Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag

Démission du gouvernement Ayrault : quel avenir pour Vallaud-Belkacem, Collomb pressenti ?

LyonMag

Ce lundi soir, en réponse à la gifle infligée à la gauche lors du second tour des élections municipales, Jean-Marc Ayrault a présenté au président de la République sa démission et celle de son gouvernement.

A 20h, François Hollande s’exprimera, et face aux Français, il devrait annoncer la nomination de Manuel Valls comme premier Ministre.
Se pose pour nos ministrables lyonnais la question de leur influence auprès du futur patron du gouvernement.

Najat Vallaud-Belkacem ne devrait pas repartir au ministère des Droits des Femmes où elle a mené la majorité des réformes qu’elle envisageait. Selon nos informations, elle lorgnerait sur un poste en lien avec l’éducation et la jeunesse. Un poste à la Marie-George Buffet (Jeunesse et Sports) lui conviendrait finalement à merveille, elle pourrait alors envisager d’être reconduite comme porte-parole du gouvernement socialiste. Récemment venus ensemble dans le Rhône pour soutenir des candidats aux municipales, NVB et Valls s'apprécient. Problème : Ségolène Royal, l'ancienne mentor de Vallaud-Belkacem, lorgne sur le même poste.

A Lyon, le nom de Gérard Collomb est revenu avec insistance, au lendemain de sa nouvelle victoire aux municipales. De plus en plus indispensable aux Lyonnais si l’on en croit les résultats depuis 2001, le baron appelle au remaniement depuis ce matin. Mais a prévenu qu’il ne lâchera jamais sa ville pour avoir des responsabilités à Paris : "Je crois que François Hollande s'est privé de talents le jour où il a dit "On ne pourra jamais cumuler un ministère et puis la gestion d'une grande ville", expliquait-il à France Inter. De plus, les relations entre Valls et le premier magistrat lyonnais sont floues. Gérard Collomb n'avait pas, il y a quelques années, beaucoup de considération pour celui qui est devenu ce lundi le nouveau patron du gouvernement.
Mais en cas de perte du Grand Lyon, Collomb aura du temps libre. Et en tant que boulimique de travail, ses proches l’imaginent mal n’être "que" maire de Lyon.

Enfin, Pierre-Alain Muet, le député socialiste du Rhône, économiste reconnu, a-t-il toujours la côte à Paris ? Son nom était avancé lors de l’affaire Cahuzac pour reprendre le Budget. Mais depuis, plus rien.

Mise à jour à 20h15 :
Sur Facebook, Najat Vallaud-Belkacem vient de remercier son ancien premier Ministre : "Ce fut un honneur de travailler sous l’autorité de Jean-Marc Ayrault : il a toute mon admiration et mon amitié."
Quelques minutes auparavant, François Hollande venait d'officialiser le départ d'Ayrault, remplacé par Manuel Valls autour d'une "équipe resserrée, cohérente et soudée : un gouvernement de combat". Les membres du nouveau gouvernement seront connus ce mardi.



Tags : Najat Vallaud-Belkacem | collomb | muet |

Commentaires 33

Déposé le 04/04/2014 à 14h58  
Par CQFD Citer

Dehors le PS !!! a écrit le 04/04/2014 à 12h57

Tout seul ? Vous devez être autiste pour n´avoir pas saisi qu´il y a des millions de francais qui ne veulent plus voir Hollande et sa bande de nuisibles...

Et d'autres millions qui ne veulent pas de la droite et de ses magouilles pour contribuables fortunés.

Déposé le 04/04/2014 à 12h57  
Par Dehors le PS !!! Citer

pas d'accord a écrit le 04/04/2014 à 12h21

On veut ... on veut..... encore un blaireaux de droite qui se croit tout seul!

Tout seul ? Vous devez être autiste pour n´avoir pas saisi qu´il y a des millions de francais qui ne veulent plus voir Hollande et sa bande de nuisibles...

Déposé le 04/04/2014 à 12h21  
Par pas d'accord Citer

Dehors le PS !!! a écrit le 04/04/2014 à 12h00

Vivement qu´ils se prennent une 2è grosse claque aux Européennes.
Ils n´ont pas compris qu´on veut du changement, pas un remaniement !

On veut ... on veut..... encore un blaireaux de droite qui se croit tout seul!

Déposé le 04/04/2014 à 12h00  
Par Dehors le PS !!! Citer

Vivement qu´ils se prennent une 2è grosse claque aux Européennes.
Ils n´ont pas compris qu´on veut du changement, pas un remaniement !

