"Contre la privatisation des universités lyonnaises"

Suite à la loi Pecresse sur l’autonomie des universités, une partie des étudiants de Lyon 2 ont décidé de bloquer la fac. Ils reprochent au gouvernement son désengagement financier. Interview d’ Elsa Ferri-Battini, présidente de l’UNEF Lyon.

Qu’est-ce que vous reprochez à la loi Pécresse ?
Elsa Ferri-Battini : L’Etat veut se désengager politiquement et financièrement de la fac. Si cette loi passe, ça sera à l’université de payer son personnel et ses bâtiments. Du coup, elle devra se tourner vers le privé pour obtenir des financements. Bref, on aura une université à deux vitesses, avec d’un côté des facs riches et de l’autre des établissements complètement délaissés. Ce qui va favoriser certaines universités.
Ça va favoriser quels établissements ?
Les facs de sciences comme Lyon 1 qui auront bien moins de difficulté à trouver des financements privés que les facs de sciences humaines comme Lyon 2 car la recherche médicale et biologique peut intéresser des entreprises et des laboratoires.
Quelle est votre légitimité pour décider une grève ?
Ce sont les 500 étudiants présents à l’assemblée générale d’hier qui ont voté la grève. Du coup, on va bloquer une partie de l’université lundi matin. Mais on refait une AG lundi à 13h et c’est là qu’on décidera de poursuivre ou pas le blocage de la fac, voire d’interrompre les cours.
Mais 500 personnes c’est loin d’être la majorité des étudiants de Lyon 2 qui sont près de 30

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.