Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Violences urbaines à Lyon : les élus et syndicats réagissent

Les évènements urbains et leur cortège de scènes choquantes a suscité les réactions des élus, partis politiques et syndicats lyonnais.

Denis Broliquier - Maire du 2ème arrondissement - Président du groupe d’opposition municipale Lyon Divers Droite

« L’ambiance qui règne aujourd’hui en centre-ville est à la mesure des dégâts matériels et psychologiques subis par les commerçants et les habitants qui sont traumatisés. Encore une quinzaine de voitures dégradées et une dizaine de vitrines cassées ce matin dans le quartier Charité-Sainte Hélène. Beaucoup de responsables politiques se sont exprimés depuis leurs bureaux. Mais bien peu sont allés sur le terrain. Gérard Collomb était dans son rôle de maire en rentrant du Japon. Mais je regrette qu’il ait refusé de participer hier à la réunion de crise organisée par le ministre. La gravité de la situation nécessite au contraire un consensus général. La priorité est au retour au calme. Hier, le Ministre de l’Intérieur a bien pris toute la mesure de la situation en centre-ville. Il me l’a encore confirmé ce matin au téléphone. Les moyens ont été considérablement renforcés, on le constate aujourd’hui. Les forces de l’ordre sont déployées. Elles font un travail difficile compte tenu de la situation très tendue. Sur le terrain, en dehors des jeunes casseurs, on note la présence de meneurs plus âgés. Des militants anarchistes et d’extrême gauche qui infiltrent le mouvement dans un objectif politique : déstabiliser la société. Malgré la pression et les dommages subis, il faut garder notre sang froid pour ne donner aucune légitimité à cette minorité de casseurs et d’extrémistes. Nous sommes dans un pays où le droit doit retrouver sa place. »

Daniel Baiguini - Militant du Parti de Gauche - Rhône

" Le Parti de Gauche condamne avec gravité les déblocages policiers de raffineries et dépôts de carburants en cours.  De même, s’il ne légitime évidemment pas les actes de violence gratuite exercés en marge des manifestations, le PG avertit le gouvernement que celui-ci ne doit pas en profiter pour réprimer toute la jeunesse. Le PG demande que la présence et le rôle de dizaines de policiers et civils déguisés en manifestants et agissant en « bandes » à l’intérieur même des manifestations soit clarifié.
La venue de Brice Hortefeux est une provocation supplémentaire qui ne peut qu'attiser les flammes. Le survol par un hélicoptère fait de la ville de Lyon une cité en état de siège qui ne peut qu'augmenter la peur. De même, le Parti de Gauche exige des rectorats que cessent immédiatement les menaces de mesures disciplinaires que des proviseurs annoncent vouloir prendre dans les lycées à l’encontre des lycéens grévistes.
Le gouvernement a manifestement décidé d’utiliser les vieilles ficelles de la répression/provocation dans l’espoir de juguler un mouvement qu’il ne contrôle plus.
C’est un signe d’extrême faiblesse. Poussons plus fort, il est au bord du vide ! "


Emmanuel Hamelin - Président d’ELAN - Conseiller municipal de Lyon

" Le Ministre de l'intérieur Brice Hortefeux s'est rendu aujourd'hui a Lyon pour soutenir les forces de l'ordre très sollicitées depuis quelques jours a Lyon, se rendre compte des dégats causes par les casseurs et rencontrer les victimes de ces dégradations, et enfin vérifier le dispositif mis en place par la police. Je suis scandalise par les propos du Maire de Lyon qui associe cette démarche a une action de communication, oubliant que lui même a quitte sa délégation en Asie pour rejoindre Lyon pendant ces moments de grande tension. L'actualité lyonnaise devrait générer des attitudes plus responsables, au regard des incidents qui donnent de Lyon une image dégradante. J'en appelle a plus de sérénité de la part de Gérard Collomb, et a plus de responsabilité des parents d'élèves. Je condamne ceux qui attisent cette situation en ayant appelé les jeunes a se rendre dans la rue comme Ségolène Royal ou Nadjat Valaud Belkacem. Lyon mérite mieux qu'un débat stérile dans lequel s'engage Gérard Collomb et qui va a l'encontre de l'intérêt général. "