Déposé le 04/04/2014 à 07h27  
Par Jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

Hervé, les parents de Manuel Valls se sont installés à Paris à la fin des années 50. C'est à la faveur de vacances d'été qu'ils passaient dans la famille que le petit Valls... est né à Barcelone (sa soeur est née à Paris par exemple).
Il ne fuyaient donc pas la fin du franquisme comme vous l'écrivez. Le Franco était encore bien vivant, et il a bougé jusqu'en 1975...
Tout simplement, comme bien d'autres depuis que le monde est monde, ils avaient franchi la montagne pour trouver de meilleures conditions de vie ailleurs.
Attaquer Valls sur ses choix et son positionnement, pas de souci, mais si vous n'avez que cela comme argument pour le déstabiliser...

Déposé le 03/04/2014 à 18h34  
Par alias Citer

La claque des Municipales aurait dû faire comprendre à Hollande que le pays ne voulait plus de lui.
Une dissolution de l'Assemblée nationale (faute d'une démission dont il n'a pas assez de classe pour la proposer) eut été la réponse la plus adaptée à ce résultat.

Or, il a choisi:
1- de rester à son poste,
2- de se choisir un 1er ministre en trompe-l’œil pour continuer son racket politique fiscal/économique/salarial insupportable, et prendre les coups à sa place.
3- de conserver la plus part des ministres déjà présents dans le gouvernement Hayrault (sauf deux nouveaux) dont Belkacem l'enflure nationale, la honte de l’État français!!!!

Moyennant quoi, que doivent penser les Français?

La leçon tirée du résultat des élections municipales par Hollande est:
1- Qu'il est assez crédible et puissant pour avoir le droit de rester.
2- Qu'il peut donner un satisfecit à ses ministres en les conservant à de nouveaux postes ministériels avec des attributions et pouvoirs accrus.
(C'est ainsi que les électeurs des municipale ont pu voir dès hier au soir Belkacem se pavaner au Stade de France -sa nouvelle fonction le justifiant-. C'est incroyable qu'elle ait osé faire ça!! Elle n'a aucune pudeur!)

La chute des Régimes n'est jamais arrivée dans l'Histoire de France, ni ailleurs du reste, par hasard. Un monarque, un président, un dictateur se fait destituer,
jeter,
exécuter,
quand il montre son mépris des messages que son peuple lui a adressés.

Hollande et sa clique, vont mal finir.
Ils auront été averti.

Déposé le 03/04/2014 à 16h59  
Par Hervé Citer

Jean-Marc CHAFFRINGEON a écrit le 03/04/2014 à 07h50

Hervé, soyons précis.
Vous laissez donc entendre que Manuel Valls a fui la république espagnole.
L'espagne a connu deux régimes républicains: de 1873 à 1874 et de 1931 à 1939.
Manuel Valls fait jeune pour son âge...

Effectivement soyons précis.
Ils ont fui la fin du franquisme.

Déposé le 03/04/2014 à 07h50  
Par Jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

Hervé, soyons précis.
Vous laissez donc entendre que Manuel Valls a fui la république espagnole.
L'espagne a connu deux régimes républicains: de 1873 à 1874 et de 1931 à 1939.
Manuel Valls fait jeune pour son âge...

Déposé le 02/04/2014 à 19h34  
Par Hervé Citer

Jean-Marc CHAFFRINGEON a écrit le 02/04/2014 à 14h39

A Hervé.
Je ne me prononçais pas sur la nationalité de Valls, vous le savez bien (relisez ce que vous avez écrit), mais sur les responsabilités que vous lui faîtes porter au sujet de l'engagement passé de son père ou de son grand-père...

Les engagements passés de son père et grand-père dites-vous ?
J'ai parlé de la "famille Valls" pas de la "famille de Manuel Valls".
Du coup, cela n'exclut pas notre Premier Ministre.
CQFD

Déposé le 02/04/2014 à 14h39  
Par Jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

A Hervé.
Je ne me prononçais pas sur la nationalité de Valls, vous le savez bien (relisez ce que vous avez écrit), mais sur les responsabilités que vous lui faîtes porter au sujet de l'engagement passé de son père ou de son grand-père...

Déposé le 02/04/2014 à 09h27  
Par Hervé Citer

jean-Marc CHAFFRINGEON a écrit le 01/04/2014 à 17h32

A Hervé.
J'espère que vous faites semblant de ne pas comprendre.
Si Valls échoue, il faudra le lui reprocher bien sûr. En politique, c'est l'esprit de responsabilité qui doit primer et le pardon n'a pas sa place.
Rien à voir avec la Bible donc.
Simplement, on ne juge pas une personne sur des caractéristiques dont elle n'a aucune maîtrise...
Avec votre raisonnement, on pourrait persécuter des personnes en raison de leur physique ou de leur origine...
Mesurez-vous la portée de vos propos?

