Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag

Eurocoupe : l’ASVEL jouera sa qualification à Valence

Photo d'illustration - LyonMag

Paris Levallois n’aura pas réussi à l’ASVEL, en Eurocoupe cette saison.

Après avoir sévèrement perdu au Palais des sports Marcel-Cerdan, le 5 novembre (83-65), l’ASVEL s’est de nouveau inclinée contre Paris Levallois, ce mercredi, à l’Astroballe (72-74). Villeurbanne conserve, tout de même, ses chances de qualification pour le Last 32. Pour cela elle devra battre Valence en Espagne, lors de l’ultime journée.

Dans un match sans réel enjeu, puisqu’une équipe était déjà éliminée – Paris Levallois, en l’occurrence – et que l’autre jouera de toute façon sa qualification au dernier match contre Valence ; les deux équipes ont démarré plutôt timidement.
Ce n’est qu’à partir du second quart-temps que le match s’est intensifié, à l’image du dunk ravageur du villeurbannais Travis Leslie. Les partenaires d’Edwin Jackson – meilleur marqueur du match avec 22 points – ont su trouver le rythme et l’adresse aux shoots pour prendre les devants sur son adversaire du soir. Mais Paris Levallois s’est accroché et l’ASVEL termine la mi-temps avec seulement 6 points d’avance.

Paris très adroit à 3 points

Après avoir fait le trou au début du 3e quart-temps, la Green Team s'est faite remonter rapidement grâce aux shoots extérieurs des parisiens. Andrew Albicy, le meneur de l’équipe, trouvait facilement ses shooteurs extérieurs, en réussite ce soir. Giovan Oniangue (3/5 à 3 points) et Nicolas Lang (4/6 à 3 points), ont donc été les grands artisans de la victoire parisienne.
A force de réussir tous ses tirs, Paris Levallois a logiquement pris l’avantage au début du dernier quart-temps. Visiblement transcendés par le money-time, les hommes de Gregor Beugnot ont dominé l’ASVEL en fin de match, enchaînant les tirs réussis et les interceptions. Touché à l’orgueil, Edwin Jackson a porté son équipe pour tenter de revenir, alignant notamment un impressionnant panier à 3 points, très loin de la ligne.

L’ASVEL pourra regretter sa balle de match manquée. Dans les dernières secondes de la partie, Alexandre Chassang manque son tir à 3 points, qui aurait donné la victoire à l’ASVEL. Et c’est au bout d’une action litigieuse que le coup de sifflet final a retenti. Paris Levallois s’impose donc pour l’honneur contre une green team qui devra réaliser l’exploit à Valence pour se qualifier.  

Les espagnols ont remporté leur match face à Varese en Italie (94 à 62). Avec 5 victoires et 4 défaites, Valence se situe juste devant l’ASVEL. Ce qui n’empêche pas le club villeurbannais de pouvoir les éliminer si elle l’emporte chez eux. Ulm et Ljubljana ont, quant à eux, déjà obtenu leur ticket pour le Last 32.

A une journée de la fin l’ASVEL peut donc encore se qualifier. Pour y parvenir, il faudra réaliser un grand match à Valence le 17 décembre, et rééditer la performance du match aller où l’ASVEL avait fait tomber l’ogre valencian à l’Astroballe. Ne dit-on pas que c’est dans l’adversité que les français sont meilleurs ? En tout cas, l’ASVEL reste "le capitaine de son destin".
 
Arthur Vernassière, étudiant en journalisme à l’ISCPA de Lyon



Tags : ASVEL |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.