Lyon : accusés de violences sur deux étudiants, des policiers bientôt jugés

Lyon : accusés de violences sur deux étudiants, des policiers bientôt jugés
Photo d'illustration - LyonMag

Deux policiers lyonnais comparaitront devant le tribunal correctionnel le 13 septembre prochain pour des violences à l’encontre de deux étudiants.

Les faits s’étaient déroulés dans la nuit du 21 au 22 février, dans le 2e arrondissement de Lyon. Deux jeunes, alors qu’ils rentraient d’une soirée alcoolisée, marchaient dans le centre-ville avant de se faire frôler par une voiture de police.

Surpris, les étudiants auraient crié aux fonctionnaires de faire attention. C’est alors que la voiture se serait garée pour que deux membres de l’équipage viennent à la rencontre des jeunes hommes.

L’un des fonctionnaires aurait alors poussé violemment un jeune en l’insultant, ce qui aurait provoqué sa chute sur le crâne. Le second policier s’en était alors pris au deuxième étudiant pour lui infliger une balayette. Il serait alors lourdement tombé au sol. Son poignet a été brisé dans la chute, ce qui lui a valu 100 jours d’ITT.

Une plainte avait été déposée et les auteurs présumés des coups avaient très vite été identifiés.

Selon le parquet, le premier policier est poursuivi pour "violence par personne dépositaire de l’autorité publique sans ITT de plus de huit jours". Le second est soupçonné de « violences par personne dépositaire de l’autorité publique avec ITT de plus de huit jours ». Le troisième avait assisté à la scène mais n’avait pas participé et n’est donc pas poursuivi.

16 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
valency le 12/06/2019 à 18:03
Racaille le Rouge a écrit le 12/06/2019 à 17h12

Tant de génies qui savent tout sur ces commentaires, vous faites mes journées les gens, continuez ! : pop-corn :

commenter sans commenter... c'est quand même commenter ... :) :)

Signaler Répondre

avatar
valency le 12/06/2019 à 17:53
Dr House a écrit le 12/06/2019 à 16h37

Absurde, la vérité est une défense.

Donc s'il dit vrai il ne peut pas être poursuivi pour diffamation.

vous avez pas bien compris le droit ...lol... mais ne vous fatiguez pas à me répondre ...

Signaler Répondre

avatar
Racaille le Rouge le 12/06/2019 à 17:12

Tant de génies qui savent tout sur ces commentaires, vous faites mes journées les gens, continuez ! : pop-corn :

Signaler Répondre

avatar
Dr House le 12/06/2019 à 16:37
valency a écrit le 12/06/2019 à 16h24

sauf qu'en droit français il y a la présomption d'innocence (avant la condamnation éventuelle) et c'est vous qui pourriez être poursuivi pour diffamation ... soyez prudent ...

Absurde, la vérité est une défense.

Donc s'il dit vrai il ne peut pas être poursuivi pour diffamation.

Signaler Répondre

avatar
Mdr le 12/06/2019 à 16:29
valency a écrit le 12/06/2019 à 16h24

sauf qu'en droit français il y a la présomption d'innocence (avant la condamnation éventuelle) et c'est vous qui pourriez être poursuivi pour diffamation ... soyez prudent ...

Heu...c'est du second degré !!

Signaler Répondre

avatar
valency le 12/06/2019 à 16:24
moxfulder69@gmail.com a écrit le 12/06/2019 à 14h19

Il me semble que ce sont 2 policiers nationaux et non municipaux.
Les 2 étudiants (je connais l'un d'eux) n'étaient pas en état d'ivresse.
La vidéo-surveillance a confirmé une agression gratuite des policiers sur 2 civils sans sommation (et non un contrôle d'identité qui aurait dégénéré).
Le plus désolant dans l'histoire est la mauvaise foi des agents concernés qui ont prétexté mille et une raison pour expliquer ce qui n'est autre qu'une agression. Et ces dépositaires de la sécurité publique n'ont pas envisagé 1 seconde de présenter leurs excuses pour un débordement involontaire.
Et comme déjà dit, il s'agit du procès de 2 policiers et non de la police. Et si la justice les poursuit, c'est qu'elle estime tout de même qu'il y a des raisons...

sauf qu'en droit français il y a la présomption d'innocence (avant la condamnation éventuelle) et c'est vous qui pourriez être poursuivi pour diffamation ... soyez prudent ...