N'est-ce donc pas lui Manuel Valls qui a demandé la nationalité française tout en conservant sa nationalité espagnole ?
Manuel Valls n'a donc aucune maîtrise sur sa double nationalité vous prétendez.
Votre amour du Caudillo français vous aveugle au point de développer des inepties.

Déposé le 01/04/2014 à 22h01   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par monsieurX Citer

encore et toujours la politique nous dois !

Déposé le 01/04/2014 à 20h27  
Par Ducce Citer

On se serait volontiers passé du talent de Collomb, à Décines, on avait connu Pradel, le bétonneur, on a Collomb. Que les lyonnais gardent Collomb, mais nous ne l'imposent pas à Décines où il n'a rien à "foot" . Il ne lui manque que les moustaches, méfiez-vous,le Furher aussi avait été élu, il levait aussi beaucoup les bras en parlant

Déposé le 01/04/2014 à 19h11  
Par ventral Citer

Elle devrait dégager . Elle est trop nulle !

Déposé le 01/04/2014 à 17h32  
Par jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

A Hervé.
J'espère que vous faites semblant de ne pas comprendre.
Si Valls échoue, il faudra le lui reprocher bien sûr. En politique, c'est l'esprit de responsabilité qui doit primer et le pardon n'a pas sa place.
Rien à voir avec la Bible donc.
Simplement, on ne juge pas une personne sur des caractéristiques dont elle n'a aucune maîtrise...
Avec votre raisonnement, on pourrait persécuter des personnes en raison de leur physique ou de leur origine...
Mesurez-vous la portée de vos propos?

Déposé le 01/04/2014 à 16h07  
Par Hervé Citer

Jean-Marc CHAFFRINGEON a écrit le 01/04/2014 à 12h02

Comment reconnaître un républicain?
Assez simplement me semble-t-il.
Est républicain celui qui considère que l'on ne doit pas juger un homme sur ce qu'il est mais sur ce qu'il fait.
Parce qu'on ne choisit pas d'être homme ou femme, petit ou grand, noir ou blanc, hétérosexuel ou homosexuel, etc. on ne choisit pas sa famille non plus (pour Hervé et Kestion)...
Les choses vues ainsi, il y a encore du travail...
Alors, Vive la République!

Votre définition du républicanisme, c'est la Bible.
Remarquez c'est pratique, comme cela on pourra pardonner à Valls son échec, son totalitarisme et sa médiocrité intellectuelle.
Amen

Déposé le 01/04/2014 à 15h55  
Par Aniston Citer

Si Vallaud Belkacem reste au gouvernement, c'est tout va encore mal et que Hollande ne fait que rassembler les marionnettes autour de lui !!!

Déposé le 01/04/2014 à 14h37  
Par Calimero Citer

Attention à Vallsito !
Bye bye Najat, tu n´as jamais servi à rien. Sans regrets !

Déposé le 01/04/2014 à 12h02  
Par Jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

Comment reconnaître un républicain?
Assez simplement me semble-t-il.
Est républicain celui qui considère que l'on ne doit pas juger un homme sur ce qu'il est mais sur ce qu'il fait.
Parce qu'on ne choisit pas d'être homme ou femme, petit ou grand, noir ou blanc, hétérosexuel ou homosexuel, etc. on ne choisit pas sa famille non plus (pour Hervé et Kestion)...
Les choses vues ainsi, il y a encore du travail...
Alors, Vive la République!

Déposé le 01/04/2014 à 11h25  
Par Hervé Citer

Kestion a écrit le 31/03/2014 à 21h24

La famille Valls a fuit la République espagnole, pourquoi ?

Il est vrai que la majorité des espagnols ont fuit le franquisme et son économie moribonde quand la famille Valls a fuit elle la fin du franquisme.
La réponse est donc dans la question.

Déposé le 01/04/2014 à 10h35  
Par Buble Citer

Si Vallaud Belkacem reste au gouvernement c'est que Hollande n'a tiré aucune leçon pertinente du résultat des Municipales.
Abstentionnistes volontaires et électeurs de droite qui se sont mobilisés, l'ont essentiellement fait non pas contre une politique, mais contre des personnalités insupportables, parmi lesquelles Belkacem est en première place.
Son style arrogant et donneur de leçons, sa rhétorique sectaire et son idéologique communautariste, en font fait l'archétype de ce qu'a appris à détester jour après la population.
Le traitement des opposants au "mariage pour tous" en reste le meilleur symbole, de même que les tentatives d'infiltration des écoles par les thèses de la théorie du genre font la preuve des techniques de contamination insidieuse de la société, au niveau de ses centres les plus vulnérables.
Reconduite au sein du nouveau gouvernement, l'idéolâtre de la cause sexiste féministe poursuivra son œuvre de dilacération du tissus national et continuera de remplir sa fonction de cancer politique à l'intérieur du nouvel exécutif.
C'est la première erreur de Valls.

