Auvergne-Rhône-Alpes : la barre des huit millions d’habitants franchie !

Auvergne-Rhône-Alpes : la barre des huit millions d’habitants franchie !
LyonMag

Notre région comptait exactement 8 037 100 habitants au 1er janvier 2018 contre 6 111 379 en 1975.

Ces nouvelles données ont été publiées ce jeudi par l’INSEE. "Auvergne-Rhône-Alpes est une région attractive et jeune, où l’espérance de vie est supérieure à la moyenne nationale. Contrairement à d’autres régions, la population augmente autant grâce aux naissances qu’à l’arrivée de nouveaux habitants", résume l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Dans le détail, 159 400 habitants supplémentaires ont été enregistrés entre 2015 et 2018 en Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’agit de l’une des régions avec l’Ile-de-France qui a accueilli le plus de population ces dernières années.

Le Rhône a notamment connu une évolution importante de sa population depuis 1975 passant de 1 429 046 à 1 878 100 habitants au 1er janvier 2018.

Les croissances de population ont également été conséquentes dans l’Ain, en Haute-Savoie et en Isère à l’inverse de l’Allier et du Cantal qui ont perdu des habitants ces dernières années.

15 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
la réalité en face le 27/05/2018 à 10:11
villeAttiranteEgaleVilleChere a écrit le 24/05/2018 à 18h29

j'ai acheté mon appart en 2008 , il y a donc 10 ans, en plein dans la crise financière. Et depuis les prix n'ont pas cessé de monter , avec tous les ans, l'annonce d'une chute brutale des prix façon bulle qui éclate dont vous êtes un énième mouton répéteur.
Et , bien sur, cela n'est jamais arrivé.
depuis 10 ans.
et ça n'arrivera pas, parce qu'il y a tellement de ménages parisiens et autres fort pouvoirs d'achat qui immigrent à Lyon, que les prix ne peuvent pas s'effondrer. C'est impossible.
La seule possibilité serait une hausse brutale des taux d’intérêt de prêts immolé , et la aussi, c'est devenu impossible tant la BCE a pris le contrôle total, apprenant parfaitement de 2008. Autre possibilité une explosion de l'offre qui deviendrait miraculeusement supérieure à la demande. Mais c'est aussi impossible pour de nombreuses raisons absolument fondamentales , comme , au hasard, la disponibilité du foncier.
Bref, d’éclatement de bulle , il n'y aura pas.
Mais pour compenser, vous pouvez toujours affa... buller !

Les prix ne baisseront jamais, on est pas en nouvelle Zélande.

Il faut minimum 3 voire 4 mois pour acheter un appartement ou une maison en France. En nouvelle Zélande il faut 3 semaines, pas besoin de notaire. Ça fait réfléchir.

Signaler Répondre

avatar
la réalité en face le 27/05/2018 à 10:08
Nostromo a écrit le 24/05/2018 à 13h54

C'est chouette une région dynamique, sauf qu'il y a des effets collatéraux aussi
Comme le coût du logement qui explose littéralement et qui est aggravé par une politique et une administration limitant l'offre à la moitié de ce qui est nécessaire
Évidemment, le vice président à l'habitat dira le contraire en présentant des chiffres de dépôt de permis invérifiables
On admettra la réalité une fois que la bulle aura explosé et que les ventes seront à l'arrêt, ce qui ne devrait pas tarder
A l'occasion il faudra qu'on nous explique pourquoi les plus values foncières (scandaleuses) ne sont pas lourdement taxées...

Les plus values foncières ? Sur les terrains constructibles ?

Signaler Répondre

avatar
stop le 27/05/2018 à 10:04

Le sans plomb a franchi la barre des 1,50 euros. Pas de grande annonce pour ça ?

Signaler Répondre

avatar
Où commence la maladie mentale ? le 26/05/2018 à 17:30
Nostromo a écrit le 26/05/2018 à 17h15

Vu les termes haineux que vous utilisez, vous êtes très énervé
Mais je comprends, ce n'est pas bien grave
Voulez vous de l'aide ?
Bien à vous très cher

Quelle est votre définition de "haineux" ?

En tant que lecteur, je ne vois pas.
ça ne vous brosse pas dans le sens du poil, mais de là à y voir de la haine ? Auriez vous perdu le sens des mots ?

