Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Conseil municipal : l’opposition à l’heure des comptes

Sous la houlette de Michel Havard et des élus de l’opposition municipale, Ensemble pour Lyon reviendra lundi en séance du Conseil sur le rapport de la Chambre régionale des comptes concernant la gestion de la ville de Lyon depuis 2003. Les cantines, les violences urbaines, la SACVL et le récurrent Cap Canal devraient également s’inviter au coeur des débats.

De la transparence. Voilà ce que semble réclamer l’opposition municipale à Gérard Collomb et son équipe d’adjoints. Et puisque l’heure est aux règlements des comptes, spécifiquement des comptes municipaux, Ensemble pour Lyon s’appuiera sur les conclusions du rapport de la CRC, remis le 3 novembre, pour demander ces éclaircissements. En particulier sur ce qui concerne les dépenses de fonctionnement. « Pendant la période de 2004 à 2008, les dépenses de fonctionnement (en moyenne  483 millions d’€ par an) progressent plus vite, soit 3,41% par an, que les recettes de fonctionnement (en moyenne 566 millions d’€ par an) qui progressent, elles, de 2,67% par an » précise, tout en mettant en garde, le rapport de la CRC. Et si Havard rappelle que « les dotations de l’Etat sont stables voire en légère progression » pour la ville de Lyon, il précise également que, sur sa deuxième mandature, le maire a « prélevé deux points d’impôt supplémentaires aux Lyonnais. »  Assez pour demander à Collomb « de rendre aux Lyonnais ce qu’il leur a injustement pris. »

Les SEM dans l’oeil du cyclone

Les conditions de contrôle des sociétés d’économies mixtes, que la Ville cofinance, feront également l’objet d’une demande de l’opposition municipale. Il faut dire que le renfort du rapport de la CRC donne du grain à moudre à Havard. « La ville possède des engagements financiers dans les sociétés d’économie mixtes et a garanti des emprunts pour diverses structures, rappelle la CRC. La chambre recommande une vigilance accrue sur la situation financière et la gestion des sociétés dans lesquels les risques sont financièrement les plus lourds. » Un chausse-pied confortable pour l’opposition, qui attaque sur la SACVL. « Il doit y avoir une opération de vérité sur la SACVL » demande Havard, qui veut repenser « l’ensemble des rapports entre le municipalité et les SEM. » En particulier sur les méthodes de validation des dossiers qui passent en conseil d’administration. « Les administrateurs qui reçoivent le matin des dossiers qu’ils doivent voter dans la demi-heure suivante, ce n’est plus possible » insiste Havard, qui demande subséquemment de rallonger la période d’instruction laissée aux décideurs.

Cantines : la « désinvolture » de Collomb


« Le personnel prévient depuis la rentrée que la situation dans les cantines n’étaient plus tenable » s’emporte Laurence Balas. Et pour la conseillère municipale, ce n’est pas l’accord trouvé la veille avec les syndicats qui suffit à remettre le dossier sous le tapis. « Cela est révélateur d’un mépris des parents et du personnel municipal » embraye Havard, qui rappelle le recul en quatrième position des couples dont les deux parents travaillent en quatrième position dans l’ordre des priorités. Le président du groupe Ensemble pour Lyon que Gérard Collomb ait repris à son compte des propositions de l’opposition, dont la possiblité de doter les enfants de piques-niques pendant la période des grèves. Patrick Huguet, conseiller municipal du 3ème arrondissement, voit dans l’exemple particulier des cantines lyonnaises une gestion tout à fait symptomatique des agents municipaux durant la mandature Collomb. « Du mépris, peu d’écoute » selon l’ancien maire du 3ème arrondissement, conforté dans son point de vue par par Laurence Balas, qui assure qu’un préavis de grève a été déposé par les syndicats des personnels municipaux pour le 8 décembre, jour de la Fête des Lumières.

Le Compteur Cap Canal affiche 714 000€ en 2010

Cap Canal est un récurrent de l’opposition municipale. Le compteur, qui inventorie les dépenses de la ville pour la chaîne éducative, affiche pour l’année 2010 une somme de 714 000€ en conventions de production. « Cette chaîne, c’est la danseuse d’Yves Fournel » rigole Huguet. Le projet, lancé dans les années Noir pour faciliter l’instruction scolaire, a depuis fait face aux développement des nouvelles technologies. Mais si l’opposition se plait à la brocarder de manière quasi-systématique, elle n’est pas pour autant inutile à ses yeux. Il s’agit moins de la mettre au ban que de repenser son modèle économique, via des financements de production élargis à d’autres partenaires que la Ville de Lyon. « Repenser Cap Canal, c’est repenser la politique éducative de la ville » continue sur la même veine Patrick Huguet, taquin quant à la promesse d’Yves Fournel d’envoyer les 200 employés ou apparentés à la chaîne visiter l’opposition. « Personne n’est encore venu nous rencontrer », clos Havard. Depuis 2008, la chaîne a coûté 2,3 millions d’€ à la Ville en frais de production, selon les chiffres avancés par l’UMP du Rhône.

Violences urbaines : « Gérard Collomb s’est comporté comme un gamin de maternelle »

La semaine de violences urbaines qu’a connu Lyon a également fait l’objet d’un recadrage. Et du côté de l’opposition, on ne s’explique pas les absences conjuguées de Gérard Collomb et de son premier adjoint à la sécurité Jean-Louis Touraine, respectivement en Asie et à Paris au commencement du conflit social. Alors certes, il y a avait Pierre Hémon, élu de garde pendant le week-end précédent la semaine de violences. « L’élu de garde, il est là pour signer les hospitalisation d’office, pas plus » tranche Huguet, qui ne trouve aucune raison valable à cette double absence des deux plus hautes autorités municipales, alors que Lyon s’apprêtait à vivre un des évènements urbains les plus violents de son histoire. Le retour de Collomb quelques jours après le début des émeutes n’a pas pour autant apaisé la droite, qui brocarde son attitude pendant la visite d’Hortefeux, refusant de participer en compagnie du ministre de l’Intérieur à la réunion de crise du mercredi. « Il s’est comporté comme un gamin de maternelle... » attaque Havard. « Un gamin de maternelle... privé de cantine ! » continue rigolard Huguet. Inès de Lavernee ne veut en aucun cas entendre parler d’une tradition lyonnaise du débordement, justifiée par Touraine, depuis l&



Tags : conseil municipal | havard | ensemble pour lyon |

Commentaires 2

Déposé le 11/11/2010 à 19h09  
Par DM Citer

Le rapport devrait être prochainement accessible sur http://www.ccomptes.fr/fr/CRC24/Productions.html

Déposé le 10/11/2010 à 20h22  
Par HJ Citer

Merci de me procurer un exemplaire de ce rapport de la Chambre régionale des comptes.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.