Déposé le 01/04/2014 à 08h11  
Par Jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

Valls, c'est à la fois le réalisme économique et l'autorité de la loi pour mieux défendre la justice sociale!
Jusqu'à présent, on avait parfois l'un mais pas l'autre, et on n'arrivait jamais à rien. Cette fois-ci,il y a une petite chance!
Et puis l'adjectif "petit" revient souvent pour Valls. On s'en fout!
Tavernier, une tournée!
Vive la république!

Déposé le 31/03/2014 à 21h34  
Par Surtout pas !!! Citer

Jean-Marc CHAFFRINGEON a écrit le 31/03/2014 à 21h00

Au début des années 2000, Valls s'est singularisé en défendant la laïcité bafouée, en 2009 j'ai rejoint son club pour le soutenir...
Hollande remonte dans mon estime.
Ce soir, Champagne!

Un petit CAPORAL à la tête de la France. Monsieur hollande n'a pas peur.
Vivement 2017 car franchement pour moi il a baisser dans mon estime.
Mais champagne quand même. Juste pour fêter la vague anti PS du WK.
Bon verre pour vous .....

Déposé le 31/03/2014 à 21h24  
Par Kestion Citer

La famille Valls a fuit la République espagnole, pourquoi ?

Déposé le 31/03/2014 à 21h20  
Par des casseroles pour tous Citer

Jean-Marc CHAFFRINGEON a écrit le 31/03/2014 à 21h00

Au début des années 2000, Valls s'est singularisé en défendant la laïcité bafouée, en 2009 j'ai rejoint son club pour le soutenir...
Hollande remonte dans mon estime.
Ce soir, Champagne!

prends la curiosité de lire le message qui suit le tien, tu y trouveras plein de choses douteuses sur ton pote VALLS qui te fait dire : champagne

moi je dirais plutôt casseroles

Déposé le 31/03/2014 à 21h00  
Par Jean-Marc CHAFFRINGEON Citer

Au début des années 2000, Valls s'est singularisé en défendant la laïcité bafouée, en 2009 j'ai rejoint son club pour le soutenir...
Hollande remonte dans mon estime.
Ce soir, Champagne!

Déposé le 31/03/2014 à 20h51  
Par des casseroles pour tous Citer

Déposé le 31/03/2014 à 20h42  
Par edwy Citer

roudoudou a écrit le 31/03/2014 à 19h40

En janvier dernier, Médiaprt a sorti une affaire sur le possible premier ministre...

Ce dernier serait présumé impliqué dans une affaire de conflits d'intérêts...

A lire et partager:

http://www.atlantico.fr/pepites/evry-manuel-valls-accuse-conflit-interets-mediapart-951689.html

une affaire ? pas qu'une :
extrait de médiapart de ce jour :



POLITIQUE
Parti pris

Valls à Matignon: un triple contresens

31 mars 2014 | Par François Bonnet

La démocratie d'opinion contre la responsabilité politique: en nommant Manuel Valls premier ministre, François Hollande fait un choix contraire aux leçons des municipales. Là où une demande de gauche et de justice sociale s'est exprimée, le président brandit le discours d'ordre, de sécurité et de libéralisme: celui-là même qui a organisé la descente aux enfers de la gauche.

Partage

Favori
Recommander
Imprimer
Article en PDF

Offrir l'article

Parti pris
1
2
lecture sur une page
148 Commentaires

Vingt-quatre heures après une déroute électorale historique (plus de 150 villes perdues par le PS), François Hollande a donc pris acte de la sanction de ses deux premières années de présidence. Les rites de la Vè République sont immuables. Institutions obligent, le président a mécaniquement sacrifié son premier ministre fusible. Jean-Marc Ayrault, renvoyé de Matignon, portera seul la responsabilité de la défaite. Autre rituel : les seules enquêtes d’opinion auront décidé de l’identité du nouveau locataire de Matignon.
Manuel VallsManuel Valls © Reuters

Manuel Valls, 51 ans, accède enfin à ce poste de premier ministre tant espéré. Il retrouve un Matignon où il avait débuté il y a vingt-cinq ans comme conseiller technique de Michel Rocard... Il reste à en expliciter le choix et les conséquences politiques lourdes qu’il entraîne. Car à ce stade, la promotion du ministre de l’intérieur apparaît comme un exact contresens par rapport aux enseignements évidents de ces deux tours de municipales. Triomphe de la démocratie d'opinion, du storytelling et de l'habileté communicationnelle, cette nomination allègera peut être la pression subie par François Hollande. Mais ce choix et les débats qu’il va déclencher dans toute la gauche peuvent aussi offrir dans les mois qui viennent l’opportunité de vrais éclaircissements et d’une forte recomposition à gauche.

