Le prolongement du T1 et le pont Raymond Barre inaugurés en grande pompe ce mercredi

Le prolongement du T1 et le pont Raymond Barre inaugurés en grande pompe ce mercredi
Le pont Raymond Barre a été inauguré en même temps que le prolongement du T1 -LyonMag

Gérard Collomb a inauguré ce mercredi le prolongement du tramway T1 jusqu'à Debourg en présence de très nombreux élus, gradés et journalistes.

Parmi eux Danielle Chuzeville, présidente du Conseil Général, Bernard Rivalta, président du Sytral ou encore Denis Broliquier, maire du 2e et Michel Havard, candidat UMP aux prochaines municipales. Le premier tramway s'est élancé à 10h50 de l'Hôtel de Région pour rejoindre Debourg, croisant au passage les salariés de SITL manifestant sur le Cours Charlemagne, entourés des forces de l'ordre. Pour l'occasion, la rame argentée des TCL avait été mise en service et devait ensuite stationner sur le pont Raymond-Barre jusqu'à l'ouverture au public à 14h.

Au terminus, Bernard Rivalta a pris la parole, évoquant "d'autres perspectives et une nouvelle place pour le quartier de Gerland". Il a également laissé entendre que la ligne T1 avait vocation a être de nouveau prolongée, jusqu'aux hôpitaux Est dans un premier temps. Pour lui, "la création de voies circulaires permet de décongestionner le centre de Lyon et les grandes lignes comme le C3". Gérard Collomb a quant a lui assuré que ce prolongement allait "changer la vie des gens des deux quartiers" rappelant au passage que, depuis le mois de juin, "le centre commercial de Confluence a connu une hausse de fréquentation de 10%".

Sur le trajet retour, Gérard Collomb a officiellement inauguré le pont Raymond Barre. Une lettre des enfants de l'ancien maire de Lyon a été lue et une plaque dévoilée. Absents pour raisons familiales, ils y décrivent l'ouvrage comme parfaitement représentatif du "monde ouvert" cher à leur père.

X
24 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
péage amende etc le 28/02/2014 à 17:19

les petits fours on ne les goute pas souvent

Signaler Répondre

avatar
Oplus don universe le 28/02/2014 à 16:45

Gerland a assez changé de look stop aux ravalements de façade

Signaler Répondre

avatar
yogout le 21/02/2014 à 11:43
RB a écrit le 19/02/2014 à 16h08

Des loosers qui prennent leurs électeurs pour des imbéciles depuis des décennies !

Faut dire que ces derniers continuent de voter pour eux, malgré leurs incompétences, dossiers pourris et mauvaise gestion de l'argent public !

on va dire plutôt des retraités, parceque vieux c'est pas aimable.Mais enfin, on aurait pu leur dire de sourire à ces retraités, car ils n'ont pas l'air content d'être là !

Signaler Répondre

avatar
voilà où onj en est le 20/02/2014 à 22:33

Gestion des communes : les reproches de la Cour des comptes

Alain Mathieu poursuit son analyse du rapport de la Cour des comptes, en se penchant plus précisément sur la partie relative aux finances locales. Clarté des comptes, dépenses de personnel, intercommunalité... Profitez des prochaines élections pour interroger vos élus sur l'emploi qu'ils font de l'argent public !

Alain Mathieu est président d’honneur de Contribuables Associés.

En 2013, la Cour des comptes a donné dans deux rapports des recommandations sur la gestion financière des collectivités territoriales, estimant en effet que «le freinage de l’évolution des dépenses locales, notamment salariales, est nécessaire».

En effet : depuis 30 ans les dépenses de fonctionnement des collectivités progressent de 1,4 % de plus par an que la hausse des prix !
Quels sont les reproches principaux de la Cour à l’égard des communes ?

A la veille des élections municipales, cette information pourra intéresser les électeurs. Ceux-ci peuvent bien entendu consulter l’Argus des communes publié par Contribuables associés. Mais les remarques de la Cour leur permettront aussi de poser aux élus sortants quelques questions pertinentes.

Le premier reproche de la Cour porte sur le manque de clarté des comptes.

«Les annexes aux documents budgétaires ne sont pas toujours correctement établies (…) et sont peu lisibles (….) La connaissance par les collectivités de leur patrimoine apparaît, le plus souvent, comme lacunaire (…), les effectifs employés pendant une année ne sont connus que deux ans et demi après la fin de l’année».

