Sombre transparence

Sombre transparence
Romain Meltz - DR

Je donne ma carte d’identité, mon attestation d’inscription sur les listes électorales.

L’huissier me tend un papier à signer. J’essaie de comprendre ce à quoi je m’engage. Il est question d’un article L.O quelque chose. Je signe. Pile à ce moment, le Préfet traverse le hall d’entrée en discutant  avec un collaborateur : "On ne va pas l’imprimer, ça va coûter cher, on le met sur l’intranet", décide-t-il avant de filer.

Un instant distrait par cette fugitive apparition du corps préfectoral, je rattrape l’huissier qui s’est enfoncé, sans m’attendre, dans son dédale de couloir. Deux portes vitrées. J’entre à sa suite. Une petite table dans une petite salle encadrée d’armoires.

En face de la table où je m’assieds, assise à son bureau, une fonctionnaire d’Etat qui me tend la main que je crois un instant accueillante. Erreur :
"Je vais prendre votre téléphone… pour éviter toute tentation d’enregistrement. Je le garde avec moi. Je vous le rends dans 30 minutes".
Mon estomac se tord. Au fond de moi je hurle :
"Prends ma fille Lou, ma mère, mon foie ! Mais RENDS MOI mon téléphone".
Civilisé malgré ce premier mouvement, j’acquiesce faiblement.

Je suis à la Préfecture du Rhône. D’après mon vis-à-vis je suis le deuxième Rhodanien à demander à consulter les déclarations de patrimoines des députés et sénateurs du département depuis que c’est légalement possible, c’est-à-dire depuis le 10 juillet dernier.
La loi est claire : 45 000 euros d’amende pour les députés qui omettraient quelque chose d’important dans leurs déclarations. On m’apporte des dossiers reliés d’une dizaine de pages chacun. Tous les députés du Rhône. J’en connais certains à cause de Droit de Cité. Je me racle légèrement la gorge. La ravisseuse de téléphone portable me regarde.

"Pourquoi il n’y a pas les Sénateurs ?" Je demande, l’air du type qui s’y connait (quelques minutes plus tôt, j’ai inscrit dans la case des "dossiers que l’on désire consulter", le nom de Thierry Philip qui n’a aucune raison d’en remplir un, preuve que je n’y connais rien).

La fonctionnaire d’Etat se lève paniquée par l’annonce de cette disparition. Elle quitte la pièce. Je pense : "Mon téléphone ! N’abandonne pas mon téléphone !". Elle revient et m’explique désolée que la préfecture du Rhône n’a pas encore reçu les dossiers des Sénateurs. Ah bon ?
Je me replonge dans les dossiers en continuant de prendre l’air de celui qui comprend ce qu’il lit.

Je vous la fais courte. Dans un de ses bouquins (l’Espace public), mon camarade Jürgen Habermas décrit la longue lutte de la société civile des pays d’Europe contre la volonté des Puissants de garder le secret sur leurs petites affaires de Puissants.
Les parlementaires anglais, notamment, passent tout le 16e et une grande partie du 17e siècle à réaffirmer le huis-clos des "débats" parlementaires puis – quand les protestations devant si peu de transparence s’amplifient - à empêcher la publication dans la presse du compte rendu de ces débats.
Pour cela ils interdisent tout simplement aux spectateurs qui veulent  assister à leurs échanges de se munir de papier et crayon. Malgré cette précaution un certain William Woodfall, réussit à publier l’intégral des débats car il est capable de les mémoriser entièrement avant de les retranscrire dans son journal : le Diary.

Pourquoi je vous parle du Parlement anglais de 1789 ? Parce que malgré tous les progrès que l’on a faits en matière de démocratie depuis, l’article L.O 135.2 du code électoral sur la transparence n’est pas très moderne.
Je me rappelle ce que j’ai signé tout à l’heure : si je publiais le moindre élément de ces dossiers que j’aurais réussi à mémoriser malgré l’enlèvement de mon téléphone, je risquerais une amende de 45 000 euros.

Ça vous ennuie de me faire un chèque ?

Romain Meltz
@lemediapol

Tags :

Meltz

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Battling le 16/09/2015 à 11:48

J'ai bien rigolé ;-)

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 12/09/2015 à 14:13
PELage a écrit le 12/09/2015 à 11h33

Je ne savais pas qu on avait elus JMA ou OnlyLyon...

Les revenus de JMA ne sont pas consultables en préfecture par un quelconque quidam quant à l'organisme ONLY LYON ils sont contrôlables par la cour régionale des comptes...

Signaler Répondre

avatar
PELage le 12/09/2015 à 11:33
Jeansais a écrit le 12/09/2015 à 10h17

Les français sont d'un naturel pudique avec leur patrimoine.
Qui d'entre nous déclare spontanément à son entourage, parents , frères, sœurs,enfants, amis, ses revenus ou le montant de son livret A, de son PEL ou de son assurance- vie fussent ils modestes ?
Pourquoi en serait il autrement pour les élus ?
Mais il est vrai que la suspicion règne avec les politiques car les multiples affaires de prévarication leur ont fait perdre la confiance des citoyens qui , toutefois pas rancuniers, continuent à les élire... !!

Je ne savais pas qu on avait elus JMA ou OnlyLyon...

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 12/09/2015 à 10:17

Les français sont d'un naturel pudique avec leur patrimoine.
Qui d'entre nous déclare spontanément à son entourage, parents , frères, sœurs,enfants, amis, ses revenus ou le montant de son livret A, de son PEL ou de son assurance- vie fussent ils modestes ?
Pourquoi en serait il autrement pour les élus ?
Mais il est vrai que la suspicion règne avec les politiques car les multiples affaires de prévarication leur ont fait perdre la confiance des citoyens qui , toutefois pas rancuniers, continuent à les élire... !!

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 12/09/2015 à 09:45

Bravo pour cette tentative.
Perso j'essaye en vain d'avoir deux informations comptables que les services refusent de me communiquer :
quand est-ce que Aulas (foncière du Montout) a payé les terrains du grand Lyon (il y a la trace de la transaction foncière mais aucune du paiement)
et
combien "only lyon" a versé pour que les sièges de ce nouveau stade, indique cette marque "only lyon". (voir les photos du stade)
.
Dans les deux cas je n'ai pas accès à cette information. Quand on sait qu'en Angleterre chacun peut voir les factures remboursées par l'état aux députés....
.
Ce monde du fric est une escroquerie.

Signaler Répondre

avatar
Jean-Christophe le 12/09/2015 à 09:27

Je dirais même transparence opaque, mais ce n'est pas nouveau dans certains milieux qui ont beaucoup à cacher.
Plus ils nous disent "nous voulons faire la lumière" plus ils la craignent.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.