1. Sanctionné lui-aussi par l'électorat de gauche

Car, avant-dernier de la primaire socialiste de 2011, avec 5,63% des voix, peu populaire chez les militants socialistes, Manuel Valls est également l’un des grands sanctionnés de ces municipales. Et c'est le premier contresens de cette nomination. Celui que l’on a présenté durant des années comme l’homme fort du département de l’Essonne a été ces deux dimanches électoraux le recordman de l’abstention. En troisième position sur la liste socialiste d’Evry, préfecture du département, Manuel Valls n’aura en rien convaincu ni mobilisé l'électorat de la gauche. L’abstention au premier tour à Evry a été de 61% ; au deuxième tour, elle est de 59%. Et son successeur, Francis Chouat l’emporte avec 50,55% des voix.

De cette ville nouvelle et populaire, dont il a été maire de 2001 à 2012, Manuel Valls n’aura en rien fait un laboratoire, ni en termes de démocratie locale et d'innovation citoyenne, pas plus en termes de développement économique. En revanche, dans ce département englouti dans les affaires locales, où clientélisme et marchés publics suspects prospèrent, le nouveau premier ministre s’est retrouvé accroché dans plusieurs dossiers (retrouvez ici, là ou encore ici nos différents articles).

Outre une abstention historique, ce scrutin municipal a été sans surprise marqué par un nouveau décrochage des quartiers populaires, de nouveau installés durablement aux marges de la vie républicaine. A la demande sociale, de justice et de lutte contre les inégalités qui s'est massivement exprimée lors de ces municipales, François Hollande répond par un message d'ordre et d'autorité que Manuel Valls a tant tenu à incarner depuis le ministère de l'intérieur. C'est le deuxième contresens de cette nomination.

2. Incapable d'endiguer la montée du Front national

Il n'a échappé à aucun électeur que le «Vallsisme», cocktail de discours sécuritaire et de stigmatisation des populations étrangères, mélange d'activisme et d'immobilisme réformateur, n'aura en rien endigué depuis deux ans la montée en puissance du Front national. Le FN vient d'emporter une douzaine de villes, dont une – contre les socialistes – dès le premier tour; il compte plus de 1.200 conseillers municipaux, un résultat sans précédent.
Valls à MarseilleValls à Marseille © Reuters

Depuis la place Beauvau, Manuel Valls n'aura servi à rien dans l'indispensable lutte contre l'extrême-droite. En procédant à des expulsions massives de Roms, en multipliant les déplacements spectacles à Marseille sur la sécurité, en mettant en scène un duel personnel contre Dieudonné au mépris des libertés publiques, en faisant la réclame d'une laïcité étriquée devenue machine à exclure, Valls n'aura cessé d'arpenter les chemins ouverts par Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux. Pire, il a durablement placé au coeur même du débat public des thématiques légitimant l'agenda développé par le parti d'extrême droite.

3. Acteur du reniement des promesses électorales

Troisième contresens, le nouveau premier ministre n'aura cessé ces deux dernières années d'incarner les renoncements, voire les reniements des socialistes au pouvoir. D'abord en jetant au panier la promesse d'instaurer un dispositif de lutte contre les contrôles d'identité au faciès, par l'instauration de récépissé. Ensuite en renvoyant aux calendes grecques cette autre promesse emblématique: le droit de vote des étrangers aux élections locales. Enfin en se mettant en travers de toute nouvelle évolution de la loi sur la famille et en s'opposant à l'ouvertture de la PMA (procréation médicalem

Déposé le 31/03/2014 à 20h27  
Par Jeansais Citer

La présidence du Grand Lyon incertaine, celle de la Métropole qui s'éloigne alors ?
Une porte de sortie : un "maroquin" ferait l'affaire et clôturerait les bons et loyaux services de cet homme public qui a, qu'on le veuille ou non, réveillé Lyon, la belle endormie...

Déposé le 31/03/2014 à 20h06  
Par voireuil Citer

Ici Paris,
Les fachos parlent aux fachos.
Manuel est nommé
MAV H est le nouveau premier sinistre.

Longue vie aux boeufs!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.