Covid-19 : la deuxième vague continue de monter dans les hôpitaux de Lyon

Covid-19 : la deuxième vague continue de monter dans les hôpitaux de Lyon
photo d'illustration - Lyonmag.com

Les effets du couvre-feu et du confinement se font-ils enfin ressentir à Lyon ?

Les HCL ont publié ce mardi leur point hebdomadaire concernant la situation sanitaire à Lyon. En une semaine, le nombre de dépistage et le nombre de cas positifs ont baissé. Sur les sept derniers jours, 2 856 personnes ont été testées positives, contre 3 549 la semaine précédente. Le taux de positivité a baissé pour atteindre les 18,9% contre 19,4% il y a une semaine et même 20,9% il y a 15 jours.

Malgré ces quelques signes encourageants, la deuxième vague poursuit sa progression et la tension hospitalière est toujours aussi forte, avec 783 patients pris en charge ce mardi aux HCL, contre 729 la semaine dernière. Parmi eux, 152 se trouvent en réanimation. Un service désormais occupé à hauteur de 87,1%, dont 64,1% par des patients Covid+, et ce alors que le nombre de lits ouverts en réa continue de progresser, pour atteindre les 272 (contre 237 le 3 novembre).

Depuis le 19 octobre, 11 patients issus de réanimation ont été réalisés dans la région, et 35 hors de la région Auvergne-Rhône-Alpes, précisent les HCL.

On notera par ailleurs une baisse des appels au Samu pour motif Covid (21,4% contre 26,4% la semaine dernière) ainsi qu'un fléchissement du nombre de passage aux urgences en lien avec l'épidémie (25,58%, contre 27,66%).

25 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
axel le 12/11/2020 à 00:00

pourquoi les cliniques privees ne jouent pas plus le jeux ...c'est honteux !

Signaler Répondre

avatar
Pitoyable politiciens. le 11/11/2020 à 20:23
Alain gille a écrit le 11/11/2020 à 19h43

la seule vague que je vois c'est la vague du MENSONGE

Exactement et celle aussi de l’incompétence, que seul les élites françaises ont le secret .

Signaler Répondre

avatar
Alain gille le 11/11/2020 à 19:43

la seule vague que je vois c'est la vague du MENSONGE

Signaler Répondre

avatar
4875 le 11/11/2020 à 18:27
ririlyon a écrit le 10/11/2020 à 19h16

Honte aux hôpitaux publics qui refusent de laisser des patients au privé ! Marre de ces administratifs intellos qui dirigent le public ! Marre !!! Gueguerre inadmissible entre public et privé ! On en est là à cause des hôpitaux publics qui gèrent mal en refusant de laisser des patients au privé ! ras le bol

j'ignore les tenants et les aboutissants de cette décision (de ne pas réquisitionner les cliniques)... mais une chose est certaine, elle est le fait de l'ARS... pas des hôpitaux !

Signaler Répondre

avatar
Décadence en marche, c’est certain. le 11/11/2020 à 18:04
ririlyon a écrit le 10/11/2020 à 19h16

Honte aux hôpitaux publics qui refusent de laisser des patients au privé ! Marre de ces administratifs intellos qui dirigent le public ! Marre !!! Gueguerre inadmissible entre public et privé ! On en est là à cause des hôpitaux publics qui gèrent mal en refusant de laisser des patients au privé ! ras le bol

La technocratie des incompétents de la république maconnique française.

Signaler Répondre

avatar
En territoires occupés le 11/11/2020 à 18:02

Quand un gouvernement, impose ses lois , sans son peuple en prétextant milles excuses , cela s’appelle de la DICTATURE ´ . Douce , sournoise, discrète, mensongère ect... MAIS bien une dictature.

Signaler Répondre

avatar
moi moi et moi le 11/11/2020 à 15:17
Foxy69 a écrit le 10/11/2020 à 16h56

Ce n'est pas une deuxième vague , mais la continuité de la première mal gérée ......

Tout à fait d'accord

Signaler Répondre

avatar
jeep le 11/11/2020 à 07:26

@ Covidation : quel rapport entre Covid et faschisme? Signé : un facho

Signaler Répondre

avatar
Surfeur le 11/11/2020 à 06:54

Plutôt que de nous annoncer des vagues, on aurait pu nous annoncer un simple tsunami,cest bien plus anxiogène.
Faire les choses à moitié est une preuve d'affection venant d'un carriériste

Signaler Répondre

avatar
jb le 11/11/2020 à 00:04

je suis allé à l'hôpital natecia et beaucoup de chambres étaient vides à tous les étages

Signaler Répondre

avatar
Muslim le 10/11/2020 à 19:42

On s en fou.

