Confluence : huit nouveaux bâtiments pour démarrer la seconde phase

Confluence : huit nouveaux bâtiments pour démarrer la seconde phase
Un aperçu du projet, face à la patinoire - Herzog & de Meuron

"Chaque quartier doit avoir son âme et son histoire, celui-ci aura une ambiance particulière".

Christine Binswanger a détaillé le début de la phase 2 - LyonMag
Christine Binswanger a détaillé le début de la phase 2 - LyonMag

Ce jeudi, Gérard Collomb a dévoilé, à la Maison de la Confluence, la deuxième phase du projet de refonte du quartier en insistant sur le caractère particulier que devra revêtir le secteur dans les années à venir. "Il s’agit de doubler l’hypercentre mais aussi d'en faire un quartier apaisé où l’on peut se promener à pied", a précisé le sénateur-maire en introduction de sa présentation à la presse. En ce sens, il a notamment évoqué la reconversion future de l’autoroute A7 en boulevard urbain et la création de deux passerelles modes doux à l’est et à l’ouest. Mais c’est surtout la circulation au sein même du quartier qui devrait être facilitée.

La maquette de l'îlot A3 - LyonMag
La maquette de l'îlot A3 - LyonMag

Pour lancer cette seconde phase de travaux, huit bâtiments et deux cours jardinées seront construits à partir du printemps 2015, sur l’îlot A3, soit la zone située entre le Cours Charlemagne à l’Ouest, la rue Casimir Perier au Nord et la rue Smith à l’Est. Au Sud, il sera séparé de l’Hotel de Région par l’esplanade François Mitterrand, prévue pour le mois de juin et appelée à devenir l’une des places fortes du quartier. A en croire Gérard Collomb, l’objectif est d’allier "modernité architecturale et passé industriel du secteur" tout en "répondant au défi climatique et écologique". A terme, environ 20% des bâtiments anciens seront d’ailleurs conservés. Deux parkings mutualisés de 1 000 places seront également construits sur les quais du Rhône.

Christine Binswanger, qui coordonne le projet pour Herzog & de Meuron, ainsi que le paysagiste Michel Desvigne ont expliqué leur volonté de "tester, dans cet îlot, les ingrédients du futur quartier" notamment l’énergie positive et les nouvelles technologies pour construire une "ville intelligente". L’accent sera mis sur les espaces verts et la perméabilité qui permettra de circuler aisément entre les bâtiments.
 
De même que la première phase du projet Confluence, terminée à 80 % (un seul îlot non démarré), l’îlot A3, confié au promoteur Icade, devrait être achevé pour 2017-2018. L’intégralité de la phase 2 devrait ensuite courir jusqu’en 2025. L’aboutissement d’un énorme chantier dont "les plans sont faits depuis 100 ans" mais que "personne n’était arrivé à réaliser" selon Gérard Collomb. Et d’ajouter qu’il resterait encore de la place pour "deux tours, mais pas tout de suite. Pour laisser un peu de travail aux successeur...dans quelques années !".

Tags :

confluence

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
habitant réaliste le 10/06/2014 à 20:27
HOURRA a écrit le 16/01/2014 à 18h13

Encore des bâtiments hyper cher pour bobo fricés.Avant, on construisait pour Monsieur ou Madame Tout le monde, maintenant plus c'est cher meilleur c'est.

Phase 1: >33% logements sociaux, phase 2: >50% logements sociaux plus les sdf qui dort tranquils dans le parcs. Qui est exclu?

Signaler Répondre

avatar
immod le 18/01/2014 à 08:28

Ce quartier est bien triste, on a voulu faire un quartier élitiste, branché, jet set, comme si nous étions au bord de la méditerranée ou de l'Atlantique. Même à Barcelone ou Miami, en front de mer il y des restaurants plus populaires qu'à la confluence. Par ailleurs quant je vois cette pseudo jet set de terroir lyonnaise plus snob qu'un dandys londonien, je rigole. On a voulu reproduire ce qui se fait dans les grandes villes internationales et touristiques, mais Lyon est une ville de 500.000 habitants et attire un tourisme familiale ou de séjours très court. Alors oui je penses que les appartements vont se vendre aussi cher qu'à Miami ou Barcelone a des lyonnais à qui l'on vas promettre de vivre en bord de Saône comme on vit en bord de mer. Je penses que ce quartier va très mal vieillir, de part son architecture faite exclusivement d'immeubles en enfilade sur plusieurs kilomètres et de surcroît très rapprochés les uns des autres, cela ressemble étrangement aux nouvelles villes fantômes espagnol, sans âmes. Je comprend ceux aussi qui ont acheté très cher leur appartement et qui ont tout intérêt à voir le quartier se développer, car à défaut de plus value, maintenir la valeur de leur bien.

Signaler Répondre

avatar
Cumulus Plancus le 17/01/2014 à 19:48

Un peu d'intelligence dans les annonces socialistes de campagne ne nuirait pas.

Signaler Répondre

avatar
Haussman le 17/01/2014 à 16:33

Au delà de l'aspect esthétique très subjectif effectivement, les construction de confluence vieillissent mal. Notamment les immeubles de bureaux. De fait les coûts d'entretien sont prohibitifs. Idem pour l'Hôtel de région. Le risque ? UN quartier qui se dégrade vite et qui n'attire plus.

Signaler Répondre

avatar
Man le 17/01/2014 à 11:20
aaa a écrit le 17/01/2014 à 07h37

ce quartier, en dehors d'un phénomène de mode, c'est raté triste.C'est moche

T'as l'air de savoir bien mieux que tout le monde ce qui est moche et ce qui ne l'est pas, n'est-ce pas ?

Signaler Répondre

avatar
aaa le 17/01/2014 à 07:37

ce quartier, en dehors d'un phénomène de mode, c'est raté triste.C'est moche

Signaler Répondre

avatar
UnHeureuxHabitantDeConfluence le 17/01/2014 à 00:10
Philippe a écrit le 16/01/2014 à 18h44

Horrible quartier sans âme !!
Très peu pour moi !!

Super, on est ravi de le savoir! Eh ben reste chez toi.

Signaler Répondre

avatar
Philippe le 16/01/2014 à 18:44

Horrible quartier sans âme !!
Très peu pour moi !!

Signaler Répondre

avatar
HOURRA le 16/01/2014 à 18:13

Encore des bâtiments hyper cher pour bobo fricés.Avant, on construisait pour Monsieur ou Madame Tout le monde, maintenant plus c'est cher meilleur c'est.

Signaler Répondre

avatar
JANUS200 le 16/01/2014 à 18:08

Un petit rappel pour l'ingénieur Antoine-Michel Perrache et sa sœur Anne-Marie au 18° siècle.Sans eux aucun projets sérieux n'aurait pu être construit. Restons humble face à leur préscience !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.