Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Pascal Charpentier - LyonMag

Pascal Charpentier, proviseur du lycée du Parc à Lyon : “La réussite au bac ? Rigueur, exigence et émulation”

Pascal Charpentier - LyonMag

Pascal Charpentier, proviseur du lycée du Parc à Lyon, était l’invité ce mercredi de Jazz Radio pour l'émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

Nous sommes à deux mois aujourd’hui du baccalauréat 2013. Ce sera le premier pour vous à la tête du lycée du Parc. Chaque année, les résultats frôlent les 100%. Vous n’êtes donc pas trop inquiet ? "Je ne me fais pas de souci. C’est vrai qu’on frôle les 100%. On peut toujours se faire l’objectif de 100% ; je ne sais pas si on l’atteindra un jour".

C’est toujours un moment particulier pour un proviseur ? "Le baccalauréat est quand même une institution dans notre pays et dans le paysage éducatif national. C’est un moment particulier. Au lycée du Parc, nous avons déjà commencé aussi les concours aux classes préparatoires dans les grandes écoles. Il y a donc deux temps forts. Là, c’est parti pour un mois, et puis le baccalauréat c’est le 17 juin que ça commence".

Vous avez dirigé plusieurs établissements dans le nord de la France. Qu’est ce qui change au lycée du Parc avec cette renommée d’excellence ? "Je pense que le lycée du Parc est un lycée reconnu nationalement et même internationalement. C’est le plus gros lycée de province avec en tout 2000 élèves mais seulement 700 en second cycle. Si je n’avais que la partie lycée, je n’aurais que 700 élèves, ce qui correspond à un petit lycée dans le paysage national".

Quelle est l’exigence pour correspondre à cette excellence là ? "La rigueur intellectuelle, l’exigence dans les cours dispensés, et puis une certaine forme d’émulation. Nous sommes tirés par les classes préparatoires et les nombreuses conférences".

Il y a certaines idées reçues. On dit que le lycée du Parc recrute les meilleurs élèves de la région. On sait que le lycée est public. Est-ce que vous respectez la carte scolaire ? "Là encore, il faut distinguer deux choses. Quand vous me dîtes "Est-ce qu’on recrute les meilleurs élèves de la région ?", oui on recrute les meilleurs élèves de la région et même de la France puisqu’il y avait des élèves dernièrement qui venaient de Strasbourg ou encore de Vannes. Donc oui on recrute les meilleurs élèves mais sur le niveau des classes préparatoires. Sur le niveau baccalauréat, c'est-à-dire au recrutement à la sortie du collège, nous sommes comme tous les lycées ; nous sommes sectorisés et nous recrutons sur les deux collèges du secteur".

Vous avez énormément de demandes de dérogation ? "Je n’ai pas encore fait le tour puisque j’ai pris mes fonctions en septembre. Je n’ai pas suivi pour l’année dernière la phase d’affectation mais il y a des demandes de dérogation".

En cette période ce crise de l’emploi, qu’est ce qui est fait justement en matière de rapport au travail ? "L’école n’a pas vocation à intégrer directement dans l’entreprise les étudiants ou les lycéens. Nous préparons sur la partie lycée, des bacs généraux qui conduiront des élèves vers des études plutôt longues".

Vous avez pris la succession de Pierre-Jean Bravo à la rentrée. Quels sont vos projets à vous ? "On a déjà mis en place des projets cette année, assez rapidement, notamment une préparation au concours de Sciences Po qui n’existe pas dans les filières classiques. Nous avons mis des stages le mercredi après-midi et je pense que nous amplifierons ça avec le proviseur adjoint chargé du second degré. Nous avons également poursuivi l’internat d’excellence qui est un projet qui colle bien au lycée du Parc".

Justement en ce qui concerne ces internats d’excellence, on voit que l’avenir s’assombrit. La semaine dernière, dans sa circulaire, Vincent Peillon a annoncé la fin de ces internats d’excellence. Qu’est ce que vous en pensez ? "Je pense que le temps du politique n’est pas toujours celui de l’éducation. Pour l’éducation, nous avons besoin de temps ; un baccalauréat, ça se prépare en trois ans. Comme toute nouvelle initiative, il y a eu des moyens mis au départ. Sur le lycée du Parc, nous n’avons pas fait une génération d’élèves puisque les premiers élèves dans cet internat d’excellence ne passeront leur baccalauréat qu’en 2014".

En 2014, le lycée du Parc fêtera ses 100 ans. Vous commencez déjà à réfléchir à l’organisation de ce centenaire ? "C’est quand même une grosse opération que l’on voudrait à la hauteur de la renommée de l’établissement. Un certain nombre de professeurs sont avec moi dans un groupe pour mettre en place ce centenaire. On a des anciens très illustres et on espère réunir tout ce beau monde, notamment Gérard Collomb. Ce sera la semaine du 3 au 8 octobre 2014".



Tags : ça jazz à lyon | baccalaureat |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.