Signaler Répondre

avatar
ririlyon le 10/11/2020 à 19:16

Honte aux hôpitaux publics qui refusent de laisser des patients au privé ! Marre de ces administratifs intellos qui dirigent le public ! Marre !!! Gueguerre inadmissible entre public et privé ! On en est là à cause des hôpitaux publics qui gèrent mal en refusant de laisser des patients au privé ! ras le bol

Signaler Répondre

avatar
J.G. le 10/11/2020 à 18:44
Covidation a écrit le 10/11/2020 à 17h13

A votre avis qui va aller dans ces cliniques privées ? ça va être quoi les tarifs ? Il y aurait un marché pour les riches malades ?

Les cliniques privées étaient prêtes à s'aligner sur le tarif de la sécu. Oui après si il vous laisse sur le trottoir, la France devrait s'en remettre sans peine

Signaler Répondre

avatar
Covid le 10/11/2020 à 17:32
Un infirmier a écrit le 10/11/2020 à 16h48

Bonne maison pour les hôpitaux et leurs chiffres d’affaires. Les primes covid qui leur sont affectées, vous le Savez ?

Ce sont des choses qu'on ne sait pas. Mais en effet les hôpitaux sont devenus un business ! Bon courage à tous les soignants

Signaler Répondre

avatar
Kdr le 10/11/2020 à 17:31

Moi, contrairement à vous, je ne suis pas favorable au Covid19 et j'aimerais qu'on arrête d'en parler.

Signaler Répondre

avatar
L’île aux enfants le 10/11/2020 à 17:26

C’est bon, on peut rouvrir les bars !! Et même redémarrer la pompe à pognon de la « fête des lumières » version Vegas. Allez hop Greg, Bruno, c’est le moment où vous montez au créneau normalement...

Signaler Répondre

avatar
Pas d'amalgame le 10/11/2020 à 17:13
Covidation a écrit le 10/11/2020 à 17h11

Le professeur Raoult qui est bien aimé par bon nombre de fachos a dit qu'il n'y aurait pas de deuxième vague

Les fachos de la Guillotière

Signaler Répondre

avatar
Covidation le 10/11/2020 à 17:13
ArgentFacile a écrit le 10/11/2020 à 16h28

Je trouve quand même bizarre qu'il a fallu attendre 15 jours avant qu'une clinique privée puisse ouvrir des lits "COVID".

Est-ce un pb coté Clinique Privé? ou une aversion du Privé à l'ARS?
Pendant ce temps là, 200 malades sont partis (à quel coût?) vers d'autres régions.

A votre avis qui va aller dans ces cliniques privées ? ça va être quoi les tarifs ? Il y aurait un marché pour les riches malades ?

Signaler Répondre

avatar
Covidation le 10/11/2020 à 17:11

Le professeur Raoult qui est bien aimé par bon nombre de fachos a dit qu'il n'y aurait pas de deuxième vague

Signaler Répondre

avatar
Zig le 10/11/2020 à 17:03
Un infirmier a écrit le 10/11/2020 à 16h48

Bonne maison pour les hôpitaux et leurs chiffres d’affaires. Les primes covid qui leur sont affectées, vous le Savez ?

bla Bla, concentrez vous sur votre mission plutôt que sur le conspirationnisme.
Merci.

Signaler Répondre

avatar
galinette le 10/11/2020 à 17:01

Il n y a pas que Natecia, la clinique Mermoz dans le 8 eme accueille aussi des Covid, et ça ne date pas d 'aujourd'hui. ..

Signaler Répondre

avatar
Foxy69 le 10/11/2020 à 16:56

Ce n'est pas une deuxième vague , mais la continuité de la première mal gérée ......

Signaler Répondre

avatar
Un infirmier le 10/11/2020 à 16:48

Bonne maison pour les hôpitaux et leurs chiffres d’affaires. Les primes covid qui leur sont affectées, vous le Savez ?

Signaler Répondre

avatar
Covid le 10/11/2020 à 16:46

Tant mieux si ça baisse un peu... même si en réanimation ce n'est pas top. ! Le confinement n'est pas respecté, à Villeurbanne au gratte ciel énormément de monde dehors et de nombreuses voitures. En même temps Villeurbanne est surpeuplé !
Ce confinement est une grande mascarade ! Les hôpitaux sont détruits depuis de longues années, restrictions et toujours restrictions donc pas étonnant que les hôpitaux soient blindés de monde.

Signaler Répondre

avatar
ArgentFacile le 10/11/2020 à 16:28

Je trouve quand même bizarre qu'il a fallu attendre 15 jours avant qu'une clinique privée puisse ouvrir des lits "COVID".

Est-ce un pb coté Clinique Privé? ou une aversion du Privé à l'ARS?
Pendant ce temps là, 200 malades sont partis (à quel coût?) vers d'autres régions.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.