Marcel Proust, Gérard Collomb et la pizza

Marcel Proust, Gérard Collomb et la pizza
Romain Meltz - DR

Gérard Collomb - agrégé de Lettres - utilise comme boussole
politique dans son action, les plus grands textes de la littérature
française.

Des deux premiers tomes  de La Recherche du temps perdu : Gérard Collomb extrait deux chapitres :  "Noms de pays : le nom"  et  "Noms de pays : le pays" . De ces deux chapitres il a fait sa ligne de conduite concernant la liste PS pour les régionales de décembre 2015.
Le "Nom" puisque sa femme, Caroline Collomb, veut être sur la liste aux Régionales pour y être élue le 13 décembre 2015. Gérard Collomb peut-il permettre que sa femme ne soit pas élue ?
Le "Pays" ensuite, car pour le Président de la Métropole il n’est pas concevable que sur son territoire de 59 communes, la liste PS ne finisse pas en première position (si Wauquiez remporte la Région Rhône-Alpes-Auvergne grâce aux voix de Clermont Ferrand, Collomb s’en fichera éperdument).

Tout ça c’est pour la haute politique locale. Mais une liste pour des élections régionales ça n’est pas de la Haute Politique Locale. C’est une recette de cuisine. Comme fabriquer une pizza.

Il y a les 10 pizzaïolos de la commission, menés par David Kimelfeld premier fédéral. Des socialistes non candidats. Par exemple Loïc Chabrier (Villeurbanne), Damien Bertiller (Villeurbanne), Hélène Geoffroy (Vaulx en Velin),  Jean-Marie Girier (chef de cabinet de Collomb à la Métropole) ,etc etc. Mais comme dans toute recette, il y a surtout une liste longue comme un jour sans pain d’instructions à respecter pour que la pâte lève. Par exemple : penser à respecter l’équilibre entre les territoires. Lyon et Villeurbanne à eux deux pèsent la moitié des électeurs de la Métropole. Les candidats ne peuvent donc pas tous venir de Grigny ou de Sainte Foy. Deuxième règle: penser à respecter l’équilibre entre les motions du dernier Congrès (2012), et au sein de la motion majoritaire, les sensibilités. Mais penser aussi à prendre en compte (règle 2 bis) les résultats futurs du Congrès de Poitiers du 5 juin prochain. Et penser aussi à récompenser les sortants (règle 3).

Bref, le mercredi 13 mai, les pizzaïolos livrent leur pizza et tout le monde remarque immédiatement  la place de n°2 de Caroline Collomb. Mais qui remarque que Yann Crombecque n’est qu’en position 7 ? Tous ses amis de la motion B (la gauche du PS). Violation des règles 2 bis et 3 rappellent-ils ! Pour les Régionales de 2010 Yann Crombecque était en n°5.  Lui-même se serait bien vu en n°3, mais c’est Didier Vullierme que Jean-Paul Bret a désigné.  Alors que Crombecque n’a pas démérité depuis son élection. Entre autre, il pilote dans le brouillard de la crise économique, depuis 5 ans,  les Contrats Territoriaux Emploi Formation, dispositifs  qui cherchent à former les chômeurs au plus près des besoins du marché du travail. Il s’en suit une mobilisation générale à la gauche du PS pour soutenir le soldat Crombecque. Soutenue par Hélène Geoffroy qui rappelle devant le Conseil Fédéral que Jean-Jack Queyranne estime que les Conseillers Régionaux sortants (telle que Sarah Peillon en n°5) doivent être mieux traités.
Manœuvre que le clan des pizzaïolos  estime sans danger. Jean-Marie Girier, quelques heures avant le Conseil fédéral du 13 mai prend acte de la volonté des amis de Crombecque  de déposer une liste alternative, pour que les militants donnent leur avis le 28 mai prochain. De fait, plusieurs listes plus ou moins farfelues se concoctent en représailles, dont certaines où le nom de Collomb prénom Caroline a disparu. Mais ce sont des mouvements de mauvaise humeur, car personne à la gauche du parti ne remet en cause la légitimité politique de Caroline Collomb, elle qui militait déjà à l’UNEF dans les années 90… avec Yann Crombecque.

