Non, à Lyon, le centre n’est pas forcément moribond !

Non, à Lyon, le centre n’est pas forcément moribond !

Kidnappés par le Modem et laissés pour mort après le scrutin catastrophique des Régionales, les centristes lyonnais ont repris des couleurs samedi à l’occasion des « Ateliers des Radicaux 2010. » Emmené par Jean-Louis Borloo, le conglomérat des présents a réuni bien au-delà des frontières du Parti radical. A noter le nombre d’élus UMP, l’enjeu centriste dans la majorité présidentielle est devenu fondamental à l’aune des prochaines échéances électorales.

Nouveau Centre, Gauche moderne, mais surtout UMP, la rentrée politique samedi au Palais des Congrès de Lyon du Parti Radical a rassemblé près d’un millier de militants. Les députés Bernard Perrut et Michel Havard, la sénatrice Elizabeth Lamure, la secrétaire d’Etat Nora Berra, mais aussi la député européenne Françoise Grossetête, c’est une bonne partie des élus UMP du Rhône qui a fait la claque pour soutenir la démarche des centristes. Autour du thème : « Pour une nouvelle société républicaine, écologique et sociale », Jean-Louis Borloo a dessiné les contours de « la France de 2020 », qu’il souhaite construire avec ses « amis de la majorité présidentielle. » Très discret sur ambitions, en particulier sur une possible candidature en 2012, le ministre de l’Ecologie a rassuré quant à sa volonté de jouer collectif. Un vrai discours de « premier ministrable » avant le remaniement gouvernemental attendu d’Octobre. Mais de quoi également rassurer la droite dans son ensemble, dont les enjeux locaux et nationaux passent par une entente avec le centre. Alors qu’à Lyon spécifiquement, tous louchent du côté de 2014 et des Municipales, le concours des centristes a désormais valeur d’atout. En ligne de mire, un programme univoque, seule manière sans doute de contrer Collomb, dont les lyonnais se disent satisfaits de l’action à 83 %, comme le souligne le sondage Ipsos publié à l’initiative d’un mensuel local.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Battling le 07/11/2010 à 11:32

Merci Romain, permanent du blog !

Signaler Répondre

avatar
illustration par l'exemple le 09/09/2010 à 09:47

@baroud bill/vox populi/amicale lyonnaise/battling's friend: stéphane sacquépée illustre avec la diversité de ses pseudos la nécessité de mettre un pluriel à centreS, y compris chez un même individu (-;

Signaler Répondre

avatar
Baroud Bill le 06/09/2010 à 14:11

Supplétif éternels, la voix du centre est difficile, mais il y a peu de chance qu'elle s'incarne dans les radicaux et autres éternels chercheur de postes. Le Modem paie son positionnement qui ne le rend pas plus sexy à gauche, qu'à droite. La route est longue :-) En 2014 il y aura bien une liste modéré sur Lyon, mais sans les radicaux and Co (et Gérard) à priori. Quant à Romain Blachier, dit le permanent du Blog, ces analyses politiques nous permettent de ne pas être nostalgique des Teletubies ou autres bisounours. Vacuité et néant absolu ;-)

Signaler Répondre

avatar
Chris du Fier le 06/09/2010 à 11:10

LE CENTRE !!!! C'est comme la nappe de pétrole.. Ca se balade dans le golfe, et puis ça disparaît au gré des vents dominants.

Signaler Répondre

avatar
romain blachier le 06/09/2010 à 09:57

On met un pluriel à centreS...il est tout de même divisé en plus de chapelles que les troskystes.

Signaler Répondre

avatar
Lulu le 05/09/2010 à 12:16

Avec des gens comme Fabienne Levy, le centre ne peux pas aller bien loin... Surtout lorsqu'il se compromet en s'alliant avec l'UMP et le MPF à chaque élection qui se présente!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.