Un enfant frappé par son père car il n'arrivait pas à tenir son crayon

Un enfant frappé par son père car il n'arrivait pas à tenir son crayon
Photo d'illustration - LyonMag.com

Jugé par le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône, le père a écopé de douze mois de prison, dont huit avec sursis avec mandat de dépôt et mise à l'épreuve pendant trois ans.

 

L'avocat du prévenu évoque un homme ayant hérité d'une personnalité qu'il déteste. Le père de famille, divorcé, a été jugé cette semaine après avoir violenté son fils le week-end dernier alors qu'il en avait la garde. La raison selon l'enfant ? Ce dernier ne parvenait pas à tenir son crayon pour écrire son prénom.

C'est la mère de l'enfant qui a déposé plainte après avoir constaté la présence d'un large hématome sur le front. Un examen médical révélera des lésions frontales et crâniennes chez l'enfant. À noter que l'homme a déjà condamné à quatre mois de prison par le passé pour des violences conjugales sur son ex-femme. D'autres condamnations pour des violences diverses remontent à 2002.

Lors de l'audience, le père de famille a reconnu avoir besoin de soins psychologiques. Maltraité par sa mère durant son enfance, l'homme répercuterait les valeurs qu'on lui a enseignées sur sa famille, selon les propos de son avocat.

La présidente du tribunal, qui indique à l'homme qu'il a besoin d'évacuer, a prononcé une peine de douze mois de prison, dont huit avec sursis avec mandat de dépôt et mise à l'épreuve pendant trois ans. Le sursis est assorti d'une obligation de soins et de travail. Il devra aussi indemniser la mère de famille, qui s'était constituée partie civile, à hauteur de 1 000 euros.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
bidule01 le 15/10/2018 à 19:46

Pourquoi as t il le droit de garde s’il a déjà été violent avec la mère ...

Signaler Répondre

avatar
A BIENTOT le 14/10/2018 à 17:40

C'est une honte de voir ça.
Il faut faire soigner cet individu il n'est pas digne d'avoir des enfants.

Signaler Répondre

avatar
Mon Dieu... le 14/10/2018 à 17:31

Mon Dieu...

Ma seule pensée va vers ce pauvre gone.

J'espère qu'il sera accompagné, par des professionnels et sa maman, pour que la blessure psychologique, ne le suive pas tout au long de sa vie.

Je salut, la bonne réaction de cette maman.
Continuez de prendre soin de vôtre fils, comme vous le faites Madame.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.