Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Gérard Collomb attendra Dominique Strauss-Kahn

Dans une interview concédée à France-Soir ce week-end, Gérard Collomb revient sur sa position pour préparer au mieux les présidentielles de 2012. Chassant toujours avec ardeur le dogmatisme idéologique, le maire de Lyon insiste sur les retraites et sur le candidat Strauss-Kahn. Et donne une date à laquelle il serait bon que ce dernier fasse savoir ses intentions. Du côté des réformistes, le calendrier se met donc en place.

Quelques lignes d’interview de Gérard Collomb sur la politique du PS dans un quotidien national : c’est désormais un récurrent hebdomadaire ! Et c’est cette fois ci au tour de France Soir d’être le réceptacle des confessions du maire de Lyon. Et on commence à en faire le tour ! Mais Collomb sait à chaque fois distiller l’information qui donne la saveur au contenu, malgré la perspective à court terme de répéter inlassablement les même choses. Sur les retraites, Collomb sort flamberge au vent. Sa position, était déjà connue, mais elle prend une allures bien plus définitive, égratignant au delà des réalités pragmatiques l’immobilisme du PS : «Au PS, l’âge de départ à la retraite à 60 ans est devenu un totem. Eh bien, la France meurt de ses tabous ! On ne prend plus en compte les réalités. Les responsables du secteur retraite de la CFDT ou de la CGT se montrent plus ouverts que le PS, qui est complètement bloqué !». De quoi réjouir les caciques, qui s’arrachent les cheveux sur la position à adopter, et surtout, la manière de la verbaliser en ménageant toutes les susceptibilités sur l’éventail de la gauche. Mais c’est sur la candidature potentiel de Strauss-Kahn que Collomb en donne un peu plus. S’il reconnaît volontiers être un « strauss-kahnien de la périphérie » qui «ne fait pas partie des légitimistes» parce qu’il a «soutenu Ségolène Royal à une époque où il ne l’avait pas vue venir», il égratigne au passage le conglomérat disparâte qui s’agglutine autour de la candidature de DSK. «Les proches de Strauss-Kahn cautionnent aujourd’hui l’aile gauche – voire gauchisante – du PS»  met-il en garde, rappelant qu’il existe «une aile réformiste importante dans le parti.» Il en est lui même le représentant le plus actif. Alors Collomb attendra Strauss-Kahn, et laisse entrevoir une date, fixée comme une deadline «en mai-juin 2011, après le G20.» Sinon, le maire de Lyon a prévenu, il ira seul aux Primaires.



Tags : collomb | primaires |

Commentaires 6

Déposé le 16/05/2010 à 09h48  
Par Les Gones pour Gerland Citer

Pas sûr que Monsieur Collomb soit aussi économico-réaliste que Dominique Strauss-Kahn, c'est à lire sur: http://lesgonespourgerland.unblog.fr/2010/04/14/grand-stade-a-decines-dominique-strauss-kahn-serait-til-pour/

Déposé le 12/05/2010 à 13h21  
Par grandlyonnais Citer

En tout cas, Gérard Collomb peut s'appuyer sur un excellent bilan, et des résultats. Lyon vient d'être classée neuvième en terme d'attractivité européenne... Soit la n°1 pour la France...Devant Lille (11ème) et Marseille... http://www.radioscoop.com/infos.php?id=47455

Déposé le 11/05/2010 à 10h31  
Par ecologiquement votre Citer

Pas la peine de vous battre les uns avec les autres pour être calif à la place du calif, comme d'habitude. A force d'être nul, vous avez raté votre chance. c'est un candidat crédible responsable et écologiste qui arrivera en tête de l'élection, j'en ai la conviction. Allez Europe Écologie !

Déposé le 11/05/2010 à 09h51  
Par martinepower Citer

Laissez Martine Aubry y aller, elle compte déjà de nombreux soutien !!

Déposé le 11/05/2010 à 08h33  
Par the good one Citer

«Au PS, l'âge de départ à la retraite à 60 ans est devenu un totem. Eh bien, la France meurt de ses tabous ! On ne prend plus en compte les réalités. Les responsables du secteur retraite de la CFDT ou de la CGT se montrent plus ouverts que le PS, qui est complètement bloqué !» On croirait entendre Frederic Lefebvre ! Un fois de plus, bien joué Gérard ....

Déposé le 11/05/2010 à 08h16  
Par grandlyonnais Citer

Gérard Collomb dit tout haut ce que bon nombre de membres du PS pensent tout bas. -On ne peut pas construire un programme crédible sur des alliances bancales -La victoire des élections régionales est aussi celle de présidents de régions qui ont mené des politiques réformistes -Le PS doit aussi savoir briser des tabous et faire preuve de courage politique

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.