La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 100 millions d'euros pour faciliter le recrutement dans les secteurs en tension

La Région Auvergne-Rhône-Alpes débloque 100 millions d'euros pour faciliter le recrutement dans les secteurs en tension
Laurent Wauquiez - Lyonmag.com

Une enveloppe de 100 millions d'euros va être débloquée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour accompagner les entreprises dans leurs projets de recrutement et faciliter les embauches dans les secteurs en tension.

Les équipes de Laurent Wauquiez sont parties d'un constat : "La région présente un taux de chômage à 7,3% et 400 000 demandeurs d’emplois, mais avec pourtant de nombreuses offres d’emploi non pourvues".

A ce jour, plus de 7 000 offres d’emploi sont considérées comme difficiles dans la viticulture et environ 15 000 dans l’hôtellerie/restauration. En tout, ce sont 150 000 offres d’emplois, dont la moitié en CDI, qui ne trouvent pas preneur.

Le plan régional retour au travail va s'articuler autour trois axes. A commencer par l'identification des besoins de recrutement. "Seront recensées et ciblées toutes les offres d’emploi disponibles. Sur les 150 000 offres disponibles dans la région, 75 000 vont être suivies attentivement et précisément. Elles seront ensuite recensées et publiées sur la plateforme régionale Nos talents Nos emplois, en lien avec les équipes de Pôle emploi, pour faciliter les projets de recrutement", précisent la Région.

Le deuxième axe portera sur la promotion des métiers qui recrutent, via des jobs dating et des bus de l'orientation. De grandes campagnes de communication seront également lancées pour faire connaître et valoriser les secteurs en tension. La première sera dédiée aux métiers de l’hôtellerie-restauration.

Enfin, le volet formation n'est pas oublié : "L’objectif est de proposer 10 000 formations nouvelles sur les métiers en tension". Toutes seront financées par la Région, qui va développer plusieurs écoles de formation dédiées aux métiers en tension, sur le modèle du Campus Région du Numérique à Charbonnières-les-Bains.

X
16 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
yenamarre57 le 03/10/2021 à 23:45

Ce n'est pas à l'état de faire cela et surtout pas avec nos impôts !
Le chômage de masse fait le bonheur des entreprises pour embaucher des ouvriers hyper-qualifié avec un salaire de misère.
Et en plus nous devons leurs donner 100 millions d'euros. Plein le dos

Signaler Répondre

avatar
conseiller le 03/10/2021 à 23:26

"A ce jour, plus de 7 000 offres d’emploi sont considérées comme difficiles dans la viticulture "
Oui ça va bientôt faire 2 siècles que c'est comme ça, je vous invite à regarder les une du petit journal sur google image pour le voir, en général y'a pas de "tension", ils cherchent des employés corvéables donc pas français, s'ils voulaient des français ils feraient en sorte que ceux-ci puissent aller sur le lieu de travail, or il n'y a aucune organisation pour vous y amener et il y'aurait une solution pour le logement, or la solution proposé consiste en général à devoir payer la moitié de son salaire...

"et environ 15 000 dans l’hôtellerie/restauration."
S'il sont en type "uber" et à temps partiel comme j'en vois beaucoup sur le site du PE, c'est normal.

"En tout, ce sont 150 000 offres d’emplois, dont la moitié en CDI, qui ne trouvent pas preneur."
C'est pas possible, si 300 000 c'est le chiffre pour la france, chiffre que je vois ressortir réguliérement, c'est pas possible qu'on représente la moitié.

Signaler Répondre

avatar
Subversif le 03/10/2021 à 14:18
Patou a écrit le 03/10/2021 à 12h55

D'après vous, les français, comme vous dîtes, seraient des idiots ignares !
Mais vous, qui êtes vous donc pour tenir ce discours !

C'est un constat. Les français ont, globalement, une mauvaise culture économique. Mais ce n'est pas de leur faute, mais de notre environnement éducatif et médiatique fortement emprunt d'idéologie anti-capitaliste. Je crois que le français sont extrêmement intelligents; mais il faut arrêter de les manipuler et de leur raconter des sornettes.

