Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Cantonales 2011 : le Modem veut y croire !

Neuf candidats déjà connus, une quinzaine prévue sur les 27 cantons renouvelables, le Modem du Rhône jouera à sa mesure la partition des Cantonales de 2011. Le parti centriste, qui ambitionne de « toiletter » le Conseil général, veut opposer l’initiative et l’expérimentation à la présupposée mollesse du Département. Une méthode que le Modem souhaite décliner via trois axes forts : la solidarité, les transports, l’économie verte. Eric Lafond, vice-président fédéral et candidat aux Cantonales (Lyon 3ème), a lancé officellement jeudi la campagne. Et a confié à Lyon Mag avoir plutôt bon espoir. Interview

Lyon Mag : Qu’est-ce que le Modem souhaite faire du Département ?
Eric Lafond :
Le Département est la plus vieille collectivité locale qui existe en France. Elle a pris au fil  du temps beaucoup de mauvaises habitudes, se contentant le plus souvent d’être distributeur d’allocations. Elle n’est plus vraiment active dans la mise en oeuvre des politiques publiques.

Les collectivités locales risquent pourtant de souffrir d’un manque de moyens dans les années à venir ?
Il y a des  contraintes financières que l’on ne conteste pas. Pour autant, nous sommes persuadés qu’aujourd’hui, il y a la place de faire mieux dans les idées et dans les politiques publiques développées. La question de la gouvernance, de la direction politique de l’institution, est également fondamentale. Sur le plan administratif, l’institution compte 6 000 salariés. C’est une grosse machine, mais qui reste très centralisée. Dans les ressources humaines du Conseil général, il faut valoriser et responsabiliser les compétences, particulièrement dans l’utilisation des élus. Le paradoxe c’est que ces élus, qui le sont sur leur nom, ne sont quasiment pas utilisés par l’institution, qui ne leur confie que peu de responsabilités. Le rôle des élus, sur ses territoires administrés, c’est d’être novateur, d’évaluer des politiques publiques, voire d’en proposer d’autres. En un mot : expérimenter.

Quels domaines d’expérimentation alors pour le Conseil général ?
Le Département touche aujourd’hui à tout. Cela ne nous parait pas propice à la transparence et à la visibilité. Nous proposons qu’il se concentre sur ses compétences fortes, qui sont la solidarité, les transports. Il y a matière à faire mieux que ce qui se pratique actuellement. Sur la solidarité, il y a énormément de choses à mettre en place pour les personnes âgées, pour l’insertion, l’aide à la petite enfance, aux personnes handicapées. En matière de transports, il y a énormément de projets à développer pour donner plus de latitudes à nos concitoyens, pour mieux se déplacer et plus facilement. C’est une ensemble de proposition de ce type que nous allons porter, avec une envie très forte d’avoir des ambitions élevées, notamment en matière de développement durable.

Par exemple ?
On le sait peu, mais le tri des déchets ménagers, s’il est concrètement de la compétence des communes, est dans ses objectifs de la responsabilité du Département. Le Rhône est le département de Rhône-Alpes qui trie le moins bien. Ce n’est pas le fruit du hasard. Le plan départemental date de plus de dix ans, il n’est pas très ambitieux et est devenu obsolète. Nous voulons que le Département soit très en pointe sur ce sujet là. Il est prévu dans le SCOT de faire un troisième incinérateur sur le département. Je ne sais pas quelle sera la commune volontaire pour l’accueillir, mais je lui souhaite bien du plaisir. Pour ne pas verser dans ce type de solution, il faut davantage et mieux trier. Nous croyons beaucoup qu’il y a matière à développer une économie verte, dont tout le monde parle mais que personne n’est capable de pointer, autour de l’utilisation des déchets, transformables en énergie ou en nouveau matériau. Le Département doit porter cet objectif à travers le plan départemental, et doit soutenir financièrement les communes qui s’engagent dans la mise en oeuvre de nouveaux outils sur cet enjeu.

Quel regard portez-vous sur le serpent de mer qu’est devenu le musée des Confluences, pourtant soutenu par le Conseil général ?

Pour le musée des Confluences, le projet s’est enferré dans un gouffre financier. La collectivité ayant dépensée beaucoup d’argent, on ne va pas éradiquer ce projet. mais pour le rendre plus pertinent, nous souhaitons mutualiser ce projet de construction avec d’autres. Le département souhaite déplacer ses archives départementales. Pourquoi ne pas les mettre sur le site du musée des Confluences. Idem pour la médiathèque départementale. Nous créerons ainsi sur ce site un vrai pôle de savoir et de connaissance qui sera une figure de proue extrêmement intéressante pour le département du Rhône. Cela correspond aux idéaux du mouvement démocrate que de faire la pari du progrès par le développement de la connaissance et du savoir. Il y a également un espoir réel de réduction des coûts de fonctionnement, d’investissement, grâce au regroupement de ces différents projets.

