Réseau nigérian de prostitution : les têtes du réseau condamnées à 7 ans de prison

Réseau nigérian de prostitution : les têtes du réseau condamnées à 7 ans de prison
Lyonmag.com

Le jugement du tribunal correctionnel de Lyon est tombé ce vendredi au procès d'un vaste réseau de prostitution entre le Nigéria et l'Europe.

Des peines allant jusqu'à 7 ans de prison ont été prononcées à l'encontre des 24 prévenus, jugés pour aide au séjour irrégulier, proxénétisme aggravé, traite d'êtres humains et blanchiment d'argent en bande organisée. Ce sont les trois têtes du réseau qui ont écopé des peines les plus lourdes, notamment une femme, considérée comme l'une des 18 criminelles les plus recherchées d'Europe, et toujours en fuite ainsi qu'un pasteur évangélique.

Ce procès était le résultat d'une enquête démarrée en 2016. Les investigations avaient permis de dénombrer une cinquantaine de femmes prisonnières de ce réseau. Les filles se voyaient attribuer une dette de 30 000 euros à leur arrivée en France et étaient logées à leur frais par les proxénètes. Elles étaient forcées à se prostituer dans une trentaine de camionnettes dans le quartier de Gerland. Un trafic qui aurait rapporté jusqu'à 150 000 euros par mois.

X
9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
retour maison le 02/12/2019 à 22:09

Et après les 7 ans de prise en charge des ces gens là, ils vont repartir chez eux après ?..

Signaler Répondre

avatar
l etat le 01/12/2019 à 13:47

ca devient plus rentable de se prostituer dans un camion qu au bureau ? c est le monde a l.envers.

Signaler Répondre

avatar
La valeur de la vie le 01/12/2019 à 08:38

L’esclavage n est donc pas très grave aux vues des peines prononcées !!!!!! Et bien sûr, pas de mandat de dépôt!!!!!!

J espère que lors de la prochaine exaction d un des condamné, le juge sera sur le banc des accusés pour incitation et complicité

Signaler Répondre

avatar
frederic le 01/12/2019 à 07:10

Honte une fois de plus à la justice française. 7 ans de prison avec les remises de peine cela fait combien?

Signaler Répondre

avatar
maison close le 30/11/2019 à 19:18

La meilleure façon de protéger ces victimes des prédateurs (proxénètes ET clients) est de rétablir les maisons closes. Ces victimes qui se prostituent seront au chaud, protégées, suivies médicalement et aidées pour sortir de ce fléau. Il ne faut pas imaginer un instant que ce fléau disparaîtra: l’exposition au danger pour ces victimes va de paire avec la répression.

Signaler Répondre

avatar
Le meilleur le 30/11/2019 à 16:46

Tout à fait d accord avec vrai lyonnais.
Tout n est que violence dans cet univers et il faudrait inlassablement poursuivre ceux qui se livrent à cette forme d esclavage.

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 30/11/2019 à 12:21

Moi quand j étais jeune j étais pas beau mais jamais j allais à la pute car risque de maladie vénerienne mais je dis que des filles de joies existent depuis l antiquité et donc ils y en faut malheureusement !
De toute façon ne rêvons pas mêmes les politiques on les leurs qu on appelle des cals girls et des maisons de luxe pour eux alors S. V. P.???

Signaler Répondre

avatar
@VraiLyonnais le 30/11/2019 à 09:57

Ce sont surtout les clients qui sont des hontes. On sait depuis des années et des années que la pute heureuse est un mythe. Que derrière chaque prostituée se cache drogue violence et proxénétisme. Aller aux putes c’est encourager la traite et l’exploitation des femmes, quel que soit sa couleur ou sa religion.

Signaler Répondre

avatar
vrailyonnais le 29/11/2019 à 18:20

Éh bien, il semble mieux valoir être “proxo” nigérian que français !! Ces saloperies devraient pourtant Tous prendre +++ Cher, qu’ils soient noirs ou blancs, étrangers ou français....

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.