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 26/05/2018 à 17:15
Nostradamus a écrit le 26/05/2018 à 13h18

Cher con-descendant,

Vous n'en êtes pas à votre première bêtise. Donc, je parlais de plus-value foncière, l'immobilier en relevant évidemment.

Bonne sieste.

Vu les termes haineux que vous utilisez, vous êtes très énervé
Mais je comprends, ce n'est pas bien grave
Voulez vous de l'aide ?
Bien à vous très cher

Signaler Répondre

avatar
Nostradamus le 26/05/2018 à 13:18
Nostromo a écrit le 26/05/2018 à 11h10

Cher ami
Avant d'écrire n'importe quoi lisez les messages correctement
Je parlais des plus values foncières et non des plus values sur les résidences secondaires qui sont taxées et encore heureux
Vous espérant plus attentif dans vos lectures
Bien à vous

Cher con-descendant,

Vous n'en êtes pas à votre première bêtise. Donc, je parlais de plus-value foncière, l'immobilier en relevant évidemment.

Bonne sieste.

Signaler Répondre

avatar
befun le 26/05/2018 à 12:23
Nostromo a écrit le 25/05/2018 à 18h49

Vous noterez que je n'ai pas parlé de baisse de prix
Une bulle peut éclater par arrêt des ventes tout simplement, ceci en raison d'une rupture entre le prix du logement et la capacité de l'acquéreur potentiel
C'est ce qui a commencé cette année :-56% de ventes à Lyon sur le premier trimestre mais la presse grand public n'en parle pas
Pour l'expérience personnelle, ma première acquisition remonte à 1994. Nous étions alors en pleine crise et le m² se négociait environ 5000 francs, soit en gros 1000 € actuels
Ça fait rêver hein ?

vous voulez dire que cette baisse est due au faites que les biens sont désormais trop chers pour les acquéreurs potentiels? je n'ai pas compris désolé.
Et combien de temps un bien moyen reste à la vente sur villeurbanne, lyon ...? cela m'intéresse

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 26/05/2018 à 11:10
Nostradamus a écrit le 26/05/2018 à 10h01

Cher monsieur,
J'ai vendu une résidence secondaire à la montagne avec une belle plus-value (30 000 euros). Le fisc m'en a confisqué un tiers. Sans compter les frais de mutation pour l'acquéreur.
Alors je pense que le scandale réside dans votre discours.
Bien le bonjour.

Cher ami
Avant d'écrire n'importe quoi lisez les messages correctement
Je parlais des plus values foncières et non des plus values sur les résidences secondaires qui sont taxées et encore heureux
Vous espérant plus attentif dans vos lectures
Bien à vous

Signaler Répondre

avatar
Père hocquet le 26/05/2018 à 10:02
ARA a écrit le 24/05/2018 à 17h45

"Auvergne-Rhône-Alpes" je ne pourrais jamais m'y faire à ce nom horrible

La preuve que si, vous le répétez, ara.

Signaler Répondre

avatar
Nostradamus le 26/05/2018 à 10:01
Nostromo a écrit le 24/05/2018 à 13h54

C'est chouette une région dynamique, sauf qu'il y a des effets collatéraux aussi
Comme le coût du logement qui explose littéralement et qui est aggravé par une politique et une administration limitant l'offre à la moitié de ce qui est nécessaire
Évidemment, le vice président à l'habitat dira le contraire en présentant des chiffres de dépôt de permis invérifiables
On admettra la réalité une fois que la bulle aura explosé et que les ventes seront à l'arrêt, ce qui ne devrait pas tarder
A l'occasion il faudra qu'on nous explique pourquoi les plus values foncières (scandaleuses) ne sont pas lourdement taxées...

Cher monsieur,
J'ai vendu une résidence secondaire à la montagne avec une belle plus-value (30 000 euros). Le fisc m'en a confisqué un tiers. Sans compter les frais de mutation pour l'acquéreur.
Alors je pense que le scandale réside dans votre discours.
Bien le bonjour.

