Pédophilie dans un club de Saint-Priest : après le choc, l’heure du procès

Pédophilie dans un club de Saint-Priest : après le choc, l’heure du procès
Photo d'illustration - LyonMag

Les faits, révélés en juin 2020, avaient provoqué de vives réactions.

Juste avant le début de l’été, un bénévole du club de football "l’Amicale des cheminots", situé à Saint-Priest, avait été arrêté.

Cet homme à tout faire, âgé de 58 ans à l’époque, aurait agressé sexuellement plusieurs enfants licenciés, entre 2014 et 2020. Deux fillettes avaient accusé le quinquagénaire d’attouchements lors d’un barbecue en mai 2020. D’autres enfants, garçons et filles, avaient ensuite libéré leur parole pour dénoncer d’autres faits de pédophilie.

Au total, neuf plaintes avaient ainsi été déposées contre le quinquagénaire qui avait été placé en détention provisoire à l’issue de sa garde à vue. Il avait ensuite été placé sous contrôle judiciaire pour finalement retourner en prison l’année dernière, avant son procès qui débute ce mercredi au tribunal judiciaire de Lyon pour "agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans". Trois affaires ne seront néanmoins pas jugées par manque de preuve.

L’individu sera aussi jugé en mars, mais cette fois devant les assises du Rhône, pour des soupçons de viol sur mineurs. Des faits qui remonteraient aux années 80.

X
4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Puravida le 12/01/2022 à 19:06

Hélas, il n'y a pas que dans les églises que ces prédateurs se cachent. Seulement où il y a des enfants.

Signaler Répondre

avatar
semper prorsum le 12/01/2022 à 18:55

Dégoûtant ces pervers, je ne suis pas violente en règle générale mais dès qu’on touche aux enfants ça me rends dingue.

Signaler Répondre

avatar
Cathopedo le 12/01/2022 à 13:09
Ultra vomi a écrit le 12/01/2022 à 12h52

Une petite collaboration avec l'église ?

Mdr excellent, ça aurait été un évêque il aurait été relaxé

Signaler Répondre

avatar
Ultra vomi le 12/01/2022 à 12:52

Une petite collaboration avec l'église ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.