La Cour des comptes demande donc la «certification des comptes des grandes collectivités et des établissements publics de coopération intercommunale les plus importants». La Cour a pour mission de s’assurer de la fiabilité de tous les comptes. Il est donc étonnant qu’elle ne demande pas la certification annuelle des comptes de tous les organismes publics. En attendant ces certifications, les électeurs peuvent dès maintenant demander à leurs élus le détail du patrimoine de leurs communes, des cautions qu’elles ont accordées, de leurs effectifs, etc.
A propos des dépenses de personnel

Celles-ci représentent plus de la moitié des dépenses de fonctionnement des communes ! La Cour signale que «les avancements d’échelon se font systématiquement à l’ancienneté minimale (sans prendre en compte la valeur professionnelle des agents, comme l’esprit de la loi le prévoit) (…), les collectivités choisissent fréquemment d’ouvrir les promotions à l’ensemble des agents susceptibles d’être promus».

Les primes sont souvent illégales, les heures supplémentaires abusives et même fictives, la durée annuelle inférieure à la durée réglementaire de 1607 heures («une remise en ordre s’impose en ce domaine»). La Cour constate « la multiplication des congés supplémentaires et des autorisations d’absence. A Béziers, une demi-journée de repos est accordée chaque semaine à tous les agents, y compris les cadres». Voilà des questions à poser aux élus. Il serait aussi souhaitable de comparer leurs dépenses de personnel à celles de communes de même importance. Trop souvent les effectifs s’accroissent d’abord dans le but d’augmenter le nombre d’électeurs favorables au maire.
Sur les intercommunalités

Les intercommunalités avaient été créées pour que plusieurs communes mettent en commun des services ou installations dont la gestion par une seule commune ne pouvait pas être efficace : transports en commun, ramassage des ordures, station d’épuration, zone d’activité, piscine, etc. La Cour demande que cette mise en commun soit réelle, et notamment «un transfert de plein droit à l’établissement public de coopération intercommunale des agents communaux appartenant aux services concernés par un transfert de compétences».

D’après Didier Migaud, qui préside la Cour, «la rationalisation du patrimoine immobilier et des interventions économiques (subventions aux entreprises), la professionnalisation des achats courants, mais aussi la réduction de postes de dépenses tels que la publicité et les relations publiques», ou celle des «déplacements et réceptions», permettraient de substantielles économies. Il aurait aussi pu mentionner les subventions aux associations.

En matière d’investissements, la Cour recommande d’éviter les cofinancements et, avant de décider d’un gros investissement, suggère d’étudier ses frais ultérieurs de fonctionnement.
«Le besoin de clarification des compétences (…) est une condition essentielle de l’assainissement des finances publiques de la France» écrit la Cour. Mais elle ne fait malheureusement aucune proposition dans ce domaine.

Enfin elle propose de répartir 10 % de la dotation d’intercommunalité versée par l’Etat en fonction d’un « coefficient intercommunal de mutualisation ». Cette proposition, qui va dans le bon sens, pourrait être moins modeste : que la principale dotation de l’Etat aux collectivités territoriales, la DGF (dotation globale de fonctionnement), soit directement liée aux dépenses par habitant de chaque collectivité, la DGF étant réduite pour les plus dépensières. Une proposition de loi déposée par le député Hervé Mariton a proposé un mode de calcul à ce sujet.
Si cette proposition de loi était votée, le « nécessaire freinage des dépenses locales » demandé par la Cour serait assuré. Les électeurs n’auraient plus autant besoin de mettre en cause le laxisme trop fréquent de leurs élus, dénoncé à juste titre par la Cour des comptes.

Signaler Répondre

avatar
Paradoxe le 20/02/2014 à 22:30

Poser devant un tram pour vendre un métro.

Paradoxe.

Signaler Répondre

avatar
tutut le 20/02/2014 à 21:25
Mico a écrit le 20/02/2014 à 16h21

C'est quoi toutes ces critiques ? Vous n'êtes que des haineux et des gros nuls !!

le Monsieur du milieu avec son écharpe rouge, ça sent l'imitation de Miitterand

Signaler Répondre

avatar
Mico le 20/02/2014 à 16:21

C'est quoi toutes ces critiques ? Vous n'êtes que des haineux et des gros nuls !!

