Ministre de Bayrou, bilan de Hollande : Collomb botte en touche

Ministre de Bayrou, bilan de Hollande : Collomb botte en touche
Gérard Collomb - LyonMag

Le maire de Lyon était l’invité d’Apolline de Malherbe mardi matin sur la Matinale de Canal +.

Gérard Collomb a donc pu répondre aux questions d’actualité qui tournaient beaucoup autour du premier bilan du président de la République et de ses récentes annonces.
Collomb n’a jamais été tendre avec François Hollande depuis son élection, il a été encore plus exécrable avec le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Pourtant ce mardi, le ton du président du Grand Lyon apparaît plus apaisé.
"Avant la prise du pouvoir, il y avait un manque d’analyse et de réflexion de la part de l’ensemble des socialistes, explique Gérard Collomb. Du coup, confrontés au pouvoir, ils n’avaient pas le bon logiciel. Ils sont en train, sous la contrainte et de manière un peu rapide, d’être obligé de s’adapter et de définir un nouveau cap.
Je dirais que les dernières annonces me semblent claires, il y a un cap qui semble fixé.  (…) Simplement il va falloir s’y tenir dans la cohérence et il faudra que tout le monde soit sur la même ligne."


Le 6 mai prochain, le président fêtera ses un an de présidence. Alors que les récents sondages continuent d’égratigner sa côte de popularité, Gérard Collomb reste ferme à son sujet, tout en entrouvrant la porte vers un total soutien : "Si on avait pris ce type de mesures tout de suite au début, j’aurais mieux aimé. On le fait maintenant, c’est bien. Peut-être que l’on n’a pas vu immédiatement la gravité de la situation économique et sociale, qui n’était pas le fait de François Hollande, que l’on hérite, mais à laquelle il fallait s’attaquer immédiatement. On s’y attaque aujourd’hui et tant mieux. J’espère que les choses vont pouvoir s’améliorer dans les prochains mois."

Gérard Collomb, qui se voit rejoint par François Rebsamen et Claude Bartolone dans son rôle de frondeur du PS, s’est trouvé plus mutique lorsqu’il a fallu s’exprimer sur le cas Harlem Désir. A la question "Est-il un bon secrétaire général du PS ?", le sénateur-maire ne trouve pas de réponse, abandonnant soudainement son rôle de commentateur décomplexé. Après un grand silence, il lâche : "Je ne suis pas sûr de vouloir totalement commenter. Il agit comme il souhaite agir, moi je ne fais plus partie de la direction nationale du Parti Socialiste". Ambiance !

Auparavant, il avait pourtant affiché un sourire jusqu’aux oreilles lorsqu’Apolline de Malherbe lui avait évoqué la volonté de François Bayrou de le prendre dans son gouvernement s’il devenait Premier ministre.
Gérard Collomb a toutefois pris soin de répondre à côté. "Je ne suis pas sûr que ce soit la position qui se dessine. Mais le fait que François Bayrou dise "je veux soutenir François Hollande", c’est plutôt une bonne nouvelle. Un gouvernement d’union nationale, ce n’est pas le problème aujourd’hui, c’est plutôt la ligne politique suivie par ce gouvernement. Je pense que Jean-Marc Ayrault ne démérite pas autant qu’on le dit. Il se bat de manière courageuse.
Faut essayer de contribuer à des rassemblements larges. Moi dans ma majorité municipale, ca va depuis les communistes jusqu’aux centristes. A partir du moment où vous vous mettez d’accord sur un projet, évidemment qu’on peut rassembler de manière large sans que les uns ni les autres n’y trouvent rien à redire."
La volonté de Pierre Hémon, adjoint EELV, de conduire des listes dissidentes aux municipales, ne semble pas être encore remontée aux oreilles du maire...

En flattant le président de la République, en gardant ses distances avec les figures du PS en délicatesse et en ne se gargarisant pas publiquement des avances de Bayrou, Gérard Collomb place ainsi ses pions en vue d'un remaniement que tous les partis politiques semblent attendre. Il aura peut-être l'occasion d'annoncer sa position à Jean-Marc Ayrault en personne puisqu'il le rencontrera ce mardi après-midi à Matignon.

Entretien à retrouver à partir de 23'20 :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

X

Tags :

collomb

8 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Fixe le 01/05/2013 à 06:55

Ben mon Collomb.........

Signaler Répondre

avatar
ertuio le 30/04/2013 à 22:48

Collomb est un petit prof de droite

Signaler Répondre

avatar
Degage le 30/04/2013 à 18:37

Si on a besoin d interview où rien ne se dit, on peut compter sur Collomb.......il est incapable d avoir une position claire. Y en a marre de ces politiques a 2 balles qui sont incapables de prendre une position claire sur des sujets majeurs. On va le virer

Signaler Répondre

avatar
RB le 30/04/2013 à 14:39

Il a tellement envie d'avoir un rond de serviette ministériel qu'il est prêt à tout !

Les lyonnais savent qu'il est prêt à tout pour avoir et conserver le pouvoir ! Tout vraiment tout...

Après son éviction en 2014, les affaires sortiront.
Après le nord pas de calais, et les bouches du rhône, les magouilles lyonnaises seront enfin mise à jour !

Signaler Répondre

avatar
bergéphobe le 30/04/2013 à 13:03

Quand on est à voile et à vapeur !!!!

Signaler Répondre

avatar
Voyons le 30/04/2013 à 12:04

Voyez...voyez...
Voyez quoi ? Lui non plus ne sait pas ce qu'il faut faire.

Signaler Répondre

avatar
ARRETE... le 30/04/2013 à 10:46

Avec le stade il accentue la gravité de la situation économique et sociale. Trop têtu pour changer d'avis il ira jusqu'au bout de son enlisement et de sa chute.

Signaler Répondre

avatar
Collomb dégage! le 30/04/2013 à 10:27

Collomb le soulmis de Bergé a perdu toute crédibilité...quand on se couche devant Bergé...ça veut dire qu'on se couche devant l'argent...Collomb dégage!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.