Législatives 2012 : Michel Havard reverdit !

Législatives 2012 : Michel Havard reverdit !
Michel Havard - LyonMag

Alors que l’on s’acheminait vers un duel explosif entre le sortant
Michel Havard (UMP) et son challenger Thierry Braillard (PRG) sur la 1e
circonscription du Rhône, l’arrivée du Vert Philippe Meirieu a rebattu
les cartes législatives. Et donne un peu plus d’espoir au chef de la
droite lyonnaise, qui vise sa réélection.

Vainqueur pour près de 500 petites voix en 2007, alors que l’engouement pour le sarkozysme battait son plein, Michel Havard veut rempiler en juin 2012 au poste de député de la 1e circonscription du Rhône. Et si le leader du groupe d’opposition municipale Ensemble pour Lyon a invité la presse jeudi après-midi, c’est en premier lieu pour confirmer sa candidature au renouvellement de son mandat législatif. Son directeur de campagne est déjà connu. Il s’agit de Jean-Pierre Dufour, candidat de l’UMP sur le Ve canton lors des élections de mars 2011, battu par le collombiste Thomas Rudigoz.

Cette formalité passée, Havard s’est repu des bisbilles qui secouent la gauche. A l’origine : l’accord entre les Verts et le PS consenti mardi et ses dommages collatéraux dans les circonscriptions partagées. Le député sortant juge la manoeuvre « irrespectueuse des électeurs et irresponsable. » « Cela ne grandit pas l’image de la politique, attaque-t-il. On est au royaume des combines et des tripatouillages sur le dos des Français. » C’est ici son seul point commun avec son adversaire Thierry Braillard, qui ne s’explique pas lui non plus ce parachutage écologiste sur la 1e circonscription du Rhône, qu'il vise également. Le vice-président du parti radical de gauche est par ailleurs soutenu par Gérard Collomb dans sa démarche, contre l'avis du PS.

L’horizon s’éclaircit donc pour Havard au regard du morcellement des candidatures à gauche sur sa circonscription. Mais l’élu lyonnais ne s’en contente pas. C’est sur le terrain des idées qu’il souhaite faire la différence. « La gauche échange des ‘circos’ contre des tranches de centrale nucléaire et des emplois », raille-t-il, étayant au prisme du local son argumentaire. « Fermer la centrale du Bugey, c’est mettre en péril 5 000 emplois directs et indirects de notre région », expose-t-il, assurant qu’à droite, la question du traitement du nucléaire est moins confuse : « ne pas toucher au parc existant et continuer à développer les énergies vertes. » Le député du Rhône enjoint même Gérard Collomb, fer de lance du candidat François Hollande, à aller expliquer aux Lyonnais « pourquoi leur facture énergétique augmentera. »
La campagne à donc bel et bien débuté à Lyon. « Le match commence », s’amuse Havard, dans un demi-sourire qui en dit long sur sa satisfaction. Et de terminer son exercice avec cette phrase assassine pour le maire de Lyon : « avec Collomb, j'ai bien une génération d'écart dans la façon de faire de la politique. »

Tags :

havard

meirieu

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.