Signaler Répondre

avatar
moxfulder69@gmail.com le 12/06/2019 à 14:19

Il me semble que ce sont 2 policiers nationaux et non municipaux.
Les 2 étudiants (je connais l'un d'eux) n'étaient pas en état d'ivresse.
La vidéo-surveillance a confirmé une agression gratuite des policiers sur 2 civils sans sommation (et non un contrôle d'identité qui aurait dégénéré).
Le plus désolant dans l'histoire est la mauvaise foi des agents concernés qui ont prétexté mille et une raison pour expliquer ce qui n'est autre qu'une agression. Et ces dépositaires de la sécurité publique n'ont pas envisagé 1 seconde de présenter leurs excuses pour un débordement involontaire.
Et comme déjà dit, il s'agit du procès de 2 policiers et non de la police. Et si la justice les poursuit, c'est qu'elle estime tout de même qu'il y a des raisons...

Signaler Répondre

avatar
Surprenant.. le 12/06/2019 à 13:00

les policiers sont parfois surprenant..pas d'interventions quand c'est embêtant..voir guillotière, rodéos au tonkin, le"toutim!" en presqu'ile..si..si je l'ai vu et j'ai halluciné devant de tels comportements..conclusion comme dit la chanson : Ça n'fait rien il y a des gens bien singulier..

Signaler Répondre

avatar
Ritchy le 12/06/2019 à 12:35

Tous ces ignorants qui parlent .....????????????

Signaler Répondre

avatar
biensur le 12/06/2019 à 12:09

J'ai un peu de mal à croire en cette version : "Surpris, les étudiants auraient crié aux fonctionnaires de faire attention. "
j'imagine la scène , les deux sont bourrés dans la rue, et auraient dit au policers "allons faites attention messieurs.." et là les flics leur ont tapé dessus... mouaiiis

Signaler Répondre

avatar
le biggeur le 12/06/2019 à 10:36

encore la POLICE MUNICIPALE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!ils doivent étre condamnés

Signaler Répondre

avatar
kamel69110 le 12/06/2019 à 10:12
sans souci a écrit le 12/06/2019 à 07h47

l ivresse sur la voie publique a t elle été retenue sur les 3 etudiants ?

J'ai l'impression que pour certains,il est dur de reconnaître que comme dans tout métiers,il y a des bons et des moins bons.
Ça n'est pas le procès de la police,mais de deux policiers...

Signaler Répondre

avatar
1083 le 12/06/2019 à 09:36
sans souci a écrit le 12/06/2019 à 07h47

l ivresse sur la voie publique a t elle été retenue sur les 3 etudiants ?

"L’un des fonctionnaires aurait alors poussé violemment un jeune en l’insultant, ce qui aurait provoqué sa chute sur le crâne. Le second policier s’en était alors pris au deuxième étudiant pour lui infliger une balayette. Il serait alors lourdement tombé au sol. Son poignet a été brisé dans la chute, ce qui lui a valu 100 jours d’ITT."

je pense que cela est plus important que l'ivresse sur la voie publique. Vous avez une drôle de vision du rôle de la police quoique en adéquation avec notre président.

Signaler Répondre

avatar
Sakura le 12/06/2019 à 09:29
sans souci a écrit le 12/06/2019 à 07h47

l ivresse sur la voie publique a t elle été retenue sur les 3 etudiants ?

Étudiants, vite dit, bon nombre d entre eux passent plus de temps à faire la fête qu à étudier. Ce qui.explique le taux d échec de bon nombre d entre eux.

Signaler Répondre

avatar
Larnak69 le 12/06/2019 à 08:16

A la municipale des gardien de jardin armée et sa se prend pour des cowboys

Signaler Répondre

avatar
sans souci le 12/06/2019 à 07:47

l ivresse sur la voie publique a t elle été retenue sur les 3 etudiants ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.