Ils se rêvent maire de Lyon : Karine Dognin-Sauze (5/6)

Ils se rêvent maire de Lyon : Karine Dognin-Sauze (5/6)
Karine Dognin-Sauze - LyonMag

Gérard Collomb n'est pas encore à la retraite que beaucoup de ses proches se rêvent de lui succéder. Après Fouziya Bouzerda, Guy Corazzol et Anne Brugnera, Thomas Rudigoz et Michel Le Faou, nouvel épisode de ces élus qui se rêvent maire à la place du maire.

Et pourquoi pas ? L’élu auprès duquel nous venons d’évoquer l’hypothèse d’un avenir à la mairie de Lyon pour Karine Dognin Sauze commence par trouver l’idée bizarre. Mais finalement, après quelques instants d’hésitation, il reconnaît que l’hypothèse, sans avoir ses faveurs, est loin d’être une simple vue de l’esprit.

En ces périodes de défiance vis-à-vis des professionnels de la politique, l’actuelle adjointe au maire en charge des affaires internationales a l’avantage d’être un pur produit de ce qu’on appelle la société civile. C’est-à-dire ces femmes et ces hommes qui n’avaient aucun passé militant avant de décrocher leur premier mandat.

Tel était bien le cas de Karine Dognin-Sauze quand Gérard Collomb lui propose de rejoindre ses listes en 2008. Elle cumulait alors plusieurs atouts : elle n’était pas une professionnelle de la politique ; et, surtout, elle incarnait un modernisme à travers sa réussite professionnelle dans les domaines du marketing international et de l’innovation. Avoir notamment travaillé au sein du célèbre groupe spécialisé dans les jeux vidéo Electronic Arts fleure bon un modernisme tout à fait dans l’air du temps. Même les novices en la matière connaîtront le succès planétaire auquel elle a fortement contribué au début des années 2000 : Les Sims.

Lors de ce premier mandat, on la retrouve vice-présidente de la Métropole en charge de l’Innovation et du Développement numérique. Deux domaines dans lesquels Lyon a l’ambition de jouer en première division. On l’a encore vérifié la semaine dernière avec l’inauguration de la halle Girard qui, pour reprendre l’expression de notre élue, a pour vocation d’être "l’épicentre lyonnais de la French Tech".

En Louboutin à la Duchère

Sa première intrusion dans le monde politique est plutôt réussie. Du coup, la voilà qui prend du grade. Conquis par son expérience internationale et sa parfaite maîtrise de l’anglais, Gérard Collomb lui confie en 2014 le poste d’adjointe en charge des affaires internationales. Pas sûr toutefois que Karine Dognin-Sauze conserve ces responsabilités jusqu’à la fin de ce mandat. On sait qu’elle se verrait bien aller siéger à Strasbourg. Mais l'annonce des 30 premiers noms de la liste LREM a tué ses ambitions européennes.

"Elle ne ménage pas sa peine pour y parvenir", notait l’un de ses collègues qui s’avoue impressionné par son côté volontaire. Un mandat de parlementaire européen l’aurait aidé à se faire connaître des Lyonnais. Reste que mener une campagne municipale nécessite de constituer une équipe, d’aller au contact sur le terrain et de dépasser l’image de techno qui lui colle à la peau.

Côté équipe, Karine Dognin-Sauze est plutôt une solitaire dans l’exercice de ses fonctions politiques ; elle a l’image d’une bourgeoise plutôt réservée. Lors de la dernière campagne municipale, elle a pourtant fait le boulot et arpenté le terrain. "Mais avec ses Louboutin et ses sacs griffés, elle est souvent décalée", s’amuse l’un de ses collègues qui garde des souvenirs des visites à la Duchère.

Enfin, à l’inverse de certains de ses collègues qui se rêvent un destin, elle n’a pas constitué autour d’elle une bande prête à la suivre. Mais ce handicap n’est pas insurmontable. Il lui suffirait d’apparaître demain comme papabile pour que nombre d’élus éprouvent subitement l’envie de rouler pour elle.

