Crise à la CCI de Lyon : le préfet va recevoir l'ancien président Philippe Grillot

Crise à la CCI de Lyon : le préfet va recevoir l'ancien président Philippe Grillot
Philippe Grillot et Jean-François Carenco - Montage LyonMag

Que vont bien pouvoir se dire Jean-François Carenco et Philippe Grillot ce jeudi midi ?

Le préfet du Rhône a invité l'ancien président de la Chambre de commerce et d'industrie de Lyon à un déjeuner en préfecture, alors même que le tribunal administratif doit prochainement décider d'annuler ou non les élections à la CCI.

Auteur du recours qui a obtenu l'avis favorable du rapporteur public, Philippe Grillot sera en position de force à la préfecture. Et Jean-François Carenco, qui réclame depuis le début de cette affaire un minimum de violence - "L'essentiel (...) est que, trivialement, il n'y ait "pas trop de sang sur les murs". (...) La persistance d'un conflit serait détestable. Mais le trancher avec violence le serait tout autant", avait-il déclaré à Acteurs de l'Economie - devra à nouveau convaincre son invité de ne pas faire d'esclandre.

Interrogé par le Progrès ce mardi sur ce déjeuner, l'actuel président de la CCI Emmanuel Imberton, dont le siège pourrait se dérober, a annoncé : "Je ne commente pas les actions de ma tutelle qui est l'Etat". Ambiance...

X
3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Kestion le 25/11/2014 à 18:51

Mis à part interpeller des patriotes, quels sont les autres actions efficaces initiées par ce Préfet ?

Signaler Répondre

avatar
Brigitte le 25/11/2014 à 13:51

C'est tout de même incroyable que les plus hauts représentants du Rhône et de Lyon de l'époque, Carenco, Collomb et Touraine, aient pu agiter des certificats vétérinaires de tuberculose qui s'avéraient faux vu la formidable santé des deux éléphants qui ne se sont jamais aussi bien portés depuis qu'ils ont quitté le Parc.

Signaler Répondre

avatar
Fopaldire le 25/11/2014 à 10:29

Je n'ai pas connaissance d'un Préfet toujours en poste après autant de fautes graves mis à part le Préfet du Rhône.
Faux certificats vétérinaires, excès de vitesse, multiples décisions préfectorales retoquées par la justice, autorisations de manifestations antisémites, dénonciation mensongère de violence policière pendant les émeutes des supporters de l'Algérie, etc...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.