Les médecins relaxés pour fautes non caractérisées après l’affaire de l’appendicite mortelle

Les médecins relaxés pour fautes non caractérisées après l’affaire de l’appendicite mortelle

Le jugement a été rendu lundi par le tribunal correctionnel de Lyon.
Trois médecins étaient poursuivis pour homicide involontaire après le décès, en avril 2001, d’un enfant de 13 ans. Nizar avait été renvoyé chez lui alors que son médecin traitant avait demandé son hospitalisation. Le personnel de Lyon-Sud avait diagnostiqué une gastro-entérite. Hospitalisé de nouveau à Debrousse pour des douleurs persistantes, le même diagnostic était prononcé avant que des examens complémentaires ne révèlent une appendicite. Opéré en urgence, le garçon avait succombé à une péritonite. Les parents et le parquet, qui avait requis prison avec sursis et amendes, vont faire appel.

X
0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.