Modem : prochains rappels à l’ordre après la défaite

Modem : prochains rappels à l’ordre après la défaite

Indépendance et discipline. Telle serait la devise du Modem après le conseil national qui a eu lieu samedi à Paris. De retour de la Capitale, Cyrille Isaac-Sibille prévient : « je vais rappeler les règles ». En local, des sanctions seraient à prévoir.

François Bayrou a repris du poil de la bête. Le patron du Modem qui, selon une proche, était « inhabituellement affecté » par la défaite de son parti dès le premier tour des régionales, a retrouvé son humeur joviale. Mieux encore, il appelle dorénavant toutes les sections locales à faire le ménage, c’est-à-dire écarter ceux du Modem qui tourneraient trop facilement leur veste à l’issue des prochaines échéances électorales.

Ordre et discipline

« Tous les problèmes ont été mis sur la table. J’ai assisté à un débat posé, raisonné. François Bayrou est pour l'indépendance et la discipline, cela a toujours été ma vision du parti. Si on a fait un mauvais score, c'est notamment dû aux signes envers le PS. Ma priorité est de donner de la lisibilité et de la crédibilité au Modem. Après, seulement, on parlera  stratégies. On a des portes ouvertes devant nous : d’un côté, l'UMP n’est plus aussi solidaire et, de l'autre coté, la gauche actuelle est archaïque. Je ne crois pas non plus au Nouveau centre »
explique Cyrille Isaac-Sibille, le président du Modem du Rhône. Seuls les « purs » auront leur place… il faudra donc ratisser large.

Black-list

A mots couverts, une source proche du Modem local assure que des « noms vont remonter ». On peut déjà supposer que les colistiers d’Azouz Begag en places éligibles et qui ont appelé à voter PS ou UMP seront, cette fois-ci, « black-listés ». Des noms circulent sans surprise : entre autres Fabienne Faure, Thomas Rudigoz, Florence Mardirossian, Rosalie Kerdo, Gilles Vesco et Marc Augoyard. Si ce scénario aboutissait, il profiterait à Eric Lafond. Le vice-président du Modem du Rhône, candidat de dernière minute aux Municipales de 2008 qui avait fait un score relativement honorable, s’est fait chiper la vedette par Azouz Begag lors des Régionales. Avec l’aide de ses amis, dont Cyrille Isaac-Sibille, il pourrait préparer un peu plus sereinement les élections cantonales de 2011… et espérer recevoir des excuses de la part de François Bayrou ?

Sa bête noire, Azouz Begag, n’est déjà plus dans le giron du parti. Après s’être brouillé avec la plupart de ses soutiens, dont Rosalie Kerdo et Fabienne Faure qui l’avait présenté à François Bayrou, le désormais ex-chef de file du Modem en Rhône-Alpes ne souhaite plus répondre à nos appels répétés depuis quinze jours. « On l’a jamais vu avant, on ne le verra jamais après » assure un militant. Une page se tourne, d’autres s’ouvrent avec, en toile de fond, les bisbilles internes inévitables à une refondation en profondeur du parti.

Première démission

En première ligne, Richard Morales a lancé l’offensive en démissionnant de son poste de vice-président du Modem. « Je ne suis pas du genre impulsif mais réfléchi. Le Modem est sur une mauvaise route et je me donne une quinzaine de jours avant de prendre une décision définitive. Il faudra pour cela une remise en question de la présidence nationale, une réorganisation locale et une ligne politique indépendante affirmée forte. Je ne veux plus que mon nom apparaisse aux côtés de Cyrille Isaac-Sibille et d’Eric Lafond. Ils ont fait fuir tout les élus en menant une campagne contre-productive et notamment contre Azouz Begag. Je reste un centriste, un démocrate, mais le Modem tel qu’il est aujourd’hui ne correspond plus à mes valeurs. Tout seul, j’ai fait 15% aux municipales en 2001 sur une liste indépendante ; avec le Modem, j’ai fait seulement 16% en 2008. Comme quoi je n’ai vraiment pas besoin d’eux ». Richard Morals tiendra prochainement une conférence presse. D’autres lui emboiteront le pas ?