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 25/05/2018 à 18:49
villeAttiranteEgaleVilleChere a écrit le 24/05/2018 à 18h29

j'ai acheté mon appart en 2008 , il y a donc 10 ans, en plein dans la crise financière. Et depuis les prix n'ont pas cessé de monter , avec tous les ans, l'annonce d'une chute brutale des prix façon bulle qui éclate dont vous êtes un énième mouton répéteur.
Et , bien sur, cela n'est jamais arrivé.
depuis 10 ans.
et ça n'arrivera pas, parce qu'il y a tellement de ménages parisiens et autres fort pouvoirs d'achat qui immigrent à Lyon, que les prix ne peuvent pas s'effondrer. C'est impossible.
La seule possibilité serait une hausse brutale des taux d’intérêt de prêts immolé , et la aussi, c'est devenu impossible tant la BCE a pris le contrôle total, apprenant parfaitement de 2008. Autre possibilité une explosion de l'offre qui deviendrait miraculeusement supérieure à la demande. Mais c'est aussi impossible pour de nombreuses raisons absolument fondamentales , comme , au hasard, la disponibilité du foncier.
Bref, d’éclatement de bulle , il n'y aura pas.
Mais pour compenser, vous pouvez toujours affa... buller !

Vous noterez que je n'ai pas parlé de baisse de prix
Une bulle peut éclater par arrêt des ventes tout simplement, ceci en raison d'une rupture entre le prix du logement et la capacité de l'acquéreur potentiel
C'est ce qui a commencé cette année :-56% de ventes à Lyon sur le premier trimestre mais la presse grand public n'en parle pas
Pour l'expérience personnelle, ma première acquisition remonte à 1994. Nous étions alors en pleine crise et le m² se négociait environ 5000 francs, soit en gros 1000 € actuels
Ça fait rêver hein ?

Signaler Répondre

avatar
villeAttiranteEgaleVilleChere le 24/05/2018 à 18:29
Nostromo a écrit le 24/05/2018 à 13h54

C'est chouette une région dynamique, sauf qu'il y a des effets collatéraux aussi
Comme le coût du logement qui explose littéralement et qui est aggravé par une politique et une administration limitant l'offre à la moitié de ce qui est nécessaire
Évidemment, le vice président à l'habitat dira le contraire en présentant des chiffres de dépôt de permis invérifiables
On admettra la réalité une fois que la bulle aura explosé et que les ventes seront à l'arrêt, ce qui ne devrait pas tarder
A l'occasion il faudra qu'on nous explique pourquoi les plus values foncières (scandaleuses) ne sont pas lourdement taxées...

j'ai acheté mon appart en 2008 , il y a donc 10 ans, en plein dans la crise financière. Et depuis les prix n'ont pas cessé de monter , avec tous les ans, l'annonce d'une chute brutale des prix façon bulle qui éclate dont vous êtes un énième mouton répéteur.
Et , bien sur, cela n'est jamais arrivé.
depuis 10 ans.
et ça n'arrivera pas, parce qu'il y a tellement de ménages parisiens et autres fort pouvoirs d'achat qui immigrent à Lyon, que les prix ne peuvent pas s'effondrer. C'est impossible.
La seule possibilité serait une hausse brutale des taux d’intérêt de prêts immolé , et la aussi, c'est devenu impossible tant la BCE a pris le contrôle total, apprenant parfaitement de 2008. Autre possibilité une explosion de l'offre qui deviendrait miraculeusement supérieure à la demande. Mais c'est aussi impossible pour de nombreuses raisons absolument fondamentales , comme , au hasard, la disponibilité du foncier.
Bref, d’éclatement de bulle , il n'y aura pas.
Mais pour compenser, vous pouvez toujours affa... buller !

Signaler Répondre

avatar
ARA le 24/05/2018 à 17:45

"Auvergne-Rhône-Alpes" je ne pourrais jamais m'y faire à ce nom horrible

Signaler Répondre

avatar
Anti W le 24/05/2018 à 16:01

C'est exactement le nombre d'électeurs qui a voté pour le président de l'AURA.
Je répète l'information donnée par monsieur Wauquiez sur France 2.

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 24/05/2018 à 13:54

C'est chouette une région dynamique, sauf qu'il y a des effets collatéraux aussi
Comme le coût du logement qui explose littéralement et qui est aggravé par une politique et une administration limitant l'offre à la moitié de ce qui est nécessaire
Évidemment, le vice président à l'habitat dira le contraire en présentant des chiffres de dépôt de permis invérifiables
On admettra la réalité une fois que la bulle aura explosé et que les ventes seront à l'arrêt, ce qui ne devrait pas tarder
A l'occasion il faudra qu'on nous explique pourquoi les plus values foncières (scandaleuses) ne sont pas lourdement taxées...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.