Signaler Répondre

avatar
CONSEIL le 20/02/2014 à 07:30

vous devriez faire attention avec les personnes âgées, les mettre en plein soleil pour faire une photo, c'est pas terrible.

Signaler Répondre

avatar
Auron le 19/02/2014 à 23:50

10% d'augmentation pour le centre commercial Confluence? c'est sur qu'en partant de quasiment rien, le pourcentage monte vite, mais le CC est toujours aussi vide. Normal, y'a rie: n ? voir

Signaler Répondre

avatar
roule le 19/02/2014 à 22:12
RB a écrit le 19/02/2014 à 16h08

Des loosers qui prennent leurs électeurs pour des imbéciles depuis des décennies !

Faut dire que ces derniers continuent de voter pour eux, malgré leurs incompétences, dossiers pourris et mauvaise gestion de l'argent public !

c'est vrai ça fait très photo de retraités en promenade !!!

Signaler Répondre

avatar
Guichard le 19/02/2014 à 21:43

Bravo pour cette belle réalisation et tant pis pour les pros de la critique jamais contents

Signaler Répondre

avatar
ANSELMO le 19/02/2014 à 19:48

C'est tout simplement TRAMATIQUE!!!!
Une grosse boulette de plus . Merci Gerard .

Signaler Répondre

avatar
ryu le 19/02/2014 à 19:39

C'est bien avec des vigiles à l'entrée et à la sortie du Pont .impossible de passer
C'est nul et très stalinien

Signaler Répondre

avatar
Cumulus Plancus le 19/02/2014 à 18:09

Toute ressemblance avec une Nième opération de prise des lyonnais pour des imbéciles signée Collomb-Rivalta ne serait que la continuité de 13 ans d'enfumage.

Signaler Répondre

avatar
crisse le 19/02/2014 à 16:48

Je suis heureux de trouver AM Comparini sur la photo, toujours fidèle à Raymond Barre.

Signaler Répondre

avatar
RB le 19/02/2014 à 16:08
MAX a écrit le 19/02/2014 à 15h57

C'est qui tous ces vieux sur la photo?

Des loosers qui prennent leurs électeurs pour des imbéciles depuis des décennies !

Faut dire que ces derniers continuent de voter pour eux, malgré leurs incompétences, dossiers pourris et mauvaise gestion de l'argent public !

Signaler Répondre

avatar
MAX le 19/02/2014 à 15:57

C'est qui tous ces vieux sur la photo?

Signaler Répondre

avatar
RB le 19/02/2014 à 15:32

Donc les socialistes et leurs amis ump, pensent sérieusement que des électeurs vont voter pour eux ?

Alors qu'une nouvelle fois ils font la démonstration, du peu de considération qu'ils ont de l'argent public en faisant du barnum électoralistes autour de "trucs", qui en temps normal auraient beaucoup moins d'écho...

Allez-y braves gens continuez de voter pour ces gens-là, ils vous le rendent tellement bien...mdr

Signaler Répondre

avatar
sauveur de la france le 19/02/2014 à 14:47

Broliquier s'en fou il ai sur deux tableau si havard ne gagne pas il restera maire du 2 eme si havard gagne il aura une place comme adjoin au maire , pas con le broliquier

Signaler Répondre

avatar
sauveur de la france le 19/02/2014 à 14:32

Cet photo on se croie dans la chance au chanson .mdrrrr

Signaler Répondre

avatar
gégériatrie le 19/02/2014 à 13:52

Que trament-ils encore ces séniors dépassés ?

Signaler Répondre

avatar
stimes le 19/02/2014 à 13:47
Paul Hautpôt a écrit le 19/02/2014 à 13h30

L'ambiance de la photo c'est maison de retraite pour tous, avec ticket de tram offert.

Pour une foi qu'il y a de la couleur sur la photo, du rouge, du jaune et du bleu dans le ciel.

Signaler Répondre

avatar
Un cycliste de Lyon le 19/02/2014 à 13:34

La piste pour les modes doux est un vrai plus sur le pont Raymond Barre .
Mais Vivement 2020 pour le pont Gerland Oullins pour mode doux car le pont de la mulatière en vélo, c'est l'horreur:ç'est irrespirable et on ne peut pas passer à 2 vélos.

Signaler Répondre

avatar
Paul Hautpôt le 19/02/2014 à 13:30

L'ambiance de la photo c'est maison de retraite pour tous, avec ticket de tram offert.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.