Pôle des réformateurs : le réformisme de gauche à l'honneur ce mardi à Lyon

Pôle des réformateurs : le réformisme de gauche à l'honneur ce mardi à Lyon
LyonMag

Gérard Collomb profite décidément de cette rentrée pour marquer des points auprès de François Hollande.

Le président de la République, englué dans l'affaire des frondeurs et du nouveau gouvernement de Manuel Valls, a bien besoin de soutien. Cela tombe bien, ce mardi, Lyon accueille le Pôle des réformateurs.

Autour de Gérard Collomb, mais aussi de Jean-Marie Le Guen, (ex)secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement et du député Christophe Caresche (mais aussi de l'économiste Philippe Aghion, co-fondateur avec Collomb du think tank "Des idées d'avance"), une journée d'échange est organisée à l'hôtel Best Western Charlemagne à la Confluence. Deux tables rondes sont programmées : "Qu'est-ce-qu'une politique de l'offre ?" et "Peut-on réformer la France aujourd'hui ?".

"Il ne s'agit pas d'un courant, d'une sensibilité ou d'une écurie du Parti Socialiste, préviennent les organisateurs du Pôle qui veulent assumer "un soutien déterminé aux orientations politiques du Président de la République et du gouvernement mais aussi entendre alimenter son action par de nouvelles propositions de réforme".

Le Pôle des réformateurs à Lyon, nid de futurs ministres ?

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
glace999 le 26/08/2014 à 16:12

Quelle réformer a la France? Donner de l'argent sans contrepartie aux entreprises ? Est -on prêt à accepter une politique de assistanat au entreprises - ou leur PRETER à 0 % de l'argent.? Il faut leur prêter de quoi faire de la recherche dans leur domaine . PRETER à 0 % de l'argent. ou DONNER ce n'est pas la mème chose

Signaler Répondre

avatar
JCB le 26/08/2014 à 12:31

les 2 questions sont pertinentes car si on se réfère aux différents gouvernements de la 5 ème république on s’aperçoit que seule (à epsilon près) la politique de la demande a été et est toujours en application:le poids de la dette publique et sociale en est le baromètre.
Est -on prêt à accepter une politique de l'offre? Il faudra répondre positivement à la 2 ème question (peut 'on réformer la France?)...En tout cas de vrais questions de fond

Signaler Répondre

avatar
limousin le 26/08/2014 à 11:13

Après avoir passé de très longues vacances, exceptionnelles vacances, "il" revient à la une.
Mais pendant ses vacances, il a brillé (comme le mauvais soleil de cet été) par son absence, concernant :

- les violences hélas diverses et variées de juin et de juillet subies par les citoyens de la ville ;
- les événements hélas, divers et variés d'Irak, alors que ses collègues élus ont essayé de dire quelque chose (même maladroitement) ;
- la persistance de certaines incivilités (autres que celles citées plus haut, je précise) que le préfet de police ne daigne même pas réprimer ; s'il n'a pas la compétence pour le faire, Monsieur le Maire aurait pu au moins s'exprimer là dessus et demander que l'Etat agisse à bon escient.


Et Monsieur Collomb, tranquillement, comme si de rien n'était, nous explique qu'il représente un "courant" du parti socialiste avec lequel il faut compter en France ?

Qu'il commence par s'occuper de Lyon, sans absence prolongée, ce sera mieux. Il a été élu pour cela.

Signaler Répondre

avatar
glace999 le 26/08/2014 à 08:05

Les socialistes aujourd'hui n'ont rien à voir avec ceux qui ont fait de réels progrès pour l'ensemble de la population dans le passé. Le gouvernement et nos élus socialistesse proclament progressistes (avec la CFDT) : quel sont les progrès qu'ils ont réalisés pour l'ensemble de la population ? Est-ce que le progrès c'est supprimer les acquis sociaux ? Donner de l'argent sans contrepartie aux entreprises ? (aussi bien les grandes que les petites) Pourquoi ne pas laisser ces grandes entreprises se débrouiller pour une fois puisque qu'ils sont si prompts à distribuer leurs dividendes à leurs actionnaires au lieu d'investir dans la recherche et l'innovation (on a plein de jeunes hautement diplomés qui partent à l'étranger parce qu'on leur donne pas leur chance chez nous) ?

Et concernant les PME, il ne faut pas leur donner l'argent mais leur PRETER à 0 %. Il faut leur prêter de quoi faire de la recherche dans leur domaine car ce qu'il manque chez nous ce sont des produits de haute qualité car il est impossible que l'on rivalise avec les chinois.

Etre progressiste, c'est faire des progrès pour l'ensemble de la population française.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.