).

Vous faites voler la poussière et les ordures disparates qui sont sur le tapis, vous mettez ainsi en évidence un gros nuage de saloperies, et vous le laissez retomber sur le tapis.

Ainsi rien ne change.

Et vous concluez par:

"Notre societe est violente,,et c est pas le fric qui changera quoique ce soit ou les politiques"

C'est donc ni le fric ni les politiques, ni vous, ni personne ?

Statu quo et retour à la case départ.

Signaler Répondre

avatar
Moilyon le 09/11/2019 à 08:15

Notre société est loin, bien loin d’être parfaite. Mais de là à en arriver à une telle extrémité ? Sûrement bien d’autres raisons doivent expliquer ce geste fou. Quel malheur il avait la vie devant lui.

Signaler Répondre

avatar
Zig le 09/11/2019 à 08:00

Il va falloir beaucoup de courage et de patience à ce jeune homme et son entourage pour tenter de surmonter cette épreuve.

Je ne porte pas de jugement sur les réelles motivations qui ont conduit ce jeune homme à s'immoller (qui sait réellement quelles sont celles-ci d'ailleurs pour oser porter un jugement ? ).

Par contre force est de reconnaître que l'allure des affaires du monde, même bien au-delà de notre maquereaunnerie, n'est pas rassurante du tout pour l'avenir de notre jeunesse, et qu'il est largement plus que temps de ne faire que tirer en vain la sonnette d'alarme si l'on veut sauver ce qu'il reste.

En tout cas, ce jeune homme ne serrât sûrement pas le dernier à faire preuve d'un tel pessimisme face à son avenir dans ce monde qui ne va pas bien du tout et tarde à ce réveiller.

Si au moins ce geste pouvait être un électrochoc pour les septiques!

Signaler Répondre

avatar
Dianouchka le 09/11/2019 à 07:48
c. a écrit le 08/11/2019 à 23h37

Facile d’accuser...encore faut-il se battre, construire sa propre voie avec ses compétences et ses rêves. Le problème de se jeune etait assurément ailleurs...

Mais vous ne voyez pas ce qu'il se passe autour de vous ?? Il a accusé comme bon nombre de nous accusons ...ce gouvernement particulièrement fait mettre un genou à bon nombre de nous...vous ne voyez pas la colère des gens ? Le pompiers, les médecins, les infirmières, les agriculteurs , les étudiants et j'en passe, tous sont à bouts ...cet étudiant était un idéaliste mais quel mal ya t'il à cela ? Vous ne voyez pas qu'on nous ôte petit à petit le moindre plaisir, la moindre joie de vivre ?

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 09/11/2019 à 07:27
Mon Dieu pas ca. a écrit le 08/11/2019 à 21h41

Je suis horrifié !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon Dieu, pas ça ! Pas pour ça !!!!!!!!!!!!!
C'est pas possible !

Mon Dieu, protégez ce gône.

Sur le fond cette société et ce monde, ultra-libérale sont monstrueux !!
L'autre soir, j'ai vu une dame très âgée faire les poubelles d'un mini-centre commercial du 6ème.

Il y a aussi ce couple, sans toit qui dorment sur le cours lafayette ou cette famille avec des bouts de choux en bas âge, qui "vivent" sur le côté du bâtiment de la caf !

Comment les électeurs de macron ont-ils pu voter pour subir l'ultra-libéralisme, arrogant, méprisant et autoritaire ???????????

Vous voyez mais qu avez vous fait concrètement pour cette mamie,pour cette famille. Etes vous aller les voir pour leur parler, leur proposer votre aide, ou faites vous comme bon.nombtr de personnes qui.dénoncent, mais qui rentrent bien au chaud chez eux .. . On.ne connais pas ce jeune homme,,on ne sait pas dans,quel contexte familiale il.a,été élevé, on ne connait pas non.plus le contexte de sa vie étudiante. Le problème de nos jours c est qu on rabâche à nos jeunes qu il.faut faire des études pour réussir, alors que bon nombre n ont pas le niveau pour les faire et qu on.sait qu on.les envoie au casse pipe. Et après on.s étonne du taux de suicide chez les jeunes ou le taux d échec. . Faut arrêter de tout mettre sur le dos des,politiques, car pour info des,étudiants qui se suicident , il.y en.a plus qu on ne le pense, mais vu.que ce n est pas aussi.spectaculaire, on en.parle.pas.

Au fait ,,des mômes de moins,de 13 ans se sont suicidés, et personne ne s en.emeut.

Notre societe est violente,,et c est pas le fric qui changera quoique ce soit ou les politiques

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.