Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

La déambulation du 27 juin dernier - LyonMag

Lyon : après la victoire verte, quelles politiques ?

La déambulation du 27 juin dernier - LyonMag

C’était une invitation lancée le 27 juin dernier par Sonia Zdorovtzoff, la tête de liste EELV du 8e arrondissement de Lyon.

Participer à une déambulation à pied ou à vélo dans le but de promouvoir la place de la femme dans l’espace public ("la place DES femmes", corrige-t-elle gentiment au téléphone). Il y avait des militants bigarrés, certains avec des masques d’autres pas, certains socialistes, et une immense banderole avec des dizaines de photos et mini CV de femmes sorties de la vie quotidienne pour être mises à l’honneur.

 

Une cinquantaine de personnes en tout, se déplaçant tranquillement sur les trottoirs. Parfois, l’avant du cortège tente de scander un "Lyon humaniste… lyon féministe…" mais ce n’est pas très repris. "On est trois à gueuler", râle gentiment une militante. "Tu veux dire qu’on est indisciplinés ?", répond une autre. C’est peut-être la faute du slogan. En effet, Sonia Zdorovtzoff présente fièrement à ses amis militants Wissam qui assiste à sa première manifestation. Du haut de ses 16 ans, il explique son intérêt : "En fait il y a quelques jours, ils sont passés sous mes fenêtres et j’ai entendu "Non féministes". Ce qui était étrange quand même... Alors je suis descendu et voilà… " C’est peut-être parce que les militants présents ont eu vent de cette mésaventure que le "Lyon féministe" qui porte donc à confusion ne fait plus recette.

 

Pas besoin de hurler cela dit, les militants étaient heureux de finir la campagne ensemble. Dans le petit groupe Chloë Vidal, 10e sur la liste EELV de Lyon-centre et docteure en géographie discutait avec Audrey Hénocque, devenue 1ère adjointe à la mairie, à propos de la mise en place des budgets participatifs à Lyon. Dans son sac il y avait plein de bulletins de vote militants qui incluaient des graines d’herbes de prairie à enfouir dans la terre pour les faire pousser, distribués généreusement.

 

Nathalie Dehan – tête de liste du 8e mais du côté Métropole – grande défenseuse de la cause animale, plissait un peu les yeux derrière ses lunettes de soleil quand le cortège dépassait une boucherie du boulevard des Etats-Unis exhibant en vitrine de gigantesques côtes de bœuf, mais s’interdisait toute critique directe : "Je pense qu’il faut que l’on fasse comprendre aux gens que réduire la consommation de viande est essentiel. Mais cela ne peut se faire que par l’éducation au goût, dans les cantines par exemple, en essayant de proposer un deuxième repas végétarien".  C’était un peu les derniers moments pour réfléchir sans avoir à être face à la réalité des mesures politiques à prendre en cas de succès dans les urnes.

Puis vint la révolution électorale : les Verts ont gagné la Métropole et la ville de Lyon.

 

Tout se met en place très vite, mais peut-être pas assez à leur guise. A la mairie de Lyon, Audrey Hénocque devient vraiment première adjointe, Sonia Zdorovtzoff adjointe à l’International et Chloë Vidal chargée de la Prospective et la Démocratie participative. Par SMS, le principe d’interviews est acté, mais pour un peu plus tard, par l’agenda du service presse de la mairie. Nathalie Dehan répond positivement tout de suite. C’est ainsi qu’on la retrouve dégustant une glace vegan à l’amande dans un café miltant du centre-ville de Lyon.

Tête de liste à la Métropole pour Lyon Sud-est, elle a remporté une victoire très nette devant Louis Pelaez et Michel Le Faou. Elle est aussi entrée dans la majorité municipale de Vénissieux, dans un accord avec Michèle Picard, la maire PCF réélue. Dimanche soir, c’était la fête : "Je me sens victorieuse, et en même temps je ressens une telle gratitude envers ceux qui ont voté pour nous", évoque celle qui fut co-fondatrice du Parti animaliste.

 

Donc maintenant ? A la Métropole c’est son collègue Pierre Athanaze qui a obtenu l’Environnement, la Protection animale et la Prévention des risques. Nathalie Dehan est contente pour lui : "Je le connais depuis longtemps, c’est un vrai expert sur la biodiversité". Elle-même aurait bien aimé une partie de cette délégation : "Si je n’ai pas la protection animale en politique, je me sens coupée de mes racines", mais ça ne s’est pas fait. Cette militante associative depuis 2011 qui adorait la viande avant d’y renoncer complètement, liste sur sa page Facebook tout ce qu’elle fait pour les animaux, de la LPO à No Corrida.

A Vénissieux elle ne sera pas du tout dans l’exécutif. Les trois délégations réservées aux écologistes (Conseils de quartiers, Voirie, Commerce) seront occupées par d’autres élus Verts, après le retrait de la tête de liste EELV Sandrine Perrier entre le 1er tour et le 2e tour.

 

Pourtant, pas d’amertume apparente là non plus. Nathalie Dehan se donnerait bien l’espoir (pas) secret de fonctionner par projets. Elle cite le cas d’une habitante de Vénissieux qui est venue rapporter une suspicion de maltraitance sur le chien d’un de ses voisins. Nathalie Dehan a mené l’enquête, retrouvé la trace du chien en question et la SPA de Brignais a repris l’affaire en main. Elle salue toujours l’engagement de la mairie de Vénissieux dans une politique de stérilisation des chats errants : "la rue n’est pas un espace de vie pour les animaux non plus, ils y meurent souvent dans des conditions atroces", rappelle-t-elle.

Mais la SPA est débordée et ces campagnes de stérilisation ne sont pas assez visibles des citoyens. Nathalie Dehan réfléchit à un mois de la stérilisation pour aider les acteurs de cet engagement. Elle en a touché un mot à Yolande Peytavin, la première adjointe de Vénissieux, qui ne serait pas opposée. Puisqu’elle n’a pas de délégation, Nathalie Dehan se verrait bien formatrice des élus Verts sur cette question de la protection animale (elle dit P.A) "Cette victoire, elle n’est pas pour nous, elle est pour que l’on fasse pour les Lyonnais ce que l’on a dit ". Un peu comme si les lyonnais avaient 6 ans pour apprendre les mille nuances du Vert de leur Métropole.

 

@lemediapol



Tags : eelv | Lyon |

Commentaires 3

Déposé le 10/07/2020 à 01h36  
Par Marre des pimbeches Citer

Pourquoi les féministes sont toutes laides ?
Sérieusement, je pense que le féminisme est plus lié à la frustration et au manque, qu'au désir sincère d'aider la femme.
Féministes = jalouses et frustrés

Déposé le 09/07/2020 à 19h37  
Par Pauvre Lyon Citer

Ça amuse les gaucho-féministes.

Pauvre France

Déposé le 09/07/2020 à 19h24   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par La manie Citer

...de manifester pour n'importe quoi, il y a longtemps que fut créé le mlf qu'ils manif pour la sécurité..c'est utile..!

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.