Mais ces listes ne serviront pas, car l’incroyable se prépare. Souvenez-vous. Mercredi 13 mai.  Il fait beau. C’est l’inauguration des Nuits Sonores. Peut-être le clan des pizzaïolos, plus proche des pouvoirs, a-t-il mis la main sur plus d’invitations au festival de musique électronique, et déserte le Conseil Fédéral, tandis que le clan Crombecque  a su mobiliser. On ne saura jamais. Ce qui ne devait être qu’une formalité pour la Fédération des pizzaïolos  est pourtant une défaite à l’issu d’un vote à bulletin secret. Par 41 voix contre 40 la liste est rejetée.
Le choc passé les tractations reprennent. Yann Crombecque récupère sa 5ème  place et quelques menus changement après la 15eme place sont opérés pour mieux coller à la règle n°1.

Le Conseil Fédéral peut se réunir à nouveau. Et tard dans soirée du mercredi 20 mai donner enfin raison à la liste à peine modifiée.
Bien sûr on pourrait penser que tout ça est une tempête dans un verre d’eau. Que pinailler pour une 5e place au lieu d’une 7e dans une liste qui va ensuite être charcutée mille fois avant le scrutin du 13 décembre 2015 est totalement absurde.  Jean-Jack Queyranne va faire entrer dans cette liste membres de la société civile. Peut-être même des personnalités des rangs écolo.  Peut-être même Farida Boudaoud. Alors, demandera-t-on, pourquoi faire deux Conseil fédéraux pour une pauvre liste ?

Ceux qui posent cette question ne comprennent rien ni à Marcel Proust ni à la nécessaire cuisine des pizzas.

Romain Meltz
@lemediapol

20 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
@lemediapol le 21/05/2015 à 21:36
romainblachier a écrit le 21/05/2015 à 12h13

"penser aussi à prendre en compte (règle 2 bis) les résultats futurs du Congrès de Poitiers du 5 juin" non ça pour le coup non ça n'a pas été fait

Pour Yann Crombecque et Caroline Collomb ce n'est pas tout à fait la même génération militante.

Je note pour la 2bis
Combien de différence entre les deux ?

Signaler Répondre

avatar
POLCHOMDU le 21/05/2015 à 14:22

C'est l'hopital qui se fout de la charité dites donc !

Signaler Répondre

avatar
moniteur64 le 21/05/2015 à 14:22

J'ai bien connu ce genre de personnes. Le pire, c'est que les promotions allaient à eux!
La boîte a fini par couler. J'étais déjà parti.

Signaler Répondre

avatar
Mazarine la cardinale le 21/05/2015 à 14:18

Aies toujours à l’esprit ces cinq préceptes : 1. Simule ; 2. Dissimule ; 3. Ne te fie à personne ; 4. Dis tu bien de tout le monde ; 5. Prévois avant d'agir.

Signaler Répondre

avatar
Conseil contre romain le 21/05/2015 à 14:18

Si, pour des raisons administratives ou politiques, vous n’avez pas le loisir de provoquer le licenciement de vos perturbateurs, il vous reste l’alternative de la placardisation.

Signaler Répondre

avatar
Mazarine le 21/05/2015 à 14:16

Tu dois avoir des informations sur tout le monde, ne confier tes propres secrets à personne, mais mettre toute ta persévérance à découvrir ceux des autres. Pour cela, espionne tout le monde, et de toutes les manières possibles

Signaler Répondre

avatar
aigles le 21/05/2015 à 14:15

Si tu veux voler avec les aigles, tu devras arrêter de nager avec les canards

Signaler Répondre

avatar
rap le 21/05/2015 à 14:13

Vous croyez que le rap ne parle que de belles voitures, de femmes légèrement vêtues et de violence ? Détrompez-vous. Il évoque avant tout la réussite.

Signaler Répondre

avatar
Reconnaître les bons symptômes le 21/05/2015 à 14:11

Votre chef vous semble nul ? Premier constat : facile à dire... « C’est une litanie qu’on entend souvent en formation », observe Yves Maire du Poset, directeur du cabinet Piloter ma carrière. Ce consultant spécialisé en ressources humaines et auteur du livre Toutes les clés du savoir-vivre en entreprise invite les intéressés à prendre un peu de recul. « On peut commencer par se demander s’il est objectivement si nul que cela, ou si l’on est juste mécontent de la charge travail qu’il nous donne, par exemple. » « La frontière est mince entre déléguer quelque chose à quelqu’un et se décharger de cette chose sur lui », distingue Sandi Mann, auteur du guide Managez votre boss en 7 jours.