Au niveau du calendrier, quand présenterez-vous votre programme et l’ensemble de vos candidats ?

Nous avons pour objectif d’être prêt fin novembre sur notre partie projet de campagne, espace web. Début décembre, nous dévoilerons la deuxième vague de candidats. Nous allons présenter une quinzaine de candidats sur le Rhône, car nos ressources humaines et financières ne nous permettent pas d’aller au-delà. Mais ces candidats-là représentent la nouvelle génération que nous souhaitons développer au Modem depuis sa création. Ils auront vocation à s’implanter durablement sur leurs territoires, à être présents dans l’avenir. Ils prendront les mois nécessaires pour se faire connaître, en rencontrant les habitants, les commerçants, les associations. ce temps-là nous a souvent manqué par le passé. Il est nécessaire pour faire connaître les projets que nous portons.

Vos candidats sont en autofinancement...
C’est la réalité. Nous sommes la seule formation politique à être dans cette situation. Le mouvement démocrate ne paye pas la campagne de ses candidats. tous ceux qui s’engagent payent eux-mêmes leur campagne. Cela montre le niveau d’engagement de nos candidats. La prise de risque est inhérente à cette campagne. Il y a potentiellement un risque de ne pas être remboursés. Nous avons plutôt bon espoir de passer la barre des 5%, mais le risque existe. Nous avons cette culture du risque assumé : nous mutualiserons et ferons campagne ensemble.

Donnerez-vous des consignes de vote à vos électeurs pour le second tour ?

Si nos candidats sont au deuxième tour, ils se maintiendront. S’ils ne le sont pas, nous demanderons aux candidats maintenus d’éclaircir leurs positions. Mais les électeurs seront libres au deuxième tour. En tant qu’individus, dans une démocratie, nous sommes libres du vote. Nous allons au bout de cette logique. Nos électeurs le seront aussi. Mais



Tags : Modem | cantonales |

Commentaires 8

Déposé le 12/01/2011 à 16h54  
Par alice Citer

que le modem arrete de revendiquer l'etiquette udf! il n'y a plus d'anciens udf au modem! ils ont compris que bayrou ne roulait que pour lui et l'ont laissé tombé!

Déposé le 05/11/2010 à 16h53  
Par Jérôme Manin Citer

@Hop Tu peux toujours rêver !

Déposé le 05/11/2010 à 15h34  
Par Pierrot Gaymard Citer

Je confirme l'info et le soutien de principe des ump locaux pour Stéphane Sacquépée, en attendant que Rodolphe Rous ne se soit pas prononcé clairement sur ses intentions. Son élection au Conseil National de l'UMP a montré qu'il avait la base militante avec lui. A ce jour, il est toujours en lice pour l'investiture UMP...mais pourrait partir quand même sans étiquette si Christophe Geourjon ou Pierre Delacroix étaient désignés par un accord UMP/Centre mou.

Déposé le 05/11/2010 à 11h11  
Par Battling Citer

C'est ridicule d'usurper mon petit pseudo.... Alors précisons : 1- Non le Michel de Thizy n'est point adhérent Modem. Sa majorité départementale est composite dira-t'on. 2- Le derby pourrait être intéressant sur le XII e canton, je confirme ;-) 3- Nous sommes toujours indépendants, même si cela n'est point rentable politiquement, question de symbole. Un jour viendra ;-)

Déposé le 04/11/2010 à 17h43  
Par Battling Citer

La nouvelle génération de candidats prôné par Mr Lafond me paraît bien âgée sur cette photo. Mais où sont les candidats têtes de liste des municipales ? Tous déçus de la stratégie suicidaire et indépendantiste du Modem du Rhône ?

Déposé le 04/11/2010 à 07h09  
Par udf Citer

Et les candidats MODEM dans la majorité comme Da Passano ils existent pas? Parce que le MODEM fait partie de la majorité sortante même si certains veulent l'oublier.

Déposé le 04/11/2010 à 00h27  
Par Romain N Citer

Derby du Modem sur le Canton Lyon XII entre Geourjon et Sacquépée. Il se murmure que certains UMP locaux, furieux de l'éviction de leur candidat Rodolphe Roux sur ce canton, rejoindraient Sacquépée pour faire campagne et dézinguer le candidat de Mercier. Un beau derby en perspective avec des cartes rebattues et un plus gand suspens...

Déposé le 04/11/2010 à 00h21  
Par Edgar Citer

S'il y a un parti qui ne sert à rien, c'est bien le Modem. Pauvre France !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.