Signaler Répondre

avatar
Patou le 03/10/2021 à 12:55
Subversif a écrit le 02/10/2021 à 12h41

Il n'y a rien de subversif. Mais la question des emplois et des salaires est plus vaste.
Il est souvent dit qu'il suffit que les employeurs augmentent les salaires pour trouver des employés, sous-entendu: ils sont riches et s'en mettent plein les poches en exploitant les pauvres salariés.
Sauf que la plupart des artisans ou TPE qui emploient des salariés, ont peu ou pas de marge. Les coûts salariaux sont énormes par rapport aux recettes, et l'équilibre est souvent précaire.
Les salaires proposés sont souvent le maximum possible pour l'entreprise. Même si du point de vue du salarié c'est faible.
Pour comprendre tout cela, il faudrait que les français aient une bien meilleure culture économique, et que leur connaissance ne se limite pas aux discours syndicaux sur les "méchantes multi-nationales" qui soit dit en passant n'ont pas grand chose à voir avec l'immense majorité des TPE-PME qui font l'économie de notre pays.
Après les causes sont nombreuses: Charges sociales excessive (le cout pour l'entrepris n'a rien à voir avec ce que perçoit le salarié), aides sociales qui deviennent une source de revenu permanente, au lieu de rester une aide temporaire, Mentalité française ("j'ai cotisé donc j'ai droit").

D'après vous, les français, comme vous dîtes, seraient des idiots ignares !
Mais vous, qui êtes vous donc pour tenir ce discours !

Signaler Répondre

avatar
Mont Monnet le 02/10/2021 à 12:54

C'est un peu le retour de ce ce qui avait été fait pour trouver de la main d'oeuvre dans la métallurgie quand on ne trouvait personne pour y travailler. Pour accepter un travail, il faut déjà que ce soit rentable. Parce que si en plus, il faut payer de sa poche, ou de celle de sa famille pour arriver à se loger, à manger, et à se vêtir... Je ne vois pas comment on arrivera à trouver des preneurs.

Signaler Répondre

avatar
Subversif le 02/10/2021 à 12:41
Lucvivi a écrit le 01/10/2021 à 20h15

Merci pour avoir censuré mon commentaire qui disait que czs jobs ne sont pas pourvus car trop mal payés. Je conviens que c'était très subversif d'oser évoquer cette idée.

Il n'y a rien de subversif. Mais la question des emplois et des salaires est plus vaste.
Il est souvent dit qu'il suffit que les employeurs augmentent les salaires pour trouver des employés, sous-entendu: ils sont riches et s'en mettent plein les poches en exploitant les pauvres salariés.
Sauf que la plupart des artisans ou TPE qui emploient des salariés, ont peu ou pas de marge. Les coûts salariaux sont énormes par rapport aux recettes, et l'équilibre est souvent précaire.
Les salaires proposés sont souvent le maximum possible pour l'entreprise. Même si du point de vue du salarié c'est faible.
Pour comprendre tout cela, il faudrait que les français aient une bien meilleure culture économique, et que leur connaissance ne se limite pas aux discours syndicaux sur les "méchantes multi-nationales" qui soit dit en passant n'ont pas grand chose à voir avec l'immense majorité des TPE-PME qui font l'économie de notre pays.
Après les causes sont nombreuses: Charges sociales excessive (le cout pour l'entrepris n'a rien à voir avec ce que perçoit le salarié), aides sociales qui deviennent une source de revenu permanente, au lieu de rester une aide temporaire, Mentalité française ("j'ai cotisé donc j'ai droit").

Signaler Répondre

avatar
Travail le 02/10/2021 à 12:23
Formation, formation, formation. a écrit le 01/10/2021 à 19h40

On nous gave avec ce discours sur les formations depuis des années, agaçant les gens avec des chiffres délirants, et au final, les demandeurs d'emploi en voient rarement la couleur.

