Vénissieux : il y aura bien des mesures de chômage partiel chez Renault Trucks

Vénissieux : il y aura bien des mesures de chômage partiel chez Renault Trucks
Photo d'illustration - DR

Les syndicats l'avaient annoncé début décembre, la direction a confirmé l'information jeudi.

Entre cinq et douze jours de chômage partiel attendent les salariés de l'usine de Vénissieux au mois de janvier. La mesure devrait être renouvelée en février et mars, mais le nombre de jours de chômage partiel n'a pas encore été déterminé.

Dans la région l'usine de Bourg-en-Bresse est aussi concernée, tout comme celle de Blainville-sur-Orne dans le Calvados. Seule l'usine de Limoges, en Haute-Vienne est épargnée mais entre 3500 des 10 000 salariés français devraient être touchés par la mesure.
La direction met en avant la "conjoncture économique", qui touche particulièrement les entreprises de transport. Les syndicats, notamment la CFDT parlent d'une situation qui est "le résultat notamment d'erreurs de stratégies commerciales et produits".

Ce n'est pas la première fois que les salariés de Renault Trucks subissent le chômage partiel, puisque ces mesures avaient déjà été utilisées en 2009 et fin 2012- début 2013.

X
3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
francais tres moyen le 03/01/2014 à 16:13

Pour info puisque vous beuglez sans savoir Renault ne fabrique plus de bus depuis son rachat par Volvo.

Signaler Répondre

avatar
zinzin le 03/01/2014 à 16:13
130543 a écrit le 03/01/2014 à 15h41

En attendant, tous les bus-TER qui stationnent sur le parking de la Part Dieu sont des Mercedès:
Ils sont moins chers et techniquement meilleurs.
Vive la politique sociale de la CGT

Renault Trucks fabrique des camions, pas des bus. Mais on t'en veut pas.

Signaler Répondre

avatar
130543 le 03/01/2014 à 15:41

En attendant, tous les bus-TER qui stationnent sur le parking de la Part Dieu sont des Mercedès:
Ils sont moins chers et techniquement meilleurs.
Vive la politique sociale de la CGT

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.