Abdelwahid Djaballah

13 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Le Cygne le 01/04/2010 à 15:38

Ils sont encartés MODEM. Maintenant, il suffit de voir le taux d'abstention : la France ne fait plus confiance en la classe politique et c'est normal quand on sait que les pires ennemis peuvent du jour au lendemain, dès lors qu'il y a un intérêt commun, devenir les meilleurs amis du monde. Il y a du ménage à faire et il faudra récurer fort...

Signaler Répondre

avatar
BFF le 31/03/2010 à 17:05

@Lecygne Comment ??? mais alors rudigoz, Faure, Desbos ... il ne sont pas PS non plus ? Moi qui n'ai pas voté Begag en pensant que c'était l'équipe B de JJQ, mais quelle conne je suis !!!! Et aux municipales non plus alors ????

Signaler Répondre

avatar
AD le 31/03/2010 à 14:08

Comité de soutien à Lyonmag ? Vous voulez parler de l'ancien LyonMag, celui de Philippe Brunet-Lecomte sans doute... A ceux qui pensent que ma source est Eric Lafond, ils se trompent ! On lance les paris sur qui trouvera au moins 3 sources... :)

Signaler Répondre

avatar
Le Cygne le 31/03/2010 à 14:05

Florence Mardirossian au PS ?? Mais vous débloquez total là ! C'est au café du coin que vous avez eu cet info ?

Signaler Répondre

avatar
BFF le 30/03/2010 à 16:42

Si si Mardirosian est au PS, elle c'est fait parrainer par Fabienne Faure et Rudigoz à l'entrée.

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais le 30/03/2010 à 16:10

Florence Mardirossian n'est pas au PS ? Je croyais

Signaler Répondre

avatar
Max le 30/03/2010 à 15:55

Un peu d'ordre pourrait faire revenir le centriste / qui craint le bordel

Signaler Répondre

avatar
steph le 30/03/2010 à 15:08

@Groupr Parce que c'est 20% de leur électorat... C'est en gros l'ordre de grandeur des résultats des sympathisants modem aux pseudo sondages sur le site du lyonmag... Il y a qui déjà dans le comité de soutien au lyonmag... ?

Signaler Répondre

avatar
base le 30/03/2010 à 10:34

ca fera pas de mal un peu de discipline, un peu de symbole.

Signaler Répondre

avatar
Observateur le 30/03/2010 à 09:33

Qu'il s'agisse de Morales ou des autres mentionnés, tout le monde savait qu'ils étaient en grand froid avec le Modem et Bayrou. Celui ci ne leur apportant pas les places électives dans un fauteuil comme au bon vieux temps de l'UDF. le modem aurait du faire place nette après les municipales, ils auraient gagné du temps. Il restera les mêmes aux Modem, à la limite, ces départs vont faire revenir du monde qui ne croyait plus à la capacité de Bayrou de faire un peu de discipline.

Signaler Répondre

avatar
stephane bou about le 30/03/2010 à 02:13

Francois avait annoncé que le mouvement avait pour but de rassembler, résultat tout le monde se barre, le modem est une coquille vide sans moyens, sans locaux,sans électeurs et maintenant sans adhérents par la volonté du chef qui ne souhaite qu un parti qui le lance pour 2012, François a commis "un abus de pouvoir" et il n'est pas nécessaire d'exclure qui que ce soit étant donné qu il n y a plus personne au modem. Bon courage a ceux qui restent

Signaler Répondre

avatar
crisse le 29/03/2010 à 21:17

Cet article n'a aucun sens, qui peut aujourd'hui dans le Rhône dire quelle est la structure réelle du MODEM ? Quels effectifs, tout celà devient grotesque, un peu d'humilité ferait du bien, 4 %? BRAVO POUR LA LISTE le Modem n'a été finalement qu'une illusion Dommage Alors, parler de sanction, c'est extravagant, c'est toute la direcion actuelle qui doit assumer ses responsabilités, EXIT = SORTIE

Signaler Répondre

avatar
Groupr le 29/03/2010 à 17:23

Mais pourquoi vous intéressez vous autant a un tel groupuscule? Et faites attention, vos sources sont trop Lafond

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.