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Petaudier le 03/04/2019 à 11:28

"Mais avec ses Louboutin et ses sacs griffés, elle est souvent décalée"

Exactement ce qu'il faut Lyon...

Signaler Répondre

avatar
Le Canut de Lyon le 03/04/2019 à 10:12

Rappelons juste la grande efficacité de Karin Dognin-Sauze en terme de numérique et de ludique :
- Imaginove, le cluster dédié au domaine du jeu et de l'audiovisuel numérique vient de fermer faute de soutien !!! Bravo !
- La Game Connection, créée il y a longtemps par le entreprises lyonnaises du jeu vidéo pour se promouvoir à l'époque de la grandeur lyonnaise dans le domaine, a pris son indépendance et s'est enfuie de Lyon il y a quelques années. Re-bravo !
Non, c'est sûr, elle est efficace et serait une bonne maire de Lyon...

Signaler Répondre

avatar
A dégager le 02/04/2019 à 20:07
DRAGIBUS a écrit le 01/04/2019 à 21h44

elle cumule les indemnités ville + métropole, la vie est belle pour ces bourgeois...

dans le genre transparent pour les idées et les convictions, les toutous et voix de leur maître sont de sortie... toute la clique de GG, alllez à la niche

Signaler Répondre

avatar
Oups le 02/04/2019 à 17:15

ILS se rêvent … : Karine Dognin-Sauze
Ah bon, Karine est un transgenre déguisé en femme ?

Signaler Répondre

avatar
Sturlat. le 02/04/2019 à 11:18

.... ça bataille dur dur chez LREM pour les premières places, du coup pour leurs idées progressistes, ils repasseront tous et toutes, ils abusent surtout de vieilles idées régressives des vieux partis politiques que LREM a pourtant dénoncé maintes fois !!
... mais dans de vieux pantalons, il ne peut y avoir que de la vieille chair !!

Et ma louloute, où se situe il dans ce chaos chez LREM ?
... je pressens encore de vilaines issues pour lui :))

Signaler Répondre

avatar
DRAGIBUS le 01/04/2019 à 21:44

elle cumule les indemnités ville + métropole, la vie est belle pour ces bourgeois...

Signaler Répondre

avatar
Charles Maurice Taleyran de Périgord le 01/04/2019 à 18:01

Vivement que j habite Collioure ou Argeles non loin de Gerona et Barcelona puis Les grottes de Nerja en Andalousie ! ???? ???? ???? ???? 1947bGg Collombo de Chalon sur Saône est toujours, bon pied, bon Œil loin de la place Beauvau et des Actes LXXXIX en ???????? janvier 2020 à Paris ministre de la Sûreté comme François Vidoq

Signaler Répondre

avatar
Non à LaRem le 01/04/2019 à 10:26

La société civile est un terme bateau pour cacher ces idées politiques.

Signaler Répondre

avatar
Vincent Poursan le 01/04/2019 à 09:43

Ce dossier "ils révent" c'est du publireportage ? J'espère qu'au moins les nominé(e)s rincent les journalistes en restaurants et agapes (cela aurait au moins le mérite de faire tourner l'économie locale).

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 01/04/2019 à 09:06

Quand je vois le nombre de personnes dont c est la première fois leur photos je me demande d ou ils sortent !!!!
on se croirait dans une piste aux étoiles !!
Sacré Gégé ça doit te rappeler dès débuts dans la politique municipale !!!!
c est vrai que les tartelettes. petits four. Et sans oublier l argent les privilèges qui vont avec protection. policière. chauffeur. Appartement de fonction etc ! etc !!??
fait que même moi je comprends pourquoi les loups aux dents longues se bouffent entre eux et que l on se croirait pluss dans une fosse aux lions plutôt qu autres choses

Signaler Répondre

avatar
mon pseudo le 01/04/2019 à 08:41

KDS ? Le vide sidéral politique.
Qui peut citer une seule de ses idées ? de ses prises de position ? de ses engagements ?

Du pur marketing... à jeter

Signaler Répondre

avatar
caracalla le 01/04/2019 à 08:40

Zéro pointé...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.