UNI Lyon - Syndicat Etudiant

" Depuis quelques jours, des scènes de guérillas urbaines sont visibles en plein cœur de notre ville. Ces mouvements, officiellement liés aux vagues de contestations de la réforme de notre système de retraite, sont intolérables dans notre société. L’UNI Lyon s’associe à l’UNI-LYCEE Lyon pour condamner de la manière la plus ferme qu’il soit tous les débordements que nous avons pu suivre soit en direct lorsque nous étions dans la rue, soit par voie de presse. L’UNI Lyon et l’UNI-LYCEE Lyon demandent que des poursuites soient prises à l’encontre de Ségolène Royal, responsable de la descente de lycéens (et de collégiens !) dans la rue. Plus généralement, l’UNI Lyon et l’UNI-LYCEE Lyon demandent que des poursuites soient engagées envers toutes les personnes qui manipulent des lycéens, et qui les exhortent à descendre dans la rue pour manifester.
En effet, il serait déplorable d’attendre les premières victimes de ces manifestations, ce qui ne saurait tarder tant la radicalisation monte, pour enfin protéger les jeunes de notre pays. L’UNI Lyon s’associe au MET Lyon pour dénoncer les blocages et les excès d’une minorité d’étudiants, au sein des universités françaises. Enfin, force est de constater l’échec de notre système éducatif aux vues de l’attitude de certains jeunes et des débordements qui ébranlent notre pays depuis ces derniers jours. En tant que think tank sur l’éducation l’UNI Lyon demande l’ouverture d’un débat, donnant lieu à une modification de notre système. Il est urgent et impératif de revoir les valeurs inculquées par l’Ecole, ainsi que de revoir la place de la famille au sein de l’éducation. "


Bruno Gollnisch - FN - Conseiller régional


" Depuis hier, de nombreuses villes sont mises à feu et à sac par des casseurs de tous bords, généralement des bandes constituées sur la base d’affinités ethniques. Lyon n’y a pas échappé. De nombreux magasins ont été pillés et saccagés, des voitures dégradées, des passants du centre-ville agressés et molestés. Ceci fait suite aux très violents « casses » à l’arme de guerre qui ont eu li



Tags : manifestation | interpellation | lycéens | lycéen | manifestation lyon |

Commentaires 3

Déposé le 26/10/2010 à 19h45  
Par Slimane Citer

Où sont les réactions des élus de la gauche républicaine et démocrate ?

Déposé le 23/10/2010 à 16h42  
Par HALTE A LA DIFFAMATION Citer

A l'attention de la rédaction de LYON MAG : Comment avez vous pu tolérer le commentaire précédent, qui porte toutes les caractéristiques de propos diffamatoires ? Dois-je vous rappeler que vous êtes responsables des propos publiés sur VOTRE site QUI PLUS EST, lorsque vous modérez les commentaires a posteriori. J'espère que M. MEIRIEU sera averti de ce genre de dérapages immondes et fera en sorte que l'on retrouve la personne qui l'a insulté de la sorte et qui a tenu des propos aussi inadmissibles. MERCI D'AVANCE.

Déposé le 22/10/2010 à 08h08  
Par le lecteur fou de lyon mag Citer

Quand je pense que ce meirieu élu de la république traitait les gendarme de facho enculé ca personne n'en parle. quand je vois la photo du progrès ou cET imbécile de meirieu agite les bras et qui fait dire a ces pseudo journaleux "meirieu" s'interpose entre les manif et les forces de l'ordre c'est tellement triste que ca en est marrant . comme tout le monde peut insulter tout le monde je me permetde dire le mot suivant a meirieu. meirieu tu est une FIOTTE. .la fiotte.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.