Où passe donc le pognon de dingue ?

J'ai bénéficié deux fois de formations subventionner par la région. Par contre il faut aller les chercher et avoir un projet de carrière. cela m'a été profitable dans les deux cas au niveau salaire et nouvelles compétences. C'est un travail de le obtenir !

Signaler Répondre

avatar
Breton le 02/10/2021 à 11:09

C'est pourtant simple : doublement des salaires, encadrement strict des prix.

Signaler Répondre

avatar
Solution le 02/10/2021 à 04:23
Lucvivi a écrit le 01/10/2021 à 19h28

Les entreprises devraient pourtant connaître la loi du marché: si elle n'arrivent pas à recruter c'est que le poste n'est pas attractif ou que les recruteurs ont des critères irréalistes. Au lieu de les arroser de pognon public, qu'ils commencent par augmenter les salaires et améliorer les conditions de travail. Avec le nombre de chômeurs actuel, ces postes là doivent être vraiment merdiques pour que les gens préfèrent rester dans la misère du chômage plutôt que de candidater.

La solution est toute trouvée et vient d'être mise en œuvre : On baisse les allocations chômages pour rendre plus "attractifs" ces boulots, sachant que cela s'accompagne depuis un certain temps d'un durcissement du contrôle des chômeurs, n'en déplaise à ceux qui voient ces derniers comme des vacanciers à temps complet.

Signaler Répondre

avatar
Double standard le 01/10/2021 à 22:46

Encore de l'argent magique versée dans contrepartie aux marchands de tapis. Le cancer de l'assistanat disait-il...

Signaler Répondre

avatar
Machin le 01/10/2021 à 22:14

Et avec les nouvelles regles de l assuranxe chômage de pluq ennplus de cdd, de cintrat a l heure ne trouverons plus preneur.
Tout comme les 'emplois d'avenir' quel avenir a rester a peine au dessus du smic ou les temps de parcours ne sont pas pris en compte

Signaler Répondre

avatar
Lucvivi le 01/10/2021 à 20:15

Merci pour avoir censuré mon commentaire qui disait que czs jobs ne sont pas pourvus car trop mal payés. Je conviens que c'était très subversif d'oser évoquer cette idée.

Signaler Répondre

avatar
Formation, formation, formation. le 01/10/2021 à 19:40

On nous gave avec ce discours sur les formations depuis des années, agaçant les gens avec des chiffres délirants, et au final, les demandeurs d'emploi en voient rarement la couleur.

Où passe donc le pognon de dingue ?

Signaler Répondre

avatar
Lucvivi le 01/10/2021 à 19:28

Les entreprises devraient pourtant connaître la loi du marché: si elle n'arrivent pas à recruter c'est que le poste n'est pas attractif ou que les recruteurs ont des critères irréalistes. Au lieu de les arroser de pognon public, qu'ils commencent par augmenter les salaires et améliorer les conditions de travail. Avec le nombre de chômeurs actuel, ces postes là doivent être vraiment merdiques pour que les gens préfèrent rester dans la misère du chômage plutôt que de candidater.

Signaler Répondre

avatar
RSA le 01/10/2021 à 19:15
EnMarcheVersUnMondeLibéral a écrit le 01/10/2021 à 18h38

En avant !! merci pour vos impôts qui vont aider les créateurs de richesses à embaucher des sans pouvoir d'achat pour des salaires de misère , mais il faut faire des efforts si on veut toujours aller de l'avant !

Effectivement il vaut mieux verser des RSA et allocations chômage, financés par le contribuable, et qui en plus ne créent aucune richesse (à part l'abonnement pour Netflix).

Signaler Répondre

avatar
EnMarcheVersUnMondeLibéral le 01/10/2021 à 18:38

En avant !! merci pour vos impôts qui vont aider les créateurs de richesses à embaucher des sans pouvoir d'achat pour des salaires de misère , mais il faut faire des efforts si on veut toujours aller de l'avant !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.