Parmi les indices probants :

- vous devez faire une partie de son travail,

- vous travaillez plus que lui,

- il vous demande très souvent votre avis.

Signaler Répondre

avatar
gladisse le 21/05/2015 à 13:33

Comment entretenir une bonne ambiance au travail ?
Monter sur la table et faire l'hélicoptère, year !

Signaler Répondre

avatar
ha ha le 21/05/2015 à 13:32

90% des diplômés d’université de 2011 ont trouvé un 1er emploi deux ans et demi après la fin de leurs études... En quoi c'est une bonne chose, 2 ans et demi, avant d'avoir un revenu, 2 ans et demi sans couverture maladie, sans assurance et après on va dire que les jeunes sont des assistés, mdr...

Signaler Répondre

avatar
8 règles à connaître pour surfer tranquille au bureau le 21/05/2015 à 13:15

Ce qui paraît en revanche plus sûr c’est le temps passé par les salariés à surfer sur Internet. En se basant sur l’analyse des journaux de connexion au Web fournis par les serveurs proxy, Olfeo estime ainsi qu’un salarié a recours quotidiennement à Internet pendant 1h53 par jour, dont 50 minutes sont consacrées à du surf personnel. C'est tout de même 13 minutes de moins par jour qu'en 2013, même si pour résumer, un salarié glande encore 25 jours par an au bureau…

Signaler Répondre

avatar
entrepreneur le 21/05/2015 à 13:12

Le problème avec le français, c’est qu’il n’existe pas de mot pour 'entrepreneur'.

Signaler Répondre

avatar
Monts et merveilles le 21/05/2015 à 13:03

Comme le dit le proverbe : "qui couche avec un ukrainien se réveille sans voix le lendemain."

Signaler Répondre

avatar
Quel sort au chômage ? le 21/05/2015 à 12:57

En 2035, 36% des personnes interrogées envisagent un taux de chômage supérieur à aujourd’hui, mais seulement 10% imaginent le retour au plein-emploi. « Nous devrions retrouver de la croissance, le vieillissement de la population va libérer des postes… Un taux de chômage qui reste à 10% en 2035 est donc le scénario le plus noir que nous puissions imaginer. Moi, je crois au retour du plein emploi, à condition que la finance soit régulée, pour éviter le déclenchement d’une nouvelle crise», nuance cependant auprès de 20 minutes l’économiste Mathieu Plane. Un des facteurs qui pourrait jouer en faveur de l’emploi : le départ à la retraite des baby-boomers. Une récente étude pense que d'ici à 2022 le chômage reculera à 7,9% contre 10,2% aujourd’hui.

Signaler Répondre

avatar
Une population de «slasheurs» le 21/05/2015 à 12:56

Autre idée qui ressort du sondage : 81% des Français imaginent que «de plus en plus de personnes seront « slasheuses », c’est-à-dire qu’elles auront plusieurs emplois en même temps ». Un point de vue nuancé par Stéphane Auray, professeur d’économie à l’Ecole de la statistique et de l’analyse de l’information (Ensai). Interrogé par 20 minutes, il explique qu'entre 1983 et 2000, la proportion des actifs déclarant occuper plusieurs postes est passée de 2 à 4% des actifs. «Je serai par exemple fort surpris qu’en 2035, 8% des actifs puissent être concernés», explique-t-il au journal gratuit.

Signaler Répondre

avatar
Gloupilla le 21/05/2015 à 12:42

Bouh Gérard Collomb fils de,
Bouh Dynatie Collomb,
Bouh Francisque Collomb, Gérard Collomb, Caroline Collomb,
Bouh à quand l'inspecteur Collombo tous les soirs sur TF1 ?

Signaler Répondre

avatar
romainblachier le 21/05/2015 à 12:13

"penser aussi à prendre en compte (règle 2 bis) les résultats futurs du Congrès de Poitiers du 5 juin" non ça pour le coup non ça n'a pas été fait

Pour Yann Crombecque et Caroline Collomb ce n'est pas tout à fait la même génération militante.

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 21/05/2015 à 09:03

Une pizza c'est plus simple à faire qu'un article amphigourique ....

Signaler Répondre

avatar
aida le 21/05/2015 à 00:08

bof !
un edito pour le coup un peu tortueux

tu peux faire mieux, je le sais

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.