Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

L’ancien député Georges Fenech devant la justice

Georges Fenech, magistrat et ancien député UMP du Rhône, comparait ce lundi 8 décembre devant le tribunal correctionnel de Paris. Fenech, qui est depuis octobre président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, est poursuivi pour avoir perçu des “gratifications” suite à des vente d’armes en Angola. En effet, en 1997, alors que Fenech était président de l’association professionnelle des magistrats, il avait reçu 100 000 francs de la part de Pierre Falcone, le principal accusé dans cette affaire de l’angolagate. Une somme que fenech avait accepté en échange d’une vingtaine d’abonnements à sa revue professionnelle.
Il comparait donc pour recel d’abus de biens sociaux. Mais Fenech nie toute implication dans cette affaire, où des nombreuses personnalités sont également mises en cause : Charles Pasqua, Jacques Attali, Paul-Loup Sulitzer...



Tags : justice | fenech |

Commentaires 1

Déposé le 12/06/2009 à 15h40  
Par Loracle Citer

(texte repris) Dans les faits M. Fenech a été condamné en 2000 pour injures raciales et antisémites en public suite à un article antisémite publié dans la revue Enjeu Justice dont il était le directeur de la publication . Cet article écrit par l'ancien président de l'Assocation Professionnelle des Magistrats, Alain Terrail s'en prenait au substitut toulonnais Albert Lévy avec le commentaire suivant : « tant va Lévy au four qu'à la fin il se brûle ». Il y a cependant d'autres actions entreprises par M. Fenech qui restent inconnues du grand public mais qui n'en sont pas pour le moins inquiétantes : M. Fenech est l'un des pères de la Loi sur la rétention de sûreté adoptée il y a peu. Un de ses arguments pour défendre cette loi en est l'existence de systèmes similaires dans la législation d'autres pays démocratiques. M. Fenech a lui-même mis en valeur le « dispositif allemand ». Il écrit même « la mesure de détention sûreté (Sicherungsverwahrung) a été introduite dans le code pénal allemand en 1933 sous la République de Weimar. Cette loi a effectivement été adoptée le 24 novembre 1933 et promulguée à Berlin dans le Journal Officiel allemand du 27 novembre 1933. )(http://www.larecherchedubonheur.com/article-16856128.html) Le but de cette loi était de donner un outil pour lutter contre ?les récidivistes dangereux? afin de permettre ?la sécurisation de la société?. Le chancelier allemand à cette époque était Adolf Hitler qui a paraphé la loi. Elle bien entendu été modfiée depuis, cependant son concept reste le même et c'est là-dessus que se fonde M. Fenech dans son rapport. Quelques points révélateurs de la démarche de M. Fenech à la tête de la Miviludes. 1. les seules associations qu'il a rencontrées dans ses recherches sont les associations anti-sectes telles que l'ADFI et le CCMM. Ces associations pour qui sait lire entre les lignes et regarder au-delà de ce qu'elles veulent bien nous montrer sont des organisations issues de mouvances fascistes et autoritatives dans le domaine de la pensée : à lire les publications de l'ADFI (le magazine BULLES pour ne pas le nommer), cette dernière cite souvent les travaux du psychiatre John Clark, psychiatre américain sanctionné par le contrôle de l'Ordre des Médecins du Massachussets pour avoir interné de force une personne en raison de ses convictions religieuses. L'ADFI mentionne également dans ses publications le psychiatre Louis West, connu pour préconiser la stérilisation des Noirs et des Hispano-américains afin de lutter contre la criminalité. Le CCMM a pour fondateur Roger Ikor, profondément anti-religion, tel que le prouvent ses paroles : ?si nous nous écoutions, nous mettrions un terme à toutes ces billevesées, celles de sectes mais aussi celles des grandes religions (c'est moi qui souligne). On peut difficilement demander à la loi de trancher d'un coup toutes les têtes de l'hydre ; ce serait pourtant la seule manière d'empêcher qu'une seule repousse.? ?Il faut cogner, détruire ces sectes qui pullulent sur notre pourriture. Quand suffisamment de gens iront mettre les locaux des sectes à sac, ils [les pouvoirs publics] se remueront sans doute. C'est à ces organisations que M. Fenech s'est adressé et uniquement à elles. Il n'a fait appel à aucun chercheur, aucun universitaire, sociologue, spécialistes de tels mouvements ou de religions dans leur ensemble. Sa vision ne peut être que tronquée et est extrêmement inquiétante pour la liberté de penser dans notre pays. Le mouvement des Loubavitch fait partie des mouvements que la Miviludes considère comme dangereux. Ceci était passé inaperçu avant que M. Didier Leschi, chef du Bureau central des cultes au Ministère de l'Intérieur déclare en 2006 à la commission parlementaire présidée par M. Fenech : ?l'éducation non-conformiste constitue-t-elle une dérive sectaire ? Je voudrais illustrer cette question à travers deux mouvements qui préoccupent la Miviludes : les Frères de Plymouth, qui ont fait l'objet d'une mention dans le dernier rapport de la Miviludes et les loubavitch qui font l'objet depuis quelques mois d'une attention particulière de la mission [?] Je crains fort que la stigmatisation de mouvements comme les Loubavitch ou les Frères de Plymouth risque de faciliter le passage à l'acte de personnes qui auront beau jeu de se couvrir d'une bonne conscience antisectes, pour justifier leurs actes malveillants ou antisémites. A ce titre, nous voyons augmenter les agressions contre les Témoins de Jéhovah. Autrement dit, je crains fort que cette stigmatisation, ce type de dénonciation, ne constituent à terme des troubles à l'ordre public, ou pour le moins des manifestations d'intolérance à l'égar de l'une des libertés les plus fondamentales de tout homme et de tout citoyen : la liberté de conscience. Pour ce qui est des enfants, voici une déclaration du Premier Ministre le 6 septembre 2005 suite à une question posée par Philippe Vuilque, président du Groupe d'étude sur les sectes : Les cas de maltraitance physique ou psychologique de mineurs en relation avec l'appartenance d'un ou des parents à un mouvement dit à caractére sectaire sont exceptionnels.? De juin à décembre 2006 une commission d'enquête parlementaire sur les enfants a interrogé de nombreux représentants ministériels sur la situation au sein des minorités spirituelles en France. Voici quelques déclarations de ces représentants : M. Jean-Yves Dupuis, Inspecteur Général, entendu le 10 octobre 2006 : ?En prévision de notre audition par votre commission d'enquête, nous avons procédé très rapidement à une enquête auprès de tous les inspecteurs d'académie. Durant l'année scolaire écoulée les inspecteurs d'académie ou les recteurs ont procédé à 19 000 signalements au procureur de la République, concernant des enfants qu'on estimait être en danger, pour diverses raisons. Lorsque nous avons demandé aux inspecteurs d'académie quels étaient, parmi ces enfants en danger, ceux qui l'étaient à cause de mouvements sectaire, ils nous ont répondu qu'il y

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.